//

Cyrille Melchior commémore « l’année De Gaulle » (PHOTOS)

7 min de lecture
4

A son retour du Maïdo (dans les hauts de l’Ouest, commune de Saint-Paul) où il était allé soutenir les sapeurs-pompiers du SDIS qui luttent depuis quatre jours contre de violents incendies, le président du Département, Cyrille Melchior, s’est arrêté, ce matin, aux environs de 11h30, à l’angle de la rue du Général de Gaulle et de la rue de la Source, à proximité du Jardin de l’Etat à Saint-Denis pour participer à la cérémonie de commémoration à l’occasion des 50 ans (jour pour jour) de la mort de l’ancien Président de la République.

C’est l’historien Mario Serviable (au micro sur notre photo) qui a pris la parole pour rappeler que cette rue du Général de Gaulle s’appelait auparavant rue Delphine. Avant de souligner que nous fêtons cette année le 80e anniversaire de l’Appel du 18 juin, le 75e anniversaire de la victoire française ainsi que le 75e anniversaire de la victoire politique des femmes qui ont voté, en France, pour la première fois en 1945.

(Crédit photos : Hubert Nugent du service Com’ du Département et Yves Mont-Rouge)

Mario Serviable a également rappelé que le Général de Gaulle avait mis les pieds sur les terres réunionnaises par deux fois : le 7 octobre 1953 pour installer la Croix de Lorraine à Saint-Denis et le 9 juillet 1959 pour que la République remercie La Réunion. « Le Général de Gaulle a trouvé à La Réunion les raisons d’espérer pour la France » a si joliment précisé l’historien Mario Serviable, avant de passer le micro au président Melchior. Lequel a remercié pour leur présence le député européen (LR) François-Xavier Bellamy (de passage dans notre île), ainsi que René-Paul Victoria, membre du Comité « Année de Gaulle », sans oublier tous les autres membres dudit comité. Présents également : Béatrice Sigismeau, secrétaire départementale de « Les Républicains » et Julien Hoarau, membre du conseil national de « LR » (ancien directeur de cabinet de Cyrille Melchior au Département).

« Nous avons souhaité organiser cet événement car La Réunion est incontestablement une terre de gaullisme, portant avec ardeur les valeurs humanistes de notre République, Liberté, Egalité, Fraternité, et je rajouterais, Solidarité. Le Général de Gaulle ne s y est pas trompé lorsqu’il affirma, le 10 juillet 1959, à la Redoute, que nous sommes « Français par excellence, Français passionnément ».
Au fond, nous portons tous en nous cette âme gaulliste, cet attachement à un intérêt qui nous dépasse, qui, à La Réunion est amplifié par cette capacité à accepter les différences, ce bien-vivre ensemble qui nous mue en un seul et même peuple, fier de ses racines créoles et de notre appartenance à la Nation française, à la République, et à ses valeurs.

Cet attachement doit être plus que jamais réaffirmé en cette période trouble que traverse notre pays, marquée par cette crise sanitaire et les récents attentats perpétrés sur le territoire national, touchant en plein cœur notre Nation, et nos droits les plus fondamentaux, la liberté de culte, la liberté d expression et, surtout, le droit de vivre », a déclaré Cyrille Melchior.

Et le président du Département de poursuivre : « Le mal dont souffre la France est profond Il a de quoi faire peur pour notre avenir, comme celui de nos enfants. Mais nous ne devons pas céder à la fatalité. Ce serait se résigner à une défaite certaine. « Il n y a qu’une fatalité, disait le Général de Gaulle, celle des peuples qui n ont plus assez de forces pour se tenir debout et qui se couchent pour mourir. Le destin d une nation se gagne chaque jour contre les causes internes et externes de destruction ».

De gauche à droite : François-Xavier Bellamy, René-Paul Victoria et Cyrille Melchior.

Selon le président du Département, « L homme de l appel du 18 juin a combattu la fatalité de toutes ses forces, car il portait en lui l exigence du meilleur, de la vertu, et de la morale. Il a combattu la fatalité, car il rêvait d une France paisible, une et indivisible. Il a combattu la fatalité, car il aimait viscéralement son pays et son peuple.

Aussi, en cette année de commémoration si particulière, l engagement de ce grand Homme, tant par la taille que par sa vision politique et son amour pour la France, mérite d être célébré. Je terminerai donc avec cette citation du Général de Gaulle qui constitue, pour moi, un véritable crédo : « depuis l aurore de notre histoire, nos malheurs furent toujours en proportion de nos divisions. Mais jamais la fortune n a trahi une France rassemblée ». Puissent ces paroles servir et guider la France et les Français ! ».

A noter que cette cérémonie commémorative a été organisé en étroite collaboration avec la mairie de Saint-Denis.

Y.M.

([email protected])

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.



4 Commentaires



Free Dom
WordPress Video Lightbox