©infographie Sinusoïde/FR

Covid, terrorisme … : est-ce que ce monde est sérieux ?

Non, i faut croire que nous vivons dans un monde de « malades » dans tous les sens du terme. Entre l’ennemi invisible qui nous attaque et qui tue depuis décembre dernier et les assassins fanatiques qui égorgent leur proie en hurlant « Allah Akbar », – à Paris il y a deux semaines, puis à Nice dans une église – ou attaquent à l’arme blanche en s’en prenant aux forces de l’ordre à Avignon ainsi que devant le consulat de France en Arabie Saoudite à Djeddah, hier, mais où va-t-on ? Ce monde ne tourne décidément pas rond. Nous marchons sur la tête. Que se passe-t-il ? Le Monde serait-il devenu fou !

Chaque jour qui passe apporte son lot d’horreurs, de crimes en tous genres, de drames, de douleurs, de déceptions à n’en plus finir comme si plus personne n’avait la main, plus personne ne contrôlait la situation, plus personne n’avait la maîtrise de l’instant présent face à cette succession de violences tous azimuts.

« C’est la guerre ! » La guerre face au virus du Covid. La guerre face aux fous furieux du fanatisme et de l’islamisme radical qui ne cesse de croître dans le pays. Toutes ces atrocités nous plongent dans un univers inhumain mâtiné de méfiance, de haine, de vengeance, de sentiments les plus vils qui ne font qu’accroître nos incertitudes non pas par rapport à l’avenir déjà bien mal en point mais par rapport au présent, à aujourd’hui, à ce qui va se passer dans les heures qui suivent. La question qui se pose n’est plus « de quoi demain sera fait ? », mais « de quoi sera fait aujourd’hui ?». Car en ces temps de crises (sanitaire, terroriste, économique, sociale et même politique), la seule certitude, c’est l’incertitude, les incertitudes qui nous envahissent quotidiennement. Nous sommes certains d’être frontalement confrontés chaque jour à l’incertain. Des attaques terroristes qui surviennent à tout moment. Le Coranavirus qui poursuit son entreprise de destruction humaine. D’où les nouvelles annonces faites, mercredi soir, par le Président de la République Emmanuel Macron, relayé hier, à l’Assemblée nationale, un peu à la va-vite – actualité brûlante oblige ! – puis en conférence de presse, le soir par son Premier ministre Jean Castex, l’ancien « Monsieur déconfinement » – qui a remplacé Edouard Philippe -, devenu maintenant « Monsieur reconfinement ». Mais là encore, on tourne en rond ! On marche sur la tête !

Le virus plus contaminant dans les restos, bars, cafés et petits commerces que dans les écoles, collèges, lycées et transports en commun ?

Toutes ces mesures sentent à plein nez l’improvisation et nous font comprendre que le Président Macron, son Premier ministre et consorts ne savent plus sur quel pied danser, sans doute faute d’anticipation. Le 14 juillet dernier, au sortir de trois mois de confinement, Emmanuel Macron interrogé par deux journalistes le jour de la Fête nationale déclarait que le gouvernement avait tiré les leçons et qu’il était « prêt » à faire face à une éventuelle deuxième vague. Nous sommes déjà quasiment au mois de novembre et cette fameuse deuxième vague qui nous pendait au nez depuis longtemps est maintenant à nos portes. Et que fait le Président Macron ? Il improvise un confinement allégé. Autrement dit, en mars dernier, il a joué « sanitaire » à fond en fermant tout, en confinant tout le pays. Conséquence, le peuple a été plus ou moins protégé et l’épidémie a été relativement stoppée. Sauf que l’économie a été tuée.

Quatre mois après le déconfinement, place à un autre mode de confinement. Macron essaye de trouver un « mix » entre le « sanitaire » et « l’économie ». Ce qui fait qu’il instaure le « confinement libre » pourrait-on dire car les transports en commun (bus, métro, train, avions) continuent de fonctionner, les écoles restent ouvertes. Idem pour tous les autres établissements publics et pour les entreprises pour aller travailler. Bref, la vie continue, sauf dans les restos, bars, cafés et petits commerces de proximité (magasins de vêtements) qui seraient à en croire le Président et le gouvernement, les seules sources de contamination.

Le message est le suivant : « alé travaille, alé l’école mais après rentre zot case, sorte surtout pas la nuite car le virus va totoche à zot ! ». Métro-boulot-dodo en métropole et voiture (ou cars jaunes)-boulot-dodo à La Réunion. Finis les loisirs ! Quoi que, vous pourriez toujours effectuer de belles balades dans les galeries commerciales toujours bondées des grandes surfaces qui restent ouvertes !

J’ai eu l’occasion d’écrire dans un édito précédent que ce coronavirus vu avec les lunettes gouvernementales ressemblait surtout à un « bébète la nuite ». Comment expliquer que dans l’esprit de ceux qui nous dirigent et dans celui des grands scientifiques qui entourent l’exécutif que le Covid représenterait un danger dans les bars, les restaurants et les cafés mais pas dans les transports en commun, pas dans le boulot (BTP et tous corps de métiers confondus) et pas dans les cours ou classes d’école ? Comment concevoir que le virus serait plus contaminant dans des restos ou des bars que dans un avion transportant 200 passagers qui plus est assise à même pas 10 centimètres de distance les uns des autres et, enlevant leur masque pour déjeuner ou dîner tout en échangeant entre voisins pendant le repas ? Comment admettre encore que le virus serait aux dires de nos dirigeants plus dangereux dans des restos, bars et petits commerces de proximité que dans les grandes surfaces dont certaines sont obligées de refuser des clients tant ça foule à l’entrée ?

 Le gouvernement n’a pas les moyens de sa politique

A vrai dire, n’ayant pas les moyens de sa politique, l’Etat est tout simplement contraint à l’improvisation. Entre les discours et la réalité, il existe un réel fossé. Quand le président Macron parle de la création de 7 000 postes de soignants et d’aides soignants dans les hôpitaux pour se préparer à la deuxième vague, il oublie de dire que ce ne sont pas 7 000 qu’il en faudrait mais au moins 30 000 dans toute la France. Il oublie de dire que dans ces mêmes hôpitaux, y compris outre-mer et donc à la Réunion, le personnel soignant est obligé parfois de jongler avec les moyens de bord, de se passer des blouses, des charlottes et autres équipements entre collègues pour pouvoir assurer le bon déroulement de leur travail et surtout la bonne sécurité des patients dont ils ont la charge. Le chef de l’Etat oublie encore de préciser que dans ces mêmes hôpitaux où le personnel se donne à fond, certains finissent par tomber malade de fatigue, d’autres par « choper » le virus – ça fait certes partie des risques du métier – et que les cadres de santé doivent faire des gymkanas pas possibles ou autres contorsions pour boucler leur planning en faisant appel à des personnels en repos ou en congés. Ça c’est dans le domaine hospitalier. C’est tout aussi valable dans les EHPAD et sur la voie publique au niveau de la sécurité où une poignée de policiers nationaux/municipaux ou de gendarmes peuvent difficilement contrôler toute une population.

« Nous sommes en guerre », avait dit le Président Macron. Dans ces conditions, pourquoi ne pas faire appel à l’armée ! L’exécutif explique n’avoir qu’un seul objectif prioritaire : « protéger les Français » ! Soit, pourquoi n’avoir pas confiné totalement pendant 15 jours « pour sauver Noël » pour que tout le monde, tout le territoire national et ultramarin, tous les corps de métier (bars et restaurants y compris) soient logés à la même enseigne, c’est-à-dire traités à égalité. Quinze jours de fermeture totale, y compris des frontières européennes et internationales (aéroports et ports). Mais le Président veut concilier « économie » et « sanitaire », alors que les deux ne marchent pas forcément de pair. Mettons-nous deux minutes à la place d’un restaurateur ou d’un propriétaire de bar. Le gouvernement pourrait peut-être lui venir en aide au niveau du chômage partiel ou encore de ses charges – après un parcours de combattant de procédures multiples et variées – mais ce n’est pas le Président de la République ni les ministres qui vont lui fournir un salaire en fin de mois pour qu’il puisse payer les traites de sa maison, de sa voiture ou pour ourrir sa famille ! Ce qui revient à dire que le gouvernement improvise parce qu’il n’a pas les moyens de sa politique. Appelons un chat, un chat, ce n’est pas ce simulacre de confinement à la Macron qui va permettre, en métropole, de passer de 40 000 contaminations à 5000 par jour. Tout dépendra surtout du sens de responsabilité de chacun d’entre nous, de votre, de notre esprit citoyen.

Je m’adresse à celles et ceux, jeunes et moins jeunes qui, comme moi, vivent à la Réunion où « le confinement à la métropolitaine » ne sera pas appliqué puisqu’ici le virus ne circulerait pas de la même façon, vous ne devrez votre salut qu’à votre clairvoyance et votre vigilance. Autrement dit, apprenez à vivre avec le Covid mais respectez plus que jamais les gestes barrières ! Lavez-vous régulièrement les mains, portez votre masque dans des lieux fermés ou lorsque vous êtes en contact avec d’autres personnes dans le cadre du travail par exemple ; Evitez les rassemblements, même familiaux ! Ne sortez que si nécessaire notamment les week-ends. Et croisons les doigts pour que ce maudit virus puisse disparaître au plus-vite de la circulation !

 La politique, les régionales… en stand-by, mais les candidats toujours en campagne

Dans le contexte actuel, parler de politique relèverait presque d’une certaine forme d’indécence mais à bien y réfléchir tout est politique. En revanche, ce qui est sûr, c’est que les régionales et les départementales sont en stand-by. Personne ne serait capable aujourd’hui d’avancer une date pour ces deux scrutins. Pas même le gouvernement qui doit gérer le Covid et les attaques terroristes. Sachant que le confinement durera au moins jusqu’au 1er décembre en métropole et qu’il pourrait être prolongé jusqu’à fin janvier, il est sûr et certain que les régionales et les départementales ne pourront être organisées d’ici à mars prochain. Sachant encore que l’état d’urgence sanitaire ne devrait être levé qu’à la mi-février 2021 et que, d’après Emmanuel Macron,le virus serait omniprésent jusqu’à l’été prochain, tout laisse à penser que les élections pourraient se dérouler d’ici à fin 2021, voire après la présidentielle de 2022.

Une incertitude qui n’empêche pas certains de nos élus de battre la campagne ou encore à se déclarer dans la perspective de ces élections. Il n’y a que Didier Robert qui veut faire croire qu’il n’a, à aucun moment, pensé à la politique en renouant avec le maire du Tampon, André Thien-Ah-Koon et Michel Fontaine, maire de Saint-Pierre. Au premier, il est allé lui promettre, vendredi dernier, un chèque de 51 millions d’euros. Au second, il lui a promis un chèque de 52 millions d’euros. Je dis bien « promettre ». A ne pas confondre avec « donner » ou « signer » un chèque en blanc. Si André Thien-Ah-Koon et Michel Fontaine sont bel et bien deux vieux routiers (ou renards) de la politique locale, Didier Robert n’est pas non plus, en dépit de son jeune âge – par rapport à eux – un enfant de chœur. Loin de là ! Vendredi dernier donc, en grandes pompes, Didier Robert a été accueilli d’abord au Tampon (le matin), dans la salle des fêtes du 12ème kilomètre, à quelques encablures de sa maison, celle de ses parents où il est né, puis à Saint-Pierre (en début d’après-midi) où au même moment se tenait un mariage. Un vrai de vrai. Rien à voir avec la tentative de rabibochage de la droite ! Ce n’était que pure coïncidence. Didier Robert a bien pris connaissance des projets tamponnais et saint-pierrois qui pourraient être financés dans le cadre du Plan de relance via la Région, il a bien signé les conventions engageant sa collectivité et celles respectivement dirigées par Tak et Fontaine. Et comme prévu les flashes ont beaucoup crépité pour immortaliser ce moment historique de la vie politique locale, les caméras ont tourné, mais les « sousous » n’ont bien évidemment pas encore été débloqués. Certes, les projets ont été fléchés, budgétisés pour certains d’entre eux, mais on a cru comprendre que les fonds seront véritablement sur la table seulement après les régionales, donc pas avant 2023. Pas couillon le bonhomme ! Pas besoin de vous faire un dessin. Cela dit, Tak et Fontaine ne sont pas dupes pour autant. « La Région est chargée de par la loi de dispatcher les crédits du Plan de relance, Didier Robert est le bienvenu au Tampon. Il peut revenir quand il veut avec d’autres chèques », a déclaré André Thien-Ah-Koon.

La gauche en réunion chez Patrick Lebreton, sans Olivier Hoarau, politiquement « orphelin »

Inutile de vous rappeler que depuis maintenant trois semaines, la gauche ou les « forces de progrès » se réunissent à Saint-André, chez Joé Bédier, plus précisément le lundi. Les 12, 19 et 26 octobre derniers, les représentants de PLR, du PS, du PCR, des Verts, de La France Insoumise et du Progrès se sont vus. Le 19 octobre, Olivier Hoarau, qui a pris ses distances avec le PLR d’Huguette Bello, avait claqué la porte. Le lundi 26, pendant que tous ces partis se rassemblaient, lui se trouvait sur le plateau du JT d’Antenne Réunion pour annoncer sa candidature comme tête de liste aux régionales.

Politiquement, aujourd’hui, le maire du Port n’appartient plus à aucun parti. Il est orphelin. Il fait cavalier seul. Joé Bédier, son « dalon », continue quant à lui à participer aux réunions initiées notamment par le député Jean-Hugues Ratenon à la recherche d’une union des forces progressistes pour « dégager » Didier Robert de la pyramide inversée à l’occasion des prochaines régionales. Depuis la confirmation de la candidature d’Olivier Hoarau par Olivier Hoarau lui-même, les choses ont pris une autre tournure. Tous les autres responsables des partis de gauche semblent plus que jamais déterminés à réussir le rassemblement. Annette, Bello, Ratenon et tous les autres, à l’exception d’Olivier Hoarau, étaient réunis, hier soir, jeudi, à Saint-Joseph où ils ont été accueillis par le maire Patrick Le breton (Le Progrès).

Demain, samedi, ce sera au tour de la maire de Saint-Paul et présidente de PLR (Pour La Réunion), Huguette Bello, de recevoir les représentants des divers partis de gauche. Ça bosse dur, mais sans Olivier Hoarau que d’aucuns estiment aujourd’hui « avoir les dents qui rayent le parquet » et à qui ils ne pardonnent pas d’avoir « manqué de respect » à Huguette Bello en étalant ses « états d’âmes » sur la place publique.

En cas d’un rassemblement de la gauche et de la constitution d’une liste des forces progressistes qui pourrait être menée par Ericka Bareigts, Olivier Hoarau ferait figure de dissident. Sa déclaration selon laquelle « même divisée, la gauche pourrait gagner face à Didier Robert » n’a pas du tout plu aux ténors de la gauche locale. Cela veut dire qu’indirectement, le maire du Port a déjà acté une division de la gauche alors que le PS, PLR, le PCR, les Verts, la France Insoumise et le Progrès font tout actuellement pour construire l’union.

Audit financier à Saint-Louis : l’espoir déçu de Mme la maire, Juliana M’Doihoma

Elle pensait profiter de l’audit financier commandé à son arrivée à la mairie pour redorer son blason suite à plusieurs revers qu’elle a dû essuyer face au tribunal administratif sur les dossiers des 139 titularisations supprimées d’un trait de plume. Hélas, les résultats de cet audit dont nous avons publié les grandes lignes mercredi matin sur notre site n’abondent pas vraiment dans le sens qu’elle souhaitait. Depuis la publication de notre article, Mme la maire a pété un câble en me fustigeant via un long message qu’elle a posté sur son compte Facebook en considérant que tout ce qui a été écrit ne relevait pas de « sa » vérité puisqu’elle n’a tenu aucune conférence de presse, ni rédigé de communiqué et parce que je ne lui pas non plus demandé son avis.

Donc, quand ça ne vient pas d’elle, c’est faux ! Le seul petit souci, pour elle évidemment, c’est que tout ce qui été écrit a été littéralement puisé mot pour mot dans l’audit financier réalisé par « Finindev » du groupe « Seldon ». Laquelle société a fait son travail dans les règles de l’art en rendant à la maire un beau et épais rapport de 113 pages aux couleurs vertes (couleurs de la ville), avec croquis, courbes, tableaux, camemberts… Tout ce qui fait la qualité esthétique d’un bon rapport. Quant au fond, il serait prétentieux de ma part de porter un jugement étant donné que je ne suis pas du tout comptable. Raison pour laquelle, je me suis contenté de reprendre à la virgule près les grandes lignes de cet audit, un peu au début, puis au milieu ainsi que la conclusion. En vous épargnant (sans jeu de mots) les détails, à savoir une multitude de chiffres et de pourcentages.

Ah j’allais oublier, sur le rapport, c’est écrit « Document confidentiel ». Je pense que c’est surtout le fait que ce document ait pu atterrir dans ma boîte aux lettres, alors qu’il n’avait été adressé qu’à quatre ou cinq personnes seulement, qui a mis Mme la maire dans un tel état d’énervement. Ce premier rapport qui m’a été envoyé traite effectivement de l’analyse financière rétrospective 2014 à 2019, de l’analyse des charges de personnel, de la présentation des équilibres du Compte administratif 2020 provisoire et de la synthèse 2014 à 2020 dont voici deux extraits :

Il manque les analyses financières prospectives et les plans d’actions et recommandations prioritaires qui sont en cours de réalisation. Nous ne doutons pas de la capacité de Mme M’Doihoma de poursuivre l’action de son prédécesseur le Dr Patrick Malet qui avait déjà pas mal redressé les comptes de la commune en les sortant du rouge en 2019. Reste à savoir maintenant si Mme la maire va trouver le temps dans son agenda déjà bien chargé pour s’atteler à la tâche municipale et concrétiser toutes les promesses qu’elle a faites à la population de Saint-Louis lors de la campagne électorale où elle n’avait cessé de prôner « un homme, un mandat ». Après avoir été élue maire en juin dernier, Mme M’Doihoma , qu était déjà conseillère régionale, détient aujourd’hui les mandats de 1ère vice-présidence de la Civis et de présidente du Centre de gestion (CDG), sans oublier son travail (à mi temps ?) de directrice de cabinet du président de l’Université. Elle est pas belle la vie ! Faites ce que je dis, pas ce que je fais ! A Saint-Louis, il vaut mieux être maire que titulaire-stagiaire au sein de la collectivité ! Allez, à la semaine prochaine si Dieu le veut. Protégez-vous bien. La vie, si fragile, n’est pas qu’une question de pouvoir et d’argent !

Y.M.

([email protected])

 

 

Free Dom, le site web, fait le choix d'un participatif sans modération à priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

32
Poster un Commentaire

avatar
19 Comment threads
13 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
19 Comment authors
daniel felixUoiIsoléYuetChantal josephine Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
MARCO
Invité
MARCO

Grosse erreur stratégique d’olivier hoarau (le covid c’est chouette alors que cela fait des millions de mort bref) !!! je pense sincèrement qu’il n’arrivera pas au bout de sa démarche. l’axe beau gosse je sais tout c’est du déjà vu. il va se bruler les ailes et au vu uniquement de son débat du JT il ne fait pas le poids. il ne connait même pas quelles sont les compétences de la région. Qui vivra verra!

nono
Invité
nono

il serait temps que l on s’aperçoive que nous ne vivons pas dans le monde des Bisounours

Radar
Invité
Radar

Ericka Bareigts présidente 2021 on est déjà sur le terrain allon allon

yoo
Invité
yoo

moi je dis qu’il à raison faut arrêter toujours les mêmes dinosaures à prendre la région ses voleur en puissance ils faut du sang neuf !!!

Ponama
Invité
Ponama

Madame là ministre BAREIGTS la meilleure candidate, sans casseroles contrairement à robert qui passe au tribunal judiciaire dans 10 jours

bof
Invité
bof

Elle y prépare la place pour bo papa, qui lui a été condamné….

Alain97
Invité
Alain97

Montrouge toujours fort. Il devrait être president de la république . Ou du monde entier. Ou bien comme rêvé je pense, de la region

Maxou
Invité
Maxou

Mr ymr
C bien de faire des commentaires mais si vous avez une solution alternative contre ce covid c le moment de le faire savoir autrement doucement Les basses

Chantale
Invité
Chantale

Juliana M’douhoima voir plus gros que son estomac! Directrice de cabinet qui vient du TAMPON , avec un salaire mirobolant et avantages . Si quelqu’un ou freedom pourrait vérifier que cette directrice excelle , voir si les agents de la continuité qui ont détourné à la region reunion ont remboursé les milliers d’euros disparus…. elle a préféré FUIR car la tâche s’annonçait trop compliquée ! Les remboursements tant attendus par les réunionnais étaient à jour avant le départ De cet individu pour la mairie de saint louis?

M. Maillot
Invité
M. Maillot

M’Doihoma MDR MDR MDR ! Bien fait pour Saint-Louis et La Rivière.
Demandez lui ce qu’il s’est passé à la réunion du bureau du conseil municipal ! MDR MDR MDR MDR !

Yuet
Invité
Yuet

Mdoihoma c’est une femme sans coeur …

Isolé
Invité
Isolé

Mdoihommma est cruela

Chromos
Invité
Chromos

Un homme un mandat! Ca s applique pas aux femme M. Montrouge. Pas bête la juriste!! Plaisanterie a part, faire passer pour des quiches ceux qui partage pas ses dires, ou faire croire à tout le monde que seul sa parole a de la valeur témoigne d un ego plus que surdimensionné!! Ce n’est pas un défaut en soi car cela dénote un certain caractère, mais cette capacité a dégainer des contre-vérités aussi rapidement et aussi virulentes cache plus que quelque chose. Quand on est sur de son fait, pourquoi se justifier à tout bout de champs. Qui se justifie… Lire la suite »

CÉCILIA OFF
Invité
CÉCILIA OFF

Yves Mont-Rouge on vous lit chaque semaine et sachez que vos détracteurs vous scrutent comme des bébêtes chaque semaine – vos éditos circulent dans les 5 niveaux – je vous l’assure ! Dénoncez ce qui ne va pas, la population réunionnaise raffole de vos éditos . Et celle qui a voulu vous faire taire , dis à elle, allez marcher le rapport de la cour des comptes et les documents sont chez freedom …. life is beautiful yves Monrouge, vive FreedomOfficiel

Uoi
Invité
Uoi

C’est une femelle grande dent

Tout est dit.
Invité
Tout est dit.

Mdoihoma ?
– maire
– conseillère régionale.
– 1ère vice-présidence de la Civis
– présidente du Centre de gestion (CDG),
– sans oublier son travail de directrice de cabinet du président de l’Université.

Elle est pas belle la vie !

Faites ce que je dis, pas ce que je fais.

Une.pensee pour les 139 employés a qui on veut mettre fin au contrat.

Chantal josephine
Invité
Chantal josephine

Mdoihomma c’est la copine à nassimah. Tél mère tel fille… Les deux c’est pareille

Lave ton string
Invité
Lave ton string

139 contrats c’est 1000 voix en moins aux prochaines élections

Nano
Invité
Nano

Montrouge supert comme ça creole va rouve le yeux ,quand ça st benoit svp le cumulard selly pas mauvais n ont plus ?

jfhaujourd’hui
Invité
jfhaujourd’hui

On l’a cherche et on la trouve !QUI ? la pierre cachée- C’est un signal fort de notre ancestral , 2020 se termine , 2030 est à l’horizon , le monde change et soyez conscient que les deux mondes se pointent à l’horizon : le souterrain pour les pauvres d’esprits et en surface pour les érudits

Jean Philippe Desby
Invité
Jean Philippe Desby

Ce sont les électeurs qui votent, et chaque voix a exactement le même poids sur la balance ! Nous vivons en France (dont fait partie les Outre-mer : État unique oblige…/et non fédéral) dans un système de représentation [à plusieurs niveaux ou étages]. Sauf que depuis la fin des années soixante, l’abstention n’aura cessé d’enfler comme une protubérance au milieu du visage de la démocratie. Au lieu de comprendre ce qui se passe, les partis au pouvoir n’ont cessé de changer les règles pour conserver malgré tout ce fameux pouvoir de diriger, de gouverner ce pays…en réalité en décadence voire… Lire la suite »

Pierrot
Invité
Pierrot

Il fallait dire les humains et des créations.
Nous sommes de passage et chacun veut laisser une trace !!!

Goutamoin
Invité
Goutamoin

Dans les chiottes ???

popol
Invité
popol

Moi je vois Jean marie Virapoullé Président de la Région et Viviane Ben Hamida 1er vice président.

Goutamoin
Invité
Goutamoin

La bibip…ouéééééééé !!!!!!

Odile
Invité
Odile

Arrête un peu avec ces voleur…

Odile
Invité
Odile

Gratte ton cul

Cabrel online
Invité
Cabrel online

Une question., la NRL est toujours confinée ?

Ouverture de la route 2 milliards après le vaccin Covid 19 ?

hugues
Invité
hugues

Malheur à celle qui enlève le pain de la bouche d’un enfant ..

Lave ton string
Invité
Lave ton string

Yves vient faire un tour St André… Le maire n arrête pas de dormir…trop d’incompétence, il ne comprend pas les simples dossiers de la maire.
St André ça faire 3 pas en arrière…
On regrette tous

daniel felix
Invité
daniel felix

Ma loyauté envers le prophète munak à [[email protected]] restera toujours dans mon cœur pour la paix qu’il a ramenée à mon mariage, je suis un homme toujours occupé avec mon TRAVAIL, avec lequel je ne passe vraiment pas assez de temps ma famille et ma femme s’en plaignent toujours et j’ai essayé de lui faire comprendre la situation mais elle s’est fâchée et est partie pour rester seule et continuer sa vie, le plus douloureux est qu’elle a quitté la fille de 2 ans. Je suis allée la voir plusieurs fois pour la ramener à la maison, tout ce qu’elle… Lire la suite »

Alain97
Invité
Alain97

Edt ce que le monde de yves est sérieux??