Les marches sur le feu démarrent aux quatre coins de l’île

3 min de lecture

Comme le veut la tradition, la communauté tamoule débute l’année avec la marche du feu. Ce week-end, dans les temples hindouistes aux quatre coins de l’île, des fidèles malbars ont marché sur la braise.

Images de Matthias Ramsamy à Ravine Creuse

Au temple Hindou Pandialé de la Ravine Creuse, à Saint-André, au temple des Casernes à Saint-Pierre ou encore à la Saline, de nombreux fidèles ont répondu présent et ont participé aux cérémonies religieuses.

Un acte de pénitence

Après 18 jours de carême et de préparation, des rituels et célébrations en l’honneur de la déesse Pandialé ont eu lieu. Dans le Mahabharata, livre sacré de l’hindouisme, la déesse Pandialé doit prouver sa virginité à son époux en traversant un brasier sans se brûler. C’est en référence à cet événement que les fidèles malbars traversent le feu. Ils affrontent la douleur dans une action de grâce et de pénitence. Une manière d’assouvir un engagement personnel et d’expier certaines actions.

Au temple des Casernes à Saint-Pierre, 44 marcheurs ont traversé le brasier devant de nombreux fidèles, curieux et touristes, venus assister à la cérémonie. Malgré la pluie, 70 malbars ont affronté le feu à la Saline-les-bains. 2000 fidèles étaient attendus.

« Après une crise sanitaire qui nous a empêchés de marcher l’année dernière, après cinq mois d’interruption de cérémonies pour cause de rénovation, c’est une bénédiction pour nous de pouvoir reprendre l’ensemble des cérémonies. La population attendait ça avec impatience, elle en avait besoin« , se réjouit Vianney Sattama, président du temple hindou Pandialé de Saint-André.

Une tradition qui se perpétue 

La date n’est pas liée au hasard. Elle correspond aux jours non-travaillés par les engagés indiens à la fin du 19ème siècle. Ils étaient alors libérés quelques jours pour célébrer le Pongol, la fête des récoltes, les sacrifices ou les marches sur le feu. Le début du carême, mi-décembre, correspond à la fin des campagnes sucrières.

Après les marches sur le feu, les fidèles sont procédé aux sacrifices d’animaux et aux offrandes, comme le veut la tradition.

D’autres événements ont eu lieu sur l’île comme la danse du Jako dans les rues de Saint-Benoît.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Un éléphant de mer du Sud sur la plage de l’Etang Saint-Paul

Article suivant

VIDEO DU JOUR : les mammifères aiment les eaux réunionnaises

Free Dom