Covid-19 : Jean Castex annonce un reconfinement partiel et se fait vacciner à l’AstraZeneca

9 min de lecture
2

Le Premier Ministre s’est exprimé ce jeudi 18 mars pour faire le point sur les mesures sanitaires prises pour faire face à la crise sanitaire. Parmi elle, l’annonce d’un reconfinement partiel.

Reconfinement partiel

En effet, dès ce vendredi, 16 départements seront de nouveau confinés pour une durée de 4 semaines : les régions Ile-de-France et Hauts-de-France ainsi que les Alpes-Maritimes, la Seine-Maritime et l’Eure sont concernées. Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a annoncé ce matin que les mesures de soutien aux secteurs économiques touchés par le reconfinement coûteront 1,2 milliard d’euros supplémentaires par mois.

Sur 1,2 milliard d’euros, 600 millions sont destinés à compenser une partie de la perte d’activité subie par les petites entreprises et les indépendants. 400 millions serviront à couvrir le coût du chômage partiel, et les 200 millions restants à l’exonération des charges. Les commerces et rayons non essentiels seront donc fermés dès demain mais contrairement au dernier confinement, les librairies et disquaires pourront rester ouverts, “étant désormais classés comme étant de première nécessité”.

Couvre-feu décalé à 19h (mais pas à La Réunion)

Jean Castex a également ajouté que sur le reste du territoire (hors DROM), le couvre-feu était maintenu selon les mêmes règles, avec une petite différence : l’heure de début passera de 18 heures à 19 heures. Cette modification s’explique “à l’arrivée prochaine de l’heure d’été s’appliquera à compter de samedi prochain (ce samedi 20 mars, NDLR) et concernera tous les départements et pas seulement ceux soumis à ces mesures renforcées.” a-t-il précisé.

Sur le même sujet :

Tribune de Jean-François Nativel : “pour un couvre-feu à 19 h à l’île de la Réunion dès la rentrée des classes”

Vaccination

En parallèle à ces deux mesures importantes, le Premier Ministre a également fait le choix de se faire vacciner en public à 14h30 cet après-midi (17h30 heure locale) et recevra donc une dose d’AstraZeneca, seulement 3 jours après que l’Agence européenne des médicaments (EMA) ait certifié que le vaccin AstraZeneca contre le Covid-19 était “sûr et efficace” bien qu’il reste pour l’heure réservé aux personnes de plus de 55 ans.

Réaction des élus locaux

Jean-Luc POUDROUX

Le Premier ministre vient de nous annoncer le confinement de 16 départements pendant au moins un mois. Fort heureusement, La Réunion n’est pas concernée. Le COVID-19 dure maintenant depuis plus d’un an déjà et le bilan est loin d’être satisfaisant. Les Français, les Réunionnais sont usés, mais ils prennent leur mal en patience. Il le faut bien. La progression de l’épidémie s’accélère et en vérité, la situation sanitaire échappe finalement à tous, y compris au Gouvernement malgré tous ses efforts et sa bonne volonté.

C’est vrai que je ne suis pas d’accord avec les méthodes ni avec les arbitrages employés à tort par le Gouvernement, notamment sur les masques, le nombre de doses reçus dans l’île ou encore la répartition très largement insuffisante de l’enveloppe du Plan de relance pour La Réunion. Et si 81% des Français sont mécontents de l’action du Gouvernement dans la gestion de la crise du COVID, c’est parce que la campagne de vaccination n’est pas encore aujourd’hui un franc succès et que les Français de Métropole et d’Outre-mer considèrent que tout ce qui devrait être mis en place ou décidé de bon pour eux ne va pas suffisamment vite. Tout cela saute aux yeux et ce qui est en cause, ce n’est pas tel ou tel ministre, tel ou tel élu, mais la lourdeur incroyable des procédures administratives dans notre pays, les enfermements hiérarchiques et corporatistes, un langage et un fonctionnement ultra-technocratiques y compris par temps de crise alors que l’humain est en situation de péril. Voilà la cause de notre mal français qui n’échappe pas à La Réunion, un mal qui ronge notre démocratie, freine les vocations politiques auprès de notre jeunesse et décourage le goût d’entreprendre.

La France ne redeviendra un grand pays que grâce à ses territoires, que grâce à une décentralisation réelle d’un côté et à un pouvoir central qui ne se préoccupe que du régalien de l’autre. Et c’est très exactement ce que ne prévoit pas la prochaine loi 4D ! Le Gouvernement assure que la crise sanitaire a permis à l’Etat de consacrer la règle de l’approche territoriale. Mais s’il s’agit pour le Gouvernement d’ordonner l’exécution de ses décisions aux Préfets en mettant les élus locaux et les parlementaires conviés pour l’occasion devant le fait accompli, où est la concertation, où est la réelle expression de la décentralisation, de la citoyenneté, du principe constitutionnel de subsidiarité ? Nous marchons sur la tête et nous nous laissons trop dicter nos actions par des procédures trop rigoristes, situées à des années lumière de la réalité de la vie quotidienne et des besoins des Français, des Réunionnais, ce qui revient littéralement à tuer l’esprit de la loi.

Un an après la crise du COVID, une réforme sur la gouvernance des ARS en général s’impose dont celle de La Réunion en particulier. Pourquoi ? Parce qu’il est essentiel d’éradiquer par tous moyens le COVID grâce à une gestion adaptée, volontaire et efficace. Dans un contexte où l’on ne parle que de COVID depuis un an, je n’oublie pas l’épidémie de dengue qui s’installe malheureusement elle aussi durablement dans l’île et dont les chiffres sont inquiétants. Là encore, nous avons besoin de compétences et de co-gestion locales. Sur la dengue, où en sommes-nous exactement ? Quels sont les progrès effectués ? Quelles sont les pistes à suivre ? Quelle est la feuille de route ? En tant que Parlementaire réunionnais, je pose la question aux autorités préfectorales et à l’ARS.

Avec le COVID, nous nous sommes habitués à vivre au jour le jour depuis plus d’un an. Une dure réalité qui frappe directement les jeunes qui se sentent aujourd’hui désorientés. La seule lueur au bout du tunnel est la vaccination.
Avec le COVID, les temps qui s’annoncent sont sans doute encore difficiles, mais sans notre jeunesse réunionnaise, il n’y a plus d’avenir du tout. Dans les campagnes de vaccination, dans toutes les attentions en matière de formation et de bien-être, les jeunes doivent être notre priorité absolue.

Jean-Luc POUDROUX
Député de La Réunion

2 Commentaires

  1. # Qui dit que c’est du Astrezenega #..Fait se que je dit,,mais ne fait pas se que je fait !! . Il aurai du se faire vacciner à L’Artane 5….

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Coup de gueule : “l’infirmière du père de mes enfants a attendu deux jours pour signaler sa disparition”

Article suivant

Cluster à l’hôpital de St-Joseph : “ma mère est hospitalisée depuis le 2 mars et ne peut toujours pas sortir !”

Free Dom