7 ans après l’attentat : un n° spécial Charlie Hebdo ce vendredi

3 min de lecture
9
L’hebdomadaire satirique publie cette semaine un numéro spécial, intégralement consacré à ce qu’il nomme le « soft power islamiste »à l’occasion des 7 ans des attentats de janvier 2015
Il y passe en revue les « nouveaux clusters de l’islamisme », qu’il trouve dans les domaines suivants « école, mode, travail, sport, politique…  »
« Sept ans après […], la question de l’islamisme se pose toujours en Europe et en France, car si ses méthodes ont changé, il existe une volonté d’imposer une nouvelle société fondée sur des préceptes religieux extrapolés du Coran » affirme le rédacteur en chef Riss, dans un éditorial intitulé « Le mythe de l’islamisme cool ».

Il y fait état d’une « impérieuse urgence à combattre l’idéologie islamiste, pas uniquement sur le plan sécuritaire, mais aussi culturel, politique, sociétal. […] Mais cette lutte est rendue difficile par une cacophonie anti-islamiste qui a trop souvent des airs de xénophobie, et beaucoup préfèrent alors se réfugier dans une bienveillance flatteuse pour fuir cette situation inconfortable. N’avons-nous d’autre choix qu’entre des discours d’extrême-droite anti-islam racistes et des sermons de gauche d’un optimisme pétri de bons sentiments complètement à côté de la plaque ? »

Au fil des 16 pages, le journal développe son argumentaire par le biais d’enquêtes sur le monde du travail, les réseaux sociaux, ou d’un reportage dans un lycée professionnel. Il donne aussi la parole au journaliste et poète Omar Youssef Souleimane, dont le dernier roman (« Une chambre en exil », à paraître le 9 mars chez Flammarion) traite également de ce « soft power islamiste » que dénoncent aussi Gérard Biard et Philippe Lançon dans leurs rubriques respectives, et les nombreux dessins humoristiques.

Nos archives PODCAST

Sur Radio Free Dom, nous revenons dans notre matinale sur les archives et témoignages reçus il y a 7 ans, notamment de la voisine d’une des 11 victimes : Charb.

Une restauratrice réunionnaise, qui habite juste à côté de Charlie Hebdo à Paris, a appelé aussi Free Dom ce jour là :

Et pour finir, écoutez le témoignage de cet auditeur qui lui aussi a été fortement interpellé le jour des attentats.

9 Commentaires

  1. Moucate même bande musulmans depuis 2 ans on vit presque comme eux masqué, sort plus le soir, interdiction de boire alcool ext, plus de discothèques etc en tout cas j imagine que pour eux la vie n a pas grandement changé hormis la crainte de la maladie vous en dites quoi ??? A mediter

  2. Ils sont toujours dans la provocation quand un drame va arriver ils feront leurs victimes. Qu’ils viennent plus pleurer ensuite qu’ils se débrouillent. Leurs racismes clairement exprimés.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Mayotte relance son couvre feu et interdit les « voulés »

Article suivant

Placé en réanimation après avoir contracté la Covid, ce réunionnais a failli mourir

Free Dom