Après la Martinique, un premier cas de variole du singe en Guadeloupe

6 min de lecture
2

Un premier cas de variole du singe a été confirmé ce lundi par l’Agence Régionale de Santé de Guadeloupe, Saint-Martin, Saint-Barthélémy. Le patient, résidant en Guadeloupe, était de retour d’un voyage dans l’hexagone où il a fréquenté un cas confirmé. Il ne présente aucun signe de gravité, et il a « été placé en isolement à domicile dés l’apparition des premiers signes cliniques évocateurs ».

Et dans la zone des Caraïbes, le ministère de la Santé de Sainte-Lucie a informé la population que 6 cas évocateurs de la variole du singe avaient été signalés ces derniers jours.

Quatre des personnes potentiellement contaminées n’ont pas voyagé récemment en dehors de l’île. Les six patients suspects ont été placés à l’isolement dans l’attente des résultats de leurs tests.

L’unité d’épidémiologie procède à une enquête de contact tracing pour repérer d’éventuelles autres contaminations.

Au 21 juillet 2022 à 12h00, 1 567 cas confirmés ont été recensés en France : 726 cas résident en Ile-de-France, 123 en Auvergne-Rhône-Alpes, 97 en Occitanie, 72 en Nouvelle Aquitaine, 55 en Provence-Alpes-Côte d’Azur, 41 dans les Hauts-de-France, 29 en Grand Est, 18 en Normandie, 16 en Bourgogne-Franche-Comté, 15 en Pays-de-la-Loire, 11 en Centre-Val de Loire, 10 en Bretagne, 1 en Corse et 1 en Martinique. La région de résidence n’est pas renseignée pour 347 cas et 5 cas résident à l’étranger.

La distribution des cas par région de résidence (lorsqu’elle est connue) est présentée dans la figure 1 pour les cas résidant en France. Celle par région de signalement est présentée dans la figure 2.

Figure 1. Cas confirmés de variole du singe (n=1 215 cas) par région de résidence, France, mai-juillet 2022 (données au 21/07/2022 – 12h00)

Figure 1. Cas confirmés de variole du singe (n=1 215 cas) par région de résidence, France, mai-juillet 2022 (données au 21/07/2022 – 12h00)

Figure 2. Cas confirmés de variole du singe (n=1 473 cas) par région de signalement, France, mai-juillet 2022 (données au 21/07/2022 – 12h00)

Figure 2. Cas confirmés de variole du singe (n=1 473 cas) par région de signalement, France, mai-juillet 2022 (données au 21/07/2022 – 12h00)

La distribution des cas selon la date de début des symptômes (lorsque celle-ci est connue) est présentée en figure 3. La date de début des symptômes des cas s’étend entre le 7 mai 2022 et le 17 juillet 2022. Ils ont été diagnostiqués en médiane 6 jours (entre 0 à 23 jours) après le début des symptômes ; de ce fait et compte tenu des délais de déclaration, les données des dernières semaines ne sont pas consolidées.

Les déclarations reçues ne mentionnent pas toujours la date de début des symptômes ou la date de diagnostic du patient. En alternative de ces informations, la distribution des cas selon leur date de signalement est présentée en figure 4.

Figure 3. Cas confirmés de variole du singe (n=1 179 cas) par semaine de début des symptômes, France, mai-juillet 2022 (données au 21/07/2022 – 12h00). Les données des dernières semaines (en gris) ne sont pas totalement consolidées.

Figure 3. Cas confirmés de variole du singe (n=1 179 cas) par semaine de début des symptômes, France, mai-juillet 2022 (données au 21/07/2022 – 12h00)

Figure 4. Cas confirmés de variole du singe (n= 1 410 cas) par semaine de signalement, France, mai-juillet 2022 (données au 21/07/2022 – 12h00)

Figure 4. Cas confirmés de variole du singe (n= 1 410 cas) par semaine de signalement, France, mai-juillet 2022 (données au 21/07/2022 – 12h00)

Tous les cas recensés à ce jour, sauf 7 adultes de sexe féminin et 2 enfants, sont des adultes de sexe masculin. Les cas adultes ont un âge médian de 36 ans ; 25% des cas adultes ont moins de 30 ans et 25% ont de 43 à 84 ans.

Parmi les cas investigués, 78 % ont présenté une éruption génito-anale, 72 % une éruption sur une autre partie du corps, 76 % une fièvre et 74 % des adénopathies.

Quarante cas (3,4 %) ont été hospitalisés du fait de leur infection au virus Monkeypox, dont 33 (3,0 %) pour complications en lien avec ce diagnostic. Aucun cas n’est décédé.

Le délai médian de recours au test par semaine de dépistage est en diminution depuis le début de l’épidémie : il est passé de 13 jours en S18-2022 (2 au 8 mai) à 5 jours en S26-2022 (4 au 10 juillet).

Parmi les cas investigués, 51 sont immunodéprimés (4,8 % des cas ayant répondu) ; 290 sont séropositifs au VIH (soit 26% des cas connaissant leur statut VIH).  Chez les cas non porteurs du VIH, 554 sont sous PreP (soit 69% des répondants à la question).

A ce jour, en France, 96 % des cas pour lesquels l’orientation sexuelle est renseignée sont survenus chez des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH). Parmi les cas pour lesquels l’information est disponible, 74 % déclarent avoir eu au moins 2 partenaires sexuels dans les 3 semaines avant l’apparition des symptômes.

La plupart des cas interrogés déclarent ne pas pouvoir identifier la personne qui les aurait contaminés ; 227 sont des cas secondaires, c’est-à-dire rapportant avoir été en contact avec un cas de variole du singe dans les trois semaines précédant la survenue des symptômes.

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Mutinerie des détenus à la prison de St-Pierre

Article suivant

Il meurt étouffé par son boa malgré l’intervention de la police

Free Dom