Agression terroriste imaginaire au Port : 2 mois de prison avec sursis pour Michel Eckert

3 min de lecture
10

Michel Eckert s’expliquait devant le tribunal ce jeudi 8 juillet 2021 pour dénonciation mensongère de faits constitutifs d’un crime ou d’un délit qui ont exposé les autorités judiciaires à d’inutiles recherches.

Son procès devait se tenir le 11 février dernier, mais il a finalement été renvoyé à cause de la septaine que son avocate parisienne avait dû respecter.

Le maître-chien de 60 ans avait le 18 novembre dernier, au Port, dénoncé une agression terroriste imaginaire. Il s’était rendu au commissariat avec une blessure au bras affirmant avoir été attaqué au couteau. Un homme dans son dos, aurait crié “Allah Akbar” avant de tenter de se jeter sur lui.

Il aurait alors désarmé, son supposé agresseur et ramené le dit couteau à la police.

Quelques jours plus tard, Michel Eckert a avoué avoir tout inventé.

J’étais vraiment au bout du rouleau, je n’ai pas réfléchi, je ne devais pas sortir seul ce jour-là… Je suis allé retirer de l’argent, j’ai acheté un couteau… Je n’arrive pas à expliquer la suite“, dit l’homme à la barre.

Le père de famille sexagénaire explique être à ce moment-là en situation de dépression et avoir des envies de suicide.

Quand il se présente pour cette plainte imaginaire, c’est pour montrer la souffrance dont il est la victime. C’est un homme qui s’est mis à nu, un homme en souffrance, ce n’est pas un homme qui vient vendre une image. Il venait de tenter de se suicider, il voulait attirer l’attention de son entourage, car il n’avait pas les ressources nécessaires pour parler de ses problèmes“, ajoute son avocat.
Pour le Procureur, il a avant tout, imaginer ce “roman de gare” précis en toute conscience pour faire parler de lui : “il faut obliger monsieur à se soigner, sur des pathologies comme ça, plus ça va plus, plus ça se dégrade.

Ce jeudi en début d’après-midi, les réquisitions sont tombés. Le parquet a requis 5 mois de prison assortis de 18 mois d’un sursis probatoire et l’obligation de se soigner.

L’homme a finalement été condamné à 2 mois de prison avec sursis.

 

10 Commentaires

  1. Cet homme devait certainement se sentir en manque d’intérêt, c’est pour ça qu’il a inventé cette histoire pour attirer l’attention sur lui et être reconnu comme un héros . Mais c’est loupé pour lui !!!

  2. comment soigner et qui décide qu’il doit se soigner pour des actions pareilles? A l’époque il a foutu la crainte sur l’ile et braquer le regard (disqualifiant) sur les musulmans. Le condamner de cette manière c’est le soutenir.

  3. Si té 1 ti créol ke i fé un nafer coma ! O trou pou 20 ans…lé bel lo zistis la frensse !! Kan ou oi ke mem lo mininist la zistis lé kovoké doven la zistis…mi arive pi komprend arien….

      • Zozé ekert vien zoué ek mon dé grénad !! Si na ind la pét den out guel ..mi lé sir ou va rode lote..mi lé pa 1 rasist mé mi garde toute lèvolition koméla ek atention !?

  4. Je serai curieux de savoir ce que deux avocats peuvent tenir comme conversation avec un illuminé de ce genre !
    Sa place n’est pas en prison, mais dans un asile !

  5. Cet homme ma sauvé la vie (noyade)decembre 2002 ,je l’oublirai jamais…
    Maintenant je ne sais pas ce qui c’est passé ds sa tête pour faire ça.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

241 849 Réunionnais ont reçu une première injection de vaccin

Article suivant

Accident à Manapany : une femme décédée, son mari dans le coma

Free Dom