Covid-19 à La Réunion : 24 décès depuis le 1er septembre, taux d’incidence au plus bas 114

9 min de lecture
27

À La Réunion, 1 décès supplémentaire en 24h, 24 décès depuis le 1er septembre 2022 (928 décès depuis le début de l’épidémie en mars 2020), avec un taux d’incidence en baisse significative, 114,87 pour 100 000 au mardi 20 septembre 2022 selon Santé Publique France.

« Les indicateurs COVID-19 produits par Santé publique France sont actualisés tous les jours à l’exception des week-end et des jours fériés. »

 

On recense ce vendredi 23 septembre 2022, +33 morts  et +37.524 nouveaux cas confirmés en 24h en Métropole, Dom et Tom.

Le taux d’incidence global en France au mardi 20 septembre 2022 (données consolidées) atteint 314,37 cas pour 100.000 habitants au cours des 7 derniers jours.

  • 01 — Ain — Bourg-en-Bresse 353,8 ⇗  
  • 02 — Aisne — Laon 417,6 ⇗ 
  • 03 — Allier — Moulins 412,4 ⇗  
  • 04 — Alpes-de-Haute-Provence — Digne-les-Bains  411,3 ⇗  
  • 05 — Hautes-Alpes — Gap 323,3 ⇘  
  • 06 — Alpes-Maritimes — Nice 296,9 ⇗  
  • 07 — Ardèche — Privas 279,0 ⇗  
  • 08 — Ardennes — Charleville-Mézières 605,0 ⇗  
  • 09 — Ariège — Foix 346,1 ⇘  
  • 10 — Aube — Troyes 244,6 ⇗  
  • 11 — Aude — Carcassonne 289,6 ⇘  
  • 12 — Aveyron — Rodez 342,9 ⇘  
  • 13 — Bouches-du-Rhône — Marseille 252,0 ⇗  
  • 14 — Calvados — Caen 336,4 ⇘  
  • 15 — Cantal — Aurillac  462,7 ⇗  
  • 16 — Charente — Angoulême  282,3 ⇗  
  • 17 — Charente-Maritime — La Rochelle  263,4 ⇗  
  • 18 — Cher — Bourges  374,9 ⇘  
  • 19 — Corrèze — Tulle  273,4 ⇗  
  • 2A — Corse-du-Sud — Ajaccio  214,4 ⇗  
  • 2B — Haute-Corse — Bastia  183,8 ⇘  
  • 21 — Côte-d’Or — Dijon 358,3 ⇗ 
  • 22 — Côtes-d’Armor — Saint-Brieuc  315,1 ⇗  
  • 23 — Creuse — Guéret  456,4 ⇗  
  • 24 — Dordogne — Périgueux  206,0 ⇘  
  • 25 — Doubs — Besançon 418,8 ⇗ 
  • 26 — Drôme — Valence  300,5 ⇗  
  • 27 — Eure — Évreux  347,7 ⇗  
  • 28 — Eure-et-Loir — Chartres  342,2 ⇗  
  • 29 — Finistère — Quimper  308,1 ⇒  
  • 30 — Gard — Nîmes  240,4 ⇗  
  • 31 —  Haute-Garonne — Toulouse  300,3 ⇘  
  • 32 — Gers — Auch  239,8 ⇒  
  • 33 — Gironde — Bordeaux 256,9 ⇘  
  • 34 — Hérault — Montpellier  206,8 ⇗  
  • 35 — Ille-et-Vilaine — Rennes  409,5 ⇘  
  • 36 — Indre — Châteauroux  338,6 ⇗  
  • 37 — Indre-et-Loire — Tours  299,6 ⇗  
  • 38 — Isère — Grenoble  408,6 ⇗  
  • 39 — Jura — Lons-le-Saunier 394,8 ⇗  
  • 40 — Landes — Mont-de-Marsan  233,0 ⇘  
  • 41 — Loir-et-Cher — Blois  266,9 ⇗  
  • 42 — Loire — Saint-Étienne  382,7 ⇗  
  • 43 — Haute-Loire — Le Puy-en-Velay  405,8 ⇘  
  • 44 — Loire-Atlantique — Nantes  272,7 ⇗  
  • 45 — Loiret — Orléans  346,4 ⇗  
  • 46 — Lot — Cahors  318,0 ⇘  
  • 47 — Lot-et-Garonne — Agen  179,9 ⇒  
  • 48 — Lozère — Mende  274,3 ⇘  
  • 49 — Maine-et-Loire — Angers  332,8 ⇒  
  • 50 — Manche — Saint-Lô  322,0 ⇗  
  • 51 — Marne — Châlons-en-Champagne 429,3 ⇗  
  • 52 — Haute-Marne — Chaumont 278,3 ⇘  
  • 53 — Mayenne — Laval  365,5 ⇘  
  • 54 — Meurthe-et-Moselle — Nancy 353,6 ⇗  
  • 55 — Meuse — Bar-le-Duc 459,7 ⇗  
  • 56 — Morbihan — Vannes  337,0 ⇘  
  • 57 — Moselle — Metz 379,3 ⇗  
  • 58 — Nièvre — Nevers 328,5 ⇗  
  • 59 — Nord — Lille 333,6 ⇗  
  • 60 — Oise — Beauvais 301,1 ⇗  
  • 61 — Orne — Alençon  378,1 ⇗  
  • 62 — Pas-de-Calais — Arras 340,2 ⇗  
  • 63 — Puy-de-Dôme — Clermont-Ferrand  352,1 ⇒  
  • 64 — Pyrénées-Atlantiques — Pau  223,6 ⇗  
  • 65 — Hautes-Pyrénées — Tarbes  278,3 ⇗  
  • 66 — Pyrénées-Orientales — Perpignan  222,5 ⇗  
  • 67 — Bas-Rhin — Strasbourg 424,5 ⇗  
  • 68 — Haut-Rhin — Colmar 304,2 ⇗  
  • 69 — Rhône — Lyon  312,0 ⇗  
  • 70 — Haute-Saône — Vesoul 459,7 ⇘  
  • 71 — Saône-et-Loire — Mâcon 320,2 ⇗  
  • 72 — Sarthe — Le Mans  278,6 ⇗  
  • 73 — Savoie — Chambéry  324,4 ⇗  
  • 74 — Haute-Savoie — Annecy  282,1 ⇗  
  • 75 — Paris — Paris 223,0 ⇗  
  • 76 — Seine-Maritime — Rouen  376,3 ⇗  
  • 77 — Seine-et-Marne — Melun 254,3 ⇗  
  • 78 — Yvelines — Versailles 253,9 ⇘  
  • 79 — Deux-Sèvres — Niort  302,9 ⇗  
  • 80 — Somme — Amiens 412,5 ⇗  
  • 81 — Tarn — Albi  203,0 ⇘  
  • 82 — Tarn-et-Garonne — Montauban  316,8 ⇗  
  • 83 — Var — Toulon  274,3 ⇗  
  • 84 — Vaucluse — Avignon  276,8 ⇘  
  • 85 — Vendée — La Roche-sur-Yon  289,3 ⇘  
  • 86 — Vienne — Poitiers  313,1 ⇗  
  • 87 — Haute-Vienne — Limoges  239,6 ⇗  
  • 88 — Vosges — Épinal 497,2 ⇗  
  • 89 — Yonne — Auxerre 365,7 ⇗  ,
  • 90 — Territoire de Belfort — Belfort 498,9 ⇗  
  • 91 — Essonne — Évry 246,7 ⇗  
  • 92 — Hauts-de-Seine — Nanterre 210,3 ⇗  
  • 93 — Seine–Saint-Denis — Bobigny 155,5 ⇗  
  • 94 — Val-de-Marne — Créteil 222,1 ⇗  
  • 95 — Val-d’Oise — Cergy-Pontoise 211,4 ⇗  
  • 971 — Guadeloupe — Basse-Terre  141,6 ⇘  
  • 972 — Martinique — Fort-de-France  205,2 ⇘  
  • 973 — Guyane — Cayenne  17,3 ⇘  
  • 974 — La Réunion — Saint-Denis  114,9 ⇘  
  • 976 — Mayotte — Dzaoudzi 11,7 ⇒ 

27 Commentaires

  1. Mesdames, pour un consentement éclairé, ceci n’est pas de la désinformation !!
    Une nouvelle étude confirme les signaux inquiétants de pharmacovigilance concernant l’utilisation des vaccins Covid chez les femmes en âge de procréer.
    Elle révèle des taux alarmants de saignements irréguliers et de changements menstruels après que les femmes aient reçu des injections d’ARNm de COVID-19…
    Cette nouvelle étude évaluée par des pairs publiée dans l’International Journal of Gynecology & Obstetrics ce mercredi 20 juillet montre donc des taux alarmants de saignements irréguliers et de changements menstruels après avoir reçu l’injection d’ARNm COVID-19 de Pfizer.

    L’équipe a évalué le schéma menstruel et les changements des femmes qui ont terminé le vaccin Pfizer trois mois avant et après avoir reçu l’injection. Sont incluses les femmes âgées de 18 à 50 ans sans comorbidités gynécologiques connues qui surveillent régulièrement leurs menstruations grâce à des calendriers électroniques.

    Toutes les participantes ont répondu à un questionnaire détaillé sur leurs symptômes menstruels, y compris des informations sur tout saignement irrégulier. La présence de comorbidités médicales était également significativement plus élevée chez les patients ayant présenté des saignements irréguliers

    En conclusion, les auteurs insistent sur le fait que « d’autres recherches » sont nécessaires pour confirmer leurs conclusions et mieux caractériser l’ampleur du changement et toutes LES IMPLICATIONS POSSIBLES À LONG TERME.

    L’effet du vaccin ARNm BNT162b2 SARS-CoV-2 sur les symptômes du cycle menstruel chez les femmes en bonne santé

    • merci grand professeur en médecine devant l »éternel pour nous éclairer…. votre diplôme de con en médecine vous sert vraiment et on se demande pourquoi vous êtes derrière un clavier au lieu de sauver le monde

  2. Bonjour à tous, J’ai besoin vous dire aussi La Réunion à été détecté par variole du singe depuis hier sur Santé Publique France. Après la Guadeloupe et la Martinique à été confirmé par variole du singe depuis le 15 juillet et le 25 juillet 2022 , Mais La Réunion à été signalé par variole du singe parce-que l’ARS enregistre un premier cas de variole du singe sur l’île. 1 837 cas à été recensés en France, Après la Nouvelle-Calédonie à été détecté par variole du singe depuis le 17 juillet 2022. La vaccination contre variole du singe après aucun cas de variole du singe à La Réunion depuis le 12 juillet 2022.

    • En parlant du variole du singe na un gars la raconté que quand li té hospitaliser na point eîn na eu compassion envers li. Té un infermier comme li (de même orientation sexuelle) que la ni vers li alors ou peux pas travail su demoun en mettant out conviction personnelle en avant. Ou peux pas travail dan un lieu (microbe na partout) avec la peur pou out vie. Allez passe balaie sinon. Quand ou na affaire ek domoun montre out bon figuire. Le malade lé dan un l’état de faiblesse. Li remarque li ça l’approche, le côté bienveillant, l’écoute du soignant. La gueule domoun lé en graine même pou les hôtesses d’accueil. Attende pas quand la fine arrive en squelette pou affiche un sourire su zot dent

    • Et oussa ou mette toute le personnel de l’hôpital qui exerce ? Toussa faux vaccination la circulés … l’hôpital la Reynion ou na point un famille qui travail dedans pou jette un coup d’oeil su ou et bien mounoir ou vire ventre en l’air direct.

    • Freedom comme l’ensemble des médias de masse sont complice de la désinformation, car pour continuer à recevoir des subventions, la presse imaginez vous bien doit être docile et raconter les mensonge et la fausse réalité que le gouvernement leurs impose de diffuser, on appelle cela des collabo et les collabo un jour ou l’autre ça ce paye, très cher il ne faudra pas que ces vendu vienne chercher de la compassion quand les gens aurons compris et leurs demanderont des comptes en versant leur sang. mais en sont ils conscient derrière leurs micro dans leur studio climatiser. chacun son honneur et surtout chacun ça mort. De pire en pire de mieux en mieux!!

  3. * L’efficacité des vaccins contre les formes graves avant 50 ans n’est pas prouvée :
    • La construction de l’essai clinique de Pfizer ne permet pas d’apporter la preuve d’une efficacité sur la
    prévention des formes graves de la Covid-19 : « l’impact de la vaccination sur les hospitalisations, sur les
    hospitalisations en unité de soins intensifs, sur la mortalité » n’a pas été « pris en compte au cours des
    essais cliniques », peut-on lire dans le rapport provisoire de l’Office Parlementaire d’Evaluation des Choix
    Scientifiques et Technologiques (OPECST) de juin 2022 (24) (p.19).
    • Les statistiques de la DREES, qui montrent une nette sur-représentation des non-vaccinés parmi les
    hospitalisés pour et avec Covid (25) (p.27) (23) (p.3), ont l’inconvénient de présenter deux biais majeurs :
    – le premier, c’est qu’il suffit que les non-vaccinés soient testés plus fréquemment que les vaccinés,
    pour qu’il y ait plus de découvertes asymptomatiques de SARS-Cov-2 dans leur groupe, et qu’il y ait
    donc une sur-représentation des non-vaccinés parmi les hospitalisés avec Covid. Pour s’affranchir de
    ce biais, il est impératif de ne comptabiliser que les hospitalisations réellement pour Covid. C’est ce
    qu’a fait la DREES, une fois, pour la période du 3 au 30 janvier 2022 (25) (p. 27) ; mais elle n’a pas
    réitéré (23) (p. 3).
    – le second biais, c’est que les statistiques de la DREES sont faites à partir d’une base de données qui
    ignore le statut vaccinal de plus de 30% des personnes testées (26).
    • Il n’existe pas, à l’heure actuelle, d’étude officielle française prouvant l’efficacité des vaccins contre les
    formes graves avant 50 ans (EPI-PHARE ne s’étant intéressé qu’aux plus de 50 ans (27)).

  4. Bien menteur zot iler zot la juste besoin cobaye la réunion, poukoer zot i di zamer combien moune le mort avec vaccin ta corrompu va, toute domoun fini gagne corona la reunion aret avec zot maskarad nena ocun sens la. Mayotte lo taux le ba labas paske bana i fait pète à zot trop dans la tête ta hypocrite va

  5. Free dom y aime suce le nouveau directeur de l’ARS,free dom c’est les chiens et souffrire des francs-maçons, la Réunion y appartient pu au réyoné,les élus de la Réunion c’est des élus fantômes où alcooliques, Mme bello y avale son vomi et le reste Didier Robert la largue pou elle

  6. Les programmes de vaccination contre le COVID-19 doivent être arrêtés immédiatement
    Le groupe de travail allemand pour l’analyse des vaccins COVID a rendu ses premières conclusions accessibles au public dans un rapport de grande envergure :
    1. Des substances toxiques ont été trouvées dans tous les échantillons de vaccins COVID-19 – sans exception.
    2. Les échantillons de sang de toutes les personnes vaccinées ont montré des changements marqués.
    3. Plus la stabilité de l’enveloppe des nanoparticules lipidiques est grande, plus les effets secondaires des vaccins sont fréquents.
    1. Dans tous les échantillons de vaccins COVID-19, sans exception, des composants ont été trouvés, en
    utilisant plusieurs méthodes de mesure, qui :
    – sont, dans les quantités constatées, toxiques selon les recommandations médicales,
    – n’avait pas été déclarée par les fabricants comme présente dans les vaccins,
    – sont majoritairement métalliques,
    – sont visibles au microscope à fond noir sous forme de structures
    distinctives et complexes de différentes tailles,
    – ne s’explique que partiellement par des processus de
    cristallisation ou de décomposition,

  7. Hé bien moi je dis qu’on a trouvé du fil barbelé et des clous dans le vaccin méfiez vous vous allez attraper le tétanos en vous blessant avec ce vaccin .

    • Un vaccin efficace doit ralentir la progression des décès, mais ce n’est pas le cas pour les vaccins « COVID ».
      L’absence d’efficacité est visible à tous les niveaux, de mondial à une classe d’âge en France.
      Les vaccins ne ralentissent pas l’apparition de nouveaux décès mais ils auraient même tendance à l’accélérer.

  8. Faut continuer à porter le masque dans des lieux fermés y’a pas d’autre moyen pour faire baisser ce taux d’incidence faut également continuer à se faire tester et s’isoler si les réunionnais s’en fou rien ne changera ici à Paris le taux d’incidence à baisser mais je continue à porter mon masque dans les transports en communs centre commercial, ascenseur ect je l’ai choppé 2 fois en 2021 & 2022

    une 3ème fois non merci j’en veux pas.

  9. j’ajouterai mème parmi une foule à l’exterieur sans masque la contamination est possible ce que je vous parle c’est du vécu personnelement ce Variant BA 5 est très contagieux et le taux d’incubation avant l’apparition des premiers symptomes est de 4 jours seulement

  10. Une nouvelle étude évaluée par des pairs a révélé que l’utilisation régulière d’ivermectine réduisait de 92% le risque de mourir du COVID-19.

    Cette grande étude a été menée par Flávio A. Cadegiani, MD, MSc, PhD. Cadegiani est un endocrinologue avec une maîtrise et un doctorat en endocrinologie clinique.

    L’étude évaluée par des pairs a été publiée mercredi par la revue médicale en ligne Cureus. L’étude a été menée sur une population strictement contrôlée de 88.012 personnes de la ville d’Itajaí au Brésil.

    Les personnes qui ont utilisé l’ivermectine comme prophylaxie ou ont pris le médicament avant d’être infectées par le COVID, ont connu une réduction significative des décès et des hospitalisations.

    Selon l’étude, ceux qui prenaient régulièrement de l’ivermectine avaient une réduction de 92% de leur risque de décès par COVID par rapport aux non-utilisateurs.
    « Le taux d’hospitalisation a été réduit de 100 % chez les utilisateurs réguliers par rapport aux utilisateurs irréguliers et aux non-utilisateurs », indique l’étude.

    La réduction impressionnante pour les utilisateurs réguliers d’ivermectine était évidente, malgré le fait que les utilisateurs réguliers couraient un risque plus élevé de décès par COVID. Les utilisateurs réguliers étaient plus âgés et avaient une prévalence plus élevée de diabète de type 2 et d’hypertension que les utilisateurs irréguliers et les non-utilisateurs.

    Les utilisateurs irréguliers d’ivermectine présentaient une réduction du taux de mortalité de 37% inférieure à celle des non-utilisateurs.

    L’étude a défini les utilisateurs réguliers comme ceux qui ont utilisé plus de 30 comprimés d’ivermectine sur cinq mois. La posologie de l’ivermectine était déterminée en fonction du poids corporel, mais « la plupart de la population utilisait entre deux et trois comprimés par jour pendant deux jours, tous les 15 jours ».

    « La non-utilisation de l’ivermectine a été associée à une augmentation de 12,5 fois du taux de mortalité et à un risque sept fois plus élevé de mourir du COVID-19 par rapport à l’utilisation régulière de l’ivermectine », indique l’étude. « Cette efficacité dose-réponse renforce les effets prophylactiques de l’ivermectine contre le COVID-19. »

    Cadegiani pense que l’étude a montré un « effet dose-réponse », ce qui signifie que l’augmentation des niveaux d’ivermectine a diminué le risque d’hospitalisation et de décès par COVID-19.

    Cadegiani a écrit sur Twitter : « Une étude observationnelle de la taille et du niveau d’analyse comme la nôtre est rare et impossible à mener en tant qu’essai clinique randomisé. Les conclusions sont difficiles à réfuter. Les données sont les données, quelles que soient vos croyances. »

  11. par mon cas j’étais obligé de mettre mes 3 doses de vaccin covid, car sinon je ne pouvais pas voyager voir mon enfant……Mais j’ai eu 3 fois la covid,la 1er fois que de la fièvre et la 2,3 fois j’étais alliter, j’ai eu des douleurs musculaires atroces,plus de goût ni d’odorat…. j’ai perdu des kilos,et mon cycle menstruel perdu,saignements et….. brefs je ne ferais plus aucun vaccin….c du chantage que le gouvernement a mit en place,pour obligé les gens à le faire,c tous…..

    • Donc si je comprends bien, vous faites partie des personnes qui ont mis le vaccin pour vous permettre de voyager
      Et j’imagine bien que vous protéger, gestes barrières était en option pour vous car l’avoir 3 fois, faut vraiment en vouloir.
      Moi je dis merci au vaccin car je n’avais plus de cycle régulier depuis des mois, dur de tomber enceinte et j’ai retrouvé des cycles réguliers. Et là, bébé est là, en pleine forme
      Chaque corps réagit différemment à la maladie., mais cela doit vous dépassez un peu

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Dysfonctionnement du service funéraire à La Possession : Vanessa Miranville présente ses excuses

Article suivant

L’Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics (OPPBTP) étend ses activités à La Réunion

Free Dom