/

Budget primitif 2022 de la Région : 4 élus de l’opposition votent avec la majorité d’Huguette Bello (VIDÉOS)

25 min de lecture
4

Il s’agit du premier budget de la nouvelle majorité régionale qui se trouve aux commandes de la pyramide depuis juillet 2021. Les élus de la Région étaient en effet réunis ce vendredi en session plénière pour se prononcer sur le budget primitif 2022 présenté par la présidente Huguette Bello. Une réunion qui a pu se tenir sans grande difficulté même si les transporteurs avaient, dans un premier temps, activé le klaxon de leurs camions stationnés par dizaines devant la pyramide depuis mercredi dernier en signe de protestation contre le « choix du tout viaduc » fait par la nouvelle majorité. La séance de travail a débuté vers 9 heures ; Une heure plus tard, les transporteurs ont levé le campement avant de se lancer dans une mini opération escargot, qui n’a pas duré.

Les camions sont restés devant les grilles de la Région jusqu’aux environs de 10 heures. (Crédit Photos : Yves Mont-Rouge)

A l’intérieur de l’hémicycle non climatisé, la séance s’est poursuivie jusqu’aux environs de 13 heures. Une réunion consacrée au budget, « le nouveau livre qui retrace les engagements pris devant les Réunionnais en juin 2021 », a dit Patrick Lebreton, 1er vice-président de la Région, délégué aux finances. Un budget placé sous le signe d’une embellie financière et « marquée du sceau de la sincérité ». Tous les élus de la majorité qui sont intervenus, tant la présidente Bello, Patrick Lebreton, Wilfrid Bertile que tous les autres ,ont salué « le redressement des finances régionales ». Ecoutez Patrick Lebreton qui explique l’état d’esprit de ce nouveau budget.

 

Il a été évidemment question de la NRL pour laquelle, la présidente Bello vient de signer l’accord de « Matignon 3 » avec Jean Castex, le Premier ministre. Interrogée sur son choix du « tout viaduc », la présidente persévère et signe : « il est définitif », a-t-elle répondu à Yves Mont-Rouge, avant d’expliquer à son tour les grandes lignes de son premier budget et non sans prendre le temps de déclarer que « les transporteurs » qui rouspètent « ont déjà gagné 100 millions d’euros » dans le cadre du marché de la NRL dont les travaux ont démarré en 2014. Ecoutez Mme Huguette Bello :

 

Le budget de la Région pour 2022 s’élève à 863 millions d’euros hors dette (budget principal), soit 418 M€ en Investissement et 444 M€ en Fonctionnement. Mais si la Région veut rester la tête hors de l’eau, elle doit, comme l’a souligné Patrick Lebreton, continuer à se serrer la ceinture en tenant compte de ses « trois zarboutans » pour rester « dans un cercle vertueux » : « maîtriser les charges de fonctionnement, mieux mobiliser les ressources et limiter l’endettement ».

Le 1er vice-président a rappelé la dette « de 1 milliard et 300 millions d’euros laissée par l’ancienne majorité que nous devrons rembourser. Compte-tenu des premières économies et de l’aide de l’Etat par ailleurs sur la NRL et le Pacte relatif à la formation, sans compter la mobilisation des fonds européens, la Région a pu considérablement réduire en 7 mois sa capacité de désendettement qui passe ainsi de 11,6 années à 9,3 années.

« Nous sommes sur la bonne voie », s’est félicité Wilfrid Bertile, avant de mettre en garde : « nous ne devons pas pour autant crier victoire trop vite car les temps sont incertains et de gros nuages s’amoncellent», qui plus est dans un contexte de crise sociale, sanitaire et, depuis tout récemment, géopolitique. Des nuages noirs qui ont pour noms les contentieux avec le Groupement NRL (près d’1 milliard ‘euros) et la situation financière très préoccupante d’Air Austral, notamment un prêt de l’Etat qu’il faudra rembourser assez rapidement. Sur la situation budgétaire de la Région, Wilfrid Bertile a déclaré : « nous avons hérité du bateau des copains d’abord ; s’il n’y avait pas eu de changement de majorité, nous aurions eu le radeau de la méduse. Mais gardons-nous quand même pour l’instant de dire que nous sommes sur le péniche du bonheur » Réponse d’Huguette Bello : « Pas d’exaltation, mais nous travaillons car nous y croyons ».

De gauche à droite : la présidente Huguette Bello, le directeur de cabinet Idriss Omarjee et la DGS Claudine Dupuy.

Karine Nabeneza, vice-présidente déléguée à la formation professionnelle, a noté que « ce budget marque un tournant, pas seulement par la NRL mais aussi par la formation professionnelle qui devient une des grandes priorités de notre majorité; Laquelle a décidé d’investir dans l’humain ». Selon elle, « la formation était un secteur délaissé par l’ancienne majorité qui avait renoncé au PACTE, cette manne financière de 100 M€ de l’Etat ».

Christian Annette nourrit l’espoir, via ce nouveau budget de la Région, de voir se développer des zones d’activités économiques dans les quatre micro régions de l’île : la zone se trouvant aux alentours de l’aéroport de Sainte-Marie dans le Nord, à Beauvallon dans l’Est, à Pierrefonds dans le Sud et dans la zone arrière du port dans l’Ouest. Il veut faire de l’emploi, la priorité de cette mandature régionale.

Richard Nirlo, Johnny Payet, Denise Hoarau et Sandrine Aho-Nienne votent le budget d’Huguette Bello

Céline Sitouze a confirmé la gratuité des livres scolaires annoncée en janvier dernier par la présidente Bello. Une gratuité qui interviendra pour les lycéens dès la rentrée d’août 2022. Ce qui représentera une économie de 100 à 200 € pour les familles des lycéens. Elle a aussi annoncé l’expérimentation du cartable numérique pour les 15 000 élèves des classes de Seconde à la rentrée prochaine.

D’autres élus (Frédéric Maillot, Virginie Gobalou, Jean-Bernard Maratchia, Normane Omarjee…) ont pris la parole pour apporter des précisions sur les travaux en cours dans le cadre de leur délégation respective ou encore pour saluer les efforts réalisés par la majorité régionale depuis juillet dernier. Idem pour la 2ème vice-présidente Lorraine Nativel, déléguée à la continuité territoriale. (Voir article et vidéo par ailleurs).

A l’exception de Richard Nirlo et de Johnny Payet, les autres élus de l’opposition se sont abstenus sur le budget 2022.

Michel Vergoz, un tantinet ironique sur le budget, s’est félicité de l’embellie financière réalisée par la nouvelle équipe en 7 mois. « Ou bien la catastrophe annoncée n’était pas réelle, ou bien je regrette de n’avoir pas voté pour vous ». Et le Macroniste, maire de Sainte-Rose et conseiller régional de l’opposition, qui aime bien titiller, de poursuivre, en citant « Matignon 3 » et le PACTE : « Merci le gouvernement ». Ou encore : « c’est grâce au gouvernement ». Il a demandé à la présidente « d’ouvrir au plus vite le premier tronçon du viaduc. Ne vous embarrassez pas des majors ! ». Puis Michel Vergoz, via un rappel chronologique des faits, a rappelé que le choix du viaduc n’était pas au départ celui de Didier Robert mais « bien celui de Paul Vergès » car « acté le 2 mars 2010 ». Vergoz était président du groupe PS à l’époque.

De gauche à droite : Richard Nirol, maire de Sainte-Marie et Johnny Payet, maire de la Plaine-des-Palmistes, ont voté pour le budget de la Région.

Richard Nirlo, maire de Sainte-Marie, est lui aussi élu de l’opposition régionale, mais ce matin, il s’est « réjoui » de l’accord de Matignon 3, puis de ce premier budget de la mandature Bello et du choix du « tout viaduc » de la nouvelle majorité concernant la NRL. Le Macroniste Nirlo a même lancé un appel à Christian Annette pour « travailler ensemble » au développement de la Réunion. Annette n’en revenait pas. Deux ou trois élus de la majorité, Huguette Bello y compris, ont saisi la balle au bond pour remercier chaleureusement Richard Nirlo pour sa posture politique. A noter l’absence de Jean-Jacques Morel, chef de file de l’opposition, et avocat, qui a donné sa procuration à Michel Vergoz. Il était retenu au tribunal pour des raisons professionnelles.

Après le débat, les élus sont passés au vote. Le budget primitif 2022 de la majorité régionale a été adopté à une large majorité puisque des conseillers de l’opposition y ont apporté leur soutien total et entier à la présidente Bello. Parmi eux, Richard Nirlo bien sûr, mais aussi Johnny Payet, maire de la Plaine-des-Palmistes (parrain de Marine Le Pen pour la présidentielle) ainsi que les deux conseillères régionales de Saint-Pierre, élues de la majorité municipale de Michel Fontaine, à savoir Denise Hoarau et Sandrine Aho-Nienne. Il n’y a pas à dire, Huguette Bello, tel Macron en 2017, bénéficie actuellement d’un alignement des planètes. Tout semble lui réussir : son partenariat avec l’Etat et le gouvernement, son budget primitif. Ce qui ne l’empêchera pas de soutenir Jean-Luc Mélenchon en avril prochain. Parce qu’il faut savoir que si Emmanuel Macron a accepté de financer la NRL à hauteur de 50% tel que cela a été formalisé dans « Matignon 3 », Jean-Luc Mélenchon quant à lui a déjà déclaré qu’en cas d’élection à la présidentielle, il fera financer à 100% la NRL. L’un dans l’autre Huguette lé en l’air !

Y.M.

([email protected])

Voici l’intégralité du discours d’Huguette Bello, ce matin, en préambule de l’examen du budget primitif 2022 :

« Je remercie l’ensemble de mes collègues de leur présence à cette Assemblée Plénière, signe de l’intérêt que chacun porte au bon fonctionnement de notre Collectivité et aux dossiers prévus à l’ordre du jour. Au préalable, je voudrais vous remercier de votre compréhension concernant le report de cette séance, initialement prévu le 16 mars.

Cette date du 16 mars 2022 prend en effet place dans l’ histoire de notre collectivité et de La Réunion, avec la signature à Matignon du Protocole d’accord relatif à l’achèvement de la nouvelle route du littoral. C’est en effet un acte historique qui a été accompli, au regard de la nature, de la portée et du contenu de ce protocole.

Par délibération de l’assemblée plénière en date du 27 octobre 2021, vous m’aviez donné mandat pour négocier avec l’Etat sa participation financière pour l’achèvement de la NRL.

Alors que la totalité des subventions de l’Etat a été consommée pour la réalisation du seul premier tronçon, l’engagement de l’Etat de financer à parité avec la Région, le surcoût correspondant au dernier tronçon de la NRL, était loin d’être acquis. C’est désormais une décision actée dans le Protocole et qui représente une contribution de 420 millions d’euros. Alors que le chantier de la NRL est à l’arrêt depuis plus de 2 ans, l’accord de l’Etat pour financer à hauteur de 50% la solution du viaduc permet enfin de garantir l’achèvement de la NRL.

Le Premier ministre a tenu à saluer ce choix, « un choix courageux », a-t-il déclaré. Compte tenu des difficultés récurrentes et avérées d’approvisionnement en matériaux pour toute solution en digues et les aléas importants et lours de conséquences qui en découlent en terme de procédure, de délai et de coût, le choix du viaduc est celui de la raison.

C’est le choix d’une solution maitrisée et sécurisée permettant de garantir l’achèvement du chantier. Force est de constater que si le premier viaduc a pu être terminé, le chantier de la digue est quant à lui toujours à l’arrêt. L’expérience du chantier de la NRL commencé en 2014 fait clairement apparaitre l’échec de la solution digue…

A noter que la digue de 3,6 km entre Saint-Denis et le premier viaduc a coûté, au kilomètre, plus cher que le viaduc, du fait notamment de l’inflation du coût des matériaux…

Nous pouvons raisonnablement envisager, avec le second viaduc la livraison définitive de la NRL avant la fin de la présente décennie. Et nous espérons pouvoir ouvrir le premier viaduc à la circulation au second semestre 2022, après l’achèvement des travaux de réparation des accropodes..

Ce Protocole de Matignon 3 est une excellente nouvelle pour notre collectivité et pour La Réunion et que nous devons apprécier à sa juste valeur. Il est bien évident que sans cette contribution, notre collectivité aurait été dans l’impossibilité de supporter seule le coût d’achèvement de la NRL.Nous aurons bien entendu des efforts à consentir pour boucler, sur nos fonds propres, le financement. Dans cette perspective, nous avons également obtenu l’inscription dans le protocole, l’accès de prêts à taux dédiés sur fonds d’épargne à hauteur maximale de 213 millions d’euros.

Ce Protocole engage désormais l’Etat et la Région.

  • Je demande aux services de vous remettre un exemplaire de ce protocole.

Nous aurons bien entendu, lors de prochaines séances, à examiner et à prendre des décisions pour sa mise en œuvre. Un mot concernant les transporteurs : nous avons eu une réunion avec l’ensemble des organisations représentatives des transporteurs le 28 février dernier en présence du préfet. Le choix de la solution du viaduc leur a clairement été annoncé. Les positions exprimées ont été très variées, la grande majorité prenant acte de cette décision. S’agissant des problématiques soulevées concernant ce secteur professionnel et qui ne se réduisent pas à la NRL, le préfet a proposé la mise en place d’une conférence logistique opérationnelle. La première réunion de cette instance est en cours de programmation… probablement la semaine prochaine…Aussi importante que soit la NRL, ce dossier ne saurait occulter les autres priorités de la mandature. Nous aurons tout à l’heure, lors de l’examen du budget primitif, l’occasion de mesurer les efforts que nous engageons dans tous les secteurs relevant de notre compétence, pour mettre en œuvre notre projet de mandature.

L’une de nos grandes priorités, c’est le développement humain et la formation.

Sur ce plan, nous avons mis à profit notre déplacement à Paris pour procéder en présence de la Haut-commissaire aux compétences, Carine Seiler, à la signature avec l’Etat pour les années 2022 et 2023, le Plan d’investissement dans les compétences, communément appelé le « PACTE ».Cet accord permet à la Région de reprendre son rôle de chef de file en matière de formation professionnelle et de bénéficier d’important crédits d’Etat afin de mettre en place notre politique d’insertion des Réunionnais les plus éloignés de l’emploi, une politique qui se veut désormais ambitieuse. Alors que l’ancienne majorité s’était retiré du PACTE, Notre mandature a souhaité reprendre place , comme d’ailleurs l’ensemble des autres régions, dans la grande famille du PACTE , dans une démarche partenariale et un cadre contractuel avec l’Etat . C’est pour nous une évidence car aucun moyen ne doit être sacrifié lorsqu’il s’agit de la formation de nos jeunes.

Dans le cadre de ce nouvel accord, sous réserve de l’engagement de la Région d’investir 24 millions d’euros annuel en formation professionnelle, l’Etat s’engage à verser à la collectivité une enveloppe de 66 millions d’euros de crédits supplémentaires couvrant les deux années 2022 et 2023. Ce sont donc, entre les fonds propres de la Région et les crédits compensés par l’Etat, 104 millions d’euros qui pourront être investis dans la formation ces deux prochaines années. Dans la ligne droite de notre projet de mandature, nous investissons massivement dans le développement humain.

Par la signature de cet avenant au Pacte, la Région Réunion repart sur le bon pied en matière de formation professionnelle. C’est un véritable saut qualitatif que nous devrons accomplir pour réussir la mise en œuvre de ce PACTE. C’est une chance pour notre collectivité, une chance pour notre territoire et surtout une chance pour l’ensemble des Réunionnais qui en bénéficieront. Telles sont les principales informations que je voulais partager avec vous, à l’ouverture de cette séance ».

 

 

 

 

 

Yves Mont-Rouge

[email protected]
Téléphone : 0692 85 39 64

4 Commentaires

  1. autant je peux comprendre l attitude des deux conseillers de saint pierre qui votent le budget de bello( puisque la rumeur a laissé entendre que leur mentor fontaine délègue général de LR A LA REUNION a tout fait pour permettre l election de bello) autant l attitude de Nirlo me laisse pantois. y a t il encore une droite solidaire à la Reunion? je comprends mieux maintenant le refus des réunionnais de cautionner ces amalgames pour ne pas dire » manger cochon » en privilégiant l abstention.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

La maire de Saint-Denis inaugure la nouvelle maison Prunel au Butor

Article suivant

Zétwal dann zié : découverte du patrimoine des hauts et observation du ciel du 21 au 27 mars

Free Dom