///

Parade militaire sur le Barachois à St-Denis (VIDÉOS et PHOTOS)

10 min de lecture
6

Après 2 ans d’absence en raison de la crise sanitaire, le traditionnel défilé militaire du 14 juillet a fait son grand retour sur le Barachois à St-Denis.

Un défilé militaire et un dépôt de gerbes au Monument aux morts dès 11heures, suivi d’un pique-nique républicain sur le Barachois. Un défilé à pieds, motorisé, mais aussi aérien et maritime. Des jeunes du service civique et neuf enfant du quartier de la Chaumière ont défilé pour l’occasion.

Les forces présentes

  • 2ème Régiment de Parachutistes d’Infanterie de Marine (RPIMA)
  • Commandement de la Gendarmerie de la Réunion (CGR)
  • Direction Territoriale de la Police Nationale de la Réunion (DTPN
  • Direction régionale des douanes et droits indirects
  • Base aérienne 181 « Lieutenant Roland Garros »
  • Base navale Port-des-Galets
  • Direction du commissariat d’outre-mer des FAZSOI et groupement de soutien de la base de défense La Réunion Mayotte
  • Détachement du service de l’énergie opérationnelle dans la zone sud de l’océan Indien
  • Police municipale
  • Direction de l’Administration Pénitentiaire
  • Service Départemental des Services d’Incendie et de Secours – SDIS
  • Association Départementale de Protection Civile de La Réunion- ADPC
  • SMUR St Denis – SAMU 974
  • Croix Rouge Française – La Réunion
  • Secours Catholique-Caritas France, Délégation de la Réunion
  • Régiment du Service militaire adapté de La Réunion (RSMA-R)
  • Service National Universel (SNU)
  • Service civique

 

Le Barachois sera fermé à la circulation de 6 heures ce jeudi 14 juillet, à 3 heures du matin le lendemain.

De 20h à 20h30, le feu d’artifice du 14 juillet aura lieu. « La vie et la fête »: C’est la thématique retenue cette année par la ville de Saint-Denis pour célébrer la Fête nationale.

Le 14 juillet 1789 : Prise de la Bastille

Chaque année depuis 1880, la République fête la Nation le 14 juillet. Elle se construit sur deux événements révolutionnaires : la prise de la Bastille de 1789 et la fête de la Fédération de 1790.

La fête nationale commémore d’abord le 14 juillet 1789, première journée révolutionnaire à portée symbolique. Durant cette période, une grande agitation règne à Paris. Face au mécontentement populaire, le Roi réunit les Etats généraux, une assemblée des représentants de la noblesse, du clergé et du tiers-état. Ces derniers demandent une réforme des institutions et, le 9 juillet, se proclament Assemblée nationale constituante. L’initiative inquiète le Roi qui fait venir en secret des régiments suisses et allemands à proximité de Versailles. La rumeur court que les troupes royales se préparent à entrer dans Paris pour arrêter les députés.

Au matin du 14 juillet, des Parisiens en colère vont chercher des armes aux Invalides, puis se dirigent vers la vieille forteresse royale de la Bastille, en quête de poudre. Après une journée de fusillade, et grâce au ralliement de gardes nationaux, les Parisiens s’en emparent et entament sa démolition. Ils ne libèrent que quelques prisonniers. Cette journée qui marque le début de la Révolution, reste dans les mémoires comme un jour de liberté. La fête nationale fait aussi référence à un autre événement moins connu : la fête de la Fédération du 14 juillet 1790.

Le 14 juillet 1790 : Fête de la Fédération

Depuis l’été 1789, partout dans les provinces françaises se sont créées des «fédérations» régionales de gardes nationaux en réaction à l’affaiblissement du pouvoir central. Afin de contrôler ce mouvement spontané, la Commune de Paris, sous l’impulsion de Lafayette, décide de fonder une grande Fédération nationale regroupant des représentants des fédérations locales et de les réunir à Paris le 14 juillet. La cérémonie est censée célébrer la prise de la Bastille, mais aussi apporter un semblant d’ordre et d’unité dans un pays en crise. Le jour dit, 14 000 soldats fédérés arrivent à Paris et défilent sous la bannière de leur département, de la Bastille jusqu’au Champ-de-Mars.

Sur une esplanade aménagée pour l’occasion, une grande messe est célébrée, à la suite de quoi le Roi Louis XVI jure de maintenir « la Constitution décidée par l’Assemblée nationale ». Les 400 000 Parisiens présents ce jour-là acclament leur souverain : la monarchie n’est donc pas encore remise en cause. L’aspiration à l’union nationale triomphe et la cérémonie se transforme en grande fête populaire.

1880 : le 14 juillet devient fête nationale

Pendant près d’un siècle, la commémoration du 14 juillet est abandonnée. Elle réapparaît en 1880, sous la IIIème République. Le régime, pour se consolider, cherche à construire un nouvel imaginaire national, autour de symboles républicains. C’est ainsi que la Marseillaise devient hymne officiel et le 14 juillet fête nationale. Mais la proposition qui émane du député de la Seine, Benjamin Raspail, n’est pas accueillie unanimement par l’Assemblée. Certains députés mettent en cause la violence du 14 juillet 1789. Et c’est finalement autour du 14 juillet 1790 que se fait le consensus. En 1880, pour la première fête nationale, la République fait les choses en grand. Un défilé militaire est organisé sur l’hippodrome de Longchamp devant 300 000 spectateurs, en présence du Président Jules Grévy. Ce défilé militaire, toujours en vigueur, s’inspire aussi du défilé des gardes fédérés de 1790. Aujourd’hui, le 14 juillet connaît toujours un grand succès en France métropolitaine et en Outre-mer. A Paris, le traditionnel défilé militaire sur les Champs-Elysées est un événement très attendu par la population.

6 Commentaires

  1. les marins toujours aussi beau i fe rapel a moin mon homme quand la défilé en 1989 mon ptit garçon l avaitt 1ans aujourd hui li nena 34 ans rapel souvenir bone fête 14 juillet a tous les reunionais et a madame aude au top

  2. didi ou la bien dit marin mi aime trop i pretend quand i touche le p tit poupon rouge sur le casquette i porte chance a moin la porte a moin la chance

  3. un truc bizarre :

    Plus de 40 pays ont soutenu le procès de l’Ukraine contre la Russie devant la Cour internationale de Justice.

    Nous parlons de poursuites contre la Russie conformément à la Convention de 1948 « pour la prévention et la répression du crime de génocide ».

    Oui, oui, c’est la Russie qui a une législation de répression linguistique, qui bombarde sa population civile depuis 2014. C’est connu !

    Les pays soulignent que la Russie « n’a aucune base légale pour une action militaire en Ukraine ».

    On parle des USA ?

    Déclaration signée au nom de l’Albanie, Andorre, Australie, Autriche, Belgique, Bulgarie, Canada, Croatie, Chypre, République tchèque, Danemark, Estonie, Finlande, France, Allemagne, Grèce, Islande, Irlande, Italie, Japon, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Îles Marshall, Moldavie, Monaco, Monténégro, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande, Macédoine du Nord, Norvège, Palaos, Pologne, Portugal, Roumanie, Saint-Marin, Slovaquie, Slovénie, Espagne, Suède, Royaume-Uni, États-Unis et Union européenne.

    je ne vois aucuns pays, d’asie ; d’amerique du sud ou d’afrique…

    comme le monde est bizarre…

    • La Russie combat des néo-nazis implantés en Ukraine et a peut-être sauvé le monde. Les occidentaux seraient-ils complices? En attendant, nous paierons au prix fort cette participation à la guerre et peut-être sommes-nous à l’aube de la 3ème guerre mondiale!

      • Il y a aussi des néo nazis dans l’armée russe… par ailleurs les mercenaires de Wagner sont loin d’être des saints . Il y a bcp de néo nazis dans ses rangs .

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

La Fête nationale rayonne jusqu’à St-Paul

Article suivant

Bras-Panon : il frappe sa compagne enceinte de deux coups de savate au visage

Free Dom