7,90 € la tonne de galets à Madagascar

dans Actualités/Edito de Yves Montrouge/Infos Réunion/Politique

Ne jamais baisser les bras, ne jamais se décourager, ne jamais désespérer, croire toujours en la justice et ne pas jeter l’éponge au premier échec. Car il existe toujours d’autre voie de recours. Ludovic Mussard vient d’en faire l’expérience. Alors que son dossier avait été classé sans suite par le procureur de la République, Eric Tufféry, cet ancien agent administratif de la Région (recruté en 2011), aujourd’hui en arrêt, a multiplié les démarches en métropole où il habite depuis plus de trois ans afin de se faire entendre dans une affaire de harcèlement sexuel et de harcèlement moral dont il a été victime dans le cadre de son travail, à La Réunion. En dépit de la décision prise par le procureur de la République à La Réunion, le père de famille, bien que dépressif et affaibli par ce combat qu’il mène depuis mai 2015 contre ce qu’il appelle « le pot de fer », ne s’est pas démonté. Quasiment tout seul, comme un grand, hormis le soutien de son épouse, Ludovic Mussard est allé frappé aux portes des autorités parisiennes pour tenter de se faire entendre. En 2015, il avait déposé, localement, plainte pour harcèlement sexuel contre son supérieur hiérarchique au sein de la pyramide inversée. Il avait aussi déposé plainte pour harcèlement moral contre la Région. Mais la justice réunionnaise n’a pas cru en lui. Le procureur Tufféry pourtant sensible aux violences sexuelles, comme il le rappelait lui-même, pas plus tard qu’il y a deux semaines lors de la rentrée solennelle du Tribunal de Grande Instance à Saint-Denis, a conclu au classement de l’affaire. Grâce à sa détermination, Ludovic Mussard a pu obtenir gain de cause en métropole avec la reprise du dossier. L’affaire est loin d’être terminée. Le défenseur des Droits de l’Homme a décidé de la relancer, de la reprendre à zéro, afin de faire toute la lumière. Un juge d’instruction de La Réunion a repris le dossier en main. Tout laisse donc à penser que l’enquête confiée au départ à la police, puis aux gendarmes en 2015 a été bâclée. A aucun moment, par exemple, l’agresseur sexuel de Ludovic Mussard n’a été convoqué par les enquêteurs en dépit des preuves fournies par la victime, à savoir vidéo pornographique de son supérieur hiérarchique, messages à connotations sexuelles etc… Plus d’une fois, Ludovic Mussard avait raconté aux enquêteurs comment son agresseur le suivait dans les toilettes de la pyramide, puis l’appuyait contre le mur ou encore tentait de le plaquer au sol pour essayer d’abuser de lui, mais force est de constater que ces derniers n’ont pas accordé de crédit à ses affirmations. Ce qui n’a pas été le cas du Défenseur des Droits de l’Homme à Paris. Si son supérieur hiérarchique qui opère toujours à la Région n’a jamais été inquiété – au contraire, il a même pris du galon étant donné qu’il fait partie du premier cercle – Ludovic Mussard est parti quant à lui « se réfugier » en métropole avec sa femme et ses enfants « par peur de représailles », soulignant qu’il avait déjà fait l’objet de menaces à La Réunion, du temps où il avait été « placardisé » dans son travail, changeant de poste plus d’une fois au sein de la collectivité. Aujourd’hui, il vit tant bien que mal. Il « galère », mais il tient bon en espérant que la vérité finira un jour par éclater et que son agresseur « sera puni » pour avoir « bousillé » sa vie et celle de sa petite famille. Ses journées ne sont pas évidentes, il tient le coup, loin de ses parents, grâce aux antidépresseurs. Sa femme a pu décrocher par ses propres moyens un petit boulot pour subvenir – difficilement – aux besoins de la famille. Mais Ludovic Mussard s’accroche. Il est croyant. Il croit en la justice. Il croit aussi en la justice divine. « Na un jour i appelle demain », dit-il, convaincu que « la justice finira par passer ».

“EDDEN” is a magic world ? Le salaire de 12 000 € du directeur fait causer

On passe à un tout autre sujet. Pour l’instant, on ne peut pas dire que « EDDEN » est un paradis pour son nouveau directeur, Gilbert Rivière, dont la rémunération a fait causer, vendredi dernier, lors de la première assemblée générale constitutive de cette nouvelle SPL initiée par le Département. La structure qui a pour nom « EDDEN » (Ecologie et Développement Durable des Espaces Naturels) est présidée par Béatrice Sigismeau, vice-présidente du Département et élue très proche de Michel Fontaine, maire de Saint-Pierre. Gilbert Rivière, autrefois considéré comme un des « bras droits » de Didier Robert, avait été embauché à la direction de la SPL Maraina en 2011, soit un an après l’élection de Didier Robert à la présidence de la Région. L’homme est connu pour être un fonctionnaire de « grande qualité ». Fabienne Couapel-Sauret, Pdg de la SPL Maraina, ne tarit pas d’éloges sur Gilbert Rivière. « Professionnalisme, compétence et humanisme », dit-elle, ajoutant également « très grande rigueur dans le travail ». A son arrivée en 2011, Gilbert Rivière a redressé la SPL Maraina, créée sous la mandature de Paul Vergès. D’aucuns diront que « c’était une coquille vide ». Mais suite à la crise des gilets jaunes en novembre 2018, la SPL Maraina qui compte comme actionnaires plus de 18 communes de l’île, se trouve dans une situation financière très compliquée. En raison de la crise des gilets jaunes, les travaux commandés par les collectivités ont été arrêtés. Les rentrées d’argent se font donc rares. Sans compter que la Région ne met plus beaucoup au pot. En tout cas, pas comme du temps où Didier Robert en était le président. Fabienne Couapel-Sauret, en dépit de toutes les pressions qu’elle subit de la part des entreprises, tente de faire fonctionner la boutique.

De 2011 à aujourd’hui, bien des changements sont intervenus dans la vie de Gilbert Rivière, l’ex directeur des stratégies opérationnelles de la SPL Maraina, qui a quitté ses fonctions récemment pour prendre les rênes de la SPL « EDDEN ». Gilbert Rivière est devenu en 2014 conseiller municipal de Saint-Pierre au sein de la majorité de Michel Fontaine. L’homme s’est rapproché du maire de Saint-Pierre et, par conséquent, de Cyrille Melchior, président du Département. Et qui dit rapprochement avec Michel Fontaine dit forcément distance avec le président de Région. Lorsqu’il était à la direction de la SPL Maraina, conformément à la loi, il émargeait à 12 000 euros par mois. Il souhaite bénéficier du même salaire en tant que directeur de l’EDDEN qui regroupe, outre le Département, la Civis, les communes du Tampon, de Saint-Benoit, de Saint-Denis, de Saint-Leu, de l’Entre-Deux et de Saint-Joseph. D’autres collectivités devraient petit à petit rejoindre cette SPL qui se chargera de la gestion des espaces naturels sensibles. « EDDEN » devrait gérer plus d’un millier de personnes, y compris les associations comme le GLAIVE et le GCEIP, alors que la SPL Maraina gérait 35 personnes. Les membres du conseil d’administration de la SPL « EDDEN » se sont donnés rendez-vous prochainement pour rediscuter de la rémunération de son nouveau directeur. Du côté de la SPL Maraina, sa Pdg, Mme Couapel-Sauret, n’a pas l’intention de remplacer Gilbert Rivière eu égard à la situation financière de cette SPL de la Région qui est relativement critique. L’heure est plutôt à la recherche des économies, donc à la réduction des charges.

Un projet d’incinérateur à 2 milliards d’euros dans la région de Valérie Pécresse : vous avez dit « écolos » ?

Cette semaine encore, les écolos du Collectif « Non à l’incinérateur » et de « Génération Ecologie » sont montés au créneau contre le projet d’ILEVA, présidé par Michel Fontaine. Ce dernier, comme nous l’écrivions vendredi, n’a pas mâché ses mots. Il a carrément accusé les membres du Collectif, manifestants réguliers, de « gens manipulés, en service commandé » qui travaillent tous pour une « grande collectivité locale ». Michel Fontaine aurait pu aussi ajouter : « je ne vise personne, suivez mon regard… ». Ce qui est assez surprenant, c’est de voir que toutes ces personnes qui dénoncent le « projet d’incinérateur » d’ILEVA (que Michel Fontaine qualifie d’UVE, comme Unité de Valorisation Energétique) sont pour beaucoup d’entre eux des employés de la Région et partisans du président de Région et de la députée Nathalie Bassire. Lesquels élus ont accueilli chaleureusement, la semaine dernière, au Tampon et à la Région, Valérie Pécresse, la présidente UMP (version anti Wauquiez) d’Ile-de-France. Valérie Pécresse qui soutient le projet de la reconstruction de l’incinérateur d’Ivry-Paris XIII. « ZW Zérowaste France » écrit à ce propos : « Cas emblématique, le SYCTOM qui traite la moitié des déchets ménagers d’Ile-de-France, vise un objectif de seulement 21% de taux de recyclage des ordures ménagères et assimilées en 2025. Il s’apprête à dépenser en parallèle 2 milliards d’euros dans la reconstruction de l’incinérateur d’Ivry-Paris XIII et le tri mécano biologique des ordures résiduelles. Or comme le rappelle Louis Cofflard, président des Amis de la Terre Paris, « avec un budget engageant les finances de plus de 80 collectivités locales membres, les orientations du SYCTOM conditionnent les politiques et les marges de manœuvre publiques pour des décennies ».

Mme Valérie Pécresse est du côté du SYCTOM. Raison pour laquelle, le 5 février dernier, lors des « rencontres franciliennes de l’économie circulaire », les ONG « Les Amis de la Terre Paris », « France Nature Environnement Ile-de-France » de la CLCV et « Zero Waste France » ont interpellé Valérie Pécresse, la présidente de la Région Ile-de-France dans une lettre publique. Les ONG ont observé qu’en région Ile-de-France, « Le recyclage a été délaissé au profit de la perpétuation d’investissements très lourds dans l’incinération des déchets et les combustibles solides de récupération, qu’on voudrait justifiés par la nécessité d’alimenter les réseaux de chaleur urbains ».

Dans ce contexte, les ONG ont interrogé la Région Ile-de-France sur son intention de tenir ou non cet objectif de 65% de recyclage des déchets à horizon 2025, et de planifier les usines de traitement des déchets de façon cohérente avec cet objectif ».

Constat : quand c’est le président d’ILEVA, Michel Fontaine, qui porte le projet d’UVE, c’est pas bon. Les « écolos » du Collectif « non à l’incinérateur » crient au « danger». Mais quand c’est Valérie Pécresse qui soutient projet d’incinérateur à 2 milliards d’euros, celle-ci est applaudie des deux mains par les mêmes qui crient au loup. « Met encore l’a pas assez ! ». Comprenne qui pourra !

De même, pas une seule fois, les « écolos » du Collectif et de Génération Ecologie ne sont montés au créneau pour s’inquiéter des dangers de l’exploitation des carrières à ciel ouvert et des menaces que cela représente pour la population, en sachant par exemple qu’à Bois Blanc, lorsque la carrière, qui a déjà obtenu le feu vert de l’Etat, sera exploité, les entreprises devront recourir à des tirs de mine pour extraire les roches massives du sous-sol. Manifestement, cela n’inquiète nullement les « écolos » du Collectif « Non à l’incinérateur » et de « Génération Ecologie » qui semblent, comme par hasard, se soucier davantage de la santé des habitants de Saint-Pierre que de celle des Saint-Leusiens et des habitants des communes voisines. Drôles d’écolos !

« Les galets pas chers de Madagascar »

J’ai trouvé cette facture ci-dessous dans ma boîte aux lettres avec une explication en prime.

Il s’agit d’une commande de galets (datée de 2015) passée par SBTPC à Colas Madagascar sur laquelle on lit que la tonne de galets achetée à Madagascar (Tamatave) était payée à 7,90 €. D’après mes renseignements, la même tonne de galets était revendue à la Région à plus de 70 euros. Près de 50 000 tonnes avaient été importées pour permettre le démarrage des travaux de la NRL (Nouvelle Route du Littoral) en 2015, un peu avant les régionales de décembre 2015.

50 000 tonnes achetées à 7,90 € la tonne et revendues à la Région à 70 euros la tonne, je vous laisse faire le calcul. Toutefois, l’importation des galets de Madagascar a été stoppée, car les transporteurs locaux ont tapé du poing sur la table. Rappelez vous du fameux « je mort pour les transporteurs ! ». On me dit que les enquêteurs du PNF ne sont jamais allés à Madagascar et qu’ils n’ont jamais cherché à ce niveau. Allergiques à la poussière ?

Aujourd’hui, localement, les galets déterrés dans les champs de cannes sont payés environ 32 euros la tonne et ils sont revendus plus de 70 euros. Ce sont les contribuables qui payent. D’ici à la fin de cette année, les sociétés en charge de la construction de la NRL auront leurs propres roches grâce à la carrière de Bois-Blanc que la Région a tout fait pour rendre exploitable malgré tous les avis négatifs prononcés par les plus hautes autorités environnementales nationales. Sur ce dossier, les « écolos » du Collectif « non à l’incinérateur » et de « Génération Ecologie » n’ont rien vu, rien entendu. Pas même le bruit des tractopelles et encore moins le ballet poussiéreux et bruyant des camions !

Continuité territoriale : 100 € de moins ?

Mais qui a bien pu « balancer » une telle idée à Olivier Hoarau, le maire du Port qui, lors de sa première intervention, en session plénière de la Région, le 22 février dernier, consacrée à l’examen des orientations budgétaires, a laissé entendre que la collectivité avait l’intention de baisser de 100 euros l’aide à la continuité territoriale afin de faire des économies. Autrement dit, au lieu d’accorder une aide de 450 € et de 300 €, les familles n’allaient plus bénéficier que de 350 € pour les plus modestes et de 200 euros pour les autres. Une mesure qui devait être formalisée dans le budget primitif dont l’examen est programmé au 15 avril prochain. Il était même prévu, dit-on, que la majorité régionale ne mette en place, à terme, qu’une aide unique de 250 euros pour tous. Info ou intox ? Le 22 février dernier, Mme Yolaine Costes a contredit le maire du Port en déclarant qu’il n’a jamais été question de remettre en cause cette aide à la continuité territoriale. Or, selon plusieurs sources internes, notamment du côté des services de Ladom, il était bel et bien question de révision des montants de ces aides. Mais qui a « balancé » ? D’autant que les réunions préparatoires s’étaient déroulées en petit comité restreint. Quel serait donc ce responsable administratif proche de PLR ? Ou du PCR ? Une chasse aux sorcières aurait été lancée. La majorité régionale a le sentiment de perdre la main quant à la maîtrise de certains services. Tout fout le camp, y compris la confiance !

« Marco Boyer pourra toujours aller jouer aux boules »

Le commencement de la fin pour Marco Boyer à la mairie de la Plaine-des-Palmistes ? Le maire septuagénaire est aujourd’hui en minorité. Il n’a plus la main sur son équipe. Laquelle l’a d’ailleurs boycotté lors du conseil municipal de jeudi dernier. Que reprochent-ils à Marco Boyer ? D’avoir voulu « border » le 1er adjoint Daniel Jean-Baptiste dit Parny, un élu qui, aujourd’hui, fait quasiment l’unanimité au sein du conseil municipal. En réalité, c’est lui qui est considéré comme le « vrai maire » par de nombreux adjoints et conseillers municipaux. Et pourtant, le 19 décembre dernier, Marco Boyer avait tenté de le pousser vers la sortie. En vain. Daniel Jean-Baptiste dit Parny a tenu bon. Ce fidèle de Marco Boyer, qui a même voté en faveur de Jean-Claude Lacouture en décembre 2017 au Département, à la demande de son maire, n’est plus à présent en odeur de sainteté. Parce que Marco Boyer a décidé de soutenir pour les municipales de 2020, paraît-il à la demande du président d’Objectif Réunion, une « transfuge » en la personne de Sophie Arzal, l’actuelle 2ème adjointe de Bras-Panon. Au détriment donc de Daniel Jean-Baptiste dit Parny qui, depuis, s’est rapproché de Cyrille Melchior au Département.

D’où la réflexion d’un des élus de la Plaine : « faute de majorité, Marco Boyer pourra toujours aller jouer aux boules ». Une façon parmi tant d’autres de dire que Marco Boyer pourra profiter de son boulodrome qui avait été financé par la Région, juste avant l’élection pour la présidence du conseil départemental en décembre 2017. Vous l’aurez compris, il y a des alliances qui ne passent pas du côté des élus de la majorité palmiplainoise. Et nul doute que Daniel Jean-Baptiste dit Parny pourra maintenant compter sur le soutien du Département et de tous les ténors de la droite qui gravitent autour de Cyrille Melchior pour les prochaines échéances électorales.

Une petite dernière pour terminer : depuis que la pyramide inversée, sous la pression populaire, a décidé de geler la taxe sur les carburants, le prix de l’essence ne cesse de flamber. Si quelqu’un a une explication, moi qui n’ai pas fait math sup’, je suis preneur. Aux dernières nouvelles, les Gilets Jaunes ont repris les barrages de routes ce matin. Ceci expliquerait peut-être cela ! Plus les politiques se mobilisent contre la vie chère (depuis novembre dernier), plus les prix augmentent. Ceux des carburants (et du gaz) en sont des exemples flagrants. Aussi, les Gilets Jaunes ont vraiment l’impression d’être tournés en bourriques par ceux qui nous dirigent. A suivre !

Y.M.

([email protected])

 

17
Poster un Commentaire

avatar
12 Comment threads
5 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
11 Comment authors
noemascarine62marcoMerlucharooCitron meringué Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
PCR
Invité
PCR

100e en moins ou suppression de l’aide de la métropole vers la reunion??????? Les langues causent à la pyramide inversée et au centre d’affaire cadjee Où 7 étages complet ont été loués à Monsieur CADJEE par la collectivité régionale.

By MOney
Invité
By MOney

La Continuité territoriale dans le flou artistique : Life is Black, Life is Finish, Life is travelling

Lapin alcoolique
Invité
Lapin alcoolique

Gilets jaune dehors li pou bat la fête, bat karé mêm ec le toutou , ec lo chauffeur en mission- frais mission i arriv lé doss commen i RAL SA monsieu l’edito Montrouge – ma don à twoi in facture mission par lo poste en accusée réceptio

Jack
Invité
Jack

7.90€ à mada la tonne de roche et revendu à 70€ ici grâce à l’argent de nos impôts.
D’après vous qui est actionnaire à Mada des différentes exploitations ?
J’ai fais le calcul c’est +3 105 000€ de facture a l’arrivée..
En leur temps les pharaons avaient des commissions sur tout, l’histoire perdure t – elle ..
A partir de 2021 tu auras tout le loisirs de profiter des seychelles & co.

Flo & flo
Invité
Flo & flo

NA METT A LI AU REPOS AVANT HAHAHA

mascarine62
Invité
mascarine62

ne pas oublier qu’il faut rajouter les prix du transport, du déchargement…

Tictac
Invité
Tictac

Merci pour ces infos.

LAURA
Invité
LAURA

L’Elue à la Continuité territoriale n’a plus la main sur son personnel , ses cadres? Mdr

CHRIS COLOMB
Invité
CHRIS COLOMB

L’affaire MUSSARD est connue de tous mais la buveuse de sang crocodiles et la tueuse de Zébus by Madagascar fait tout pour masquer ses lieutenants malpropres afin de ne pas souiller la réputation du Boss! Ce lieutenant qui est l’attaché Parlementaire du député POUDROUX et directeur d’une Antenne du conseil régional est un emploi fictif de la collectivité régionale car il vient travailler selon ses envies et humeurs. Il est au boulot vers 11H, bénéficie d’un véhicule de fonction – d’1 portable dernier cri- d’1 ordinateur de fonction- de la carte Vito à volonté – d’1 secrétaire ( femme à… Lire la suite »

Gégé
Invité
Gégé

Il faudrait orienter vos recherches vers le site d’Ambokatra, situé à une vingtaine de kilomètres de Tamatave…

Citron meringué
Invité
Citron meringué

Gégé le site transmis c’est pour les Recherches de crocodiles , zébus, zaiguilles, toile rouge, bracelet , chapeau, citron, orange, bracelets bleu, rouge, orange, os de mort. Nos recherches sont sur Tananarive, l’enquête est genialissime # FBI# MADA# TANA# DIEGO# TULEAR#

Briseur de chaine
Invité
Briseur de chaine

Afin de mener à bien l’enquête et surtout stopper ce genre de dérive vous pouvez prendre contact avec Yves Mont-Rouge.

Skop
Invité
Skop

Comment Gilbert Rivière peut-il être directeur d’Eden alors qu’il est vice-président à la Civis et que cette dernière est actionnaire de cette SPL ? N’y a-t-il pas prise illégale d’intérêts dans cette histoire ?

A l’insu de mon plein gré
Invité
A l’insu de mon plein gré

Je suis harcelé, j’ai peur mais je pars en voyage avec lui… mais non chérie je suis pas gay c’est lui qui m’a forcé… encore un gay qui s’assume pas ?

Merlucharoo
Invité
Merlucharoo

Monsieur MONTROUGE a écrit : ” Une petite dernière pour terminer : depuis que la pyramide inversée, sous la pression populaire, a décidé de geler la taxe sur les carburants, le prix de l’essence ne cesse de flamber. Si quelqu’un a une explication, moi qui n’ai pas fait math sup’, je suis preneur. Aux dernières nouvelles, les Gilets Jaunes ont repris les barrages de routes ce matin. Ceci expliquerait peut-être cela ! Plus les politiques se mobilisent contre la vie chère (depuis novembre dernier), plus les prix augmentent. Ceux des carburants (et du gaz) en sont des exemples flagrants. Aussi,… Lire la suite »

marco
Invité
marco

toujours bon m montrouge pour taper sur la région, visiblement ça vous défoule ? et saint denis ou le nord, il n’y a pas d’autres collectivités dont il faudra parler ?

noe
Invité
noe

Une question me chiffonne … Quelle est la plus lourde : 1 tonne de galet ou 1 tonne de canne ????