80 ans après : commémoration de la rafle du Vél’ d’Hiv’. En vidéo, discours d’Emmanuel Maxcron.

3 min de lecture
4

Il y a huit décennies, le 16 juillet 1942, près de 13 000 Juifs étaient raflés par la police française et parqués au Vél d’Hiv jusqu’au 22 juillet, avant d’être déportés.

Les 16 et 17 juillet 1942, 12 884 Juifs sont arrêtés par la police parisienne à l’initiative des autorités nazies. 8 000 hommes, femmes et enfants sont enfermés dans l’enceinte du Vélodrome d’hiver. Les couples sans enfant et les célibataires sont, eux, internés au camp de Drancy. Le 20 juillet, le bilan s’élève à 13 152 arrestations à Paris et dans sa proche banlieue.

Du 19 au 22 juillet, les familles du Vél’ d’Hiv’ sont transportées dans les camps de Pithiviers et Beaune-la-Rolande. Adultes et adolescents sont déportés en premier. Brutalement séparés de leurs parents, environ 3 000 enfants en bas-âge sont laissés sur place dans une affreuse détresse. Ils sont transférés à Drancy puis déportés à Auschwitz-Birkenau entre le 17 et 31 août 1942. Aucun d’entre eux n’est revenu

Discours d’Emmanuel Macron, président de la République Française :

Un premier hommage a eu lieu « en ligne » ce samedi.

Une cérémonie organisée par l’association des Fils et Filles des déportés juifs de France (FFDJF), en présence de Serge Klarsfeld, président des FFDJF et de Jacques Fredj, directeur du Mémorial de la Shoah, sera retransmise en direct à partir de 17h30 ce samedi 16 juillet 2022 depuis le jardin des enfants du Vélodrome d’Hiver.

Ce samedi : cette retransmission se fera en direct à partir de 18h (heure métropole) sur le site internet du Mémorial de la Shoah, Facebook et YouTube

Un hommage dimanche 17 juillet à Paris.

Dans le cadre de la « Journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l’État français et d’hommage aux Justes de France », une cérémonie se tiendra dimanche 17 juillet 2022 au monument commémoratif de la rafle du Vél’ d’Hiv’ à Paris. D’autres commémorations sont organisées partout en France

4 Commentaires

  1. Fin juin 1942, le convoi n°5 part de Beaune la Rolande pour Auschwitz avec les hommes. Début août, un autre convoi emmène les femmes, les mères. Leurs enfants sont abandonnés seuls dans le camp – certains ont 1 ou 2 ans – diphtérie, rougeole, scarlatine . Un télégramme SS du 13 août indique qu’ils sont emmenés plus tard à leur tour à Auschwitz dans des convois d’enfants juifs:  » JUEDISCHEN KINDER ». Déportation sans retour. VICHY – PÉTAIN s’était engagé à déporter 3000 juifs étrangers par semaine. Comme il n’y avait pas assez d’étrangers, on déporta des juifs français. Les français Paul Szwarc 11 ans et son frère Maurice 9 ans ont été arrêtés au Vel d’Hiv et transférés à Beaune avec leur mère Bluma Scwarc. La mère est déportée le7 août, les enfants restent seuls et finiront par être déportés par le convoi n° 22. La petite Aline Korenbajzer est assassinée dès son arrivée à Auschwitz, le jour anniversaire de ses 3 ans …

  2. Nous l’avons tous lu ça. En ce moment suis sur « le tatoueur d’Auschwitz ». Nous avions même vu les photos de Simone Veil toute jeune dans les camps. Une horreur sans nom. 80 ans après nous sommes encore à se poser des questions. Comment? Pourquoi? La faute à qui? Etc… Parce que ceux qui ne l’ont pas vécu cherchent à comprendre l’origine de cet hécatombe qui a fait basculer toutes les nations dans un enfer apocalyptique. Allons nous oublier lorsque le dernier rescapé fermera une partie du livre de son vécu ? Non. Parce que nous ne voudrions pas que cette partie sombre de son histoire se répète à nouveau sur les générations futur.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

« Je n’ai rien dit sur les créoliens alors calmez-vous » Une TikTokeuse créée une nouvelle fois la polémique

Article suivant

Souris Chaude : le maire et les riverains demandent l’aide de l’État pour faire cesser la débauche

Free Dom