/

« Bèsement dans la cour Patel » à La République En Marche à La Réunion

8 min de lecture
6

Dans un mail incendiaire (voir copie ci-dessous), Henri Chane Tef, le référent départemental d’En Marche à La Réunion, accuse l’avocate Brigitte Hoarau de vouloir le court-circuiter. « Je n’accepte pas de travailler dans ces conditions; Je ne pense pas qu’on puisse continuer à travailler ensemble », écrit-il. Rappelons qu’Henri Chane Tef, conseiller municipal à Saint-Benoit et premier vice-président de la Cirest, a été, au tout début du mois de novembre dernier, nommé par Paris comme le référent départemental du mouvement présidentiel à La Réunion. Mais à l’en croire, Brigitte Hoarau, la candidate malheureuse d’En Marche aux sénatoriales de septembre dernier n’en fait qu’à sa tête. Et elle prend des initiatives, comme par exemple d’éliminer ou d’inscrire comme bon lui semble des élus au sein des comités locaux en cours de constitution. Toutes ses décisions au sein d’En Marche se font à l’insu du référent départemental. D’où la grosse colère d’Henri Chane Tef, qui est pourtant réputé pour son calme olympien. Certains y voient à travers les actions de Brigitte Hoarau, connue pour être une proche de Didier Robert, une tentative d’OPA d’Objectif Réunion sur le mouvement En Marche à la Réunion.

« Je viens de prendre connaissance du fichier avec des propositions pour le comité politique et les comités locaux. Et je constate avec stupéfaction que des élus du Nord ont été mis sur cette du Nord ont été mis sur cette liste sans la validation de Fernande Anilha. Je crois même qu’elle n’a pas fini ses consultations et qu’elle doit discuter avec d’autres personnalités comme Giraud Payet (qu’elle doit voir bientôt) et autres. Est-elle d’accord pour mettre dans on comité politique Michel Lagourgue ? », demande Henri Chane Tef à Brigitte Hoarau qui a cru bon former à sa guise les comités de locaux sans même en référer au patron local d’En Marche. « Je constate aussi que Gérald Maillot (président de la Cinor) a été éliminé de la liste initiale, idem pour Michel Vergoz, Michel Dennemont et Grégoire Cordebœuf. Je ne parle pas d’Anaïs Patel, qui représente un potentiel de 6000 voix dans le Sud et qui aurait pu être animatrice de comité local. Y’a-t-il une volonté d’éliminer des élus de gauche ? », s’interroge Henri Chane Tef, qui ne comprend pas et ne tolère pas la façon de faire de Brigitte Hoarau, d’autant que celle ci n’a aucun titre, aucun statut officiel reconnu par Paris au sein de La République En Marche.

« Brigitte Hoarau a voulu éliminer des élus comme Michel Vergoz, Michel Dennemont… »

« Ce n’est pas la première fois que tu me court-circuites (voir conseil national). Et je n’accepte pas de travailler dans ces conditions ». Henri Chane Tef poursuit, toujours à l’attention de Brigitte Hoarau : « compte-tenu de notre incompatibilité d’humeur (et je ne suis pas le seul !), je ne pense pas qu’on puisse continuer à travailler dans ces conditions. Laetitia prendra ses responsabilités ».

En fait Laëtitia Redonnet est conseillère politique au sein d’En Marche national. Mais c’est Arnaud Leroy qui est le patron du mouvement présidentiel pour les Dom. Et c’est sous sa houlette qu’une direction collégiale parisienne a nommé Henri Chane Tef début novembre.

Sauf que, Brigitte Hoarau, qui avait tout tenté pour mettre la main sur le mouvement, n’arrive toujours pas à digérer sa non-nomination. D’où ses initiatives personnelles comme si elle était la patronne du mouvement à La Réunion. D’où sa façon également d’opérer et d’éliminer certains élus, y compris des personnalités comme Michel Vergoz, maire de Sainte-Rose, qui a milité pour Emmanuel Macron lors de la présidentielle, ainsi que Michel Dennemont, le sénateur, et bien d’autres encore.

A la manœuvre, il y a Brigitte Hoarau, mais également, d’après ce que disent les proches de Chane Tef, un certain Jean-Gaël Anda, qui est aujourd’hui à la tête du groupe « La République En Marche » à la Région. Un groupe qui ne cache pas sa proximité avec le président Didier Robert au point que ce dernier pourrait, dit-on, attroibuer prochainement une vice-présidence à l’ex bras droit de Thierry Robert.

Dans le camp d’Henri Chane Tef, on soutient aussi qu’à travers Brigitte Hoarau et Jean Gaël Anda, « ce serait Objectif Réunion qui tenterait une OPA sur le mouvement présidentiel à La Réunion. Raison pour laquelle, Brigitte Hoarau fait tout en misouk pour éliminer Chane Tef et mettre la main sur la République En Marche dans l’île ». Aussi, Henri Chane Tef, 69 ans, très connu pour sa « zénitude » n’a pas l’intention de se laisser marcher sur les pieds « par une envoyée d’Objectif Réunion ». Il a préféré arrêter tout de suite les « coups bas » et mettre un terme à cette tentative de « faire exploser » le mouvement de La République En Marche en écrivant directement à l’avocate sudiste ainsi qu’à nombre d’élus locaux, tout en prenant soin d’informer la hiérarchie à Paris. A suivre !

Y.M.

([email protected])

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.



6 Commentaires



Free Dom
WordPress Video Lightbox