CInor : nouvelle composition et nouveau mode de désignation de son conseil de développement.

13 min de lecture

Par décision de son conseil communautaire du jeudi 23 septembre 2021, la CINOR a défini la nouvelle composition et le nouveau mode de désignation de son conseil de développement.

Il s’agissait, du fait des nouvelles dispositions législatives régissant la mise en place des conseils de développement, et notamment de la loi du 27 décembre 2019 relative à l’engagement dans la vie locale et à la proximité de l’action publique, de mettre en conformité le cadre juridique présidant à la mise en place des conseils de développement.

Pour rappel, le Conseil de développement est un organe consultatif composé de représentants des milieux économiques, sociaux, culturels et associatifs. Complément de la démocratie représentative, il a vocation à être régulièrement consulté par les instances de gouvernance de la Communauté d’agglomération.

Le conseil de développement contribue à créer un dialogue entre acteurs divers, société civile, citoyen(nes), sur des questions d’intérêt commun. Les débats s’organisent à l’écart des confrontations partisanes et dépassent la défense d’intérêts individuels ou sectoriels. Les conseils de développement sont attachés à une éthique du débat et de la discussion, respectueuse de l’autre, afin d’éviter des oppositions frontales. La critique doit être constructive et basée sur un avis argumenté.

Par l’émergence d’une parole collective, le conseil de développement contribue à enrichir la décision politique, au service de l’intérêt général. Porteur d’expertises diversifiées et force de propositions, il s’efforce d’apporter une approche globale aux thématiques traitées, en s’affranchissant des cloisonnements administratifs ou sectoriels, afin de mettre en cohérence les différentes propositions issues d’une réflexion transversale.

Le Conseil de développement est donc une instance sereine, dégagée des
contingences politiques, avec pour seule préoccupation le développement du territoire.
Il a pour mission l’émergence d’idées et de propositions pour l’aménagement et le
développement durable d’un territoire.

Conseil de développement – le processus de réactivation
Le conseil communautaire du 23 septembre 2021 a validé le principe de la réactivation
du conseil de développement de la CINOR.
Pour la mise en œuvre de cette décision, une campagne de communication a été
menée entre le 28 février et le 28 mars 2022 incitant les administrés du territoire de la
CINOR à participer aux réflexions menées par le conseil de développement de l’EPCI
par le biais d’une candidature pour y siéger.
Cette campagne de communication a pris fin le 28 mars 2022 et 110 candidatures ont
été enregistrées.
Conseil de développement – la composition

Trois collèges :
• Collège des entreprises
• Collège des associations
• Collège des personnes qualifiées

Le Conseil de Développement de la CINOR comprend 48 membres (24 femmes et 24
hommes) répartis au sein de ces trois collèges de la manière suivante :

15 personnes au sein du collège des entreprises (7 femmes et 8 hommes)

o Madame Ombline BEDIER (Sainte Suzanne)
o Madame Estelle CHOUCAIR (Saint Denis)
o Madame Julie DINOT (Sainte Marie)
o Madame Anne Marie FARRO (Saint Denis)
o Madame Anne Laure MOREL (Saint Denis)
o Madame Sandra PARROD (Sainte Marie)
o Madame Cécile ROMAN (Saint Denis)
o Monsieur David BANON (Saint Denis)
o Monsieur Jérôme BILLAUD (Saint Denis)
o Monsieur François DANIEL (Saint Denis)
o Monsieur Willy ETHEVE (Sainte Marie)
o Monsieur Renaud GILLARD (Saint Denis)
o Monsieur Radja MARDAYE (Sainte Suzanne)
o Monsieur Gérard RANGAMA (Sainte Marie)
o Monsieur Régis SIOUNANDAN (Sainte Suzanne)

15 personnes au sein du collège des associations (7 femmes et 8 hommes)

o Madame Aurélie GERMANE (Sainte Marie)
o Madame Marie Sophie MIRA (Saint Denis)
o Madame Marie Gladys NOURRY (Saint Denis)
o Madame Laure Hélène RIBOLA (Sainte Marie)
o Madame Flora RUBEL (Sainte Suzanne)
o Madame Mylène SICARD (Saint Denis)
o Madame Cécile SIDAMBAROM (Sainte Suzanne)
o Monsieur Juspar DALLEAU (Saint Denis)
o Monsieur Johny DIJOUX (Saint Denis)
o Monsieur Frédéric FOUCQUE (Sainte Marie)
o Monsieur Jacky LEBON (Saint Denis)
o Monsieur Patrick MARTINS (Sainte Marie)
o Monsieur Laurent MONBEIG (Saint Denis)
o Monsieur Johan MOUNIEN (Sainte Suzanne)
o Monsieur Philippe VALLEE (Saint Denis)

• 18 personnes au sein du collège des personnes qualifiées (10 femmes et 8 hommes)

o Madame Christelle BANON (Sainte Marie)
o Madame Dominique FONTAINE (Sainte Suzanne)
o Madame Danielle GALLINARO (Saint Denis)
o Madame Brigitte GRONDIN – PEREZ (Saint Denis)
o Madame Josiane JAURES (Sainte Suzanne)
o Madame Virginie LEPETZ (Sainte Marie)
o Madame Idrine MANGRY (Sainte Suzanne)
o Madame Jacqueline PAJANIANDY (Saint Denis)
o Madame Emmanuelle SANSON (Saint Denis)
o Madame Olivette TAOMBE (Sainte Marie)
o Monsieur Nicolas BALBINE (Saint Denis)
o Monsieur Bernard BATOU (Sainte Suzanne)
o Monsieur Alain DOMERCQ (Sainte Marie)
o Monsieur Didier ESTEBE (Saint Denis)
o Monsieur Philippe FABING (Saint Denis)
o Monsieur Edy MOTHE (Sainte Marie)
o Monsieur Vincent PAYET (Sainte Marie)
o Monsieur Benoit SOYER (Saint Denis)

Références législatives relatives aux conseils de développement
• Loi d’Orientation pour l’Aménagement et le Développement du Territoire du 25 juin
1999 dite Loi Voynet ;
• Loi pour la Modernisation de l’Action Publique Territoriale et d’Affirmation des
Métropoles du 27 janvier 2014 (articles 12, 42, 43 et 79 de la loi MAPTAM)
• Loi relative à la Nouvelle Organisation Territoriale de la République du 7 août 2015
(article 88 Loi NOTRe) ;
• Loi pour l’Égalité et la Citoyenneté du 27 janvier 2017 (article 57) ;
• Loi pour l’Engagement et la Proximité du 27 décembre 2019 (articles 1 et 80).

 

Discours du président Maurice Gironcel :

Discours d’installation du Conseil de Développement, le 29 avril 2022

Madame La Maire de Saint-Denis, Chère Ericka,
Monsieur le 1er Vice Président de la CINOR, Cher Jacques,
Mesdames, messieurs les élus,
Mesdames, Messieurs,

J’ai un grand plaisir, au nom du conseil communautaire de la CINOR et en mon nom propre à vous accueillir, ici au siège de la CINOR où vous êtes ici chez vous.

Bienvenue aux membres du Conseil de développement que vous représentez et qui se réuni pour la 1 ère fois aujourd’hui.

C’est une volonté forte des élus communautaire, et la première orientation de notre projet politique, « Terres d’avenir 2030 » à savoir « Travailler ensemble dans une logique de continuité et de co-construction ».

Notre objectif est clair, mobiliser l’ensemble des forces vives du territoire et développer l’esprit CINOR à travers l’expression citoyenne.

En cette période où notre société est confrontée à une véritable mutation, elle doit faire appel à ses capacités à penser le monde autrement afin de dépasser les difficultés économiques, sociales et environnementales à venir.

A l’heure où le tissu social se déchire avec la montée des inégalités sociales, économiques, territoriales et politiques.

Où la question du « nous tous » s’évapore derrière les stratégies de défense et de promotion « pour soi » il nous faut trouver une autre voie !

Dans un tel contexte, nous avons fait le choix de la Démocratie, avec un grand D.

Nous faisons le choix de la confrontation d’idées tout en restant dans l’échange, en proposant une meilleure articulation entre les différentes formes de démocratie représentative et participative.

Cet échange est un enjeu majeur au niveau du territoire, un enjeu de développement.

Faire participer les habitants du territoire aux décisions politiques peut paraître simple mais s’avère fondamental.

Car si la démocratie représentative demeure, de par la loi et les engagements pris par les élus devant les citoyens du territoire, celle qui est en responsabilité et qui porte la décision finale, elle, a besoin, en amont, d’éclairage.

Je l’avoue, nos attentes sont grandes.

Il s’agit, au travers de l’instance dans laquelle vous allez à partir de maintenant siéger, de faire participer les usagers et connaître leur expertise d’usage, dans une optique de meilleure gestion du territoire.

Mais aussi de recueillir les avis des citoyens, et prévenir les conflits éventuels, dans un objectif d’optimisation des solutions proposées et des décisions prises.

Mais également d’améliorer la cohésion sociale, notre bien vivre ensemble, grâce à l’implication des citoyens et de créer un espace de dialogue entre administration locale et citoyens, pour favoriser la confiance mutuelle.

Un vaste programme pour lequel nous sommes entièrement à votre écoute, écoute attentive de la réalité quotidienne qui est la vôtre et des solutions que vous pouvez imaginer pour pallier les problèmes qui peuvent y survenir.

C’est toute la dynamique de la CINOR qui prend acte avec vous de cette démarche de co-construction.

Élus, bien sûrs, mais également services, qui seront autant d’interlocuteurs lorsque le Conseil de Développement aura besoin d’éclairage, de précisions, d’explications quant aux problématiques intercommunales.

Vous êtes, au travers du Conseil de Développement, la concrétisation de cette concertation auquel nous aspirons. Une maxime célèbre disait : « là, où il y a une volonté, il y a un chemin ! ».

Notre volonté existe, elle est le premier engagement de notre projet de mandature.
Prenons ensemble le chemin !

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Le contrat d’engagement jeune pour mieux insérer les jeunes dans le monde professionnel

Article suivant

La gamification du tri pour les déchets : une solution gagnant-gagnant

Free Dom