Voyages : test obligatoire et fin des quarantaines en juillet et en août

La situation sanitaire des territoires d’Outre-mer a conduit le gouvernement à imposer des mesures de quarantaine strictes à l’entrée des territoires afin de protéger les populations locales. Au vu de l’évolution favorable de l’épidémie de Covid-19 en Outre-mer, de nouvelles dispositions adaptées à la situation sanitaire ont été décidées lors du Conseil de défense et de sécurité nationale tenu ce jour et seront mises en place au cours des prochains jours.

Evolutions du protocole sanitaire pour accéder aux territoires ultramarins

Une expérimentation en cours se poursuit dans les territoires suivants : Guadeloupe, Martinique, La Réunion, Saint-Martin, Saint-Barthélemy.

Tous les passagers sont invités à réaliser dans les 72 heures précédant le vol un test RT-PCR, de détection du Covid-19. Ce test peut se faire sans prescription médicale.

1/ Les passagers qui présentent un résultat positif au Covid-19 ne peuvent pas prendre l’avion.

2/ Les passagers qui présentent un résultat négatif au Covid-19 pourront effectuer une septaine, soit sept jours de quarantaine, suivis d’un nouveau test RT-PCR. Si ce 2e test est négatif, la quarantaine prend fin.

3/ Si le passager ne présente aucun test à l’embarquement, il devra réaliser une quatorzaine stricte à l’arrivée sur le territoire.

À compter du 22 juin :

•    L’expérimentation septaine pourra être étendue aux autres territoires.
•    Les motifs impérieux de déplacement seront supprimés. Pour Mayotte et la Guyane, la situation sera réévaluée d’ici le 22 juin.
•    Le nombre de passagers par vol sera déplafonné et le nombre de vols sera progressivement augmenté en accord avec les élus des territoires.

Enfin, dès son entrée en vigueur (au plus tard le 10 juillet), la loi de fin d’état d’urgence sanitaire rendra obligatoire le test avant départ pour se rendre dans les territoires d’Outre-mer et la quarantaine à l’arrivée sera supprimée.

Situation des compagnies aériennes ultramarines

Ce calendrier et ces modalités de reprise du trafic aérien ont été partagés ce jour par Annick Girardin, ministre des Outre-mer, et Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d’Etat chargé des Transports, avec les compagnies aériennes françaises desservant les territoires ultramarins.

Cette réunion a été également l’occasion de faire le point sur la situation économique de ces compagnies aériennes, sur leurs demandes et sur les mesures de soutien prises par le Gouvernement.

Ainsi, comme cela a été annoncé le 10 juin, les entreprises de transport aérien de passagers, quelle que soit leur taille, pourront continuer à bénéficier d’une prise en charge à 100% de l’indemnité d’activité partielle pour les heures non travaillées jusqu’en septembre.

Par ailleurs, les compagnies aériennes de moins de 250 salariés bénéficieront d’une exonération de cotisations patronales acquittées ou reportées durant les mois de mars à juin 2020 (au titre des périodes d’emploi de février à mai). En outre, une aide au paiement des cotisations et contributions sociales égale à 20 % de la masse salariale bénéficiant de l’exonération sera mise en place.

Enfin, dans le cadre du projet de loi de finances rectificative, l’État va mettre en place 300 millions d’euros d’avances afin de prendre en charge les dépenses régaliennes des aéroports et ainsi éviter tout impact au sortir de la crise du Covid-19 pour les compagnies aériennes.

Free Dom, le site web, fait le choix d'un participatif sans modération à priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

3
Poster un Commentaire

avatar
3 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
3 Comment authors
Noé de l'ArcheEsperonsCreolia Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
Creolia
Invité
Creolia

Les réunionnais râlent toujours, ils ont peur du covid alors que la dengue fait plus de “dégâts”, qu’ils regardent à leurs portes et nottoient leurs cochonneries, il y a certainement plus de risques de mourir de la dengue qui circule à la réunion que du covid.
D’autres part ils râlent aussi car tout est trop cher, c’est clair que sans avions ça ne va pas s’arranger !

Esperons
Invité
Esperons

Tant qu’on ne l’a pas la vie est belle.

Noé de l'Arche
Invité
Noé de l'Arche

Il faut tester tout le monde à la Réunion ! le bâton dans les narines didigue et nettoie bien la glaire nasale du testé ou de la testée !