Coronavirus : les laboratoires de l’Université de La Réunion fabriquent du gel hydroalcoolique

Depuis le mardi 17 mars 2020 et jusqu’à nouvel ordre, tous les sites de l’Université de La Réunion sont fermés. Une continuité de service public est néanmoins assurée, tant sur le plan administratif que scientifique.

À la demande du Président de l’université, deux unités mixtes de recherche de l’Université de La Réunion se sont ainsi mobilisées dans le combat engagé contre le COVID-19.

PIMIT (Processus Infectieux en Milieu Insulaire Tropical) et DéTROI (Diabète athérothrombose Thérapies Réunion Océan Indien) ont produit 240 flacons de gel hydroalcoolique qui seront distribués aux étudiants les plus démunis dès cette semaine via l’épicerie solidaire du Moufia et celle du Tampon.

En parallèle de ce bel élan de solidarité envers nos étudiants dans le besoin, ces deux laboratoires de l’Université se sont unis pour constituer une task force locale en soumettant un projet flash à l’Agence Nationale de la Recherche, visant à développer une thérapie innovante qui permettrait de limiter les complications pulmonaires du COVID-19.

Free Dom, le site web, fait le choix d'un participatif sans modération à priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

3
Poster un Commentaire

avatar
3 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
3 Comment authors
UnknownZourit et pieuvreMoi Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
Moi
Invité
Moi

Excellente initiative ! J’adhère ! Félicitation !

Zourit et pieuvre
Invité
Zourit et pieuvre

Bravo et merci

Unknown
Invité
Unknown

Oh my God, but where are we going ? Oh dash it ! Pourquoi cet outrancier et expansif anglicisme ” task force locale ” alors que l’on pourrait écrire : groupement, force, etc. d’intervention. Est-ce que l’apprentissage consistant à identifier les anglicismes, les éviter et les corriger afin d’améliorer la qualité des communications, serait-il devenu à ce point obsolète pour que l’on se sente obligé, de manière exacerbée et d’en abuser au détriment de notre belle langue, celle de Molière ? J’ajoute que l’anglicisme n’est pas forcément imputable à la négligence ou à l’ignorance et qu’il y a aussi des… Lire la suite »