/

Camille Clain, conseillère départementale à St-Louis : de l’Entre-Deux au Palais de la Source

9 min de lecture

Dans notre série “Les Ti Nouveaux” au Département et à la Région, c’est-à-dire ces élus (es) sortis (es) des urnes en juin dernier, après Amandine Ramaye (conseillère régionale/Plaine-des-Palmistes)) et Amandine Hoareau (conseillère départementale/Sainte-Rose), nous vous présentons aujourd’hui Camille Clain. Elle a été élue, le 27 juin dernier sur le canton 16 (La Rivière, Cilaos, Entre-Deux), avec son binôme Jean-François Payet.

Camille Clain (à droite) en compagnie de Juliana M’Doihoma, la maire de Saint-Louis.

Camille Clain est, depuis juin 2020, adjointe au maire de Saint-Louis et, depuis juin 2021, 12 ème vice-présidente du conseil départemental, présidé par Cyrille Melchior. Qui est-elle ? Quel a été son parcours universitaire ? Sa situation professionnelle ? Comment est-elle venue à la politique ? Cette maman de deux enfants, originaire de la commune de l’Entre-Deux, nous dit tout. Mais avant tout, elle a tenu à dédier sa victoire “à ma mémé Elienne et mon pépé René Clain ainsi qu’à ma cousine, ma meilleure, ma soeur de coeur, Eva, qui me regardent tous les trois de là-haut”.

Son enfance ? 

“Je suis originaire de l’Entre-Deux, j’y ai grandi et j’ai eu la chance d’avoir vécu une enfance dans un village qui a longtemps gardé son authenticité des hauts. J’ai le souvenir, toute petite, d’avoir accompagné mémé Elienne à des “bal la poussière” le mercredi après-midi. J’entends encore l’orchestre en cuivre résonner dans la petite salle où nos gramounes dansaient le séga quadrille. J’ai toujours participé à l’animation de mon village à travers diverses associations culturelles et sportives. J’ai fait partie très jeune des “petits artistes” de l’association municipale musique et danse, de la chorale de Gospel et, plus tard, du club de Trail de l’Entre-Deux”.

Son parcours scolaire et universitaire ?

“Je suis allée au lycée Antoine Roussin à Saint-louis où j’ai obtenu mon Bac Scientifique. Après avoir fait une première année de médecine à la Réunion, j’ai été admise à l’Ecole Nationale de Chimie, Physique et Biologie de Paris où j’ai fait un cursus en Imagerie Médicale pendant 3 ans. 

Après l’obtention de mon diplôme, j’ai travaillé en qualité de Technicienne en Electroradiologie Médicale pendants 5 ans dans diverses Cliniques et divers Hôpitaux Parisiens avant de revenir sur mon île pour intégrer l’équipe de manipulateurs du CHU SUD Réunion. Je fais partie aujourd’hui de l’équipe de technicien IRM et Radiologie Interventionnelle où nous prenons en charge notamment tous les AVC de l’île et de l’Océan Indien.

Entre autres, nous participons à améliorer le cadre de vie des enfants de l’hôpital en dotant le service prochainement d’une IRM en jeu (de simulation) pour préparer les enfants à leur examen sans pratiquer de sédation. Ce projet co-porté par un de mes collègues, Mathieu Bonnefon et l’équipe Réuni-tour, a mis en lumière ce métier mal connu que nous pratiquons”.

Sa situation familiale et son engagement politique ?

“Je suis maman de 2 enfants, passionnée de nature et de montagne, et je vis avec mon compagnon à la Rivière Saint-Louis depuis plusieurs années. Si j’ai décidé de m’engager en politique, il y a maintenant 2 ans, c’est avant tout parce qu’il y avait urgence pour notre ville. J’ai vu en Juliana M’Doihoma une porte de sortie fiable et l’espoir de voir renaître Saint-Louis de ses cendres. Nous partageons les mêmes valeurs et la même détermination à redonner à la politique ses lettres de noblesse. Je n’ai pas longtemps réfléchi avant de me décider vers un engagement plus marqué pour son mouvement SLR car il me semblait impératif que nous formions un groupe solide pour faire sortir notre ville de ce marasme. Je n’ai pas de passé politique, je viens de la société civile mais je l’ai toujours dit: ” on ne peut continuellement critiquer, il y a des temps où il nous faut nous engager et agir”.

Je constate au fil des années que nos marmailles perdent leur ancrage, perdent leur identité car nous avons oublié notre rôle de passeur de mémoire. Comment se construire lorsque nous ne connaissons pas notre histoire ? Nous avons la chance de vivre sur une île aux multiples richesses naturelles et culturelles. Ce patrimoine est menacé et il est urgent de le préserver. On ne pourra le préserver que si nous arrivons à le transmettre dans toute son authenticité”.

Ses délégations en tant qu’élue ?

“Je suis élue déléguée au Développement Durable et à l’économie circulaire pour la commune de Saint-Louis. Pour moi, l’environnement ne peut pas être dissocié de l’éducation. Je souhaite ardemment travailler pour que nos jeunes soient des futurs adultes exemplaires en matière de préservation de l’environnement, qu’ils deviennent les futurs ambassadeurs de la protection de notre patrimoine naturel et culturel et qu’ils réussissent à être le moteur d’un changement de pratiques. 

Nos jeunes ont besoin d’être accompagnés pour retrouver un véritable ancrage territorial et c’est en articulant éducation, conscience environnementale et cohésion sociale que nous allons les tirer vers le haut. Il y a bon nombre de porteurs de projets innovants dans l’agriculture durable, dans la protection de l’environnement ou encore dans l’économie circulaire que je souhaite accompagner. Et mon arrivée au Département est une opportunité pour faire accélérer leur mise en œuvre. J’ai par ailleurs rencontré lors de cette campagne électorale une population en souffrance qui ne demande qu’à être mieux accompagnée, orientée et je serai avant tout une élue de proximité qui saura faire le relais entre les administrés et l’administration”.

Ses ambitions politiques ?

“Je suis ravie de l’exploit que nous avons fait à l’Entre-Deux : 1 507 voix, c’est du jamais vu depuis 20 ans ! Cela prouve que la population Entre-Deusienne est enfin prête, elle aussi, à sortir de ce népotisme politique… En tant que jeune femme et qui plus est, originaire de l’Entre-Deux, je suis heureuse d’incarner le renouveau politique dans le cœur des Entre-Deusiens…”

Yves Mont-Rouge

[email protected]
Téléphone : 0692 85 39 64

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Collectivités : rencontre entre la présidente Huguette Bello et le président Cyrille Melchior

Article suivant

2 333,64 € pour un conseiller régional… 5 639,63 € pour la présidente de Région (VIDÉO)

Free Dom