[Alt-Text] [Alt-Text]

35 ans de l’URCOOPA : la fête hier soir… et l’heure d’une remise en question

dans Actualités/Infos Réunion

Hier soir se déroulait à Cambaie St Paul la grande soirée de Gala pour célébrer les 35 ans d’existence de l’Urcoopa.

L’occasion pour son président Jérome Gonthier de réaffirmer que «l’ URCOOPA existe par les éleveurs et pour les éleveurs. Ils ont construit depuis 35 ans des outils industriels qui contribuent au développement de leurs exploitations et ils peuvent en être fiers ».

Pour rappel, l’Union Réunionnaise des Coopératives Agricoles (URCOOPA) fut créée en 1984 à l’initiative d’une poignée
d’agriculteurs dont l’objectif était de mutualiser leur épargne afin de négocier des conditions plus favorables du prix de
l’aliment. 35 ans plus tard, les éleveurs sont aussi devenus des industriels qui ont investi dans des installations dont les
performances sont comparables en termes de qualité et de normes aux résultats techniques de sites métropolitains.
Aujourd’hui, URCOOPA rassemble la SICALAIT (lait), CPPR (porc), TERRACOOP et la CANE (coopératives de
fournitures aux agriculteurs). Un anniversaire qui a été l’occasion de rappeler le fonctionnement de cette Union des
Coopératives au capital 100% réunionnais parfois perçu comme complexe voire opaque.
Les représentants élus par leurs ressortissants des quatre coopératives fondatrices sont présents au Conseil
d’Administration d’URCOOPA. Ils ont le même poids et la même influence, selon le principe « 1 Homme = 1 voix ».
Ce sont eux qui élisent à leur tour une ou un Président. Chacun est libre de se présenter à cette élection.
Et Jérôme GONTHIER de rappeler : « Ce sont ces coopératives fondatrices qui fixent le cap d’URCOOPA et non le
contraire ».

Les missions de l’URCOOPA sont principalement d’offrir un service et des aliments aux éleveurs aux meilleurs coûts.

Aujourd’hui, les aliments pour bétail commercialisés nourrissent les animaux d’élevage mais aussi les animaux de basse- cour que certains réunionnais élèvent encore chez eux. Des produits que l’on retrouve dans les magasins agricoles et grandes surfaces de l’île sous forme de granulés et de produits bruts – maïs cassé, maïs en grains, etc.
En ce qui concerne les animaux d’élevage, les 220 000 tonnes d’aliments produites chaque année sont livrées entre 24 et 48h, non seulement aux 1 200 membres des coopératives fondatrices mais aussi à l’ensemble des éleveurs réunionnais au même prix et quelque soit leur zone géographique : une donnée fondamentale qu’on omet souvent de mentionner.
Chaque éleveur réunionnais bénéficiera du même accompagnement personnalisé des équipes techniques de
l’URCOOPA. Des techniciens hautement qualifiés qui se déplacent dans toute l’île, en fonction des besoins et des demandes des éleveurs.
Les 150 formules d’aliments pour bétails commercialisées par l’URCOOPA respectent les besoins physiologiques des différentes espèces (volailles, bovins, lapins, ovins, caprins) et leur rythme de croissance. Outre les céréales de base – que sont le maïs, le blé et l’orge -, la pulpe de betterave, le son de blé, la mélasse, le sel, les vitamines, les oligo-éléments et acides aminés essentiels entrent dans la composition des aliments servis aux animaux qui grandissent à La Réunion.
Chaque produit est élaboré par des techniciens et nutritionnistes réunionnais spécialistes de chacune des espèces animales. Et ils sont conseillés, à chaque étape, par des ingénieurs experts en nutrition animale, avec lesquels les échanges sont quotidiens.

« L’usine de production d’aliment pour bétail de l’URCOOPA peut être contrôlée à tout moment par des représentants de la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation de la Répression des Fraudes (DGCCRF) ou les services de la Préfecture. C’est pour se préparer à ces contrôles que l’URCOOPA a renforcé son service qualité ces dernières années et qu’elle a adapté son site de production aux critères du Référentiel de Certification Nutrition Animale (RCNA). Ce référentiel certifie de la qualité et de la sécurité des procédés et des produits des fabricants d’aliment du bétail en France », précise le directeur général d’URCOOPA, Claude BIHRY.

L’URCOOPA célèbre ses 35 ans et affirme son identité

« L’URCOOPA affrète lui-même les vraquiers de céréales. En éliminant des intermédiaires, cela nous permet de vendre
l’aliment pour bétail à La Réunion à un prix juste. Les éleveurs peuvent aussi, s’ils le souhaitent et en toute liberté,
importer l’aliment eux-mêmes de métropole », poursuit Claude BIHRY.
Pour l’avenir, l’URCOOPA a exposé ses perspectives lors de son anniversaire : pérenniser l’élevage réunionnais et
continuer de le professionnaliser ; accompagner l’installation des jeunes générations d’éleveurs, et rester à l’écoute des
consommateurs réunionnais et des tendances de consommation qui évoluent. Et surtout, prévoir davantage de pédagogie
vers les réunionnais pour mieux comprendre le système coopératif et son importance pour les éleveurs.
« L’agriculture est un pilier économique pour La Réunion. L’URCOOPA appartient aux agriculteurs et n’est qu’un outil pour
soutenir leur savoir-faire et professionnaliser l’élevage réunionnais. N’oublions pas que notre raison d’être est de remplir
les assiettes de réunionnais chaque jour. C’est ça, l’essentiel », conclut le Président de l’Union des Coopératives.

Tags:

Poster un Commentaire

avatar

Derniers de Actualités

WordPress Video Lightbox
Aller en Haut