Le Département veut remettre les RSA au travail via le “RSA+”

70 millions d’euros avant la fin de cette année, c’est-à-dire dans les 6 mois qui viennent « pour soutenir les personnes fragiles et vulnérables, les filières agricoles et les petites et moyennes entreprises ». Puis, 500 millions d’euros d’ici aux 4 prochaines années pour « un véritable Plan de relance économique et sociale ». C’est ce plan d’un demi milliard d’euros qui va être injecté dans l’économie locale que les élus du Département, réunis ce matin en session plénière au palais de la Source, ont adopté à l’unanimité. L’occasion également pour eux de voter le compte administratif 2019 et le budget supplémentaire 2020. Sans oublier un autre gros dossier, à savoir l’expérimentation du RSA+. Autrement dit, comment aider les allocataires du RSA à renouer avec l’emploi et/ou la formation sans pour autant supprimer leurs allocations et aides sociales. Ecoutez Cyrille Melchior, président du Département, au micro d’Yves Mont-Rouge :

Un Plan préparé par les agents du Département avec le concours de l’Etat et de la CAF, ainsi que l’expertise de deux bureaux d’études. Le président Cyrille Melchior n’a d’ailleurs pas manqué de saluer d’emblée « le travail et l’engagement de chacun des agents de la Collectivité départementale, d’autant plus ces derniers mois qui ont été particulièrement éprouvants ».

Il a rappelé que « la crise sanitaire que nous traversons mais qui est loin d’être derrière nous est d’une très rare violence. Elle nous préoccupe et nous inquiète toujours au point que les autorités sanitaires craignent et mettent en garde contre une recrudescence et les menaces d’une deuxième vague pouvant entrainer des mesures de reconfinement ciblé ».

D’où l’engagement pris par le président Melchior : « Face à cette pandémie et à ses conséquences, le Département de La Réunion reste très actif et pragmatique. Nous continuons de déployer un panel de dispositifs pour accompagner au mieux notre territoire et notre population dans ce contexte si particulier ».

Dans l’immédiat, la collectivité départementale va engager 70 millions d’euros qui vont se dispatcher de la manière suivante : 7,5 millions d’euros pour améliorer les conditions sanitaires en renforçant la lutte contre la dengue.

21,5 M€ pour soutenir les personnes fragiles et vulnérables avec : 1,5 M€ pour le soutien scolaire afin de combattre le décrochage « catastrophique » depuis le mois de mars dernier (deux actions : vacances apprenantes du 4 juillet au 17 août) et versement d’une indemnité de soutien scolaire aux enfants relevant de l’Aide sociale à l’Enfance, 16 M€ pour soutenir les ménages, réduire les effets du confinement (création d’un PASS social, un dispositif de soutien à la remise en forme, bien-être, loisirs, 2 M€ pour la mise en place d’une plateforme d’écoute, d’accompagnement et pour lutter contre l’isolement des personnes âgées et des familles fragiles, 2 M€ pour sécuriser l’aide alimentaire à travers un chèque d’accompagnement personnalisé (CAP).

11 M€ pour soutenir les filières agricoles touchées par la crise sanitaire et contribuer à la sécurité alimentaire : 1 M€ pour les filières horticoles, équines et agro-touristiques ; 10 M€ pour les filières agricoles et la sécurité alimentaire du territoire à travers des aides directes aux agriculteurs indépendants, la conservation et la régulation des filières végétales et animales, la commercialisation directe et le stockage notamment des semences.

30 M€ pour soutenir les petites et moyennes entreprises en faveur de l’amélioration de l’habitat, des modes de prise en charge des personnes vulnérables, des collégiens, de la culture, du tourisme et des bâtiments départementaux. « Nous avons ainsi la ferme intention de doubler nos efforts en matière d’amélioration de l’habitat. Nous voulons confirmer la participation du Département à la construction de logements neufs, maintenir une forte contribution en matière de réalisation d’infrastructures départementale », a précisé Cyrille Melchior.

Quant aux 500 millions d’euros à venir pour les 3 à 4 prochaines années, cette enveloppe budgétaire se répartira comme suit :

100 M€ pour le logement, avec doublement de logements améliorés. Il faut souligner que sur les 35 000 logements à améliorer, 92 l’ont été en 2019.

32,3 M€ pour valoriser la production locale (7 M€ pour aménager des terres agricoles avec accès aux parcelles, 6,5 M€ pour augmenter les productions animales et végétales, 10 M€ pour développer des actions afin de sécuriser et renforcer la consommation de produits locaux et 9 M€ pour accélérer la transition agro-écologique).

189 M€ pour rénover, construire des bâtiments notamment au service du social, de la santé, de l’éducation.

170 M€ pour les routes départementales et les infrastructures hydrauliques. Soit 90 M€ pour la sécurisation et le développement du réseau routier : suppression de radiers parmi lesquels celui du Ouaki à Saint-Louis, poursuite de l’opération emblématique Route des hauts de l’Est… Et 80 M€ pour accélérer le développement des périmètres irrigués : mise en eau des régions Est et Nord (Meren). « Le Département envisage ainsi d’accompagner dans leurs dépenses sociales, 120 000 familles bénéficiaires du RSA ou vivant dans la précarité particulièrement affaiblies par cette crise », a expliqué Cyrille Melchior.

Les allocataires pourront cumuler RSA, aides sociales et revenus salariés

 Un dispositif qui s’inscrit dans le cadre du Plan Pétrel annoncé par Emmanuel Macron lors de sa visite dans notre île en septembre dernier. Grâce à la recentralisation des dépenses du RSA, le Département depuis janvier dernier, le Département dispose de marges de manœuvre financières lui permettant d’accompagner financièrement les allocataires du RSA qui souhaitent travailler ou suivre une formation afin de se réinsérer professionnellement. Les bénéficiaires du RSA pourront donc, grâce à l’aide départementale, cumuler allocation sociale et revenus. C’est « l’Expérimentation du RSA+ » qui a été présenté ce matin par le 1er vice-président Jean-Marie Virapoullé. Une expérimentation qui sera lancée à compter du 1er septembre prochain et qui devrait concerner dans un premier temps 5 000 bénéficiaires du RSA, soit 2000 en parcours emploi salarié notamment dans le secteur agricole, 2000 en parcours de formation, 500 en parcours de mobilité et 500 en parcours d’activité. Un dispositif mis en place par le Département en collaboration avec l’Etat, la CAF ainsi que le Pôle emploi, le Réseau Points Chances, le CNARM, la SPL AFPAR, le CFA SAP. « Ce dispositif innovant doit permettre aux bénéficiaires du RSA de retrouver la voie de l’emploi tout en ayant un revenu motivant pour créer un cercle vertueux vers l’insertion durable. Plusieurs mois de travaux ont été nécessaires entre nos services, ceux de l’État et ceux de la CAF, que je remercie, pour bâtir ce dispositif expérimental », a rappelé le président Melchior. Les personnes intéressées par ce dispositif devraient se rapprocher du Département ou des organismes cités ci-dessus.

Y.M.

([email protected])

Free Dom, le site web, fait le choix d'un participatif sans modération à priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

6
Poster un Commentaire

avatar
4 Comment threads
2 Thread replies
1 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
4 Comment authors
jppRobertNanaBlacom974 Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
974
Invité
974

Et combien de millions vont être détourné cacher dans des paradis fiscaux ?

Blacom
Invité
Blacom

Que de la communication instable et qui n’aboutissent à rien pour freiner la le covid 19 .
Tout les millions distribués à tort et à travers depuis tant d’année par l’équipe de la droite , jamais vue 1€ de + sur mon compte en banque

974
Invité
974

Toutes les horizons politique sont des voleurs droite, gauche, centre, les extrêmes. Arrivée au pouvoir c’est tout pour ma pomme, ma famille, mes amis point. S’ils se battent autant c’est parce qu’il y a bcp à gagner. En plus en ce moment l’état distribu des millions à tout va, combien seront vraiment utilisés à bonne escient ??

Nana
Invité
Nana

Cyrille n egale pas nassimah

Robert
Invité
Robert

Ouvre les yeux creol

jpp
Invité
jpp

Être rsiste devient un métier. Et en plus iks cotisent pour la retraite. Je croyais que pour avoir droit à la retraite, il fallait avoir travailler. Le rsa n’est pas un travail, c’est comme une retraite, il permet à certains de vivre aux crochets de la société, sans travailler. Donc rsa contre en échange du travail à faire me semble mettre en avant les valeurs de la république et de la France. Marre de bosser pour payer ceux qui ne travaillent pas. C’est sans fin.