Campagne sucrière : les planteurs font des propositions à TEREOS

Une chose est certaine : c’est que la campagne ne débutera pas de sitôt.

Industriels et planteurs ne parviennent pas à se mettre d’accord au sujet d’un protocole régissant l’arrivée des cannes sur les plateformes sucrières. Tant qu’un accord n’est pas signé, il n’est donc pas possible de débuter sereinement cette campagne sucrière.

Un rassemblement se tient actuellement à La Caserne de Saint-Pierre afin de faire le point sur les point de blocages et les ajouts suggérés par les planteurs.

Les membres du CTICS veulent ainsi montrer aux planteurs que le protocole est suffisamment bien étudié grâce au comité technique. Les agriculteurs, eux, restent fermes sur leur position. “Les négociations n’avancent pas et donc la campagne sucrière non plus”, déclare Balaya Jackie, membre de la chambre d’agriculture. “Sauf si un accord est trouvé cet après-midi.” L’assemblée qui se  tiendra cet après-midi et réunira les deux partis autour de la table sera donc décisive pour la suite des opérations.

Le secrétaire général de la FDSEA s’exprimait en direct :

Edwin Payet, le président du CTICS s’exprime au sujet du protocole sujet aux tractations. Ce dernier “consiste à analyser la canne dans les remorques” :

 

Depuis le départ, l’industriel Tereos dit ne pas comprendre cette levée de boucliers des planteurs, qui ne souhaitent pas que la transparence soit de mise pour l’échantillonnage réel des cannes et de leur richesse.

“C’est tout à fait normal qu’un acheteur veuille savoir, la vraie richesse de ce qu’il achète, explique Florent Thibault, pour Tereos. Les planteurs eux, veulent qu’un autre type de protocole soit déployé qui serait plus léger et moins complet. Nous nous étions engagés à la discussion, nous respectons notre part du marché, il y a déjà eu 3 comités techniques et 3 réunions de bureau, mais il va maintenant falloir trouver une solution car des planteurs ont déjà coupé leurs cannes et que 4 000 tonnes brûlées attendent d’être traitées par l’usine”.

Ainsi, pour débloquer cette situation qui dure depuis plusieurs jours, l’industriel propose un vote.

Hier, un  courrier, co-signé de 10 des 17 membres du CTICS (Centre interprofessionnel de la canne et du sucre) a été transmis pour que le président convoque sous huitaine un conseil d’administration. Pour Tereos, il y a désormais urgence à démarrer la campagne

Une nouvelle réunion est programmée ce mercredi après midi, au CTICS.

Free Dom, le site web, fait le choix d'un participatif sans modération à priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

2
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
1 Thread replies
1 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
Le rhum ek de sucreNoé de l'Arche Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
Noé de l'Arche
Invité
Noé de l'Arche

La canne , tj la canne ! Les tracteurs vont encore ralentir la circulation pour livrer leur paille !

Le rhum ek de sucre
Invité
Le rhum ek de sucre

Toutes les métiers sont payés sur l’heure et les coupeurs sont payés entre 10 et 15 € la tonnes , pourquoi c’est pas payer entre 10 et 15 € le kilo .
C’est un travail colonisé çà ?