Un dernier hommage à Jean-Claude Fruteau

70 min de lecture
21

Jean-Claude Fruteau est décédé ce jeudi 28 avril 2022au GHER (Groupe Hospitalier Est Réunion). Il avait été hospitalisé, il y a environ trois semaines, au service  «Gériatrie ». Mais son état n’a cessé de se dégrader au fil des jours. Il aurait eu 75 ans le 6 juin prochain. Jean-Claude Fruteau laisse derrière lui son épouse, Marinette, deux enfants (Béatrice et Catherine) ainsi que quatre petits-enfants. Très affaibli depuis ces deux dernières années par des problèmes de santé, il s’était définitivement retiré de la vie publique en 2020 lorsqu’il démissionna, en juin de la même année, de son mandat de maire de Saint-Benoit, au profit de sa première adjointe Herwine Boyer-Pitou.

Jean-Claude Fruteau laissera incontestablement une trace indélébile dans l’histoire politique de la Réunion, son île natale, qu’il aimait tant. Sa carrière politique fut en effet d’une grande richesse. Mais avant de s’engager politique, le jeune Bénédictin, Jean Claude Fruteau De Laclos, s’est illustré sur les bancs de la fac, au lycée Louis Le Grand, puis à la Sorbonne à Paris où il obtint son agrégation de Lettres Classiques. Il fut l’un des premiers Réunionnais agrégés de Lettres et commença une belle carrière d’enseignant (Professeur de Français et de Latin) au lycée Amiral Bouvet à partir de 1970 jusqu’au début des années 1990.

Obsèques

Le convoi mortuaire sortira de son domicile, 17 lotissement Teyssèdre à Saint-Benoît ce vendredi 29 avril 2022. Les obsèques auront lieu en l’église de Saint-Benoît à 14h30. L’inhumation se fera au cimentière de Saint-Benoît.

Sa dernière interview, il l’avait accordée à notre journaliste Yves Mont-Rouge. C’était à la mairie, 2 ans avant sa démission de son poste de maire.

Mais revenons sur sa carrière politique, longue de près de 40 années : Jean-Claude Fruteau a été maire de Saint-Benoit durant 28 ans (1983 à 1999 puis de 2008 à 2020) ; Conseiller général (on ne disait pas encore départemental à l’époque) de 1982 à 2001 puis de 2002 à 2007). Il a même été vice-président de 1994 à 1998. Il a été également conseiller régional (de 1983 à 1988), député européen (de 1999 à 2007) et député de la Réunion, élu dans la 5ème circonscription de 2007 à 2012, puis réélu de 2012 à 2017.

Jean-Claude Fruteau a été également patron du PS (Premier secrétaire fédéral du Parti Socialiste) de 1981 à 2000. Toute sa vie aura été marquée aussi bien à la Réunion qu’à Paris ou encore à Bruxelles par un combat permanent en faveur de son île natale.

Jean Claude Fruteau, Lionel Jospin et Gilbert Nativel (militant aux côtés de M. Fruteau).
Photo datant de 1988.

Il laissera dans la mémoire réunionnaise le souvenir d’un homme politique de gauche engagé, combattif mais également celui d’un humaniste toujours à l’écoute de sa population. Il a littéralement transformé la ville de Saint-Benoit durant ses premiers mandats en construisant beaucoup. « Trop » diront certains lui reprochant d’avoir « bétonné » la commune. Mais son objectif à lui était avant tout de pouvoir loger les habitants.

La veillée mortuaire aura lieu dans la maison familiale lotissement proche de la sous-préfecture de St-Benoit. La bénédiction du corps à l’église du centre-ville demain après-midi.

Avec son groupe d’amis dont Herwine Boyer-Pitou (en blanc); C’était lors de son anniversaire il y 2 ans, à son domicile.

Jean Claude Fruteau et Jean-Paul Virapoullé en 1991 après la saisie des émetteurs de télé Free Dom

Dispositions exceptionnelles suite au décès de Jean Claude Fruteau

Afin de permettre au personnel communal d’assister aux obsèques de l’ancien maire Jean Claude Fruteau, la mairie de Saint-Benoît informe les administrés de :

– la fermeture des services municipaux ce vendredi 29 avril 2022

– la fermeture des écoles publiques de la Ville ce vendredi 29 avril 2022 après la pause méridienne (les parents sont invités à prendre leur dispositions pour récupérer leurs enfants au plus tard à 13h30) – L’accueil périscolaire du matin est maintenu, celui du soir n’aura pas lieu.

– la fermeture des crèches municipales (les Dauphins, les Bambinos, les Écureuils, les Pandas) ce vendredi 29 avril 2022 à partir de 13h00

– la fermeture des équipements sportifs (gymnases, stades, piscines) ce vendredi 29 avril 2022, sauf pour ceux accueillant le public scolaire (fermeture à partir de 12h)

– la fermeture des équipements culturels (médiathèques, bibliothèque, studio Madoré) ce vendredi 29 avril 2022, seul le cinéma Cristal restera ouvert pour la séance du soir.

Les permanences habituelles seront mises en place.

Réactions

Audrey BELIM, Pour la Fédération du Parti Socialiste de La Réunion, La porte-parole

C’est avec une immense tristesse que nous apprenons la perte de notre camarade Jean-Claude FRUTEAU, figure emblématique du socialisme réunionnais.

Nous saluons la mémoire d’un camarade qui aura consacré sa vie, son talent et son énergie à la lutte contre les inégalités et travailler avec passion à l’épanouissement et à l’émancipation des Réunionnaises et des Réunionnais, notamment dans la ville de Saint-Benoit en tant que Maire de 1983 à 1999 puis de 2008 à 2020.

Homme de lettres… homme de terrain… homme de gauche… sa carrière aura été dédiée tout du long à son engagement envers La Réunion.

Fanal in zour, fanal touzour… nos sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

Sébastien Lecornu, Ministre des Outre-mer

Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer, a appris avec tristesse la disparition de monsieur Jean-Claude Fruteau, homme politique français, engagé pour son territoire : La Réunion. Il adresse ses sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

Professeur, agrégé de Lettres, il s’engage dès 1981 au Parti Socialiste de La Réunion qu’il dirigera pendant près de 20 ans. Homme politique engagé, il occupa successivement les fonctions de conseiller régional, vice-président du conseil général, maire de Saint-Benoît, député européen puis député de la 5e circonscription de La Réunion à l’Assemblée nationale.

De par sa personnalité, son dynamisme et son dévouement, il était une figure majeure de la vie politique réunionnaise, toujours à l’écoute et l’intérêt général chevillé au corps.

Très investi pour son territoire, il était un fervent défenseur de l’agriculture péi. Il portait en lui de nombreuses valeurs d’égalité sociale et de bien commun, notamment au profit des personnes les plus fragiles. Il s’était retiré de la vie politique en 2020 pour des raisons de santé.

Herwine Boyer-Pitou, maire de Saint-Benoit de mai à juin 2020

« J’ai appris la disparition de Monsieur Le Maire JEAN CLAUDE FRUTEAU et je tiens tout d’abord à témoigner à sa famille et à tous ceux qui l’aiment, mon soutien et mon affection. La Réunion toute entière est en émoi  à l’annonce de sa disparition parce que nous avons perdu un homme de grande envergure, qui a mené des combats  importants en faveur des réunionnais, du monde agricole, des familles les plus nécessiteuses de Saint-Benoît, ….Fervent défenseur de l’école de la République, il s’est toujours battu pour  la réussite de la jeunesse bénédictine en démocratisant la culture et en faisant rayonner la culture livresque, synonyme de réussite scolaire et sociale…Toute au long de sa vie politique, il n’a eu de cesse de placer le bien d’autrui au centre de ses préoccupations et d’accomplir son devoir avec droiture et dignité en vouant un profond respect à ses concitoyens et aux institutions républicaines. Aujourd’hui, il nous a quittés, c’est une grande perte pour la Réunion, il est de notre devoir de le porter dans nos pensées et dans nos coeurs pour poursuivre ses oeuvres. Monsieur Le Maire JEAN-CLAUDE FRUTEAU manquera inéluctablement à la Réunion, aux bénédictins, il me manque déjà…. »

Gilbert Annette, l’ancien maire socialiste de Saint-Denis

« Près de 40 ans de combat politique nous réunit, puisque déjà en 1981, je partage avec lui une affiche électorale en tant que suppléant lors des élections législatives de juin. Avec Jean-Claude Fruteau, nous n’avons cessé, au cours d’un long parcours militant, de promouvoir un idéal progressiste et humaniste.

Au sein du parti socialiste d’abord dont l’implantation à la Réunion lui doit beaucoup. premier secrétaire de 1981 à 2000, il en fut l’un des plus brillants artisans, comme il fut lors de ces différents mandats politiques, l’une des voix authentiques pour le progrès et l’égalité sociale à La Réunion.

Pendant ces cinq mandats de maire, à la tête de conseils municipaux de rassemblement, Jean-Claude Fruteau a mis en œuvre des projets majeurs de développement pour cette ville/sous-préfecture de l’Est et ses habitants.

Plusieurs fois élu député de la cinquième circonscription, conseiller général et régional, il marque de manière indélébile, par son engagement, l’histoire politique de notre île.

Au parlement européen, où il siégea en tant que député et premier vice-président de la commission de l’agriculture et développement rural, il sut aussi porter, au plus haut niveau, avec justesse, la voix et les revendications du monde agricole réunionnais.

Je salue son dévouement au service de l’intérêt général, de celui des Bénédictins et des Réunionnais », conclut Gilbert Annette, ex-premier secrétaire du PS et maire de St-Denis.

 

Pourtant, comme le rappel cet article, ça n’a pas toujours été l’entente cordiale entre Gilbert Annette  et Jean-Claude Fruteau (le JIR du 26 Juin 1993-Archives Free Dom)

Nathalie Bassire, députée de La Réunion 

« J’apprends avec émotion le décès de l’ancien maire de Saint-Benoît, député, député européen, premier secrétaire du parti socialiste pendant 19 ans : Monsieur Jean-Claude FRUTEAU, à l’âge de 74 ans.

Tout au long de sa carrière politique, il aura ardemment défendu ses valeurs, ses idées et ses projets avec le souci de protéger notre
territoire et notre population. A sa famille, à ses proches, à ses fidèles militants & camarades, j’adresse mes sincères et républicaines condoléances !

Patrice Selly : « Tous les Bénédictins sont aujourd’hui endeuillés

« Jean-Claude FRUTEAU nous a quittés ce jour. Maire pendant 28 ans, député, député européen, vice-président du Département,  il a consacré sa vie à Saint-Benoit et à son île. A partir de 1983, après sa première victoire municipale, la capitale de l’Est a connu ses heures les plus heureuses, sous le signe du progrès et de la solidarité.

Nous sommes, je l’avais dit un jour, « les enfants de 83 ». La communauté bénédictine sait ce qu’elle doit à Jean-Claude FRUTEAU, et elle ne l’oubliera pas.

La Réunion sait aussi  le combat qu’il a mené pour l’égalité sociale, pour notre agriculture et pour notre identité culturelle. Je pleure aujourd’hui un grand maire, un grand homme politique et un grand Réunionnais. A sa famille et à ses proches, et au nom du Conseil Municipal de St Benoit, j’adresse toute ma sympathie. »

Karine Lebon, députée de La Réunion

« C’est avec une grande émotion, que je sais partagée par nombre d’entre vous, que j’ai appris le décès de Jean-Claude Fruteau, ancien maire de Saint-Benoit, conseiller général et député.
 C’était un homme profondément ancré à gauche qui a fait de la lutte pour La Réunion et pour les Bénédictins son leitmotiv. Sa mort est une grande perte pour le paysage politique local. Il a également marqué, de par son engagement, les différentes assemblées par lesquelles il est passé. Jean-Claude Fruteau aura été, entre autres, Vice-President de la Commission de l’agriculture et du développement rural du Parlement européen, mais aussi par la suite, président de la Délégation Outre-mer lors de son passage à l’Assemblée nationale.
La force de son combat pour le progrès social n’aura eu d’égale que celle de ses valeurs inébranlables. Je présente mes condoléances attristées à ses proches, à sa famille et à toutes les Réunionnaises et les Réunionnais à qui il manquera beaucoup ».

Serge Hoareau, président de l’AMDR

« C’est avec une grande tristesse que j’apprends le décès de Jean-Claude Fruteau, ce jeudi 28 avril, à l’âge de 74 ans. Mes premiers mots iront bien entendu à sa famille et à ses proches auxquels je présente mes plus sincères condoléances.

Jean-Claude Fruteau était un zarboutan de la politique réunionnaise, un phare qui a servi de repère à toute une génération d’hommes et de femmes politiques. Son parcours, brillant autant qu’exemplaire, reflète l’engagement sincère d’un homme qui a toujours placé l’intérêt général au-dessus de toute autre considération.

Malgré ses multiples mandats régionaux, nationaux et européens, Jean-Claude Fruteau est foncièrement resté attaché à la commune de Saint-Benoît, dont il a été maire de 1983 à 1999 puis de 2008 à 2020. Cet enracinement local et cette dévotion à la population de sa commune et sa circonscription doivent être une source d’inspiration pour nous tous ».

Jean-Louis Lagourgue, sénateur de La Réunion

« C’est avec une très vive émotion que j’apprends la disparition, ce jour, de Jean-Claude FRUTEAU. Je tiens ici à rendre hommage à la mémoire d’un homme politique de premier plan qui, pendant presque quarante ans, aura incontestablement marqué l’histoire de notre territoire, et particulièrement celle de la ville de Saint-Benoit. Par sa proximité, son engagement et ses compétences, il avait tissé un lien très fort avec les bénédictins, pour qui il portait une grande affection. Avec un sens affirmé de servir l’intérêt de sa ville et de sa population, Jean-Claude FRUTEAU a toujours témoigné d’une grande générosité dans son action publique. Profondément humaniste et fidèle à ses convictions, il aura aussi contribué au rayonnement de notre île sur la scène européenne et dans le monde, en sa qualité de Député européen de 1999 à 2007 et de parlementaire français pendant dix ans.

Au delà de nos divergences politiques, nous avions tissé des liens amicaux au fil de nos rencontres. Je garderai naturellement un excellent souvenir de ce grand serviteur de La Réunion. Je m’incline avec respect devant sa mémoire et son oeuvre. A son épouse et à ses proches, je présente mes sincères condoléances, ainsi que l’assurance de toute ma sympathie ».

Vanessa Miranville, maire de La Possession

« C’est avec une grande peine que le Conseil Municipal de la Ville de La Possession et moi-même adressons nos sincères condoléances à la Famille FRUTEAU. Nous perdons un Grand Homme qui a dévoué sa vie au peuple Réunionnais. Avec une carrière politique exceptionnelle de plus de quarante ans, nous retiendrons le charisme, la générosité et l’esprit combattif de Monsieur Jean-Claude FRUTEAU, qui était toujours à l’écoute de la population.

C’était un homme de principe, pour qui l’instruction et l’humanisme faisait partie intégrante de ses valeurs. Figure emblématique de la politique locale, son militantisme auprès du Parti Socialiste de La Réunion, ses mandats de Maire, de Député et de Conseiller Général ont fait de lui un défenseur tout au long de son engagement politique.

Ce combat d’une vie au service des Réunionnais restera dans nos mémoires. « Le courage c’est de comprendre sa propre vie, le courage c’est d’aimer la vie et de regarder la mort d’un regard tranquille, le courage c’est d’aller à l’idéal et de comprendre le réel’ disait Jean Jaurés. »

Ericka Bareigts, maire de Saint-Denis

« J’apprends avec une vive émotion le décès de Jean-Claude Fruteau. Je présente mes plus sincères condoléances à ses proches et m’associe à leur douleur. Mes pensées vont plus particulièrement à sa famille, à Marinette et à ses filles qui ont soutenu avec constance ses combats.
Porte drapeau de la famille Socialiste, il a été une source d’inspiration et de conviction pour nous tous. Militant infatigable, orateur hors pair, II a été une cheville ouvrière de la construction de notre ambition pour la réunion. C’était un homme dévoué au service de tous, en tant que maire, Député à l’Assemblée nationale ou au parlement européen. Il a toujours eu à cœur de défendre les intérêts de La Réunion. Son combat pour la sauvegarde de la filière canne reste et restera reconnu. »

Jacques Billant, préfet de La Réunion 

« Jacques Billant, préfet de La Réunion, salue la mémoire de Monsieur Jean-Claude Fruteau, figure politique locale et ancien maire de Saint Benoit.

Née en 1947 à Saint-Benoit, Monsieur Jean-Claude Fruteau s’engage dès 1981 au Parti Socialiste, dont il sera premier secrétaire de la fédération de La Réunion de 1981 à 2000. Conseiller régional, conseiller général, maire de Saint-Benoit, député européen puis député à l’Assemblée Nationale, il était une figure majeure de la vie politique réunionnaise. Par sa personnalité, par son dynamisme et par son dévouement pour la cause publique, Monsieur Jean-Claude Fruteau tenait une place éminente dans la société réunionnaise. Avec sa disparition, La Réunion perd un homme de conviction, particulièrement engagé au service des Réunionnaises et des Réunionnais ».

Jean Hugues Ratenon, député de La Réunion 

« Mon émotion est grande, Monsieur Jean Claude FRUTEAU est décédé. Je me souviendrai toujours de ce soir du 18 juin 2017, où je suis venu à sa rencontre sur le parvis de sa mairie, au premier instant suivant mon élection en tant que de député de la 5ème circonscription.

Un acte de reconnaissance pour ce grand-homme qui a su me conseiller et me rassurer ….. Mon émotion est d’autant plus grande qu’il m’a attendu plus d’une heure après la proclamation des résultats tout en soufflant à un de ses proches « attendons notre nouveau député et accueillons-le sur le parvis de la mairie comme il se doit ». Une attention qui m’a marqué et qui a fait de moi son successeur.

Je me rappelle aussi que six mois avant l’élection législative de 2017, acceptant de me recevoir dans son bureau il m’a posé la question « qu’attends-tu de ces élections, quels sont tes objectifs » ? J’ai répondu instinctivement « continuer mon travail d’éducation populaire et je pense pouvoir faire un score pour continuer à m’implanter sur le territoire ».

À ce moment-là il a baissé la tête d’un air désespéré et en relevant la tête m’a regardé et m’a dit « vas travailler tu gagneras cette élection ». Je ne sais pas pourquoi mais, arrivé dans la voiture, j’ai dit à mon collègue nous allons gagner cette élection, car Jean-Claude Fruteau me l’a dit.

Je l’affirme au haut et fort, il a fortement contribué au développement de la ville de Saint-Benoît qui malheureusement et pour différentes raisons n’a pas su garder ce haut niveau.

Au moment de la dernière fête nationale qu’il avait organisé à la mairie de Saint-Benoît, alors que la sous-préfète insistait pour que je prenne la parole, j’ai refusé, car le protocole voulait que je prenne la parole juste après le maire de par mon statut de député. Je refusais de respecter le protocole, car il était inimaginable pour moi de prendre la parole juste après celui que je considérais comme un grand
Monsieur de par son parcours. Il m’a regardé et n’a rien dit. J’adresse mes sincères condoléances à sa famille, ses proches ainsi qu’à ses amis, Bonne route et Bon repos GRAND MONSIEUR ».

Nassimah Dindar, Sénatrice de La Réunion

« C’est avec beaucoup d’émotion que j’ai appris le décès de Jean-Claude FRUTEAU aujourd’hui…C’est une belle âme qui s’en est allée, un homme clément, et généreux, mais aussi terre à terre. Il a porté haut les couleurs du Parti Socialiste à La Réunion, dont il fut l’un des membres fondateurs. Seul primait à ses yeux l’intérêt général, celui de La Réunion et des Réunionnais. Les intérêts particuliers, ou les intérêts partisans étaient toujours relégués au second plan comme je l’ai souvent répété.

Jean-Claude a été maire de Saint-Benoît, Ville des  » eaux vives « , il a aussi occupé divers mandats locaux (conseiller départemental, conseiller régional) que nationaux (député et député européen). Mais c’est avant tout un ami que je perds, un ami fidèle, un mentor à qui je dois énormément, qui m’a toujours poussé à mieux faire et à faire bien. Je lui en serai éternellement reconnaissante et je lui souhaite de trouver la paix et un esprit reposé là où il se trouve…

J’adresse mes sincères condoléances à son épouse Marinette et à ses enfants, ses petits-enfants pour cette perte, plus que douloureuse. Il laissera un vide derrière lui, mais les souvenirs, les moments que nous avons écrits avec lui, resteront dans nos coeurs et celui des Réunionnais à jamais… »

Michel Vergoz, maire de Sainte-Rose

« Jean Claude Fruteau nous a quittés pour le dernier grand voyage. Le décès, ce jour, de l’ancien 1er secrétaire de la fédération socialiste de La Réunion, de l’ancien maire de Saint-Benoît, de l’ancien député de La Réunion et Européen, m’attriste profondément et fait défiler en moi de nombreux souvenirs qui resteront à jamais gravés dans ma mémoire, de moments forts de ma vie politique, familiale et personnelle.

Mes meilleures pensées l’accompagnent dans cette dernière traversée. A sa femme, à sa famille, j’exprime ma profonde tristesse et mon profond respect. Le conseil municipal de Sainte-Rose s’associe à la douleur de tous ceux qui l’ont aimé et leur transmet ses plus sincères condoléances ».

Cyrille Melchior, Président du Conseil départemental de La Réunion

C’est avec une profonde tristesse que j’apprends le décès de Jean-Claude Fruteau, ancien Professeur agrégé de Lettres, Député-maire de Saint-Benoît, Conseiller général, Conseiller régional et Député européen.

Homme de conviction, Jean-Claude Fruteau était un haut dirigeant du parti socialiste dont il a été le premier secrétaire fédéral de 1981 à 2000.

Il était particulièrement attaché aux valeurs de solidarité, notamment au profit des personnes les plus fragiles et les plus vulnérables.

C’est cet état d’esprit qui a toujours guidé son action dans ses différents mandats, notamment en qualité de député de La Réunion, de Vice-président du Conseil général et de Maire de Saint-Benoît, ville dont il a grandement contribué au développement.

Je veux rendre hommage à un grand Réunionnais qui a toujours défendu l’égalité sous toutes ses formes et favorisé le développement de notre territoire notamment en tant que Vice-président de la Commission de l’agriculture et du développement rural du Parlement européen.

En définitive, tout au long de sa carrière politique, Jean-Claude Fruteau s’est attelé à promouvoir les valeurs qui lui étaient chères, tout en œuvrant pour le bien commun dans un esprit d’ouverture, de dialogue, et de concorde.

A sa famille et à ses proches, j’adresse en mon nom personnel et au nom de l’ensemble des Conseillers départementaux, mes plus sincères condoléances

André Thien Ah-Khoon, maire du Tampon 

Jean Claude FRUTEAU était un bon compagnon de route qui été toujours soucieux des autres. Je suis très attristé et ému de sa disparition. Ami de longue date, il m’avait contacté pour célébrer le mariage de l’un de ses enfants. Il a exercé de nombreux mandats, nous avons été élus Maire pour la première fois en 1983.
C’est un homme qui s’est sacrifié pour faire avancer son pays en dehors de tout clivage, il aurait même refusé d’être Ministre pour rester auprès de sa population.

Nous avons eu l’occasion de défendre ensemble de nombreux dossiers, dont celui de la canne à sucre auprès du Premier Ministre JOSPIN.  Je salue la mémoire d’un homme de tolérance, respectueux de la démocratie et qui s’est sacrifié pour défendre la population qu’il aimait tant. La Réunion perd l’un de ses valeureux soldats. Par respect à sa mémoire, je présente à sa famille et à ses proches mes sentiments de tristesse et de profonde reconnaissance ».

Olivier Hoarau, maire du Port

« J’apprends avec une très grande tristesse le décès de Jean-Claude Fruteau. Il a été le constructeur de la gauche réunionnaise, au travers de la structuration du parti socialiste à La Réunion. Je souhaite saluer sa mémoire et retiens le caractère fraternel et réunionnais de nos échanges. Notre famille progressiste, pleure l’un des leurs, l’un des siens. Salut camarade. Vive La Réunion ! »

Patrick Lebreton, maire de Saint-Joseph

« Rien ne pourra effacer l’œuvre de Jean-Claude Fruteau. C’est avec une vive émotion et une grande tristesse que j’ai appris la disparition de mon ami Jean-Claude Fruteau. Jean Claude Fruteau a été un compagnon et un grand frère dans mon cheminement politique. Je me souviens de notre campagne pour l’élection de François Mitterrand à la présidence de la République en 1981. Une victoire qui fait date dans notre histoire commune. C’est à partir de cette date historique qu’il est devenu le 1 er Secrétaire du Parti Socialiste. Un poste qu’il a occupé pendant près de 20 ans et qui aura permis au PS de s’ancrer dans le paysage politique réunionnais.

En devenant premier maire socialiste d’une grande ville de la Réunion en 1983, il a ouvert la voie à d’autres conquêtes électorales. Il aimait sa ville profondément et il a contribué à son développement en tant que Maire et Conseiller Général. Il avait également un attachement particulier à son île qu’il a dignement représenté et défendu en tant que Député et Député Européen, notamment dans son combat pour porter la voix de nos agriculteurs et défendre la filière canne dans le cadre de la PAC.

Rien ne pourra effacer son œuvre. Ensemble, nous avons mené de nombreux combats et avons créé le Progrès parce que nous partagions les mêmes valeurs. C’est lui qui en a donné le nom. Jean Claude Fruteau était un homme d’engagement et de fidélité à ses idées. Il n’a jamais dévié tout au long de sa vie publique et politique.

Aujourd’hui la Réunion perd un grand Homme…. Saint-Benoît, la « cité des eaux-vives », son plus fidèle défenseur. Je perds un ami, mon grand frère politique.

J’adresse toute ma sympathie et mes plus sincères condoléances à Marinette, son épouse, à ses deux filles, Catherine et Béatrice, ainsi qu’à tous ses proches ».

Younous Omarjee, député européen

« J’apprends à l’instant avec tristesse, la disparition de Jean-Claude Fruteau, grande figure socialiste à La Réunion pour lequel j’ai toujours eu un profond respect. Député européen au même moment que Paul Vergès, je garde le souvenir de très nombreux moments partagés à Strasbourg où avec Paul Vergès, qui avait une réelle estime pour lui, nous refaisions le monde et La Réunion, toujours dans le même restaurant chinois place de la gare.

Défenseur infatigable de la filière canne sucre, Jean-Claude Fruteau a consacré tous ses mandats de Député européen, où il siégeait dans la Commission agriculture, à travailler à la protection des planteurs de canne et de l’industrie sucrière dans les accords de l’Union européenne. Et plus récemment encore comme Député de l’Assemblée nationale sous le gouvernement de François Hollande pour les aides complémentaires qui étaient si nécessaires.

Jean-Claude Fruteau a marqué la vie politique réunionnaise et œuvré toute sa vie pour le développement de La Réunion, et bien sûr pour la micro région Est et la commune de St Benoit dont il fut le maire sur plusieurs mandats. J’ai également eu le plaisir de collaborer avec lui dans ses responsabilités comme Vice-Président aux finances du Conseil Général sous la Présidence de Christophe Payet. Et la collectivité lui doit largement le rétablissement d’une santé financière après des années d’errance. Notre île perd aujourd’hui une grande figure de son histoire politique. À sa famille, à ses proches, à ses camarades du Parti Socialiste j’adresse mes sincères condoléances et m’incline devant sa mémoire ».

David Lorion, député de La Réunion

« Une grande figure politique de notre Île des quarante dernières années vient de nous quitter et nous pouvons lui rendre collectivement hommage. Monsieur Jean Claude FRUTEAU a défendu, avec force, conviction et un engagement entier, La Réunion et les réunionnais, lors de tous les mandats qu’il a exercés, souvent avec un militantisme déterminé. Maire de Saint Benoît, conseiller général, il a toujours souhaité promouvoir la région Est avec attachement. A l’initiative de la CIREST et de la SEMAC, il était un ardent défenseur d’un aménagement équilibré des micro-régions de La Réunion.

Je retiens son implication en qualité de député, de Président de la Délégation Outre-mer à l’Assemblée Nationale, tout autant que, lors de son mandat de député européen, la prise en compte de la nécessaire promotion économique de notre île et le développement de notre agriculture en tant que région ultrapériphérique, particulièrement notre filière canne-sucre-énergie ».

Huguette Bello, Présidente du Conseil Régional de La Réunion

« C’est avec une vive émotion que j’apprends le décès de Jean-Claude Fruteau. La Réunion perd un de ses serviteurs les plus éminents.
Jean-Claude Fruteau a porté très haut les valeurs de l’engagement politique. Issu d’un milieu modeste, il est devenu à force de travail et de talent professeur agrégé de Lettres Classiques, métier qu’il a exercé au lycée de Saint-Benoît. Son parcours scolaire et professionnel est un exemple pour tous les jeunes Réunionnais.

Jean-Claude Fruteau s’est engagé en politique dès le début des années 1970, dans la mouvance socialiste. Il a été l’une des grandes figures de la famille des progressistes à La Réunion. Après l’élection de François Mitterrand en 1981, il est devenu Premier secrétaire de la Fédération Socialiste, poste qu’il occupera jusqu’en 2000.

Il a occupé de nombreuses fonctions électives, maire de Saint-Benoît, conseiller général, conseiller régional, député européen, et député à l’Assemblée Nationale où j’ai eu le plaisir de le côtoyer. C’était un homme d’une grande sensibilité, et un homme de convictions qui se battait pour ses idées et pour faire avancer les causes qu’ils croyaient justes. C’était aussi un homme de dossiers.

Au cours de tous ces mandats, il a assumé de nombreuses responsabilités. Il a été notamment l’auteur d’un rapport parlementaire, déposé le 29 juin 2011, sur « l’avenir de la politique agricole commune après 2013 » avec Jean Gaubert, Hervé Gaymard et Philippe Armand Martin.

Avec lui La Réunion perd un des plus valeureux de ses enfants, la gauche socialiste réunionnaise un de ses responsables, et La Réunion un de ses élus qui ont le plus compté. En mon nom personnel et au nom du Conseil régional de La Réunion dont Jean-Claude Fruteau a été un des membres éminents, je présente mes condoléances attristées à sa famille, à tous ceux qui l’aimaient et à la population bénédictine, à laquelle il a consacré
une grande partie de sa vie.

Laurent Virapoullé, acteur économique

« C’est avec beaucoup de tristesse que j’apprends le décès de Jean-Claude Fruteau. J’adresse mes plus sincères condoléances à son épouse, ses filles et ses petits-enfants. Grande figure de la politique réunionnaise, il aura été de tous les combats pour le progrès social. Il aura marqué de son empreinte la ville de Saint-Benoît pour avoir été 1er magistrat pendant près de 30 ans. Sa carrière politique aura été riche de plusieurs mandats : conseiller général, conseiller régional, député européen et député de La Réunion. Ancien élève du Lycée Louis le Grand, Illustre professeur agrégé de lettres, et il fut enseignant au lycée Amiral Bouvet de Saint-Benoît, il aura marqué plusieurs générations de jeunes de l’Est. Au-delà des clivages politiques, La Réunion perd aujourd’hui un homme politique cultivé qui a su rester fidèle à ses convictions en toutes circonstances. Je garderai en mémoire la relation respectueuse et l’amitié fidèle qu’il entretenait avec mon père ».

Ruth  Dijoux, candidate aux législatives

« C’est avec une profonde tristesse que j’apprends ce jour, le Grand départ de Jean-Claude Fruteau. Plus qu’un mentor, c’est bien un ami qui est parti. A l’heure où j’engage moi-même un combat politique, je retiens ses précieux enseignements : travailler avec passion, demeurer proche de la population, ne jamais négliger sa famille et toujours garder l’espoir que « le progrès des idées devienne le progrès des hommes et des femmes qui les portent… ». Et c’est avec cette pensée constante que je continuerai à m’investir. Bon voyage cher Jean-Claude, toutes mes condoléances à Marinette et à tes filles.

Eric Magamootoo, ancien directeur de cabinet du maire de St-Benoit

« Jean Claude Fruteau nous a quittés ce jour, et j’en suis immensément triste. C’était  un homme de culture, agrégé de lettres classiques et profondément attaché à Albert Camus. J’ai eu l’honneur d’être son directeur de cabinet. Il m’a beaucoup appris sur la noblesse de la politique. La Réunion est aujourd’hui orpheline d’un grand monsieur qui, non seulement, a œuvré pour la cité bénédictine mais aussi pour notre île, en se battant sur de nombreux dossiers sur le plan national et européen en sa qualité de député. Grand ami de Lionel Jospin et fidèle de François Mitterrand, il était un socialiste dans l’âme. Combattre en faveur des plus démunis était son leitmotiv. Son intelligence et sa clairvoyance nous manqueront. Merci Jean Claude. Ton ami, Eric ».

Maurice Gironcel, Maire de Sainte-Suzanne, président de la CINOR et du Sidélec Réunion

« C’est avec une vive émotion que j’ai appris le décès de Jean Claude Fruteau, un homme de convictions et de valeurs qui a œuvré pour Saint-Benoît et La Réunion. Nous avons ensemble mené de nombreux combats électoraux mais aussi autour des projets de mobilités. Nous étions ensemble à la commission des transports et travaux publics au Conseil Départemental de La Réunion où nous avons notamment travaillé à la mise en place du réseau Car jaune. C’est un combat qui se poursuit, toujours d’actualité et qui tenait à coeur à Jean Claude Fruteau. Mes sincères condoléances à son épouse, ses deux filles, à sa famille, à tous ses proches et à la population de Saint-Benoît en particulier. »

Bachil Valy, Maire de l’Entre-Deux

« C’est avec une tristesse profonde que j’apprends le départ de notre collègue Jean-Claude FRUTEAU, qui toute sa vie aura servi la justice sociale, la fraternité, l’unité et La République. Il les aura servies « de toute son âme » comme l’avait dit son mentor le président François MITTERRAND qu’il avait accueilli dans sa Commune de Saint-Benoît. Il a compté pour sa population qui l’aimait, il a compté pour son parti, celui de la rose, il a compté pour les bénédictins et pour les Réunionnais, pour tous ceux qui, comme moi, ont fait le choix de servir la population. Il a été une inspiration au-delà des clivages et je retiens de lui l’expérience et la sagesse des Grands. A sa famille, à ses proches, à celles et ceux qui ont œuvré à ses côtés, à tous ceux qui l’aimaient j’adresse mes condoléances sincères et mes prières ».

Philippe Naillet, député de la Réunion

« C’est avec tristesse que j’ai appris le décès de notre camarade Jean-Claude Fruteau, un homme d’envergure qui aura marqué la vie politique de La Réunion pendant plus de 40 ans. Lorsque j’ai adhéré, il était le 1er Secrétaire de la fédération du Parti socialiste, je me souviens encore de l’orateur exceptionnel qui enflammait nos congrès. À côté de ses responsabilités de 1er fédéral jusqu’au début des années 2000, il a exercé de nombreuses fonctions électives : Maire, Député à l’Assemblée nationale puis au Parlement européen, Conseiller régional et Conseiller général. Il a assumé tous ses mandats avec un fil conducteur : l’intérêt des Réunionnais. Il aura mené sans relâche le combat pour la filière canne comme pour l’égalité sociale. Il s’est toujours battu pour l’émancipation du Réunionnais : pour lui, l’éducation étant la clé de tout, il avait le refus des injustices chevillé au corps. Pour la fédération socialiste, comme pour ses militants, il restera un exemple pour son engagement et sa détermination.

J’adresse mes sincères condoléances à son épouse et ses enfants, à ses proches et aux camarades socialistes de Saint-Benoît ».

Nadia Ramassamy, députée de la Réunion

« Je suis très attristée d’apprendre le décès de Jean-Claude Fruteau, ancien maire de Saint-Benoit mais aussi député de 2007 à 2017. Mes pensées vont à sa famille, ainsi qu’à ses proches ».

Michel Dennemont, sénateur de la Réunion

« C’est avec une grande tristesse que j’apprends le décès de Jean-Claude Fruteau, ce jeudi 28 avril. Mes premières pensées iront bien entendu à sa famille et à ses proches auxquels je présente mes plus sincères condoléances. Comme conseiller général nous avons travaillé, entre autre, ensemble sur le premier projet car jaune à La Réunion. Je me souviens d’un homme rigoureux et œuvrant toujours dans l’intérêt des réunionnais. Ces derniers et notamment les bénédictins garderont de lui l’image d’un homme aimant son île et respectueux des institutions de la République ».

Joé Bédier, maire de Saint-André

« J’ai appris avec tristesse le décès de Jean-Claude FRUTEAU, figure de la gauche réunionnaise durant plusieurs décennies. Cet humaniste convaincu s’est engagé toute sa vie au service de la population. En 1981, dés l’élection de François Mitterrand, il devient l’un des fondateurs du Parti socialiste à La Réunion.  En tant que Maire de Saint-Benoît, Député, Conseiller général et régional et Deputé Européen, il a œuvré pour le développement de notre micro-région Est.

Je veux saluer la mémoire d’un homme qui a marqué l’histoire politique de Saint-Benoît et de La Réunion. Un homme de sagesse et de consensus pour qui l’intérêt de la population passait avant tout.  J’ai eu l’occasion de travailler avec lui et il est clair que son abnégation politique, son discernement et sa grande éloquence le classent parmi les plus grandes personnalités politiques locales.  J’adresse mes sincères condoléances à sa famille et à ses proches ».

Emmanuel SÉRAPHIN,Maire de Saint-Paul

C’est avec tristesse que j’apprends la mort de Jean-Claude FRUTEAU à l’âge de 74 ans. Le Conseil Municipal de Saint-Paul et moi-même adressons nos plus sincères condoléances à sa famille, ainsi qu’à ses proches.
L’ancien Maire de Saint-Benoît a toujours été une figure respectée du monde politique Réunionnais. Cette personnalité fédératrice des forces de Gauche aura été le leader du Parti Socialiste local.
Incarnation du Socialisme Réunionnais, il a été premier secrétaire fédéral du PS à La Réunion jusqu’en 2000.
Ses combats pour La Réunion ont toujours guidé cet infatigable défenseur du peuple Réunionnais. Cet engagement central pour lui a constitué le fil rouge de son action.
Jean-Claude FRUTEAU a porté la voix des Réunionnaises et des Réunionnais jusqu’à l’Assemblée nationale ainsi qu’au Parlement Européen quand il a exercé ses mandats de Député.
Attaché à sa terre, ce Bénédictin a également été un brillant orateur quand il s’agissait de défendre les intérêts des Réunionnais. Je pense notamment à sa lutte constante pour préserver l’économie liée à la filière canne dans l’île.
Il aussi été Conseiller départemental et Régional. Ses valeurs progressistes ont toujours jalonné son parcours. Jean-Claude FRUTEAU est resté toute sa vie au service de l’intérêt général.

Yvette Duchemann, présidente de SEPT

« C’est avec tristesse que nous apprenons le décès de JC FRUTEAU. Homme exemplaire, modèle réunionnais, nous retenons qu’il a toujours, et dans toutes les fonctions politiques qu’il a assumées avec succès et persévérance, il a pleinement travaillé pour l’intérêt général de tous les Réunionnais, pour un meilleur développement de notre île. Son engagement dans son combat politique l’honore. Nous adressons nos condoléances à ses proches, à ses collègues, aux habitants de Saint- Benoît. LA RÉUNION se doit de continuer à honorer sa mémoire ».

Philippe NAILLET, député de la 1ère circonscription

C’est avec tristesse que j’ai appris le décès de notre camarade Jean-Claude Fruteau, un homme d’envergure qui aura marqué la vie politique de La Réunion pendant plus de 40 ans.

Lorsque j’ai adhéré, il était le 1er Secrétaire de la fédération du Parti socialiste, je me souviens encore de l’orateur exceptionnel qui enflammait nos congrès. À côté de ses responsabilités de 1er fédéral jusqu’au début des années 2000, il a exercé de nombreuses fonctions électives : Maire, Député à l’Assemblée nationale puis au Parlement européen, Conseiller régional et Conseiller général. Il a assumé tous
ses mandats avec un fil conducteur : l’intérêt des Réunionnais. Il aura mené sans relâche le combat pour la filière canne comme pour l’égalité sociale.

Il s’est toujours battu pour l’émancipation du Réunionnais : pour lui, l’éducation étant la clé de tout, il avait le refus des injustices chevillé au corps. Pour la fédération socialiste, comme pour ses militants, il restera un exemple pour son engagement et sa détermination.

J’adresse mes sincères condoléances à son épouse et ses enfants, à ses proches et aux camarades socialistes de Saint-Benoît.

Yvette Duchemann, Présidente de S.E.P.T

C’est avec tristesse que nous apprenons le décès de JC FRUTEAU. Homme exemplaire, modèle réunionnais, nous retenons qu’il a toujours, et dans toutes les fonctions politiques qu’il a assumées avec succès et persévérance, il a pleinement travaillé pour l’intérêt général de tous les Réunionnais, pour un meilleur développement de notre île. Son engagement dans son combat politique l’honore.

Nous adressons nos condoléances à ses proches, à ses collègues, aux habitants de SaintBenoît. LA RÉUNION se doit de continuer à honorer sa mémoire.

Dominique RIVIERE, ancien membre du parti socialiste, élu municipal et départemental, puis représentant de la Réunion au CESE

Humaniste d’une rare sensibilité, J-C FRUTEAU était un homme de convictions et d’engagements authentiques, doté d’une vaste culture et d’une très vive intelligence. A la fois intellectuel et administrateur hors pair, il maniait avec excellence l’écriture, le discours et une attentive écoute, aussi bien dans ses fonctions politiques que professorales. Amoureux, comme nous tous, de la Réunion et de ses multiples visages, au-delà de sa chère commune de Saint-Benoit, c’est avec force, constance et lucidité qu’il a soutenu nos causes réunionnaises et socialistes. Il donnait ainsi de la noblesse à la politique, conçue comme le service de ses concitoyens et de l’intérêt général, avec le souci premier de rendre meilleures et plus justes les conditions de vie du plus grand nombre,  en particulier des plus modestes dont il était issu. Il restera à coup sûr dans nos cœurs et dans notre histoire comme un grand Réunionnais.

Avec beaucoup d’autres, nous partageons, ma femme et ma moi, une intense émotion devant la disparition de Jean-Claude FRUTEAU, après que la maladie l’a longtemps tenu dans ses griffes durant la dernière période. Nous saluons la mémoire de l’ami et de l’homme remarquable.

Nous sommes de tout cœur avec sa famille et ses proches, en particulier sa femme et ses filles, à qui nous renouvelons ici nos très sincères condoléances.

Michel Fontaine, maire de Saint-Pierre

Je salue l’homme, l’humaniste de conviction qui a œuvré sans relâche, dans l’ensemble des fonctions et mandats électifs qui ont émaillés sa carrière, avec pour ambition constante faire entendre la voix de La Réunion.

Homme politique respecté de tous, ses combats ont transcendé son appartenance à la fédération du Parti socialiste qu’il avait fondé à La Réunion. Jean-Claude Fruteau est de ces hommes nourris de convictions inébranlables, il restera assurément une source d’inspiration pour celles et ceux qui ont à cœur la défense et intérêts et de l’identité
réunionnaise.

J’adresse mes sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

Yves Mont-Rouge

[email protected]
Téléphone : 0692 85 39 64

21 Commentaires

  1. La mort du juste est le soir d’un beau jour et l’aurore d’un jour plus beau encore, elle marque la fin de ses peines, elle consacre sa victoire et lui ouvre la vie éternelle. Ô Marie, ayez pitié de ceux qui s’aimaient et qui ont été séparés, ayez pitié de ceux qui pleurent, de ceux qui prient, donnez à tous l’espérance et la paix. Miséricordieux Jésus, donnez-lui le repos éternel. Cœur Sacré de Jésus, j’ai confiance en vous. Une communion, une prière, S.V.P. … M. Fruteau a été un élu remarquable pendant des années. Il a mis en valeur Saint Benoit.

    Que Monsieur Jean Claude FRUTEAU repose en paix !

  2. belle carrière politique bon combats pour ton île natal je salut le grand homme que tu étais repose ton âme en paix,tous mes sincères condoléances à la familles…..

  3. MONSIEUR fruteau jean Claude était mon professeur de latin au lycée Amiral Bouvet de ST Benoît.C’est en tant que tel que je salue sa mémoire ! Il m’a tant appris! Bon voyage !!!

  4. Pour ma part je me souviendrai de son soutien au Docteur Kichenin Axel et au Mouvement Progressiste Reunionnais mais aussit sa trahison un peu plus tard. Il faut jamais oublier.

  5. Adieu l ami tu a mis un toit sur la.tete.de beaucoup de bénédictin et aussi du travail..
    Part avec le travail accompli pendant tes.mandats tu était bon homme.

  6. Un homme politique de conviction un homme soucieux des bénédictins, des Réunionnais.
    Un homme qui à permis st Benoît de fleurir, dans tout les sens. Un homme engagé sérieu qui à permis aux Réunionnais d’avancer, un homme qui nous à défendu aux de la de la réunion. Toute mes condoléances à ces proches, je suis attristée ce fut le maire que j’ai apprécié et été fière.

  7. La reunion i fé rire ,on salut toujours la memoire ; des escrocs ,un visionnaire assassin…,un partouzeur franc makro et quoi enkor ???

  8. Tant qu’on n’e passe pas encore à la case départ on peut encore s exprimer et d’y croire encore mais le couperet tombe sans qu on s’y attend et l’epitaphe c’est le dernier receuil
    Paix a son âme

  9. La mairesse d’un mois n’a aucune légitimité. Le digne successeur de Fruteau est celui qui est devenu maire. Car après Fruteau, il fallait être à la hauteur!
    Merci à notre maire qui a tant fait pour ces concitoyens et pour les employés communaux. Sur votre dernier mandat, vous avez été mal entouré mais vous avez tenu bon pour les bénédictins. Nous ne retiendrons que les bons moments, que les bonnes actions et que les avancées de Saint Benoît, de l’Est, de la Réunion.
    Vous êtes né à Bras Canot et vous n’avez pas oublié vos origines modestes. Vous avez toujours tendu la main à ceux qui avaient besoin de vous et avez toujours été là pour nos familles les plus défavorisées! Merci d’avoir sauvé les plus démunis. Combien de bénédictins ont pu manger, grâce à vous? Combien de bénédictins ont réussi, grâce à vous? Vous avez tant fait pour que tous aient un accès au savoir, à l’éducation, à la culture et à la santé. Merci. Vous rejoignez tantine Zaza qui vous accueillera peut-être sur un maloya.
    Vous avez dit dans un discours que votre nombril est enterré à Saint Benoît et que vous y serez enterré aussi! Nous sommes chauvins à Saint Benoît. Paix à votre âme.

    • Sur la photo, « entouré de ses amis », drôles d’amis qui ont terni son image. Les traites ne sont pas ceux que l’on croit.
      Monsieur Fruteau té dit « marmaille, fé pas honte à mwin » mais ce groupe, la fé gain à li la honte! Mais nou garde un bon souvenir de li!
      Piscine, cinéma, médiathèque, hôpital, marché couvert, conservatoire, théâtre, IRTS nou néna in potentiel!

      • A Laurent k
        La jalousie de kisa ou parle? Sek la fé mairesse un mois? Sek nou la oublié depuis 2020?
        Merci Monsieur Fruteau et merci Monsieur Selly!
        L’ancien maire la fé pou Saint Benoit mais son l’entourage la fé honte à lu! Mais nou oublie pas que li té in boug correct et juste! Heureusement que lu aussi té koné son band josumé et li té koné zot pédigré! Té in boug éclairé et aster, il va garde sek la trahi à li d’en haut!
        Band profiter’ té manque pas autour de lui! Mais lui, lu la garde sa ligne de conduite en faveur le peuple !
        Fruteau a construit Saint benoît et deux trois couillons la détruit!

  10. C’était un des maires le plus simple et discret de notre île. Au moins lui il n’a pas fait parler de lui pour des affaires de corruption ou petites magouilles. Combien de jeunes sans emplois il a fait embaucher à la commune et associations sportives . Avec bcq de respect et admiration, je vous dis au revoir, Mr Fruteau pour un monde bien meilleur, là-haut, et vous dis un grand merci d’avoir fait sortir de terre ce bel hôpital , qui aujourd’hui est bel et bien une réussite indispensable pour soigner les habitants du bassin Est. Sans votre contribution et l’ancien directeur du GHER, Mr. Arsène Nerbart, cette belle construction n’aurait pas vu le jour. Au lieu de fermer des lits sur ce site, on devrait investir plus et recruter plus de chirurgiens pour en faire un hôpital moderne où toutes les spécialités seraient présentes. Si les médecins sont de plus en plus en pénurie, faites venir des médecins ukrainiens, il doit bien y en avoir dans ce peuple immigrés qui ne demandent qu’à retrouver un emploi. Merci Mr. Fruteau pour le GHER et la belle médiathèque.

  11. C’était un des maires le plus simple et discret de notre île. Au moins lui il n’a pas fait parler de lui pour des affaires de corruption ou petites magouilles. Combien de jeunes sans emplois il a fait embaucher à la commune et associations sportives . Avec bcq de respect et admiration, je vous dis au revoir, Mr Fruteau pour un monde bien meilleur, là-haut, et vous dis un grand merci d’avoir fait sortir de terre ce bel hôpital , qui aujourd’hui est bel et bien une réussite indispensable pour soigner les habitants du bassin Est. Sans votre contribution et l’ancien directeur du GHER, Mr. Arsène Nerbart, cette belle construction n’aurait pas vu le jour. Au lieu de fermer des lits sur ce site, on devrait investir plus et recruter plus de chirurgiens pour en faire un hôpital moderne où toutes les spécialités seraient présentes. Si les médecins sont de plus en plus en pénurie, faites venir des médecins ukrainiens, il doit bien y en avoir dans ce peuple immigrés qui ne demandent qu’à retrouver un emploi. Merci Mr. Fruteau pour le GHER et la belle médiathèque.

  12. Il respirait la gentillesse. Une qualité rare chez nos politiciens. Il avait une vision pour sa ville et son île. Une autre qualité rare. Il aimait Saint-Benoît et les bénédictins.
    Merci Monsieur Fruteau.
    Reposez en paix au paradis, auprès de ceux qui vont attendent là haut.

  13. Un jour dans un restaurant Selly a dit à Fruteau quand ça i passe a li le flambeau, quand Fruteau la repond à li la commune les pas un bien de fonds, selly a trahi Fruteau. Selly est un assoiffé de pouvoir, il défait ce que Jean Claude Fruteau a fait, en licenciant toutes ces familles dans le besoin seulement pour bien vivre des indemnités. Après il a trahi Lebreton, Vergoz, maintenant Bello comme i dit trahi un jour trahi toujours. Faut pas oublier que li té dans la mojorité quand la commune la coulé et son portefeuille politique de la ville en premier. Tant la cour des comptes i intervient pas pour dire que la mairie est redressée mi croit rien parce les trop facile vote un jour une balance en déficit et un autre jour en équilibre de plus juste avant les élections présidentielles.

    • L’amoureuse de Saint Benoît na gros ker!
      Selly a été élu par le peuple donc le bien de fonds, on comprend pas! Par contre, Boyer, la mairesse durant un mois a tout fait pour qu’il démissionne et s’est empressée d’écrire son nom sur le marbre! Heureusement que le ridicule ne tue pas!
      Pire, Fruteau avait souhaité que Selly le remplace, il l’avait choisi, ce qui ne plaisait pas à une certaine amoureuse de la commune. Les Bénédictins sont satisfaits et malgré que certains ont pillé les caisses pendant des décennies, l’équilibre budgétaire perdu est bien réel, c’est une DGS administrateur territorial qui gère la mairie désormais et elle s’y connaît. La CRC devrait d’ailleurs regarder du côté des CDI accordés sans les 6 ans requis, dans les anciens dossiers d’avant 2020…

    • « Le traitre qui a flingué Fruteau »? Heu, c’est grave sek zot i dit! Zot lé fort : c’est jamais zot, c’est toujours les autres l’auteur.
      Cozé aussi i gain pu? Dan temps lontan, zot té fé règne la terreur. Koméla ek Selly la parole lé pou toute demoune. Mais en plus, i ressent in brin de racisme dan zot propos. Pangar, pangar!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

St-Paul : accident entre un bus scolaire et un camion, gros bouchons sur le secteur

Article suivant

PSY est de retour 9 ans après « Gangnam Style » avec un nouveau titre avec Suga des BTS (VIDÉO)

Free Dom