Covid-19 : au moins 5 personnes contaminées par le variant delta

8 min de lecture
20

La préfecture et l’ARS sont en mesure d’informer de la présence du variant Delta (dit « indien ») à La Réunion. En effet, à l’occasion d’une opération de séquençage aléatoire, puis de recherches auprès d’un ensemble de résultats positifs, le variant Delta a été détecté chez 3 collégiens et 2 professionnels issus de 3 collèges différents. Toutes ces contaminations étaient en lien les unes avec les autres. Aucun de ces cas n’a cependant pris de forme grave ou nécessité d’hospitalisation. Les protocoles sanitaires ont été mis en œuvre pour casser les chaînes de contamination.

Des investigations sont encore en cours auprès des contacts identifiés, et d’autres résultats de séquençage sur 12 prélèvements reconnus positifs sont attendus pour la semaine prochaine. Ainsi, au regard des investigations déjà menées, une circulation autochtone du variant Delta est donc aujourd’hui avérée sur l’île. La situation sanitaire est préoccupante compte tenu du fort potentiel de contagiosité de ce nouveau variant.

Dans ces circonstances, l’autorité sanitaire souligne l’importance majeure de la vaccination pour se protéger et protéger les personnes fragiles, puisque les vaccins disponibles sont reconnus comme très efficaces vis-à-vis de l’ensemble des variants dont le variant Delta.

La recherche de l’immunité collective par la vaccination rapide du plus grand nombre devient indispensable.

Nouvelle stratégie de criblage

Depuis le 31 mai 2021, la nouvelle stratégie nationale de criblage systématique des tests positifs SARS-CoV-2 permet d’identifier les « mutations d’intérêt »portées notamment par les variants Beta (Sud-africain), Gamma (Brésilien) et Delta (Indien) puisque ces derniers présentent un fort potentiel de contagiosité, tout particulièrement le variant Delta.

Les tests de criblage réalisés par les laboratoires de biologie de l’île permettent désormais d’identifier rapidement ces mutations et le séquençage d’une partie de ces prélèvements peut être réalisé par le PIMIT ainsi que par le laboratoire du CHU.

C’est précisément dans ce contexte que le laboratoire PIMIT a identifié la mutation Delta par séquençage aléatoire chez un collégien testé positif le 25 mai dernier. C’est aussi à l’occasion de ce résultat que d’autres séquençages ont pu être effectués révélant la présence du variant Delta sur 4 autres cas positifs, 2 collégiens et 2 professionnels issus de 3 établissements scolaires différents.

Mesures déjà mises en œuvre pour gérer la situation.

A ce jour, les 5 personnes sont considérées comme guéries sans avoir souffert de la forme grave de la maladie et ne sont donc plus soumises à l’isolement

Les 5 personnes ont fait, en outre, l’objet d’un contact traçing rigoureux pour la recherche et le dépistage des contacts ainsi que la prescription des mesures d’isolement indispensables pour chacun des cas.

Après les opérations de dépistages d’ores et déjà réalisées sur les cas contacts identifiés où potentiels, seul un collégien, reconnu positif et éventuellement porteur du variant indien, est encore soumis à l’isolement ainsi que sa classe.

Nécessité de poursuivre les investigations par dépistage RT-PCR et par un contact traçing renforcé.

La forte contagiosité du variant Delta oblige l’autorité sanitaire à poursuivre les opérations complémentaires de dépistage, tout particulièrement au sein d’un des 3 collèges. Pour autant, l’analyse de la situation permet de ne pas remettre en cause les épreuves du Brevet pour l’ensemble des collégiens concernés. Le Rectorat veillera au respect rigoureux des protocoles sanitaires prévus pour la circonstance.

Se faire vacciner pour se protéger, notamment du variant Delta qui va se propager

Le variant Delta, à forte contagiosité, progresse rapidement dans le monde, touchant déjà plus de 75 pays. Il est responsable du rebond épidémique observé depuis quelques semaines au Royaume-Uni, en touchant majoritairement les personnes non encore vaccinées. Il est déjà prouvé que le variant Delta affecte particulièrement les jeunes dans les pays où il circule.

Or, la vaccination est efficace contre le variant Delta, comme le montrent les résultats d’une étude britannique très récente, laquelle confirme la réduction du risque d’hospitalisation pour formes graves de 90% pour les personnes ayant bénéficié des deux injections du vaccin Pfizer.

La préfecture et l’ARS rappellent donc à tous les réunionnais la nécessité absolue de se faire vacciner rapidement dès l’âge de 12 ans.

Ceci est d’autant plus nécessaire que la couverture vaccinale reste trop faible à La Réunion (26.1% de la population ayant reçu une première injection et 17% seulement bénéficiant d’un schéma vaccinal complet) et que notre système hospitalier est encore très mobilisé par la circulation toujours active du virus depuis plusieurs mois.

Plus de 100 000 rendez-vous sont disponibles en centres de vaccination dans les semaines à venir et le schéma vaccinal complet peut être obtenu 5 semaines après la première dose Pfizer ou 4 semaines après la mono dose JANSENN.

Compte tenu de la présence du variant Delta sur l’île, l’effort collectif de la vaccination pour se protéger et protéger les autres est plus que jamais indispensable pour rechercher l’immunité collective (atteindre 70% de la population totale au minimum) qui seule permettra de ralentir la propagation du virus et de prévenir l’apparition de nouveaux variants.

Source : Communiqué de presse de la préfecture

20 Commentaires

  1. As vaccine-induced deaths begin to accelerate around the world from the dirty Covid-19 jabs, the mainstream media narrative is shifting to cast blame away from the deadly, blood-clotting inoculations and onto a new, more virulent Covid virus mutation called the “Delta Variant.” This variant is just a cover story for actual vaccine deaths, and “there will be blood” on the hands of the vaccine industrial complex. One of the World Health Organization’s doctors (ring leader) is already warning of “reduced efficacy” (meaning it doesn’t work at all) regarding all these Covid-19 jabs, including mRNA and protein payload injections, being useless against the variants that the vaccines are actually creating and spreading.

    Covid-19 vaccines make the vaccinated MORE susceptible to catching and dying from mutant “Delta” variant of the Covid-19 lab-made virus

  2. Dans le Gers il à déja tués 2 personnes 40ans et 60 ans il est précisé également que ces deux personnes n’étaient pas vaccinés , il fait assez flippé cette souche en esperant qu’il n’arrivera pas sur Paris ?

  3. Bin oui alors…et donc il faut mettre le vaccins si mi comprend bien . Il fallait trouver un moyen po fait se vaccin au ban creole la.. un bon coup marketing. N en pèche. Unreconfinement y pend au nez..

  4. oui bien sur, l’isolement a la reunionnaise, rien que hier soirée à plus de 50 personnes sans masques sans aucune précautions et après on dira que le virus se propage, en fait du moment qu’ils aillent pas pleurer après à l’hôpital pour se faire soigner, mais ça faut pas compter

    • L’hôpital public est un bien commun, je ne me ferai pas injecter un prototype de vaccin et je si malheureusement je développe un quelconque Covid j’irai me faire soigner a l’hôpital le plus proche. Changez de nationalité si cela ne vous convient pas.

      • salut si y’a moyen faite vérifier si vous avez un système immunitaire assez fort pour combattre tous type de virus celui de la grippe ect si ce n’est pas le cas faut le renforcer vos défenses avec des produits naturels, faite tout pour ne pas l’attraper ce covid justement, pour info moi non plus jsuis pas allé me faire vacciné mème si j’ai été infecté au mois d’avril 2021 prenez soins de vous

  5. Dr Kevin McCairn, PhD

    La protéine Spike est un facteur de virulence essentiel du virus SARS-CoV2. Exprimée par les cellules infectées par le SARS-CoV2, ou après transductionpar les vaccins à ARNm ou à vecteur Adenovirus (ADN), sous forme biologiquement active, son rôle n’est pas limité à la présentation inerte d’épitopes immunogènes. Son expression implique de nombreuses potentialités toxiques, autonomes de la présence du virus SARS-CoV2 et susceptibles de reproduire certaines manifestations cliniques de la maladie COVID-19. Cet article vise à synthétiser quelles sont les potentialités toxiques autonomes induites par l’expression de la protéine Spike, à court, moyen et long terme.

    La protéine Spike détermine le tropisme du virus SARS-CoV2

    Le SARS-Cov2 utilise pour son entrée dans la cellule, comme son cousin le SARS-CoV, le récepteur ACE2 et la protéase TMPRSS2 [1]. (Fig [1])

    ———–
    pour les medecins chercheurs du Salk institut, la protéine spike est lun
    vecteur de maladie sanguine et non pas respiratoire….
    —-
    quel est le nombre de medecins à l’ARS reunion ? qu’el est leur niveaui de compétence médicale ?
    ne sont ils pas que le bras pseudo-médical du pouvoir ,et de la prefectiuire ?

    une poignée de technocrates qui usent de la crise sanitaire de fabrication eventuellement humaine….

    • Alors là, chapeau! Merci pour ces éclaircissements, mais la populace suit plus souvent le réseau d’information mainstream.

  6. on en parle pas mais aujourd’hui a lieu le premier jour d’un mouvement de grève international des rats de laboratoire… Sous prétexte que l’humain prendrait sa place pour la lutte contre le covid…!!!

    • Vous avez entièrement raison! Les rats de laboratoire à quatre pattes ont laissé place à ceux à deux pattes qui auront des séquelles pour toujours! L’ARN et ses cobayes!
      En plus, il faudrait que les adolescents le testent aussi : problèmes cardiaques ou infertilité en perspective!

  7. les 2 personnes décédés du variants indien en métropole sont 2 personnes présentant des comorbinites ( obèse diabète) et n’avaient pas voulu être vacciné. je sais pas mais j’ai quand même l’impression chiffres à l’appui que le vaccins protège bien, les seuls finalement vraiment contre ils s’en foutent eux ils ont pas de commorbinites alors c’est facile de faire le brave et les résistants, en attendant les plus fragiles eux décèdent…

    • C’est la loi de la nature, les plus faibles périssent s’ ils ne se font pas aider. Les chiffres, les chiffres, les chiffres…tout de suite les gros mots! Pour l’instant l’efficacité des “vaccins” n’est prouvée nulle part sauf dans les communiqués de presse des fabricants des dites “vaccins”, nous sommes au stade de l’essai clinique sur cobaye humains a grande échelle, les prototypes seront modifiés au fil du développement plus ou moins graves des effets secondaires.

  8. les 2 personnes décédés du variants indien en métropole sont 2 personnes présentant des comorbinites ( obèse diabète) et n’avaient pas voulu être vacciné. je sais pas mais j’ai quand même l’impression chiffres à l’appui que le vaccins protège bien, les seuls finalement vraiment contre ils s’en foutent eux ils ont pas de commorbinites alors c’est facile de faire le brave et les résistants, en attendant les plus fragiles eux décèdent…

  9. a propos de salk institut
    Chiffre d’affaires
    131 859 790 dollars américains
    et surtout ils se sont loupes dans la recherche de vaccins et maintenant ils ont les boules et donc critique les autres sous couvert de soit disant vérité
    la vérité c’est qu’ils fabriquent et commercialisent leurs traitements mais la ils en on pas trouvé….

  10. ” Notre Ministre de la Santé, dans une lettre au président du CNOM, décharge les médecins de bien informer les patients des risques de la vaccination. Je le cite : « La responsabilité des médecins ne pourra être engagée au motif qu’ils auraient délivré une information insuffisante aux patients sur les effets indésirables méconnus à la date de vaccination »
    .Que penser de la connaissance des médecins sur le sujet, quand ils n’ont droit qu’à une seule source d’information, l’officielle, toute autre étant méchamment vilipendée ou censurée. L’information officielle ? Celle des seuls laboratoires déjà multi condamnés pour avoir caché leurs effets secondaires dans d’autres affaires.

    De plus, l’information est édulcorée par les autorités. Un exemple : l’ARN messager reste dans le muscle deltoïde, dixit l’Inserm et les autorités. Qu’ont écrit Pfizer et Moderna dans leurs études que les autorités ont occultés ?
    «
    Nous avons retrouvé nos billes dans tous les organes, y compris reproducteurs ». Alors, bien « éclairé » le consentement ? Quand un vaccinateur dit aux patients que les vaccins sont sans risques, fabriqués comme les autres à partir de virus atténués, le responsable qui doit éclairer les autres est-il lui-même bien éclairé ?

    Notre Ministre, le même, vient de menacer les soignants dans les ehpads de rendre leur vaccination obligatoire s’ils ne se vaccinaient pas plus.
    Dans le « consentement éclairé », il y a le mot « consentement ». Qu’est-ce qu’un consentement sous la menace, sous un chantage ? Est-ce un consentement ?

    De plus quelle justification scientifique et médicale à ce chantage quand 90% des pensionnaires sont vaccinés, donc protégés ? (Rappelons que le vaccin est efficace à 98%… )

    Sommes-nous dans l’esprit du code de Nuremberg ? Il précise dans son premier article que : « Le consentement volontaire du sujet humain est absolument essentiel. Cela veut dire que la personne concernée doit avoir la capacité légale de consentir ; qu’elle doit être placée en situation d’exercer un libre choix, sans intervention de quelque élément de force, de fraude, de contrainte, de supercherie, de duperie ou d’autres formes sournoises de contrainte ou de coercition «”

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Un incendie se serait produit à la Rivière des Galets samedi soir (Vidéo)

Article suivant

POSEI : 2 milliards d’euros pour les agriculteurs; La satisfaction des deux eurodéputés de la Réunion

Free Dom