Des associations demandent une loi climat ambitieuse pour les Outre-mer

6 min de lecture

Dans un communiqué, des associations se rassemblent et demandent une loi climat ambitieuse pour les Outre-mer : “Le gouvernement prépare la future loi en partie inspirée de la Convention Citoyenne pour le Climat. Guillaume Robert, citoyen réunionnais qui participe à cette convention nous alertait en décembre 2020 sur le manque d’ambition de cette nouvelle loi : Aujourd’hui, au travers des nombreuses rencontres, nous avons l’impression d’être oubliés, mis de côté. Ce sentiment est de plus présent au sein des territoires ultramarins.

Fin 2020, l’Agence de la transition énergétique (Ademe) a publié la synthèse de son étude vers l’autonomie énergétique des zones non interconnectées au grand réseau électrique métropolitain, c’est-à-dire Mayotte, la Réunion, la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane et la Corse.

Ce rapport conclut que l’autonomie énergétique des Outre-mer en 2030, inscrite dans la loi la Transition énergétique de 2015, ne sera pas atteinte. Pire, même l’autonomie électrique ne serait plus d‘actualité. Au mieux, ces territoires visent 100 % d’électricité issue d’énergies renouvelables, mais en utilisant massivement de la biomasse importée, comme à la Réunion où Albioma « n’a pas d’autre solution pour sortir du charbon ».

Le changement climatique constitue une menace certaine pour les îles non pas parce qu’il est source de modifications des conditions de vie et de production, mais parce que cette évolution est si rapide que se pose la question de l’aptitude des écosystèmes et des communautés humaines à y faire face.

Malgré les efforts pour atténuer des émissions de gaz à effet de serre (GES), l’état doit anticiper la gestion de ce qui est déjà inéluctable. C’est ce que résume la formule : « L’atténuation vise à éviter l’ingérable et l’adaptation cherche à gérer l’inévitable ».

Pourtant toutes les propositions de cette nouvelle loi climat ne seront pas soumises à l’application dans nos territoires où l’application des mesures sera décalée de deux ans voire même trois ans.

Par ce constat, nous appelons l’ensemble des parlementaires réunionnais et ceux de tous les territoires ultramarins à défendre avec gravité la nécessité de faire de nos territoires des exemples français et européens de résilience, soucieux de la préservation des écosystèmes marins et terrestres et de l’urgence écologique. L’emploi, la rénovation énergétique, la mobilité, la consommation durable, la souveraineté alimentaire, l’économie sociale et solidaire sont autant d’enjeux pour l’ensemble des territoires ultramarins. Les Outre-Mer doivent être à la pointe de la lutte contre le réchauffement climatique ! Nous demandons à ce que la loi Climat s’applique dans les Outre-Mer suivant le même calendrier qu’en France métropolitaine.”

Signataires :
Christophe Estève, Co-coordinateur de Citoyen pour le Climat Réunion
Guillaume Robert, Membre de Convention Citoyenne pour le Climat
Bernard Padé, Ambassadeur du World Clean up Day à la Réunion
Sébastien Clément, Directeur de l’École du Jardin planétaire
Matthias Commins, Président Fondateur de PropRéunion
Bernard Astruc, Président d’honneur de Bio Consomacteurs Réunion
Jacky Herbiniere, Président de Germin’acteurs
Enzo Santanac, Président de Youth For Climate 974
Joseline Stephen, Coordonnatrice de Greenpeace Réunion

Ils/elles soutiennent l’appel :
Yann Le Gad, membre de l’Archipel Citoyen Réunion
Roland Techer, citoyen engagé pourla cause climatique

Léo Kichenassamy Alamelou, pour le Pacte de transition citoyenne de Sainte-Marie

Richard Riani, président de NoutoutÉkolo
Yvette Duchemann, Solidarité écologiste populaire Pou Nout Tèr
Extinction Rébellion Réunion
Danon Odayen, Europe Ecologie les Verts Réunion
Jean-Pierre Marchau, Europe Ecologie les Verts Réunion
Vincent Defaud, Génération Écologie
Jean-Eudes Dallou, Place Publique Réunion
Patricia Françoise, Place Publique Réunion
Charles Moyac, Europe Écologie les Verts Réunion
Johny Arnachellum, Membre de l’Archipel Citoyen Réunion
Emmanuel Doulouma, Porte-Parole de Saint-Pierre Plus Verte
Ludovic Sautron, Génération Écologie Réunion
Marie Céline Hamy, citoyenne engagée pour la cause climatique
Sylvie Moutoucomorapoule, représentante de Demain Se Décide Aujourd’hui
Bruno Gavarri, La République Écologique
Marie Faham, Conteuse, membre du collectif 5000 Pié d’Bwa
Attac Réunion
Alek Laï-Kane-Cheong, Croire et Oser
Jean-Claude Futhazar, secrétaire général SREPEN-RNE
Marie-Lyne Champigneul, Ambassadrice RUN ECO TEAM, AMAPEI Sud Réunion
Johan Bancala, Association d’Intérêt Économique, Social et Environnemental
Jean Luc Montariol, citoyen engagé pour la cause climatique
David Moutoucomarapoule, citoyen engagé pour la cause climatique
Florent Hurhungee, Membre de l’Archipel Citoyen Réunion
Geneviève Payet, Europe Écologie les Verts Réunion

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Dengue : l’épidémie s’accélère avec 21 communes concernées

Article suivant

Nouvelle-Calédonie : “ici les gens sont responsables, à la Réunion vous faites un peu n’importe quoi”

Free Dom