Anne-Flore Devaux, conseillère départementale déclare la guerre au harcèlement scolaire et à la cyber-violence

dans Courriers des lecteurs

Anne Flore Deveaux, habituellement enjouée, souriante et pleine d’enthousiasme pour tout ce qu’elle entreprend, a les yeux dans le vague et le visage grave.
« Voir des enfants, tout juste entrés dans l’adolescence, prendre la tragique décision  de mettre fin à leurs jours parce que leur quotidien est insupportable est pour moi  totalement inacceptable.
Un pays développé, au XXIème siècle, ne devrait pas permettre cela. Nous avons le  devoir de protéger nos enfants, Tous les enfants ».
Conseillère départementale, conseillère municipale d’opposition à La Possession,  cette maman est également engagée professionnellement dans le champ de
l’éducation puisqu’elle est à la tête de deux établissement à pédagogies alternatives sur l’île, où son équipe et elle même accueillent des jeunes du plus jeune âge jusqu’au  brevet.
L’autonomie, l’épanouissement personnel et la construction du libre arbitre qui  fondent les pédagogies alternatives qu’elle a choisi de proposer aux jeunes réunionnais  sont les piliers qui sont mis à mal lorsque des jeunes sont victimes de harcèlement  scolaire.
C’est un constat d’échec de notre système éducatif et plus largement social, tant pour les  harceleurs que pour les harcelés.
C’est face à des drames toujours plus nombreux qui ponctuent l’actualité, comme le très récent suicide de la jeune Evaëlle, 11 ans, dans le Val d’Oise, mais aussi parce qu’elle a été directement saisie par des parents inquiets de certains collèges de son secteur, qu’Anne Flore DEVEAUX lance un cri d’alarme et un appel à la
mobilisation face à ce fléau inacceptable.
Elle est actuellement en cours de constitution d’un tour de table d’acteurs désireux de s’engager, tant au niveau des collectivités locales, de l’Etat, mais aussi
de la communauté éducative et proposera à la rentrée un plan d’action résolument tourné vers la sensibilisation, le dialogue, la prise de conscience et la prévention.
Il y a quelques jours, le G7 Education, qui se tenait à Paris, mettait au centre de ses débats la question du harcèlement scolaire. « L ‘ennemi est le silence » y a déclaré Brigitte Macron, après avoir martelé que « la peur doit changer de camp ».
Dialoguer, expliquer, décrypter, accompagner : voilà bien l’ambition d’Anne Flore Deveaux, qui compte bien fédérer toutes les parties prenantes pour la protection de nos jeunes contre les dérives du numérique mais également en faveur d’une éducation toujours plus inclusive, faisant toute la place à la différence.”

3
Poster un Commentaire

avatar
2 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
3 Comment authors
LE MALTAISUne maman d élèvePRIANON Jean Louis Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
PRIANON Jean Louis
Invité
PRIANON Jean Louis

Il faut absolument lutter contre ce fléau qui ruine le suivi scolaire des jeunes . Les parents ont un grand rôle également à jouer, en faisant eux-mêmes la prévention et le dialogue avec leurs enfants.

Une maman d élève
Invité
Une maman d élève

Aujourd’hui le harcellement scolaire est un vrai fléau dans nos écoles. Dans l’école de mes enfants, cela fait 4 ans que des problèmes d’harcellement nous sont rapportermés à nous représentants de parents d élèves. Chaque fois nous allons voir la direction de l école qui a chaque fois le même discours “nous avons des programmes à tenir et pas le temps, aller voir la mairie”… La mairie de la Possession nous dit ne pas avoir les moyens de mettre cela en place des ateliers. Sachant que tous les élèves ne sont pas présent sur le temps de pause méridienne !… Lire la suite »

LE MALTAIS
Invité
LE MALTAIS

LE HARCELLEMENT SCOLAIRE EXISTE DEPUIS DES LUSTRES TANT A LA REUNION QUAND EN METROPOLE …allez dans le 93 il y a toujours eu des têtes à claque …en plus s’ habiller ,chaussé avec de la marque ..alors que vous avez des enfants qui ont juste de quoi vivre et encore le père un ivrogne une mère seule pour élever sa progéniture bien souvent sachant à peine lire …voila le contexte ..plus les téléphones portables qui font envie à ceux qui ne peuvent ce le faire payer par les parents donc jalousie de gosse ..pauvre …n’ayant pas de repères éducatifs sociologique… Lire la suite »