/

Courrier des lecteurs : Patrick Louaisel dénonce les maltraitances en maisons de retraite

7 min de lecture

« Maltraitances en maisons de retraite » : tel est le titre de l’émission (à voir en replay) « ça commence aujourd’hui » du 7/04 sur france 5 : 2 invités + 1 juriste et 1 psychologue

Lucie 74 ans début d’alzheimer, perte de repères, ne reconnait plus les gens, confond jour et nuit … « vous avez 8 jours, pour lui trouver un EHPAD, dit l’hôpital à sa fille »…

Sa fille visite l’EHPAD : « odeur pestilentielle » (pourtant masquée en partie par des parfums) par insuffisance des changes. Entassés et empilés dans la pièce d’une TV qu’ils ne regardent même pas. Les repas sont organisés par salles (3) selon le degré d’autonomie : « on met le plateau devant la personne et qu’elle mange ou pas on le retire quelque temps après. La gramoune mange froid ou pas du tout. Coût pour la famille 4000€/mois. « Durant la crise, elle a attrapé le COVID et est restée totalement isolée sans visites ni tel possibles » . Des vêtements disparaissent, des résidents qui hurlent, parfois laissés 3h en plein soleil…

Derrière ces témoignages, se pose la question : A-t-on le droit moral de faire d’un EHPAD, une affaire rentable et tout simplement faire de l ‘argent sur nos Anciens ?

Si la famille réagit en dénonçant les faits, il y a déni et puis la réponse massue : « si vous voulez récupérez votre mère ! » On bourre les vieux d’anti-dépresseurs, ils n’osent pas se plaindre car ils n’ont pas d’alternatives et les visiteurs « sont des emmerdeurs ». Parfois on sangle le « vieux sur son fauteuil « pour qu’il ne tombe pas » Il ya alors sentiment d’impuissance pour la famille.

Cas signalé à l’ARS locale sans aucune réponse…Pourtant l’état financeur de ces structures par ses subventions se doit d’en contrôler l’utilisation…

2e témoignage : gramoune ancienne directrice d’hôpital à l’A.P : caractère fort, indépendante et autoritaire, début d’alzheimer/ Fille chirurgien dentiste « on prend davantage soin de ses animaux »…confie t’elle. Cout pour la famille : 6000€/mensuels

Pendant le confinement, on la voyait masquée jusqu’aux yeux à travers une vitre. Un jour, elle baisse son masque : plusieurs dents cassées apparaissent…Isolée de la famille, peu suivie, elle « était tombée ». En fait on ne lui lavait pas les dents. « D’où trauma physique et psychologique qui pouvait générer des troubles infectieux et des répercussions cardiaques » nous dit la fille, dentiste.

Pas assez de temps pour prodiguer des soins, un médecin « de garde » inexistant ou qu’on ne dérange pas, des repas expédiés ou non consommés, d’où amaigrissement notoire.

3e témoignage : un aide soignant : « il ya trois types de familles : les gens agressifs, les personnes dupes qui ne voient rien et ne se p osent pas de questions et les plus perspicaces qui se sentent impuissants… En tant que soignant, on devient aigri, frustré, lessivé ou on démissionne… Jérome, le soignant a écrit un ouvrage : « EHPAD, je tente de survivre ». Il témoigne de nombreux « burn out », suicides, d’hôpitaux psy… » on parle d’élevages en batteries pour les poulets, ici c’est pareil… »

Alors, les solutions ? S’il n’y a pas de remède miracle, mais il ne faudrait plus parler « rentabilité » ni de financement privé par des actionnaires (ce qui va avec…) de ces établissements. Il faudrait rechercher des modes de prises en charge alternatifs à ces mouroirs où l’on considère trop souvent les résidents comme des objets, mais aussi développer les « aides à domicile ». « La dépendance, ce n‘est pas forcément la déchéance ».. dit la psychologue

Si Mr MACRON ne parle plus de mettre en débat « la perte d’autonomie » à l’Assemblée Nationale, car dépassé par les évènements, le problème reste crucial, les constatations cinglantes….

Les solutions ? Des » Agences régionales de Santé »(A.R.S) qui jouent véritablement un rôle de contrôle car l’Etat finance ces établissements. Elles se doivent de dénoncer et de remettre de l’ordre. Recruter et former un personnel qualifié, suffisamment payé et EN NOMBRE SUFFISANT PROPORTIONNEL AU NOMBRE DE RESIDENTS.

Les familles perspicaces et bienveillantes ont aussi des solutions : « porter plainte avec si possible photos et vidéos comme preuves, se regrouper autour d’un même avocat … faire le 39 77 car ces résidents sont en fait victimes de maltraitance…

Patrice LOUAISEL

Président de SOS Gramounes isolés

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Dimanche en 15

Article suivant

L’abus de pouvoir

Free Dom