//

A Bras-Panon et à St-André, l’eau du robinet n’est plus polluée (VIDÉOS)

7 min de lecture
5

Comme l’ont confirmé, cet après-midi, lors d’une conférence de presse tenue à la Cirest à Saint-Benoit, les maires Jeannick Atchapa, Joé Bédier, Patrice Selly, les représentants de l’ARS (Hélène Thébault et Jérôme Benoît) ainsi que les directeurs de Cise Réunion et de Runéo (Alexandre Le Ster et Geoffroy Mercier), “l’eau du robinet est redevenue potable à Bras-Panon et à Saint-André”. Présente également lors de cette rencontre avec la presse, Sonia Albuffy, 13e vice-présidente de la Cirest.

Toutes les restrictions qui avaient été décidées par la préfecture depuis l’incident survenu sur le captage de Bras-des-Lianes à Bras-Panon, le 14 janvier dernier, ont été levées ce midi via un arrêté préfectoral transmis à la Cirest qui a récupéré la compétence “eau et assainissement” depuis le 1er janvier 2021.

Depuis un peu plus d’une semaine, certains usages de l’eau du robinet tels que la consommation et cuisson des aliments, voire même la toilette des dents avaient été interdits. Il a fallu attendre les résultats des analyses faites par un laboratoire, en métropole, à partir des prélèvements réalisés par l’ARS, suite notamment à la fuite d’huile observée dans les réservoirs du captage de Bras-des-Lianes.

Ces résultats dont les derniers sont arrivés pas plus tard qu’hier sont maintenant connus. Hélène Thébault, de l’ARS, est à présent en mesure de rassurer les abonnés qui ont été concernés par cet incident “à caractère inédit”. Selon elle, il n’y a plus aucun risque sanitaire aujourd’hui à consommer l’eau du robinet dans les deux communes qui avaient été impactées, à savoir Bras-Panon et Saint-André.. Mme Thébault est au micro d’Yves Mont-Rouge :

Mais avant, de recevoir ces résultats, les maires des communes de Bras-Panon et de Saint-André, en étroite collaboration avec la Cirest et les délégataires (Cise et Runéo) ont dû “et on su” gérer la crise en mettant en place des distributions journalières d’eau en bouteille : 35 000 bouteilles par jour à Saint-André, précisément pour les secteurs du centre-ville, de la Cressonnière, de Cambuston et de Fayard, et 12 000 bouetilles/jour à Bras-Panon, commune la plus touchée par cette pollution aux hydrocarbures.

Comme l’ont souligné Jeannick Atchapa et Joé Bédier, “nous avons dû mobiliser des équipes d’élus et d’agents communaux, et nous avons dû faire appel aux pompiers afin de gérer au mieux cette situation exceptionnelle. Toute cette gestion de la crise aura forcément un coût, mais “le plus important pour les abonnés, c’est que les restrictions ont été levées, l’eau est de nouveau potable, donc consommable. La rentrée scolaire pourra se faire normalement lundi”, se félicite Patrice Selly. Ecoutez le maire de Saint-Benoit et président de la Cirest :

Quant à savoir à qui incombe la responsabilité de cet incident sur l’ouvrage de Bras-des-Lianes, propriété régionale gérée par la SPL  Horizon Réunion dans le cadre de l’exploitation d’une micro-centrale hydro-électrique jusqu’au 15 janvier dernier, Patrice Selly a déclaré : “des investigations sont actuellement en cours”.

Joé Bédier, maire de Saint-André, a déploré le fait “qu’à la Réunion, département de près de 900 000 habitants, il n’existe même pas un laboratoire pouvant procéder à des analyses. Il a donc fallu attendre que les résultats arrivent de métropole !”.

De gauche à droite : Joé Bédier, maire de Saint-André, Hélène Thébault et Jérôme Benoit de l’ARS (Agence régionale de la Santé).

Patrice Selly a également pointé du doigt “les délais d’analyse”. Mais Hélène Thébault a expliqué “qu’il s’agissait d’un incident à caractère inédit dans le sens où cette dégradation de la qualité de l’eau ne découlait pas d’un problème de météo mais d’une pollution aux hydrocarbures. Il a donc fallu mettre en place un process lourd. L’urgence de la situation locale a été tout de suite prise en considération par le national”.

De gauche à droite : Alexandre Le Ster, directeur de Cise Réunion, Geoffroy Mercier, directeur de Runéo et Jeannick Atchapa, maire de Bras-Panon.

Jeannick Atchapa, pour sa part, a tenu à rappeler que “cet incident a mis en lumière la vulnérabilité  de la commune de Bras-Panon en matière d’alimentation en eau potable car elle est tributaire d’une seule source. On va devoir y remédier !”. Ce qu’il faut surtout retenir, pour l’instant, de la conférence de presse, c’est que les restrictions ont été levées, l’eau est redevenue potable, consommable,  et que la rentrée scolaire va pouvoir se faire lundi. En clair, c’est un retour à la normale concernant la distribution de l’eau à Bras-Panon et à Saint-André.

Y.M.

([email protected])


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Website Protected by Spam Master




5 Commentaires



  1. Guy cambuston
    Ça c’était pour faire diversion au moins les habitants ne se manifestent pas pour l augmentation facture la cise. President là na plus d un tour. Comme caméra le manque aujourd’hui il s est affiché comme vedette, hors que l eau est toujours en boue.

    • I faut pas loupé rien,zelections i arrive ,i faut caméra i voit à li,un autre Macron i bouge bon pe,le toujours devant caméra,mais pas grand faiseur.i parle bon pe.mi votera sûrement pas Po L’équipe Selly.si le regret te i tue,mi lete mort,mi comprend pas comment mi la vote Po ça.

      • Vu out gros kèr, ou la pas vote pou li! 6 mois après zélection, la toujours pas digère la défaite, peut-être i faudra 6 ans, pou avale la couleuvre!
        Lé vré que dans toute la France, 6 mois après les élections, les promesses électorales, sont déjà toutes mises en place! La mauvaise foi va étouffe à zot! Allez pousse boeuf dan la pente Bel’air!

Free Dom
WordPress Video Lightbox