COMMUNIQUÉ DE PRESSE Nathalie BASSIRE: Abattement fiscal sur l’impôt sur le revenu en Outre-Mer : les plus modestes impactés

4 min de lecture
A l’occasion de la présentation du projet de budget outre-mer pour 2019,
la Ministre des Outre-Mer a confirmé que son gouvernement allait
proposer la réforme de l’abattement de 30 % dont bénéficient les
habitants ultramarins depuis 1960.

Sans supprimer cet abattement, les énarques des ministères ont imaginé
dans leurs bureaux parisiens abaisser le plafond de réduction d’impôt
actuellement compris entre 5 100€ et 6 700€ à une limite comprise entre
2 450€ et 4 050€.

La Ministre des Outre-Mer a cru bon annoncer que 96% des foyers fiscaux
ne seraient pas impactés, seuls 4 % des ménages les plus « aisés »
devant voir leurs impôts augmenter à ce titre.

Rien n’est plus faux ! En pressurant les classes moyennes une nouvelle
fois, c’est aussi les plus modestes que l’on atteint.

Une fois de plus, ce gouvernement ignore tout des réalités locales : les
classes moyennes qui verront leur impôt augmenter, jusqu’à 2 650€ par an
à La Réunion, soit 220€ par mois, ne vont pas compenser cette perte sur
les postes prioritaires de l’alimentation et du logement ainsi que les
charges associées (eau, électricité, télécommunications, …). Impossible
également pour les particuliers de diminuer leurs emprunts bancaires et
échéances d’assurances.

Ce sont donc leurs salariés à domicile (activités de services à la
personne, notamment ménage, jardinier, …) qui risquent d’en pâtir : de
nombreuses personnes modestes travaillent au domicile des classes
moyennes, y compris des personnes âgées, à La Réunion. Suppression de
ces emplois à domicile, diminution de leurs nombre d’heures de travail,
voire développement du travail au noir : tels sont les risques que vont
provoquer cette réforme de l’abattement fiscal sur l’impôt sur le revenu
en Outre-Mer !

L’autre secteur économique qui va directement pâtir de cette réforme est
celui du tourisme local dont sont très friands les réunionnais pendant
leurs week-end et leurs vacances : notamment la restauration,
l’hôtellerie, les loisirs, la culture, le sport, … puisque les classes
moyennes qui vont perdre du pouvoir d’achat vont le compenser sur ce
poste de dépenses.

Il ne faut pas négliger le rôle des classes moyennes qui réinjectent une
part importante de leurs revenus dans l’économie locale, tant en qualité
d’employeurs de salariés à domicile qu’en tant que consommateurs de
prestations touristiques locales.
Je demande donc au gouvernement d’abandonner cette proposition
inacceptable de modulation à la baisse du plafond de l’abattement fiscal
en Outre-Mer, pour éviter des effets pervers sur les secteurs des
activités de services à la personne (salariés à domicile) et du tourisme
local (restauration, hôtellerie, loisirs : culture, sport, …), car
cela va une fois de plus entraîner une baisse de l’activité et une
augmentation du chômage.
Nous devons tous nous dresser contre cette proposition catastrophique du
gouvernement, car elle ne lèse pas seulement les classes moyennes, mais
aussi et surtout les plus modestes !

Nathalie Bassire


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.



1 Commentaire



Free Dom
WordPress Video Lightbox