Développement du commerce en centre-ville : Ibrahim Patel charge les maires

dans CCIR/Collectivités

Le président de la Chambre de commerce et d’industrie de La Réunion a tenu une conférence de presse, ce matin, pour présenter les Assises du commerce de l’Outre-mer, qui se dérouleront les 15, 16 et 17 octobre prochains dans les locaux de la CCIR, rue de Paris, à Saint-Denis, de 9 heures à 17 heures. Objectif : réfléchir et proposer afin de « freiner la disparition programmée du commerce de proximité » tout en redynamisant les centres-villes. Ibrahim Patel était entouré de plusieurs élus de la Chambre : Patricia Paoli Perarnaud (vice présidente chargée de la formation), d’Alain Akbaraly, de Marie-Nadine Angélie et d’Hutson Andy (2e vice-président). Présents également, des administratifs de la CCIR, notamment Azize Amode, directeur du Pôle économique.

De gauche à droite : Patricia Paoli Perarnaud, Alain Akbaraly, Marie-Nadine Angélie, Ibrahim Patel, Hutson Andy

Globalement, les 14 000 commerces et services à La Réunion représentent environ 10 000 emplois. Mais de plus en plus, ces commerces sont menacés en raison de plusieurs facteurs. « Ce secteur connaît depuis quelques années déjà de profondes mutations. Le consommateur de 2018 a totalement changé de comportement et de mode de vie, à la même vitesse qu’évolue la société », a indiqué en préambule Ibrahim Patel.

Aussi, pour tenter de répondre aux attentes de leurs clients, « les commerçants doivent tout ou presque remettre en question face justement à l’évolution grandissante du mode consommation et surtout face à l’e-commerce ». Comment s’adapter face à ces nouveaux enjeux ? Quelles stratégies ? Quels outils acquérir ? Dans quel cadre législatif ? C’est pour répondre à toutes ces interrogations que la CCIR organise donc les Assises du commerce de l’Outre-mer les 15, 16 et 17 octobre « car il importe que régulièrement des réflexions globales intégrant l’ensemble des problématiques liées à la profession soient conduites en association un maximum d’acteurs et d’experts ou chercheurs », a insisté Ibrahim Patel.

Les administratifs de la CCIR

Ces Assises auront pour objectifs principaux : organiser une opération de concertation de réflexion et d’échanges avec les acteurs et partenaires de l’environnement global du commerce ; Mettre en place un forum composé d’ateliers, de tables rondes, de témoignages, de présentation d’études ou de rapports sur tous les aspects du commerce ; Disposer de retour d’expériences des autres territoires et inventer des pratiques innovantes et des outils à mettre en œuvre. La synthèse de ces Assises sera ensuite adressée au président de la République, aux ministres et à tous les élus.

Au-delà du changement de comportement des consommateurs, Ibrahim Patel a aussi pointé la baisse des crédits jusqu’ici accordés au commerce, notamment le FISAC qui, en 2 ans, est passé de 50 millions d’euros à 19 M€ en France.

“La synthèse des Assises sera transmise au président de la République”

 Selon le président de la CCIR, « la redynamisation du commerce en centre-ville passe obligatoirement par une évolution de l’esprit de nos élus, de nos maires. Il faudrait bien qu’ils arrivent à comprendre un jour que le commerce ne pourra jamais se développer en centre-ville s’il n’y a pas, parallèlement, développement des politiques publiques : plus de places de parking, un service de transport urbain digne de ce nom, bref une véritable politique d’aménagement commerciale en faveur des centres-villes ».

Et Ibrahim Patel d’ajouter, toujours sur un ton vigoureux : « développer la périphérie c’est bien, mais cela ne devrait pas se faire au détriment du centre-ville. On ne peut déshabiller Pierre pour habiller Paul. Quand 1 euro est investi pour la périphérie, il faut aussi investir 1 euro pour le centre-ville ». Et le problème des horaires de fermeture des magasins du centre-ville ne s’explique-t-il pas aussi par des raisons culturelles pour ne pas dire cultuelles ? « Pas du tout ! », répond Ibrahim Patel. Avant de poursuivre : « les commerçants sont prêts à ouvrir leur magasin au-delà de 18 heures mais à condition que les politiques mises en place par les collectivités puissent générer du flux en centre-ville »

Ibrahim Patel charge les maires non pas pour son plaisir mais en s’appuyant sur les résultats d’un sondage selon lesquels « 95% des Français estiment que la modernisation des centres-villes constitue un objectif important et prioritaire pour les maires ». Selon le président Patel, il faut tout faire pour « ré-enchanter les centres-villes », pour « donner envie à ceux qui y vivent et y travaillent de rester » et pour « donner envie à ceux qui en sont partis d’y revenir ».

Pour ces Assises du commerce et de l’Outre-mer, la CCIR invitera : Patrick Vignal, député de l’Hérault et président de l’Association Centre-Ville en Mouvement, qui mène un combat pour que les cœurs de ville soient labélisés « grande cause nationale » ; Monique Rubin, présidente de la Fédération des marchés de France, Elle a fait de 2018 une année de revendications pour le Syndicat national des marchés de France avec la prolifération des vide-greniers ou encore la disparition des marchés de centre-ville ; Nadine Hadifou, présidente de l’Association des CCI d’Outre-mer.

Azize Amode (chemise blanche), directeur du Pôle économique à la CCIR

Après Ibrahim Patel, c’est Azie Amode, directeur du Pôle économique à la CCIR, qui a pris la parole pour expliquer les thématiques dont il sera question dans les six ateliers organisés durant les Assises : « les défis de l’urbanisme et de l’aménagement commercial pour les territoires insulaires » (atelier 1) ; « Gestion du centre-ville et professionnalisation des unions commerciales » (atelier 2) ; « Embellissement des commerces et transition énergétique » (atelier 3) ; « Outils de financements de votre entreprise » (atelier 4) ; « Les enjeux du digital pour le commerce » (atelier 5) et « Commerce et tendance de consommation engagée et durable » (atelier 6).

La CCIR invite les commerçants de La Réunion à venir nombreux s’inscrire afin d’assister aux travaux de ces ateliers et de pouvoir également apporter leurs idées pour « faire bouger les choses. C’’est le moment ou jamais ! », prévient le président Patel.

 

 

3
Poster un Commentaire

avatar
3 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
3 Comment authors
lolNaze Didiercasimcc Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
casimcc
Invité
casimcc

Ben oui…c’est un triste constat…je suis originaire de Béziers, une ville du Sud de la France, ben idem…après la construction d’un grand polygone et de 3 grandes surfaces, le centre ville est déserté….plus rapide, facilité de se garer, prix plus bas….les habitudes de consommation changent…moi je fait mes courses chez le petit primeur du quartier, à la boulangerie et au petit super marché à Terre Sainte…c’est beaucoup plus sympa et convivial…mais j’ai le temps, suis à la retraite…

Naze Didier
Invité
Naze Didier

Le Patel…l homme a éliminer. ….COMME LES FRERES ROBERT !!..Le Patel a des ambitions politiques. …et il n a pas les fesses propres…Ibrahim ou connais qu’ avant de grimper au cocotier….il faut avoir les fesses propres Patel ….mais …..ON….se chargera de ….S OCCUPER DE VOUS…..A méditer….

lol
Invité
lol

Les commerçants du Centre Ville ferment leur magasin entre midi et deux et surtout le soir fermer à 17h30 et après M. PATEL vous chercher pourquoi les gens vont dans les Centres Commerciaux. Il faudrait vous remettre en question vous et les commerçants des Centre Ville