Forte mobilisation des hospitaliers hier à La Réunion

dans Actualités/Infos Réunion

L’inter syndical CFTC, Sud Santé et les syndicats des médecins ont débrayé le 14 novembre. Ils se disent consternés par les pratiques managériales et la bonne gestion des fonds dédiés à la formation et constatent que sur le plan de formation de 2020 figure une formation de 35 000€ au profit d’un seul agent.

Selon leurs informations, cette formation aurait déjà été recalée lors de la commission de formation de novembre 2018 par les représentants du personnel, mais a quand même été validée par le Directeur au mépris du respect du rôle de la commission.

D’autre part, les secrétaires médicales souffrent d’une augmentation de leur charge de travail (le nombre de consultations a plus que doublé) tout en subissant, selon leurs dires, “le comportement autoritaire et humiliant d’une faisant-fonction avec la bénédiction de la hiérarchie.”

Position de la FAFPHR

Dans un communiqué, la FAFPHR (Fédération Autonome de la Fonction Publique Hospitalière et de la Réunion) prend position : “La devise de notre pays, inscrite dans sa Constitution (article 2 Constitution de 1958), est Toujours, encore aujourd’hui, « Liberté, Egalité, Fraternité ». Dans une île française, où 40% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté (avec un coût de la vie plus cher qu’en Métropole), un véritable Service Public Hospitalier qui réponde aux besoins de la population réunionnaise est Notre DROIT à tous. C’est une Obligation pour l’Etat. Nous n’avons pas de solution de repli dans les régions voisines dans l’océan Indien et le Pacifique est un peu loin.
Les fonds publics sont un bien précieux qu’il faut gérer avec la plus grande rigueur et la plus grande intégrité. Ils
viennent de nos impôts et de nos cotisations de travailleurs, Ne l’oublions pas !
Pour les patients de notre île, il nous faut Oui, plus de Fonds publics mais il nous faut aussi une bonne gestion de
ces fonds publics.
On nous rabâche depuis des mois que la seule solution pour redresser financièrement notre CHU est de fermer des lits : les grands experts auraient parlé. Or les lits permettent d’accueillir les patients, de les soigner et ainsi de faire rentrer par cette activité les Sous dans les caisses ! Rappelons-nous d’un Rapport Igas, d’avril 2017, rendu public en juillet 2018, après de multiples démarches administratives.
Ce Rapport Igas, que je vous invite à relire, mettait en lumière des violations du principe de sincérité budgétaire,
des violations du code des marchés publics, des prestations sans intérêt public prouvé, des missions-congés, des primes indues, des avantages exorbitant de droit commun … et j’en passe…
L’Etat, jusqu’à présent, ne semble pas donner suite à ce rapport en ce qui concerne les conséquences juridiques qui pouvaient en découler.
En 2018, on a découvert une nouvelle mission payée sur des fonds publics du CHU avec des agents du CHU mais
aussi des personnes qui n’y travaillent pas. New Delhi. Est-ce que ces dépenses de Mission à New Delhi étaient
vraiment indispensables pour l’avenir de notre CHU et la prise en charge de nos Patients ?
On est toujours en droit de se poser la question.
Et la FAFPHR la posera beaucoup plus sérieusement et juridiquement cette fois-ci très prochainement.
Les tentatives de la Direction du CHU de faire taire la FAFPHR par des procédures judiciaires, telles qu’une plainte en diffamation contre un de ses membres, n’y changeront rien. La justice a parlé : notre dirigeante a été relaxée.
Notre offre de santé publique doit être sauvegardée au service de tous les réunionnais !
Ne bradons pas l’Hôpital public pour des intérêts financiers privés.”

Jean-Hugues Ratenon : Refusons les économies sur la santé

Dans un communiqué, Jean-Hugues Ratenon réagit à ce nouveau débrayage : “A l’appel de plusieurs syndicats, les personnels hospitaliers seront une nouvelle fois en grève ce jeudi 14 novembre 2019. Un mouvement national, relayé localement. Je leur apporte mon total soutien. Depuis mon élection, j’ai fait de la santé une de mes priorités. Régulièrement j’interpelle la Ministre de la santé, sa Secrétaire d’Etat sur le mal être des professionnels et leurs mauvaises conditions de travail. Mais jusqu’à présent, en dehors de quelques petites avancées, le Gouvernement i fé zorey cochon dan’ marmite pois.

A plusieurs reprises, j’ai tenu à être présent lors des différentes grèves que ce soit à St Denis ou à St Pierre. A mon initiative, j’ai eu aussi des réunions de travail avec les directions et des visites au CHU de Bellepierre ; du GHER de St Benoit, et du GHSR à St Pierre. Mon souci premier a toujours été : la qualité des soins prodigué aux patients et les conditions de travail des personnels.

Mais au vu du nombre de grève depuis 2 ans et demi : la situation est critique ; le pronostic vital de nos
hôpitaux est engagé : sous effectifs, fermetures de services, fermetures de lits, politique salariale gelée, non reconnaissance des qualifications des professionnels, personnels en état d’épuisement, etc…

Est-ce que tout n’est pas fait justement pour que s’effondre l’hôpital public pour privilégier « l’hôpital
entreprise » avec le système de la Tarification à l’acte (T2A) ?

Le dernier PLFSS (projet de loi de finances de la sécurité sociale) en est l’illustration avec un objectif des dépenses de santé (ONDAM) limité à 2,3% alors que ces dépenses seraient plus de l’ordre de 4,5%, selon les professionnels. Une économie de plus de 4 milliards d’euros à trouver !!!!

La situation est si grave, que plus de 270 services d’Urgences sur tout le territoire national sont en
grève. Du jamais vu.

A la Réunion, depuis plus de 10 ans le coefficient géographique n’a pas été revalorisé. Il est de 31%
actuellement. Il convient de la réajuster à minima à hauteur de 35% ; sachant que 1% d’augmentation
de ce coefficient correspond à environ 4 millions d’euros.

Les professionnels sont déjà en souffrance qu’ils doivent faire face aux maladies vectorielles comme la
dengue. Mais le gouvernement a un seul mot à la bouche: économie.

Autre défi : le vieillissement de la population. Selon l’INSEE : 62 000 personnes sont âgées aujourd’hui
de 65 ans et plus. Elles seront 106 000 en 2020 ; 219 000 en 2040.

Quelle politique pour les EHPAD ? Il faut savoir que dans le Gard, 750 000 habitants : il y a 4
établissements. En Guadeloupe, 400 000 habitants : 8 établissements ; la Réunion, 865 000 habitants :
2 établissements. Macron et son gouvernement ont pris l’habitude : au lieu de soigner la maladie, ils cassent le
thermomètre. Trop c’est trop. Je réclame la continuité et l’égalité des soins pour tous. Je réclame des moyens financiers et humains. Faire toujours plus avec moins ce n’est plus possible. Les patients et les personnels hospitaliers méritent mieux que cette politique d’économie ; car le trésor de la vie c’est la santé.”

3
Poster un Commentaire

avatar
2 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
PsyCatastrophe annoncée ?Hospital Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
Hospital
Invité
Hospital

MDR
SUD SANTE brode sans connaître zéro élu !!
Au CHU Sud c est zéro siège
Non représentatif donc
Juste des couillonistes..
Jaloux en plus!!

Psy
Invité
Psy

Au lieu d’écrire de la mer…. fallait rester au lit.

Catastrophe annoncée ?
Invité
Catastrophe annoncée ?

Tout le monde s’accorde à dire que la santé en France est dans le coma. Le plan de Buzin : fournir de l’aspirine alors que le mal est bien plus profond.

Macron et Larzm sont entrain de mettre en place une santé à 2 vitesses :
– une santé pour les pauvres
– une santé pour les riches