/

Colette Fontaine et Isabelle Musso : « Le Parc du Volcan, un projet à revoir! »

7 min de lecture

Le Parc du Volcan est un vieux projet  dont la municipalité parle depuis près de 20 ans ! Véritable serpent de mer, il a connu diverses versions. Nous avions réagi par une contribution durant l’enquête publique en juillet 2021 avec les critiques que nous développons ici.

Visiblement ce projet ne fait pas l’unanimité. En tant que Section Socialiste du Tampon, nous avons toujours privilégié une opposition constructive. Sans rejeter la totalité de ce projet notre réflexion nous pousse à de nombreuses réserves. Sans doute, écouter et consulter  les Cafriplainois, Tamponnais et usagers de ce site dans le cadre d’une démocratie participative aurait  été un préalable constructif  pour bonifier ce projet de transformation, d’aménagement touristique de plein air car pour l’instant il semble plaqué, imposé alors qu’une telle réalisation devrait obtenir une large adhésion de la population, des partenaires et des acteurs économiques

Trois semaines de concertation c’est beaucoup trop peu pour un tel projet qui englobe des pistes de réflexion multiples et pas des moindres : environnement, finances, économie, emploi, circulation, authenticité, culture, choix des loisirs…

D’ores et déjà nous constatons la dimension plus modeste par rapport au projet de départ. L’axe attractions/animations nous avait semblé démesuré et non avenu pour le territoire de la Plaine des Cafres dans la version 2019.

Par contre, dans cette nouvelle phase du projet nous regrettons fortement la disparition d’un axe fort le tourisme équestre (il ne s’agissait pas d’un hippodrome mais de manèges et d’espaces d’entrainement et d’écuries) qui pour nous constituait un enjeu majeur, bien plus approprié pour La Plaine des Cafres, plus authentique que les attractions à sensations que sont les tyroliennes, le ballon captif… Le tourisme équestre correspondait à la découverte dun espace naturel grandiose, avec une approche animalière, un soutien à la filière équine. On aurait pu penser à un meilleur aménagement des sentiers, des points d’eau, de ravitaillement pour les chevaux, des bivouacs…  On peut craindre que cet axe ne voie le jour, le Parc du Volcan était déjà dans les cartons depuis au moins 2006.

De même nous pointons les faiblesses ou les incohérences de ce projet:

  • l’opportunité des attractions à sensations, bien éloignées d’un tourisme vert : tyroliennes et ballon captif, leur coût/famille ne va-t-il pas exclure les familles les plus modestes ?
  • les nuisances sonores pour les riverains ?

– les nuisances de voisinage : parking sauvage, va et vient incessants ?

– la rentabilité de telles infrastructures, le coût de leur maintenance ?

 

L’axe du Parc de plantes endémiques est sans doute la dimension la plus pertinente  du projet.

Si nous pouvons adhérer au volet découverte de la végétation, de la zone ludique familiale, on se doit de préserver lauthenticité du lieu.

Le choix des matériaux, des couleurs doit être de nature à respecter et s’intégrer au paysage : jaune, orange… ce ne sont pas les couleurs du site. Ne pas défigurer la Plaine des Cafres et valoriser ce site exceptionnel doivent être des préoccupations majeures.

 

Pour qu’un tel projet soit viable et prometteur, il ne doit en aucun cas être géré à la légère. Or, rien ne laisse entrevoir la manière dont il sera géré, notamment sur l’espace famille – pique-nique. Qui interviendra ? Avec quels statuts ? Comment vont être gérés les différents espaces : respect de l’environnement, gestion des déchets, respect de la tranquillité des usagers, respect d’un temps d’usage acceptable pour qu’un plus grand nombre en profite et éviter la monopolisation du site ?

L’objectif d’un tel équipement est aussi la création demplois, or aucun élément dans le projet ne nous informe des créations d’emploi engendrées par le Parc, les tyroliennes et l’ensemble des équipements.

Nous pouvons regretter aussi labsence de dimension culturelle au projet aussi bien sur l’aspect environnement que sur l’aspect de la Culture Réunionnaise et particulièrement des Hauts et de la Plaine des Cafres.

En conclusion, nous sommes très réservés sur le projet « Parc du Volcan » qui semble mal ficelé, contradictoire dans ces différents axes, avec une faible adhésion des habitants du quartier.

Face à ces mécontentements et à ces incohérences, la Municipalité doit revoir sa copie pour un Parc du Volcan écologique et respectueux des modes de vie et de la Culture Réunionnaise et créateur d’emplois.

Pour la Section Socialiste

Colette FONTAINE et Isabelle MUSSO

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Tribune de Salim NANA-IBRAHIM : « Le grand âge à La Réunion, prenons-en soin maintenant »

Article suivant

Tribune libre : « nos espèces animales et végétales sont menacées de disparition »

Free Dom