Après les coups de feu sur son domicile, Joé Bédier a reçu un appel du Premier ministre

1 min de lecture
12

C’est Jean Castex en personne, chef du gouvernement, qui a pris son téléphone pour appeler Joé Bédier, le maire de Saint-André, dont la maison a été la cible de coups de feu, dans la nuit du lundi 28 février dernier à Chemin Sarabé (Bras-des-Chevrettes) à Saint-André. Histoire de montrer qu’il n’est pas question de banaliser cet acte de violence considéré comme grave. C’est un homme qui a été visé, un père de famille mais aussi un maire, un élu en fonction, un officier de police judiciaire qui incarne la République.

Le Premier ministre a promis au maire de Saint-André que tout sera fait pour arrêter « le plus rapidement possible » le ou les auteur-s de ces coups de feu tirés quasiment à bout portant sur les portes du domicile de Joé Bédier alors que ce dernier regardait la télévision chez lui, aux environs de 23 heures.

L’enquête policière se poursuit. Un individu a été interpellé dans un premier temps avant d’être relâché. Le maire de Saint-André, qui bénéficie toujours d’une protection policière – plusieurs rondes sont organisées chaque nuit aux abords de sa maison – avait déclaré avoir reçu déjà plusieurs menaces. Mais qui a bien pu pénétrer dans sa cour ce 28 février en escaladant la clôture pour tirer ces coups de feu ? Deux détonations avaient été entendues. L’enquête le dira.

« Nous travaillons à mettre fin aux anciennes méthodes qui ont régné durant des décennies à Saint-André, à la mairie précisément et dans tous les services communaux. Le Procureur de la République et la Chambre régionale des comptes veillent au grain. Plus question, comme par le passé, de tolérer des situations d’emplois fictifs par exemple, des gens, la plupart du temps des repris de justice, payés à ne rien faire. Avec Joé Bédier, la façon de faire a radicalement changé. Des badgeuses seront prochainement installées à la mairie et dans les mairies annexes. Tout sera dorénavant contrôlé. Le fait aussi d’avoir supprimé des logements de fonction pour certains agents communaux et d’autres avantages a pu donner des idées à certaines personnes qui n’étaient pas habituées à ce qu’on leur dise non. Notre seul objectif est d’utiliser l’argent public, l’argent des contribuables à bon escient sans favoritisme aucun », explique un élu de Saint-André. Avant d’ajouter : « c’est une nouvelle manière de procéder qui casse les codes et qui gêne… » Pour l’instant, les policiers passent en revue toutes les menaces et essayent d’identifier leurs auteurs.

Yves Mont-Rouge

[email protected]
Téléphone : 0692 85 39 64

0 0 votes
Note de l'article
S'inscrire
Me notifier des
12 Commentaires
plus de votes
plus récents plus anciens
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Article précédent

« Fanm à la Cité », une offre culturelle au féminin proposée par la Cité des Arts

Article suivant

Moufia : le voisin bruyant, une nouvelle fois, victime d’une vengeance

Free Dom