Dialoguer en ligne avec un agent de police, sur le site internet moncommissariat.fr

4 min de lecture
3

Pré-plainte, signalements, conseils : la police nationale vous guide au quotidien dans toutes vos démarches en ligne.
Vous avez une question ? Échangez en direct sur le tchat avec un policier.

Le droit à la sûreté est inscrit dans la Déclaration des droits de l’homme, en préambule de la constitution française. La Police nationale propose une plateforme permettant d’orienter les citoyens français. Ces derniers peuvent communiquer directement avec un agent des forces de l’ordre pour lui poser des questions.

Les utilisateurs peuvent se connecter à cette plateforme et poser des questions par l’intermédiaire d’une messagerie instantanée. Les périodes de confinement correspondent à une nette hausse des échanges journaliers, jusqu’à 10 fois plus.

En page d’accueil de la plateforme, vous trouverez deux possibilités d’accéder aux informations :

Un menu déroulant à trois entrées selon que vous êtes victime ou désireux d’effectuer un signalement ou, tout simplement, en quête d’information : des liens vous guident vers des sites susceptibles de vous apporter les réponses à vos questions ;
Une fenêtre de messagerie instantanée qui vous permet de poser votre question spécifique et vous met en relation directe avec un agent de police.

Une bulle vous précise que cette conversation se fait en mode privé et qu’elle n’est pas enregistrée. Le tchat affiche en priorité un lien vers le téléchargement des attestations de déplacement, un des motifs principaux d’appel de la part des citoyens.

Derrière l’interface, une dizaine d’agents de police spécialement formés à cet exercice, qui se relaient 7j/7 entre 8h et 20h pour répondre à vos interrogations majoritairement liées aux restrictions de circulation.

Mais ils renseignent aussi des usagers confrontés à des difficultés, qui cherchent à porter plainte, signaler des contenus illicites ou dénoncer des escroqueries.

Ce nouvel outil a pour but de limiter les appels au 17 pour ces demandes liées à des situations non urgentes et non dangereuses, qui peuvent être redirigées vers les services adéquats :

plateforme de préplainte en ligne ;
plateforme de signalement des violences sexuelles et sexistes ;
plateforme Pharos de signalement des contenus en ligne illicites ;
etc.
Des évolutions pour 2021

Depuis juin 2020, la plateforme Mon.Commissariat a enregistré 17 000 messages. Les volumes varient selon l’état anxiogène des citoyens ou la déclaration de nouvelles dispositions obligatoires qui s’appliquent aux citoyens (autorisation de sortie, justificatifs, distance autorisée…).

Fort de ce succès, et d’un notable désengorgement du 17 depuis la mise en place de l’outil, l’État a décidé de conserver et de faire évoluer la plateforme vers un service plus important.

Dès le début de l’année 2021, des effectifs supplémentaires vont être affectés à cette plateforme pour un fonctionnement 24h/24.

L’autorité rappelle que cette disponibilité élargie restera réservée aux requêtes non urgentes ne nécessitant pas une intervention immédiate des forces de police.

3 Commentaires

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Non vaccinés, un pompier du SDIS et un employé du CHU au tribunal administratif

Article suivant

Le Tampon : un sans domicile fixe évacué du Palais des Roses, son relogement en cours

Free Dom