Campagne sucrière : la police veille, détection de pneus lisses pour certains tracteurs chargé de cannes

4 min de lecture
1

La Police nationale prévient. Dans le cadre de la campagne sucrière débutée le 1er juillet, il est important que les usagers de la route prennent en compte la présence les véhicules destinés à l’acheminement de la canne à sucre. En effet, la production est véhiculée par des moyens de transports différents en direction des deux usines sucrières de notre département, situées à ST-LOUIS et BOIS-ROUGE.

Ainsi, on différencie deux groupes de transporteurs : 
Les transporteurs dont la mission quotidienne, est le transport de marchandises sur l’ensemble du département. Il s’agit principalement de véhicules de type « cachalot » et les agriculteurs qui acheminent eux-mêmes leurs productions aux différents centres de réception répartis sur toute l’île.

Les difficultés engendrées :
-Déversement de la marchandise sur les voies de circulation dû à un mauvais arrimage ou à un chargement dépassant des ridelles notamment lors des passages de ces véhicules en dessous des ouvrages d’art.
-Différentiel de vitesses entre ces véhicules et les autres usagers notamment sur les voies dont la vitesse maximale autorisée est de 110 km/h.
-Dispositifs lumineux de ces véhicules atténués partiellement ou intégralement par le volume important de la marchandise transportée.
-Routes souillées : présence de terre, boue, canne à sucre entre les champs et les lieux de livraison.
-Circulation difficile à proximité des lieux de livraison.
-Densité de circulation plus importante sur un créneau horaire matinal (dus aux impératifs de livraison) en dépit de l’encombrement habituel du réseau routier.
-Présence de véhicules de grand gabarit sur des routes sinueuses et à double sens de circulation.

Conséquences :
-Présence de canne à sucre sur la chaussée entraînant la perte de contrôle des véhicules, notamment des deux-roues.
-Différentiel de vitesse jusqu’à 70 km/h entre ces deux types d’usagers ( véhicules agricoles : vitesse maximale de 40 km/h) ayant pour conséquences des ralentissements importants pouvant entraîner des collisions plus ou moins graves de conséquences.
-Présence de terre, voire de boue ou encore de déchets végétaux sur les voies de circulation affectant la tenue de route des autres véhicules et plus particulièrement celle des deux-roues.
-La fréquentation des routes sinueuses par des véhicules de fort gabarit obligent les autres usagers à adapter leurs allures et trajectoires empruntées par des usagers vulnérables (piétons, cyclistes…).

La vigilance, la prudence et la sécurité restent l’affaire de tous indique la police qui publie sur sa page Facebook le résultat de certains contrôles, dont un tracteur aux pneus totalement lisses. Edifiant !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.



1 Commentaire



Free Dom
WordPress Video Lightbox