/

Air Austral : le PDG Marie-Joseph Malé débarqué. Joseph Bréma prend les commandes de la compagnie aérienne

19 min de lecture
27

Un conseil d’administration d’Air Austral s’est tenu en fin d’après-midi, ce mardi 14 juin. Marie-Joseph Malé, le Pdg de la compagnie, recruté il y a 10 ans par l’ancien président de la Sematra Didier Robert a quitté ses fonctions.

Il est remplacé par Joseph Bréma, le directeur des finances de la compagnie aérienne. Joseph Bréma, originaire de Sainte-Rose (de la Rivière de l’Est plus précisément) travaille au sein de la compagnie depuis quasiment sa création.

Marie-Joseph Malé est arrivé à Air Austral le 20 avril 2012 pour accompagner le redressement de la compagnie. Le Business Plan établi et mis en œuvre à son arrivée aura permis à Air Austral de retrouver l’équilibre en seulement une année et d’amorcer par la suite une nécessaire transformation dans l’objectif d’assurer sa pérennité. En 2017, pour faire à l’arrivée d’un Low Cost, il a déployé une stratégie de différenciation rentable afin de retrouver l’équilibre en 2019. Cette stratégie aura permis à la compagnie de se démarquer de la concurrence par un positionnement distinctif de par le confort, la modernité de ses produits et la qualité de ses services, par la diversification de son réseau et le développement des correspondances depuis son hub de La Réunion et de Mayotte.

« Ce fut un honneur pour moi d’occuper le poste de Président Directeur Général d’Air Austral durant 10 belles années, riches, passionnantes. J’ai travaillé aux côtés de gens remarquables, volontaires et formidablement engagés dans le développement de leur compagnie. Je suis aujourd’hui fier de tout ce que nous avons ensemble accompli, fier de la montée en compétence de l’ensemble du personnel qui permet à Air Austral d’être aujourd’hui une compagnie de référence dans l’Océan Indien.

 Ma mission première a été d’accompagner le redressement d’Air Austral de la crise, c’est pour cela que je suis arrivé en 2012, et ça a toujours été ma priorité. Il était aussi important pour moi de l’accompagner cette dernière année jusqu’à ce que je sois convaincu qu’une solution pérenne soit trouvée. Elle l’est aujourd’hui avec un groupement d’investisseurs Réunionnais. Je pars donc rasséréné  et confiant sur son avenir. Air Austral dispose de tous les atouts nécessaires pour affronter les défis qui se présenteront à elle. Elle joue un rôle majeur de désenclavement de La Réunion et plus largement de la France dans l’océan Indien. Une position qu’elle devra continuer de conforter. Je laisse Joseph Bréma prendre la relève en tant que PDG, assurer la transition et apporter toute son assistance aux futurs actionnaires durant cette phase cruciale. » Marie-Joseph Malé.   

« Je souhaiterais tout d’abord saluer le départ de Marie-Joseph Malé et le remercier de son engagement envers Air Austral ces dix dernières années et de la confiance qu’il m’alloue. J’ai accepté la lourde responsabilité qui m’est aujourd’hui confiée d’assurer l’intérim de ses fonctions jusqu’à l’arrivée de la nouvelle gouvernance et la nomination du prochain Directeur Général. C’est une fierté et un immense honneur de succéder à Marie-Joseph Malé avec qui j’ai pris plaisir à travailler. Durant cette phase transitoire j’entends inscrire mes missions au service de l’intérêt de l’entreprise et la continuité du fonctionnement de la compagnie.  », Joseph Bréma, Président Directeur Général d’Air Austral.

Il a connu déjà deux Pdg : Gérard Ethève, puis Marie Joseph Malé. Joseph Bréma qui est au four et au moulin dans le cadre de la restructuration de cette compagnie aérienne où pour l’instant, une offre de rachat a été faite par le groupe Deleflie et des actionnaires réunionnais. Pour l’instant et par rapport à l’article (ci-dessous) que nous avions publié le 1er juin dernier, la situation n’a pas beaucoup évolué hormis le changement survenu à la tête de la société, hier en fin d’après-midi, à savoir le départ de Marie-Joseph Malé et l’arrivée de Joseph Bréma. Quant à savoir pendant combien de temps Monsieur Bréma va-t-il rester aux commandes de la compagnie, personne ne peut le dire pour l’instant. Il faudra attendre que l’offre qui a été faite soit acceptée et que, par la suite, le nouvel actionnaire majoritaire prenne une décision à ce niveau. Pour l’instant, c’est toujours la Sematra qui est majoritaire à hauteur de 97% environ.

 

Il reste 15 jours à la Région pour sauver la compagnie aérienne Air Austral ?

La date du 30 juin avait été évoquée dans un premier temps, mais le timing pourrait être revu et prolongé. La collectivité régionale via la Sematra dispose d’un peu plus de temps pour présenter à l’Etat, plus précisément à Bercy (ministère de l’Economie et des Finances) un plan de sauvetage. La Sematra est une société d’économie mixte locale créée en 1990 et composée des deux principales collectivités de la Réunion (conseil régional et conseil départemental) et de la Caisse de dépôt et de consignation (CDC). L’objectif de la Région (actionnaire principal de la Sematra qui elle même détient la majorité des parts du capital d’Air Austral) est de sauver, coûte que coûte,  la compagnie aérienne régionale qui se trouve en grande difficulté financière car cumulant près de 200 millions d’euros de dettes.

Si rien n’est fait d’ici là, la compagnie aérienne, qui emploie directement plus de 800 personnes et représente environ 3000 emplois indirects, peut risquer une liquidation judiciaire et se retrouver en l’état de cessation de paiement. La Région veut absolument éviter cette issue fatale pour Air Austral considéré comme un outil précieux de désenclavement aérien pour la zone océan Indien et qui, en outre, rend possible la concurrence notamment avec Air France.

Il faut savoir qu’aujourd’hui, au sein du capital d’Air Austral, les fonds publics y occupent une place prépondérante. La Sematra détient à elle seule près de 98% du capital (74% Région, 10% Département et 14% CDC). Le reste du capital (environ 3%) est détenu par des actionnaires privés. La situation financière de la compagnie reste très dépendante des finances publiques. La Chambre régionale des comptes (CRC) l’avait d’ailleurs relevé dans son rapport rendu public en 2019 et portant sur les exercices remontant à 2014. « Malgré le recours à des techniques d’optimisation financière qui ont permis d’acquérir à moindre coût un appareil supplémentaire, la politique de développement de la compagnie apparaît dépendante de l’intervention des pouvoirs publics en terme de financement de ses actifs », avait observé la CRC.

Air Austral, et c’est un secret polichinelle, traverse une grosse zone de turbulences financières. «Le résultat de la compagnie est en baisse continue depuis 2015 », avait constaté le Chambre régionale des comptes en 2019. La CRC avait également relevé : «depuis 2015, les projets de développement de la compagnie ainsi que l’évolution du marché constituent un contexte nouveau qui n’a cependant pas permis aux collectivités publiques de réduire leur niveau de participation au capital, les négociations entamées avec un investisseur privé n’ayant pas abouti. L’absence d’investisseur privé expose la Région à en supporter les risques potentiels». Ça c’était le constat établi par la CRC en 2019 sous la mandature de Didier Robert (président de Région de 2010 à 2020).

Depuis 2021, la majorité régionale a changé. La présidente Huguette Bello qui s’est, entre autres, fixée pour mission de sauver Air Austral, ne souhaite pas pourtant autant que la Région continue à financer la compagnie à coups de dizaines de millions d’euros d’argent public comme cela fut fait de 2010 à 2020 sous Didier Robert, période durant laquelle, la Région aurait abondé les caisses d’Air Austral à hauteur de pas moins de 180 millions.

La volonté de la Sematra, présidée par Huguette Bello, également présidente de Région depuis juillet 2021, est de sauver Air Austral.

Certes, la Région d’Huguette Bello ne laissera pas tomber la compagnie aérienne régionale mais elle accordera une grande place à l’actionnariat privé. Rappelez-vous, lors de sa prise de fonction, il y a quasiment un an, à la tête de la pyramide inversée, la présidente Bello avait fait appel « au patriotisme économique ». Autrement dit, aux investisseurs privés pour qu’Air Austral puisse sortir de cette zone de turbulences.

En sachant que depuis le dernier contrôle de la CRC, le Covid est passé par là et a rendu le secteur aérien encore plus vulnérable. Néanmoins, concernant Air Austral, le Covid n’est pas le seul responsable de sa fragilité financière. Son fonctionnement, notamment le nombre de recrues opérées (par la Sematra de Didier Robert ?) durant une certaine période ainsi que ses choix stratégiques (avec Madagascar) et la reconduction des lignes déficitaires y sont aussi pour quelque chose.

Pour pouvoir se maintenir, à l’instar de toutes les compagnies ariennes mondiales au sortir de la crise sanitaire et après  la levée des consignes éponymes, Air Austral a bénéficié d’un prêt de 20 millions d’euros (10 M€ provenant de l’Etat et 10 M€ émanant d’un prêt de la Caisse de dépôt et de consignation). Un prêt qu’il va falloir rembourser. D’où la nécessité absolue aujourd’hui pour la Région de présenter à l’Etat un plan de sauvetage de la compagnie. Un travail qui a déjà commencé depuis quelques semaines.

Il en a été bien entendu question lors du conseil d’administration de la Sematra, le 6 mai dernier lors duquel il a été décidé de modifier les statuts de la société d’économie mixte locale en lui fixant de nouveaux objectifs, à savoir « la contribution au développement du territoire, du fret agricole, des échanges et de la mobilité des jeunes ». Une modification qui pourrait amener le Département à revoir à la hausse sa participation au capital de la Sematra, tandis que la Région réduirait la sienne – avec un objectif d’arriver à 33% à l’orée de 2026-2027 pour être dans les clous juridiques – afin de faire entrer les investisseurs privés en nombre plus important.

Mais le plus pressant pour l’instant est de réunir le tour de table et de trouver des investisseurs privés pour pouvoir présenter en faveur du sauvetage d’Air Austral ce fameux plan qui, du point de vue de l’Etat et de la commission européenne, devra être considéré comme économiquement viable.

Christian Dijoux, proche du groupe Deleflie, se voit déjà assis dans le fauteuil de Joseph-Marie Malé, l’actuel Pdg d’Air Austral, mais rien n’a été décidé pour le moment.

Au stade actuel, quelques investisseurs privés se sont déjà manifestés. Il s’agit du groupe Deleflie (Clinifutur), de Pascal Thiaw-Kine (les magasins Leclerc), du Groupe Locate (Intersport…), d’Adam Ravate (groupe Ravate), Laperrière (transitaire), de Jacques Dijoux (hôtel le Ness), de Jean-Jacques Charolais…

Une première réunion de préparation a déjà eu lieu à Bercy, dans le cadre du CIRI (Comité interministériel de restructuration industrielle). La Région compte négocier au mieux un abandon des dettes fiscales et sociales de la société ; Au pire, un report avec échelonnement. « L’Etat qui a donné des milliards d’euros à Air France pourrait faire un geste en direction d’Air Austral en abandonnant par exemple le PGE/Prêt Garanti par l’Etat », laisse entendre un des membres de la Sematra.

Il y a urgence à boucler un tour de table. La Région avait fait voter 20 M€. Le Groupe Deleflie mettrait à lui seul également 20 M€. Idem pour les autres investisseurs réunis cités ci-dessus. Avec peut-être d’autres actionnaires privés à venir.

Qui va remplacer Joseph-Marie Malé, l’actuel Pdg d’Air Austral ? That is the question !

Le compte a rebours a donc commencé pour la Région dont la mission est d’empêcher Air Austral de piquer du nez. Pour info, la piste d’un rapprochement capitalistique avec Corsair dont il avait été question pendant un certain temps ne tiendrait plus la route (ou le couloir aérien) étant donné qu’en matière de situation financière Corsair n’aurait pas de leçon à donner à Air Austral. La solution réunionnaise est celle privilégiée et défendue par la Région (Sematra). A condition que l’Etat donne son feu vert. Mais pour cela, il attend de voir le Plan de sauvetage qui lui sera soumis prochainement par la collectivité régionale. A suivre !

Y.M.

([email protected])

 

 

Yves Mont-Rouge

[email protected]
Téléphone : 0692 85 39 64

27 Commentaires

  1. Un levier d’économie dans cette entreprise !? Juste le salaire annuel des 10 premières personnes de la direction…

  2. il ne faut pas sauver cette compagnie que Robert a renfloué à coup de millions et dont on ne sait grand chose- déballez tout madame bello

  3. Donc pour résumer : air austral mène actuellement une campagne publicitaire pour vendre des billets vers la Thaïlande ou encore chenaï mais nous pouvons lire que d’ici un mois on ne sait toujours pas ce qu’il adviendra de cette compagnie ?
    Imaginez la détresse des acheteurs de ces billets si l’affaire bascule du côté obscur,imaginez être bloqué à l’étranger sans soutien pour le retour au pays ?
    Il faut dégager monsieur MALLÉ ,ce personnage placé à ce poste par notre génie local Didier Robert
    MALLÉ n’est qu’un cheval de Troie d’Air France,un virus,il torpille de l’intérieur….un incompétent payé grâcement
    Air austral est une bombe puante

  4. effectivement des salaires avoisinant les 50 000€ net mensuels, c’est juste affolant pour une compagnie en chute libre

    • Conte pas,si mémé pou sauve aou,avec le taux pauvreté faut faire des économies c’est son slogan qu’elle a fait boire les réunionnais.

  5. A lire l’article on dirait que Air Austral lé pa bien depuis longtemps, Or c’est le Covid qui l’a mise dans cette situation !
    Longue vie à Air Austral, c’est nout compagnie peï

  6. Qu on mette fin à ce gaspillage d argent public en voulant a tout prix sauver une compagnie moribond stop gaspillage d argent public cela se pairad dans les urnes .

  7. Qu on mette fin à ce gaspillage d argent public en voulant a tout prix sauver une compagnie moribond stop gaspillage d argent public cela se pairad dans les urnes .

  8. laisse les chinois et les arab investir dedans puisque ils sont millionnaire le chinois exploite tellement les ti intervenants ont est ces esclave

  9. si on doit se comparer aux chinois , ben on est loin du compte , faut déjà regarder sur soi, ce qui est made in Asie, enlevé le tout et tu te retrouves a poil , enfonce qu’il te reste de poils pour te réchauffer les burnes . la bas en Asie tu travailles pas tu creves alors qu en France on assiste et on avise sur les taxes etc . DC moucate pas si gagne pas fe pareil.

  10. Mais quelle mauvaise gestion. On attend quoi pour le virer ? Comment une compagnie qui est remplie à chaque vol peut cumuler 200 millions, millions !! D’euros de pertes ??

  11. Ah c est celui qui exigeait du caviar qui lui soit servit automatiquement à chacun de ses voyage espèce de gros tas de merde retourne dans ton pays espèce de voyou, voleur en 10 ans qu as tu fais a part engraisser ton compte en banque et ceux de ton CA tu as pas honte degueu retrouve ton cher Didier Robert qui se ressemble s’assemble, minable

  12. Ah c est celui qui exigeait du caviar qui lui soit servit automatiquement à chacun de ses voyage espèce de gros tas de merde retourne dans ton pays espèce de voyou, voleur en 10 ans qu as tu fais a part engraisser ton compte en banque et ceux de ton CA tu as pas honte degueu retrouve ton cher Didier Robert qui se ressemble s’assemble, minable

  13. il faudrait revoir leurs salaires des dirigeants madame Bello, l’argent des réunionnais pour les gaver comme des canards.
    Une entreprise en déficit, on fait du nettoyage des gros salaires et puis on verra.
    Monsieur BREMA n’est pas mieux lui!!

  14. il faudrait revoir leurs salaires des dirigeants madame Bello, l’argent des réunionnais pour les gaver comme des canards.
    Une entreprise en déficit, on fait du nettoyage des gros salaires et puis on verra.
    Monsieur BREMA n’est pas mieux lui!!

  15. la jette a lu comme un malpropre, exactement comme robert et coco faisaient à leurs CDD. merci madame Bello, enfin une vraie Présidente de region

  16. Faut juste baisser le prix des billets.et il y aura plus de voyageurs et les avions seront pleins..une différence de 300 à 400 euros .c la compagnie la plus chere

  17. Une Cie soit disant régionale mais plus chère que les autres avec les deniers de l etat donc aux contribuables, allez vous faire voir

Répondre à mimau Annuler la réponse

Your email address will not be published.

Article précédent

Emeline K/Bidi, dans la 4ème, répond à David Lorion : « tortue i voit pas son queue »

Article suivant

Les soins au tortues se poursuivent malgré la grève sur Kelonia

Free Dom