/

Jean Alain Cadet : « Derrière chaque élu réunionnais, il y a un haut fonctionnaire de l’Hexagone qui décide »

5 min de lecture

Mes fonctions de conseiller régional m’ont permis de constater que les élus réunionnais ne sont pas ou peu entendus par les gouvernements successifs. Quelques exemples récents dans divers domaines pour mieux comprendre :

1/ Lors de l’achat des Jumbos Score par le groupe de GBH (Carrefour), l’ensemble des responsables politiques locaux, sans exception, ont écrit au président de la République, pour lui demander de ne pas autoriser cette vente, en tout cas de tout faire pour l’empêcher. Quel impact a eu ce courrier UNANIMES des élus locaux sur le rachat de Vindémia ? Aucun.

2/ Citons la circulaire du Premier ministre datée du 21 avril 2021 et la non-inscription de La Réunion dans la commémoration « des mémoires de l’esclavage et de ses héritiers ». Alors que notre île représente 50 % de l’ensemble de la population ultramarine à elle seule et que le 20 décembre est une date hautement importante et symbolique pour l’ensemble des Réunionnais. Notre histoire a tout autant d’importance que les autres départements d’Outre-mer, cela ne semble pas si évident vu de l’hexagone.

3/ Pour finir avec les exemples (mais il y en existe beaucoup), des députés ont présenté un amendement en 2019 pour supprimer les aides fiscales sur les batteries de stockage de l’électricité dans les DOM. Ceci afin de favoriser l’implantation des projets basés sur l’hydraulique (les STEPS). Afin de rendre nos territoires moins dépendants des batteries chinoises et d’avoir une électricité non-polluante et pas chère. Tout le monde était d’accord sur la proposition y compris la ministre des outremers. L’amendement avait reçu un avis favorable des différentes commissions de l’Assemblée nationale. Au moment du vote final, sous la pression d’entreprises lobbyistes des batteries, les députés de la majorité ont rejeté l’amendement. Nous continuerons donc d’avoir des batteries, même si des enfants sont exploités pour en extraire les métaux rares.

Les Réunionnais le voient bien, les gouvernements successifs de droite ou de gauche et beaucoup d’élus locaux n’ont pas de solutions pour la population réunionnaise dans plusieurs domaines. Que ce soit la vie chère, l’autonomie alimentaire, le problème de l’illettrisme, les jeunes diplômés sans solution locale après leurs études, le manque de logement, le chômage 3 fois plus élevé que l’hexagone, le système de santé largement en dessous des moyennes nationales, le réchauffement climatique, la politique énergétique, le coma circulatoire… Tout ceci s’aggrave depuis 30 ans et rien ne semble enrayer la spirale. On prend les mêmes et on recommence comme dirait l’autre.

Autre point important, les Réunionnais et les élus locaux savent-ils qu’en matière de continuité territoriale chaque Corse dispose de 692 € par an et chaque Réunionnais d’à peine 11 € par an ? Là encore un dossier qui recule au lieu d’avancer. Je pourrais continuer à lister des problèmes qui, visiblement ne semblent pas parvenir aux yeux et aux oreilles de nos élites.

Pendant que le débat des présidentielles fait rage actuellement dans l’hexagone autour du phénomène Éric Zemmour et de son « grand remplacement », les 2.1 millions d’ultramarins seront mis au grenier ou à la cave selon les candidats, car tout va bien dans les DOM, vu de l’hexagone.

Il restera aux futurs députés réunionnais et des nouvelles équipes de la région et du département de porter de manière unanime et forte les problèmes de la population pour enfin être écoutés. À la population de choisir entre le bon grain et l’ivraie lors des prochaines échéances électorales, si elle y croit encore un peu.

Jean Alain Cadet, Écologiste.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

« Non au projet de téléphérique à Tanà »

Article suivant

Tribune de Salim NANA-IBRAHIM : « Le grand âge à La Réunion, prenons-en soin maintenant »

Free Dom