ARS : 25% des personnes âgées de 15 à 75 ans fument du tabac quotidiennement à La Réunion

6 min de lecture
7

À La Réunion, 25% des personnes âgées de 15 à 75 ans fument du tabac quotidiennement et plus de la moitié sont des gros fumeurs. Or, le tabac est un facteur de risque avéré pour 17 cancers, mais aussi diverses maladies cardio-vasculaires et respiratoires chroniques. Le tabac reste le produit psychoactif causant le plus de décès évitables avec 75 000 décès/an qui lui sont attribués en France.

Par ailleurs, si le tabagisme quotidien avait tendance à diminuer ces dernières années, la crise du Covid-19 semble l’avoir fait repartir à la hausse.

À l’approche de la journée mondiale sans tabac portée le 31 mai par l’OMS, l’Agence Régionale de Santé La Réunion et l’association SAOME souhaitent informer et sensibiliser la  population sur les effets nocifs et mortels du tabagisme actif et passif.

Le tabac : un enjeu de santé publique à La Réunion 

Situation du tabagisme à La Réunion

À La Réunion, 25% des 15 à 75 ans fument du tabac quotidiennement et plus de la moitié sont des gros fumeurs.

À La Réunion, 580 décès ont été attribués au tabagisme en 2015 soit 11,6% des décès enregistrés dans l’année, parmi lesquels :

  • 52% liés à des cancers
  • 24% à des pathologies cardiovasculaires
  • 17% à des affections respiratoires chroniques

L’impact du tabac sur la santé

  • Le tabac est un facteur de risque avéré pour 17 cancers (poumon, gorge, bouche, lèvres, pancréas, reins, vessie, utérus…), et diverses maladies cardio-vasculaires (infarctus du myocarde, AVC, , hypertension artérielle…), ou respiratoires chroniques (BPCO)…
  • Pour la plupart des patients d’hospitalisés ou ayant une affection longue durée, le maintien du tabagisme est facteur de sur-risques opératoires, d’effets indésirables renforcés des traitements et plus globalement de dégradation du pronostic ou de la qualité de vie.
  • Une grossesse avec maintien du tabagisme signifie plus de risques de fausses couches, d’accouchements prématurés et de retard de croissance du fœtus.

La lutte contre le tabagisme : une priorité

La nouvelle stratégie décennale de lutte contre les cancers 2021-2030 insiste sur la nécessité de réduire le tabagisme.

Depuis 2018, l’Agence Régionale de Santé de La Réunion a retenu la lutte contre le tabagisme comme une priorité, et engagé un programme régional de réduction du tabagisme (P2RT) en mobilisant les différents acteurs. L’ARS poursuit deux objectifs principaux :

  • Protéger les enfants et éviter l’entrée dans le tabagisme
  • Encourager et accompagner les fumeurs vers le sevrage

De nombreuses actions ont déjà été développées et ont commencé à produire leurs effets.

Le dispositif Lib’ Sans tabac propose d’aider les professionnels de santé libéraux qui souhaitent accompagner leurs patients fumeurs. Grâce à cette dynamique, le sevrage tabagique est rendu plus accessible, dans une démarche de parcours coordonné.

Le #MoisSansTabac mise sur un élan collectif en incitant les fumeurs à arrêter tous ensemble pendant un mois, en novembre, chaque année.

Dans un même esprit collectif, la dynamique des Lieux Sans Tabac (LST) se déploie à La Réunion.

Cette démarche initiée historiquement dans les établissements de santé vise à offrir un environnement sans tabac ou avec des zones fumeurs circonscrites, en ayant une démarche active de prévention et d’accompagnement à la réduction du tabagisme auprès des patients, des salariés et du public.

L’ARS La Réunion a missionné SAOME pour venir en appui des structures qui voudraient se lancer dans cette dynamique collective.

Qui est SAOME (Santé Addictions Outre-Mer) ?

Basée à La Réunion, SAOME anime une communauté d’acteurs dans le domaine de l’addictologie et champs connexes.

Cette association loi 1901 constitue un dispositif de ressource et d’appui en addictologie, assurant 4 missions :

  • Réseau de santé en addictologie à La Réunion
  • Cellule d’appui à la prévention des conduites addictives – La Réunion Mayotte
  • Animation territoriale et régionale
  • Etudes et Recherches

Contacts :

Tel. 0262 22 10 04

LinkedIn : Saome-sante-addictions-outre-mer

7 Commentaires

  1. Qui n’a jamais fumé lève le doigt ! Mais bon, certains d’entre nous ont pu “savouré” des Malborow, Glaston, craven A, du mentholé, ect. Maintenant roulé un joint ou du tabac y a vraiment plus d’plaisir …

  2. Heureusement que l’État n’interdit pas l’adjonction de tous les additifs dans le tabac sinon les gens seraient moins dépendants
    Les gens seront moins accros il y aurait moins de malades, moins de charge sur l’assurance maladie et surtout moins de fric pour les impôts

  3. Les chiffres repartent à la hausse….que nenni, cette hausse est simplement liée au fait que les français ont moins voyagé et donc pas acheté de cigarettes à l’étranger. Surtout dans les départements frontalier en métropole.la réponse de notre gouvernement va être d’augmenter les taxes pour freiner le tabagisme en France….Mais surtout pour remplir les caisses de l’état sur le dos des fumeurs…..qui cela dit en passant sont souvent des gens sans le sou…..Tout va bien ne changez rien.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

St-Pierre : une collégienne de 13 ans agressée sexuellement dans un bus

Article suivant

Covid-19 à La Réunion : 147 classes fermées et 209 élèves contaminés en une semaine

Free Dom