[Alt-Text] [Alt-Text]

David Lorion regrette que la situation ultramarine n’ait pas été évoquée par Emmanuel Macron

dans Courriers des lecteurs

Après trois semaines d’une grave crise sociale, il devenait urgent et indispensable que le Président de la République apporte une réponse forte à la colère des Gilets Jaunes.

Le Président Macron a tenté d’apaiser la situation en reconnaissant un comportement personnel parfois blessant à l’égard de notre peuple. D’autre part, il a annoncé un certain nombre de mesures : une augmentation de 100 euros pour le SMIC, la suppression des charges sociales et fiscales sur les heures supplémentaires, le versement d’une prime de fin d’année aux salariés et la suppression de la CSG pour les retraites de moins de 2000 euros.

Que de temps perdu, que de violences qui auraient pu être évitées. Que d’emplois qui risquent d’être détruits par une attente aussi longue ! L’image de la France et de La Réunion mise à mal avec des conséquences dramatiques !

Il est incontestable que le Président a voulu ainsi faire un geste d’apaisement en remettant un peu de justice sociale au cœur de sa politique mais elles demeurent insuffisantes. En effet, j’attendais qu’il annonce un coup de pouce sur les petites retraites pour arriver au moins à 75% du SMIC, l’indexation de tous les minimas sociaux et les retraites sur l’inflation garantissant le maintien du pouvoir d’achat et la réintroduction des APL outre-mer. Je regrette qu’à aucun moment la situation spécifique ultramarine n’ait été évoquée par le Président.

Au-delà de ces mesures d’ajustement, il replace les maires au centre des discussions après les avoir longtemps ignorés et méprisés. Il en fait désormais des interlocuteurs politiques privilégiés et il a raison car ce sont eux qui connaissent au plus près les problèmes et les attentes de nos concitoyens. Ce sont les premiers concernés par l’amélioration des conditions de vie de leurs administrés. Les parlementaires doivent aussi être associés aux débats décentralisés qui vont être prochainement organisés. Il était temps car durant des mois, nous n’avons jamais été consultés par le Gouvernement sur la construction du projet de loi de finances ou de la sécurité sociale concernant nos territoires. Il était temps que le Gouvernement renoue le dialogue avec les citoyens et les élus.

J’espère que nous allons bâtir ce dialogue sur de nouvelles bases que sont la confiance et l’écoute. Personnellement, je suis prêt à participer et apporter ma contribution à la réflexion sur une grande réforme de la fiscalité et de l’octroi de mer avec les partenaires indispensables que sont la Région Réunion, les consommateurs, le monde économique.

Le président a donc amorcé un virage social et décidé un changement de cap. Rendons hommage aux Gilets Jaunes d’avoir obtenu cette politique de la main tendue, d’avoir impliquer le peuple dans le processus de réflexion et de décisions que nous aurons à prendre dans les mois qui viennent.

J’en appelle aussi à la mise en place d’un plan d’urgence d’aide pour tous les secteurs économiques ayant beaucoup souffert ces dernières semaines. Nous devons absolument sauvegarder les emplois existants.

Aujourd’hui, chacun doit en responsabilité écouter la détresse exprimée par le peuple et apporter des réponses dans ses domaines de délégations et de compétences. La réforme se fera dans la co-construction entre les citoyens, les élus et le Gouvernement.

David LORION
Député de La Réunion

Poster un Commentaire

avatar

Derniers de Courriers des lecteurs

WordPress Video Lightbox
Aller en Haut