Collectif du DPM de l’Ermitage : lettre à la ministre des Outre-mers

4 min de lecture
2

Le Collectif des Paillotes du DPM de l’Ermitage demande à Mme Girardin, “l’application de la décision de justice du 2 novembre 2018”. Voici leur courrier à la ministre.

Madame La Ministre,

Nous vous remercions du temps que vous allez consacrer pour lire notre courrier.

Nous aurions souhaité éviter vous interpeller car nous estimons que les dossiers que vous avez à traiter sont très importants et que votre temps est précieux.

Oui, nous estimons que le dossier que nous portons à votre connaissance ce jour suivrait son cours normal et que les décisions de justice rendues s’appliqueraient dans le respect démocratique et le respect des lois.

Nous remercions Monsieur le Préfet de La Réunion de nous avoir écoutés et d’avoir tout mis en œuvre pour l’application des lois sur le DPM comme sur toutes les plages de France Métropolitaine.

Oui, une injustice depuis 30 à 40 ans, un non-respect de la loi du Littoral, du décret plage a trouvé une réponse judiciaire le 16 mars 2018 par un jugement des référés puis une décision finale le 2 novembre 2018 par le Tribunal Administratif.

Depuis 1an dans ce combat, nous avons respecté tous les temps nécessaires à la procédure, temps administratif et judiciaire, les paillotes ont pu se défendre comme tout citoyen en droit.

Ce lundi 2 décembre 2018, les jugements deviennent définitifs, le Préfet a accordé le temps nécessaire aux gérants de paillotes pour accompagner les salariés et pour remettre la plage de l’Ermitage dans un état naturel.

A la veille de l’application de cette décision de justice, nous devons encore une fois constater la manipulation de ces gérants en se greffant sur le mouvement des gilets jaunes et bloquer le rond-point du jardin d’Eden à Saint-Gilles-les Bains.

Madame la Ministre,  la crise sociale que nous traversons actuellement permet de mettre à la lumière une situation d’accumulation d’injustices depuis 30/40 ans.

Madame la Ministre, la justice a donné un signe fort le 2 novembre 2018 en jugeant définitivement la situation d’accaparement illégal du Domaine Public Maritime.

Madame la Ministre, cette décision permet l’apaisement de la colère des citoyens face à l’exploitation abusive du DPM,

Madame la Ministre, d’autres dossiers méritent l’attention particulière des services de l’ETAT (nous vous laissons le voir avec le Préfet) pour l’application des lois sur le DPM, pour la protection de notre lagon, de notre récif corallien, de notre biodiversité marine. Il en va de l’intérêt environnemental et économique de la zone balnéaire pour le développement touristique et du mieux vivre ensemble à La Réunion. Madame la Ministre, nous ne serons pas plus long, Monsieur le Préfet maitrise le sujet et dispose de l’ensemble des pièces du dossier.

Madame la Ministre, nous vous demandons d’intervenir auprès des services de l’ETAT et de leur demander de faire preuve d’action dans ce dossier pour le respect de cette décision de justice et surtout son application dans les délais pour ne pas laisser la confusion et le doute s’installer. Madame la Ministre, nous vous remercions de votre écoute et du respect de l’application de justice du 2 novembre 2018 par les services de l’ETAT sur notre territoire.

Pour le « Collectif de Défense du DPM »

Le Porte-parole, Karl Bellon.


2
Poster un Commentaire

avatar
2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
dormez tranquillePierrot974 Auteurs de commentaires récents
plus récent plus ancien Le plus populaire
Free Dom
WordPress Video Lightbox