Bras-Panon : le SAFPTR dénonce « une ambiance déplorable » ; La mairie répond

Dans un tract syndical posté sur son site Facebook (que nous avons reçu dans notre boîte mail) et qui circule depuis quelques jours dans les couloirs de la mairie de Bras-Panon, le SAFPTR (Syndicat autonome de la fonction publique territoriale de La Réunion) dénonce tous azimuts. Tout d’abord, il est question de « conditions de travail et d’ambiance déplorables au sein des services ». A en croire le syndicat, « les personnels de la mairie travaillent en flux tendus, avec très peu de moyens ».

Selon la SAFPTR, « il y a un manque manifeste de personnel. Certains ne connaissent pas leurs véritables fonctions et sont à la tête d’un service sans passer par les voies réglementaires ». Le syndicat évoque également « une désorganisation totale des services » ou encore « d’une organisation anarchique et arbitraire » et souligne que des « agents sont placardisés ». Toujours selon le SAFPTR, « il n’y a aucun respect de la personne humaine tant au niveau professionnel que privé. Le personnel est humilié, leur dignité est rabaissée (…) les employés de la régie communale travaillent plus de 60 heures par semaine ». Le syndicat cible « une politique répressive » et insiste sur « les tensions et intimidations au sein des services ».

Le SAFPTR demande à ce que « cette politique répressive qui brise le personnel et les familles des agents s’arrête ». Dans ce tract, il est par ailleurs abordé un autre sujet, celui d’un plan de titularisation que le syndicat qualifie « d’injuste et de partial ». L’organisation syndicale demande « un réel plan de titularisation avec de vrais critères correspondant à la carrière professionnelle des agents ». Dans ce tract de deux pages, le syndicat estime que rien ne va plus au sein des services à la mairie et que « la cocotte-minute est en train de monter en pression ».

Contacté hier en fin de matinée par téléphone, le maire Daniel Gonthier a déclaré qu’il s’agit là « d’un tissu de mensonges monté de toute pièce par un employé qui a un compte personnel à régler avec la mairie. Selon Daniel Gonthier, « cet employé communal, anciennement chef de la police municipale » lui en veut car il lui reproche de ne pas l’avoir soutenu lors d’une rixe survenue pendant la foire agricole en 2016. « Ce monsieur qui ne travaillait pas ce jour là a eu une altercation avec un agriculteur qui lui a donné un coup de poing. Mais d’après mes informations, il est reparti chez lui, a enfilé son uniforme de policier municipal avant d’aller porter plainte contre l’agriculteur à la gendarmerie. Et il voudrait que moi, le maire, je le soutienne. Ce que j’ai toujours refusé de faire. Depuis ce jour là, il m’en veut à moi, il en veut à la mairie, il s’est mis dans le syndicat et ne cesse de chercher la petite bête pour un oui, pour un non. Il tente de monter les uns et les autres contre moi même, contre la direction générale, contre la direction du cabinet… Voilà d’où vient le problème de ce monsieur. Mais vous savez, il y a un autre cyclone qui risque de nous arriver sur le dos. En tant que maire j’ai des choses beaucoup plus importantes et sérieuses à gérer que les états d’âme de ce monsieur ».

Le maire Daniel Gonthier a demandé au DGS de la mairie, Steven Bamba, d’apporter sur le fond toutes les précisions nécessaires aux « allégations » du syndicat. Il regrette « qu’un employé communal puisse se servir de son syndicat pour régler un conflit personnel avec son ». Le maire de Bras-Panon précise que « le dialogue est régulier et très courtois » avec la direction de la SAFPTR avec laquelle « les relations ont toujours été professionnelles et correctes ». Il en veut pour preuve le mail qu’il a reçu pas plus tard que le 25 avril dernier (voir photo de ce mail) dans lequel le syndicat félicite la mairie de Bras-Panon « pour la titularisation des agents communaux». Comprenne qui pourra !

Steven Bamba : « nous sommes dans un dialogue social vertueux » 

Comme le lui a demandé le maire, le DGS Steven Bamba, a apporté les précisions suivantes dans les minutes qui ont suivi notre appel téléphonique, hier en fin de matinée. Les voici : « avant de répondre directement aux points abordés par le communiqué, je souhaite rappeler certains aspects positifs de l’action de la collectivité en faveur de ses agents:

– Instauration de titres-restaurants à 5 euros par mois

– Mise en place du régime indemnitaire prenant en compte les fonctions, les sujétions et l’engagement professionnel (RIFSEEP) depuis le 1er janvier 2017 pour la commune et le CCAS, en reprenant les montants minimums des primes prévues pour la fonction publique d’Etat (ce qui n’était pas une obligation pour ces montants, au regard du principe de libre administration des collectivités) ; à ce titre, chaque agent perçoit un montant minimum de primes, arrêté par délibération du conseil municipal.

– Travail en journée continue du lundi au jeudi permettant d’avoir le vendredi après-midi vaqué, chaque semaine

– Plan de carrière pour les contractuels, permettant une revalorisation des traitements

– Accès aux formations qualifiantes et de préparation aux concours ; deux agents ont pu récemment profiter de cette facilité prévue, pour obtenir des concours de catégorie B e t C

– Nomination dans l’année des lauréats de concours et examens de la fonction publique territoriale

– Participation employeur à la complémentaire santé ».

S’agissant des conditions matérielles de travail, Steven Bamba précise : « depuis mon arrivée, j’ai souhaité travailler, en lien avec les chefs de service, sur l’entretien et le renouvellement des bâtiments et équipements, afin d’améliorer le confort de travail des services. A ce jour, près de 75 % des sites ont pu faire l’objet d’une visite, avec les services techniques, afin de recenser les travaux à réaliser et prendre en compte les propositions faites par les services, pour améliorer la relation avec l’usager. Un programme tri-annuel d’entretien sera mis en place pour traiter, en priorité, les problèmes les plus urgents.

Deux nouveaux bâtiments sortent de terre bientôt : le bâtiment Pôle de Services à la Rivière du Mat et le futur bâtiment qui regroupera sous 2 à 3 ans les services de la maison départementale, du CCAS et du Pôle Enfance, au sein d’un même guichet unique. Ce bâtiment nouvelle génération améliorera grandement la coordination de l’action sociale, dans des conditions optimales de travail pour les agents.

Enfin, l’extension de la mairie est programmée pour le prochain mandat, afin de regrouper les services dans un même bâtiment. D’autres améliorations sont en cours de préparation pour améliorer les conditions matérielles, pour améliorer la qualité de vie au travail :

– informatisation et automatisation accrues des tâches répétitives (archivage, gestion du courrier, signature de documents récurrents, gestion des congés, etc)

– création d’un espace convivial de détente au sein de la mairie

– renouvellement des biens mobiliers (véhicules de service, postes informatiques, téléphonie mobile, etc.) »

S’agissant de l’organisation des services : « une mise à jour, voire une rénovation, de l’organigramme est en cours afin d’améliorer la répartition des tâches de travail entre les différents services, faisant suite à un travail, encore en cours, sur le plan de formation, qui a identifié des pistes d’optimisation dans l’organisation propre à la mairie.

Plusieurs propositions ont été faites au maire en ce sens et un travail doit être mené en lien avec les syndicats pour présenter la nouvelle organisation ».

S’agissant du respect du temps de travail : « il a été demandé, exceptionnellement, pour permettre le bon démarrage de la Foire agricole, vitrine de l’action des services communaux et vitrine de l’Est, aux agents du services de travailler sur une période plus longue. En contrepartie, ces heures sont rémunérées conformément à la législation en vigueur ; pour faire suite à la tempête FAKIR, il a été choisi, à titre temporaire, de déroger au principe du “moitié payé – moitié récupéré”, afin de saluer l’engagement des agents ».

S’agissant du dialogue social : « une récente réunion de travail avec le délégué syndical SAFPTR a été l’occasion d’arrêter le principe d’une rencontre mensuelle, afin d’évoquer toute question syndicale. Cette réunion s’est déroulée lundi, à mon initiative, et il est prévu que la première réunion ait lieu dès le mois de juin, au regard de la contrainte temps que représentera la Foire agricole. Je m’étonne, très directement, de la façon dont le communiqué est libellé sur l’absence de dialogue social, sachant que j’ai indiqué lors de ladite réunion que mon action sera placée sous le signe de l’écoute et du dialogue. Je voudrais aussi signaler que j’ai rencontré le délégué SAFPTR lundi après-midi et je lui avais proposé de mettre en place des réunions mensuelles de travail sur les questions syndicales. Or, je constate que le tract syndical n’en fait pas mention. C’est regrettable ».

Enfin, s’agissant du plan de titularisation : « le programme en cours de préparation, par la direction générale des services et la direction des ressources humaines, prévoit de prendre en compte, pour la plus grande partie des personnes qui seraient concernées, l’ancienneté et le mérite dans l’exercice des missions. La démarche a été présentée officiellement aux chefs de service, puis aux syndicats jeudi après-midi. Le délégué SAFPTR n’a pas pris part à la réunion, à laquelle il était invité.

Lors de cette réunion, j’ai présenté la démarche aux syndicats présents et les délégués n’ont rien eu à redire sur l’architecture globale ; ils ont seulement souhaité être associé pour les ajustements sur certains noms. La commune comptant à ce jour près de 90 agents contractuels, il est difficile de faire accéder l’ensemble à l’emploi titulaire. Les délégués syndicaux ont bien conscience de cette contrainte financière et il a été proposé de travailler de concert à un plan pluriannuel, intégrant ces aspects budgétaires, auxquels la commune ne pourra se désintéresser, par souci de préserver la situation des contribuables de Bras-Panon. A titre de complément, là encore, cette démarche a été présentée de façon générale au délégué syndical lors de la réunion de travail de lundi après-midi, qui a bien compris la logique et bien intégré la souveraineté de l’autorité territoriale dans la décision de titulariser ou non des agents, dans le cadre cependant d’un dialogue social vertueux, qui est bien proposé ». Fermez le ban !

Y.M.

([email protected])

 

Free Dom, le site web, fait le choix d'un participatif sans modération à priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

4
Poster un Commentaire

avatar
4 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
4 Comment authors
JeromeNADIAMONIQUENoe97444 Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
Noe97444
Invité
Noe97444

Des ti emmerdeurs qui font courir des fakes news pour le ti buzz , comme d’habitude ! Rien de grave si ce n’est que les mettre dehors !

MONIQUE
Invité
MONIQUE

Que le tribunal tranche…Et si il y a des tronches qui doivent tomber,qu’ils tombent….Je ne suis pas payé pour juger

NADIA
Invité
NADIA

C’EST LA FOIRE AGRICOLE,et Les Bêtes ONT DU MAL à rester calme…..

Jerome
Invité
Jerome

Le grand bordel admistratif bravo monsieur le maire