“Coronavirus : un nouveau modèle s’impose …”, par Eric Delorme

Voici sa tribune :

“Nous entrons dans une deuxième quinzaine de confinement. Ce virus atteint toute la planète. Le nombre de morts et de contaminés ne cesse d’augmenter et les experts nous informent que c’est loin d’être fini.

Bien sûr, l’heure n’est pas à la désignation des responsables. Ce temps arrivera sans doute au vu des nombreuses plaintes qui ont été déposées, y compris par le corps médical. Cependant, bien que 6ème puissance mondiale, force est de constater que cette pandémie a mis à mal nos organisations et nos processus de décisions et ce, au plus haut sommet de l’état. Dès lors, face à cette situation, un nouveau modèle s’impose à nous, afin de redonner confiance et espoir aux peuples et retrouver la grandeur de notre nation.

  1. Une société de défiance des élites: Avec les médias qui informent (et qui conditionnent également bien souvent les téléspectateurs et les lecteurs), le développement des réseaux sociaux qui permettent à chacun en temps réel  de construire et d’étayer son point de vue, où n’importe qui peut devenir « expert » du domaine en quelques clics. Dès lors, comment faire confiance quand la tendance était de respecter les critères de Maastricht et le fameux 3% de déficit. Critères qui ont entraîné la baisse des effectifs dans les services publics et notamment la fermeture des hôpitaux ruraux, les lignes de trains devenus peu rentables, le dégraissage du Mammouth…Alors que dans le même temps on attend toujours la réforme de l’état tant promise consistant à diminuer le nombre de parlementaires (aujourd’hui 577 députés et 348 sénateurs) idem pour le super mille – feuilles au niveau de la gestion des collectivités locales. Nous avons baissé la garde dans plusieurs domaines. Oui ce nouveau modèle s’impose et exige plus de volonté politique et de transparence.
  2. La gestion de la crise du coronavirus: le pic de cette pandémie est à venir dans quelques jours d’après les scientifiques. Cependant, nous sommes étonnés de voir tous les soirs les avis contraires voire opposés de nos médecins, professeurs, chercheurs sur les plateaux TV, notamment sur les traitements et méthodes à mettre en œuvre …Je n’appartiens pas au corps médical, mais est-ce compliqué d’avoir et de comparer le nombre de malades déclarés positifs au Coronavirus à l’IHU de Marseille dirigé par le Professeur Raoult : ceux qui sortent guéris avec son traitement à la Chloroquine , et ceux qui meurent  notamment avec les hôpitaux des autres régions ? Quel spectacle ! et dire qu’en France nous avons les plus grands médecins épidémiologistes et infectiologues reconnus du monde entier et qui n’arrivent pas à se mettre d’accord ! Idem sur l’approvisionnement des masques, des tests, et autres respirateurs qui ont été tant promis par les autorités sanitaires et qui ont du mal à être fournis aux personnels soignants…Pendant ce temps, notre partenaire européen allemand n’hésite pas de tester en plus grand nombre et ce dès le mois de janvier leurs malades (près de 500 000 tests réalisés). Bilan à ce jour, 400 morts en Allemagne alors que nous sommes à près de 2000 morts en France ce samedi 28 mars 2020. Nos médecins, notre personnel soignant meurent faute de matériels, et d’une stratégie claire et anticipée. Oui, ce nouveau modèle s’impose et exige une stratégie partagée et plus transparente.
  3. La limite de l’Europe et de la mondialisation : Cette pandémie met également en lumière les limites d’une mondialisation et d’une externalisation de l’activité accrue. Ce n’est pas un hasard si nos gouvernants découvrent les bienfaits des nationalisations…Penser que nous ne sommes pas capables de produire : nos masques, tests, cotons-tiges, autres respirateurs…Ceci uniquement dans le domaine médical. Produire l’essentiel pour la souveraineté de notre pays nous paraît tellement important. Tout est profit, tout est stratégie commerciale au point de mettre à mal et à genou toute une nation. Paradoxalement, avec le confinement dans un pays qui compte près de 6 millions de chômeurs, nos planteurs de fraises risquent de ne pas pouvoir faire leur récolte faute d’environ 200 saisonniers venant des pays étrangers… Encore une fois, Oui ce nouveau modèle s’impose et exige une stratégie partagée, anticipation et une nouvelle gouvernance européenne.

Enfin, pour gagner la confiance des peuples, pour mieux gérer les crises à venir, nos gouvernants devront faire une politique plus proche des peuples afin de servir l’intérêt général et le bien commun. Oui nous devons saisir cette situation dramatique pour reconstruire notre pays, tout mettre à plat, redonner du sens, de l’espérance au peuple. C’est ce nouveau modèle, ce nouveau pacte de confiance qui doit renforcer la nation toute entière”.

Eric Delorme – Saint Denis

 

 

 

 

Free Dom, le site web, fait le choix d'un participatif sans modération à priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Pierrot Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
Pierrot
Invité
Pierrot

Oye, il n est pas difficile de comprendre que notre modèle de vie est maltraité, le drame est de penser qu c’est temporaire, l’être humain est devenu le principal danger. Ce qui va changer, c est l’amplification de la déshumanisation déjà bien orchestré. Chaque peuple se bat contre cette crise et pour la première fois depuis très longtemps on a reparlé de frontière, de stratégie différente, qui c’est trompé, nous tous. Il est certain que vivre avec cette épidémie sera un véritable changement. Et pour l’instant on le minimise encore une fois. Enfin, dans la difficulté ultime l’Homme a toujours… Lire la suite »