/

Réunion entre le préfet, Total et les gérants de stations-services : aucun accord trouvé

2 min de lecture
42

Depuis le lundi 21 février, les gérants de station-service de l’île étaient mobilisés devant la SRPP au Port. Ils manifestaient contre une éventuelle réduction du prix de l’essence.

Le blocage a été levé ce mardi 22 février 2022. Les gérants de stations-service ont obtenu l’organisation d’une réunion entre la préfecture, les gérants de stations-service et Total. Cette réunion a eu lieu ce mercredi 23 février 2022. Aucun accord n’aurait été trouvé.

L’ensemble des gérants de station-service indépendantes Vito, Ola et Engen ont décidé de bloquer la SRPP au Port car ils ne veulent pas subir une remise de 12 centimes sur le prix du carburant à la pompe ce qui met la profession en péril. Ils exigent que Total mettre en place un chèque énergie qui permettrait aux Réunionnais détenteurs de la carte Total de bénéficier de cette réduction.

Notre journaliste Yves Mont-Rouge avait rencontré un gérant de station-service plus tôt dans la matinée :

« Cette manifestation prévue n’a pas pu être faite plus tôt à cause de l’alerte rouge. Total permet à ses clients dès 50 € de carburant d’avoir une remise de 5 €. C’est problématique, car cela fait une baisse de 12 cts. »

Il évoque également une rupture de l’essence dans les jours à venir si la situation ne s’améliore pas.

Réaction du député Philippe NAILLET

« La situation de tension observée dans le milieu de la distribution des carburants à La Réunion est révélatrice d’un questionnement récurrent sur notre modèle économique et d’une nécessaire transparence de la part des acteurs économiques envers le territoire réunionnais.

Selon le dernier indice des prix à la consommation des ménages de l’Insee, le taux d’inflation à La Réunion était de 3,3% en 2021 quand les tarifs des carburants ont augmenté de 31%. Ces augmentations ne sont pas sans conséquence sur le pouvoir d’achat des Réunionnais et interrogent sur les solutions de mobilité alternatives au tout voiture.

Dans une période préélectorale, si je salue toute initiative de baisse de prix sans aide publique, dans notre contexte ultramarin avec des prix régulés par l’État, je partage la proposition du vice-président de l’OPMR (Observatoire des prix, des marges et des revenus de La Réunion) de continuer le travail pour une plus grande transparence dans le milieu pétrolier à La Réunion.

D’une part, nous pouvons nous interroger sur la nature des relations commerciales qui lient Total France et Total Réunion. D’autre part, est-ce que cette intervention de la direction nationale pour agir sur les prix à La Réunion est légale. J’attire d’ailleurs l’attention de la future mission de l’IGS sur ces deux points.

Enfin cette pseudo-volonté d’intervenir sur les prix de la part d’une multinationale semble cacher un véritable dumping socio-économique puisque cette aide de Total pour tout le territoire national ne représente que 0,31% de leur résultat de 2021. Personne ne peut croire que le pouvoir d’achat des Réunionnaises et des Réunionnais est aujourd’hui la préoccupation de Total France.

Je tiens enfin à rappeler que je défends un modèle réunionnais équilibré dans lequel la meilleure façon de participer à l’amélioration du pouvoir d’achat des Réunionnaises et des Réunionnais reste la création d’emplois sur notre territoire ».

0 0 votes
Note de l'article
S'inscrire
Me notifier des
42 Commentaires
plus de votes
plus récents plus anciens
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Article précédent

Cyclone Emnati : le Sud-est de Madagascar de nouveau soumis à rudes épreuves (VIDEOS)

Article suivant

Échouement du navire Tresta Star : le maire de St Philippe porte plainte en référé

Free Dom