/

3 chèques et pas un de plus !

4 min de lecture
13

Une auditrice nous a fait part de sa déconvenue en voulant régler ses achats à la caisse d’un supermarché ce matin.

Utilisant principalement son chéquier comme moyen de paiement, elle s’est vue refuser celui-ci par une caissière, lui expliquant qu’un nouveau logiciel mis en place en partenariat avec la Banque de France pour limiter les actions frauduleuses avait été installé sur toutes les caisses de l’établissement.

Ayant déjà émis trois chèques cette semaine au sein de ce supermarché, elle avait donc atteint son quota et son quatrième chèque a été refusé.

Notre auditrice, très gênée par cette situation et surtout abasourdie d’entendre cette nouvelle, a demandé à voir un responsable, lui présentant sa pièce d’identité comme preuve de sa bonne foi ! Ce n’était, à aucun moment, un cas de situation abusive de chéquier, mais le responsable lui a clairement fait comprendre que le logiciel se bloquait automatiquement après le troisième chèque…

Très déçue de ne pouvoir régler ses achats avec le moyen de paiement qu’elle avait choisi, notre auditrice a quitté l’enseigne en spécifiant qu’elle n’y remettrait plus jamais les pieds !

Le système “Transax” contre les chèques “en bois”

Les réactions des internautes ne se sont pas fait attendre, certains manifestant leur étonnement, d’autres cherchant une explication à ce blocage !

La raison serait le logiciel Transax, un système de garantie de paiement par chèques de la société Certegy.

Pour éviter les chèques impayés (chèques volés, perdus, sans provision, etc.), les commerçants peuvent s’abonner aux services d’une société de garantie, qui leur assure ou non le paiement effectif du chèque en cas d’impayés.

La société de garantie effectue des contrôles, notamment dans le Fichier National des Chèques Irréguliers (FNCI) géré par la Banque de France. Elle calcule en plus le risque que le chèque présenté ne soit pas payé à partir du numéro du chèque et de statistiques liées aux circonstances de l’achat (lieu, date, montant, etc.).

Lors de ces contrôles, la société n’a pas accès directement à votre compte bancaire et donc à son solde.

En fonction des résultats de ses contrôles, elle décide de garantir ou pas le chèque et en informe le commerçant. Celui-ci choisit ensuite d’accepter ou de refuser le chèque.

Les sociétés de garanties de paiement fonctionnent comme une assurance :

  • si le commerçant accepte un chèque non garanti par la société et que ce chèque revient impayé, le commerçant n’est pas remboursé.
  • si le commerçant accepte un chèque que la société a estimé sans risque et que ce chèque revient impayé, le commerçant est remboursé par la société de la somme inscrite au chèque.

 


13
Poster un Commentaire

avatar
8 Fils de commentaires
5 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
11 Auteurs du commentaire
Severine DOMENGEjoséphineSinimaléMarieRamalagasy Auteurs de commentaires récents
plus récent plus ancien Le plus populaire
Free Dom
WordPress Video Lightbox