CHU de La Réunion et GHER : une Neztoile au chevet des patients en situation palliative

3 min de lecture

Parce que les patients en situation palliative nous invitent à développer davantage de créativité dans leur prise en charge, le CHU et le GHER ont souhaité accompagner le déploiement des NEZTOILES au sein de leurs services.

Engagé dans une démarche de soins de qualité, le CHU de La Réunion a développé ce projet soutenu par le Docteur Raphaël Benoist, Responsable de l’Equipe Mobile d’Accompagnement et de Soins Palliatifs (EMPS). Une convention de partenariat a été signée le 12 mars 2021. Dans un premier temps c’est l’EMSP du CHU site nord qui accueille, tous les mardis après-midi depuis le 23 mars 2021, la Neztoile Alizée. Très vite le CHU sites sud pourra également profiter de la présence de la Neztoile en son sein.

Au GHER, la même dynamique a été mise en place. Grâce à une équipe médicale et paramédicale volontaire le GHER a pu développer une culture palliative remarquable au sein de son institution. Ainsi, depuis le 1er Aout 2018, il dispose de 4 lits identifiés soins palliatifs (LISP). Ces lits permettent d’accueillir en Court Séjour Gériatrique des patients atteints d’une pathologie grave évolutive mettant en jeu le pronostic vital en phase avancée ou terminale. Conscients de la nécessité de la qualité de vie à l’hôpital et des soins de support proposés
dans les services accueillant des personnes en fin de vie, le GHER a souhaité développer davantage l’accompagnement de ces personnes. C’est pourquoi en collaboration avec la Fondation de France le projet de la Neztoile a pu voir le jour au GHER avec des interventions
tous les 15 jours depuis février 2021.

Qu’est-ce qu’une NEZTOILE ?

Apaiser dans des moments de détresse ou de souffrance, c’est le métier des Neztoiles. Professionnels formés à l’accompagnement dans
l’imaginaire et aux techniques de bien-être, les Neztoiles pratiquent une forme d’art-soignant sous une apparence heureuse pour aider les adultes ou enfants hospitalisés à désamorcer leurs angoisses et à retrouver des instants de bonheur ou de paix, dans le respect d’une charte déontologique établie.

Les interventions se font en étroite collaboration avec les équipes soignantes au sein d’unités de soins palliatifs, de cancérologie,
gériatrie … Les médecins voient dans leur travail un apport qui agit sur le moral des patients dont on connaît l’importance dans les situations palliatives.

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Coup de gueule d’une jeune maman contre une maternité de l’île

Article suivant

La région annonce un redéploiement du prêt rebond en direction des petits commerçants et artisans

Free Dom