Didier Robert : un retrait, une traversée du désert, puis un retour dans 7 ans ?

44 min de lecture
30

Pour inaugurer la NRL en 2028 ? Je plaisante ! Enfin, cela dit, en quasiment 37 ans de journalisme, dont une bonne vingtaine d’années de journalisme politique, j’ai appris une chose : ne jamais enterrer politiquement quelqu’un (ou quelqu’une) qui est toujours vivant (e) et qui a encore la santé. Ce ne sont pas Gilbert Annette, André Thien-Ah-Koon et Joseph Sinimalé, pour ne citer qu’eux, qui me contrediront. Attention aux jugements trop hâtifs ! Contentons-nous de commenter et d’observer, en n’oubliant pas que rien n’est jamais figé dans la vie, et encore moins dans une vie politique, qui n’est autre qu’une roue qui tourne constamment, avec des hauts et des bas… Concernant la NRL, je pensais naïvement, puisqu’il reste 20% du chantier à terminer, que la nouvelle majorité, au terme de la grande et nécessaire réunion qu’elle a initiée, mercredi, quatre mois après son arrivée au pouvoir, allait choisir une option, se garantir du soutien financier de l’Etat, lancer les procédures d’appel d’offre et démarrer d’ici à quelques mois, ou dans les 2-3 ans qui viennent, les travaux pour les 2 kilomètres qui restent à réaliser. Tout en livrant, en attendant, dans le courant de 2022, la bretelle pour permettre le raccordement entre le viaduc et l’actuelle route nationale à hauteur de la Grande-Chaloupe. Mais, manifestement, c’est beaucoup plus compliqué que ça.

Va falloir attendre les expertises. Donc, encore beaucoup, beaucoup d’argent à dépenser dans les études et des années à attendre avant de pouvoir emprunter totalement ces 12 kilomètres de route dont le kilomètre coûtera aux contribuables que nous sommes la bagatelle de 130 millions d’euros. C’est reparti comme en l’An 40. La faute à qui ? J’y reviendrai.

« Le Pass sanitaire n’est pas obligatoire pour assister aux meetings électoraux de la présidentielle »

On reparle politique dans un instant, de la NRL aussi bien évidemment. C’est le dossier de la semaine et sans doute aussi des années prochaines, au moins des 7 à 8 à venir. On reparlera encore de Didier Robert, l’ancien président de Région, qui se retire de la vie politique, de Thierry Robert qui revient, ou plutôt qui veut revenir, de Roselyne Bachelot, un petit tour et puis s’en va…

Mais un petit mot pour commencer sur la Covid car il n’y a pas que la route du littoral dans la vie. Rien ne passe avant la santé. Comme vous avez pu le lire ou l’entendre ces derniers jours, le virus est toujours là et les chiffres repartent à la hausse ici et un peu partout ailleurs… après l’ouverture des « vannes » de la liberté. Vous êtes surpris ? Moi pas. Fallait s’y attendre ! Mais ce n’est pas tant cela qui m’a interpellé. Suis tombé sur le c… en lisant tout récemment un article sourcé AFP, paru dans la presse nationale, faisant état d’un courrier, daté du 28 septembre et signé de Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur. Courrier adressé aux présidents des principaux partis politiques et des présidents des groupes au Parlement dans lequel il est écrit que « le Pass sanitaire n’est pas obligatoire pour assister aux meetings et réunions politiques ». Ben voyons ! Gérald Darmanin précise : « la participation de tous les citoyens à la vie politique de la Nation est l’un des principes fondateurs de notre République ».

La connerie humaine, manifestement. Franchement, on marche sur la tête dans ce pays où la technocratie règne en maître. D’un côté, on vous interdit l’entrée des parcs de loisirs, des magasins, des hôpitaux parfois, d’aller manger dans un resto, voire presque d’aller pisser si vous n’avez pas votre Pass. De l’autre côté, les mêmes qui vous obligent à avoir un Pass pour vivre librement, vous autorisent cette fois de pouvoir assister à des meetings politiques sans Pass dans le cadre de la campagne électorale pour la présidentielle. Cherchez l’erreur !

Dans le même temps, à l’Assemblée nationale, les députés de la majorité donnent son feu vert au projet de loi « vigilance sanitaire » avec possibilité de recourir au Pass sanitaire jusqu’au 31 juillet 2022. En vous rappelant que si vous avez la poisse de vous faire choper avec un faux Pass, vous risquez jusqu’à 5 ans de prison, soit beaucoup, beaucoup plus que si vous battez votre femme, si vous agressez sexuellement quelqu’un ou si vous fraudez aux fisc. C’est le monde à l’envers !

Mon petit doigt me dit que Didier Robert sera de nouveau sur la ligne de départ aux régionales de 2028

Venons-en à la NRL (Nouvelle Route du Littoral). Mais je vais commencer, si vous me le permettez, par celui qui a lancé le chantier en 2014. Je veux parler de Didier Robert, lequel dans une interview accordée à freedom.fr et à « Zinfos 974 » a annoncé, mardi après-midi, sa décision de se retirer de la vie politique. Comme par hasard à la veille de la session plénière extraordinaire de la Région exclusivement consacrée à la NRL. Mais vous le savez autant que moi, il n’y a pas de hasard dans la vie. S’il a choisi cette date, ce n’est pas pour rien. A partir de là, les commentaires sont allés bon train. Il a été question de « fuite », de « manque de courage d’affronter la vérité », de « se débiner pour ne pas rendre des comptes » sur ce chantier qui dure depuis 10 ans et qui, aujourd’hui, est en panne dans sa dernière phase. Il y a sans doute du vrai.

Huguette Bello a vu dans cette décision « une manœuvre politico-judiciaire pour obtenir la clémence des juges » par rapport à ses affaires judiciaires dont celle de la SPL Musées Régionaux qui passera en cour d’Appel le 10 février prochain. Elle a peut-être raison. D’autres avant Didier Robert ont emprunté le même chemin. Je pense par exemple à Nicolas Sarkozy en métropole ou encore à Joseph Sinimalé à la Réunion, pour ne citer qu’eux. Faut croire que la tactique n’a pas marché, quand on regarde la sentence qui a été prononcée à leur encontre : de la prison ferme et de l’inéligibilité, sans compter de grosses amendes. Les juges ne sont pas dupes. Mais laissons la justice faire son travail ! En attendant, en tant que journaliste, sans juger, j’ai tout simplement acté le fait qu’il a décidé de se retirer de la vie politique, pour se consacrer à ses nouvelles activités professionnelles (vraisemblablement la création d’une société de consulting). Qui seront ses clients ? Il donnera aussi dans l’humanitaire. Bénévolement. C’est lui qui le dit.

Didier Robert ici en compagnie du Père Pedro à qui la Région avait donné beaucoup d’argent pour aider à la scolarisation des enfants à Madagascar.

Didier Robert devra prochainement démissionner de ses mandats de conseiller régional. Pour la séance d’avant-hier à la Région, il avait donné sa procuration au socialiste-Macroniste « d’Objectif’ Réunion» Michel Vergoz. Didier Robert ne devrait pas tarder non plus à démissionner de ses mandats de conseiller municipal de l’opposition dionysienne et de la Cinor. Il devrait passer la main bientôt au sein d’Objectif Réunion. D’autres élus régionaux de droite devraient également démissionner. Des maires comme Johnny Payet (Plaine-des-Palmistes) et Daniel Pausé (Trois-Bassins) vont monter… Didier Robert se prépare psychologiquement à sa traversée du désert, ainsi qu’à ses procès (Appel, peut-être la Cassation, si besoin). Il devrait utiliser toutes les voies de recours pour « se défendre » quitte à rater quelques rendez-vous politiques à venir (législatives, il l’a déjà dit ; Les municipales à Saint-Denis, c’est également plus que probable).

Mais mon petit doigt me dit que, si Dieu lui prête vie, il continuera à faire de la politique sans mandats et qu’il devrait être sur la ligne de départ des élections régionales de 2028. Il n’aura que 64 ans. J’en prendrai presque le pari. Raison pour laquelle, à la lumière de l’expérience passée, je ne m’attarde pas sur les commentaires et je n’enterre politiquement personne de son vivant quand ont connait la versatilité de l’électorat, du moins du peu d’électeurs et d’électrices qui votent encore. En sachant qu’il ne faut plus comparer le vote d’aujourd’hui avec celui d’hier ; Qu’il n’existe plus de vote idéologique ; Des votes par conviction politique. Ce fut un temps, il y avait des militants qui étaient prêts à mourir pour Vergès ou Debré. Ça me fait penser à Jean-Bernard Caroupaye : « moi je mort pour les entrepreneurs ». Lol !

Aujourd’hui, vous disais-je, le vote se fait surtout en fonction de l’humeur du moment, du jour, d’une promesse tenue ou non tenue. C’est avant tout un vote soit de reconnaissance, de remerciement pour service rendu, de résilience ou alors, carrément, de vengeance, de sanction. Et la roue politique tourne ainsi… A suivre. Rendez-vous en 2028 !

En tout cas, ne nous méprenons pas. Je ne suis pas en train de me faire l’avocat du diable. Je dis tout simplement qu’il ne faut pas juger. Ceux qui aujourd’hui voient dans la décision de Didier Robert de se mettre en retrait de la vie politique « un acte de lâcheté » sont ceux-là même qui, jadis, glorifiaient la cavale de Pierre Vergès (pris dans l’affaire de l’endiguement de la Rivière-des-Galets) en laquelle ils voyaient un acte héroïque de rébellion contre la « zistis macro »…

NRL : une route en mer, un chantier dans la mer…

J’en arrive maintenant à la NRL. Personnellement, si j’avais été à la place de Didier Robert, je serai venu défendre mon projet, mon bilan, fusse-t-il discutable. Mais pour autant, je respecte son choix ; Ça lui appartient. Ce n’est pas parce qu’il ne m’a pas donné des millions d’euros de subventions (d’argent des contribuables) du temps où il était aux commandes de la pyramide inversée que je vais – aujourd’hui qu’il a tout perdu – me défouler sur lui, l’achever parce qu’il est à terre. Je laisse ça aux autres, à d’autres plumitifs de la place, avides de pognon public, qui excellent dans cet exercice. Ce n’est pas mon genre de me gaver avec l’argent des autres, puis de tirer, ensuite, sur l’ambulance. Bref, je referme la parenthèse !

La NRL ! De la même façon que j’ai salué en 2014 le lancement de ce chantier, je salue l’initiative de l’organisation de cette « réunion transparence » d’avant-hier à la Région. Huguette Bello l’avait dit au lendemain de sa victoire en juin dernier, elle l’a fait. Dans un premier temps, cette session extraordinaire avait été annoncée pour le mois d’août ; Elle a finalement eu lieu en octobre. Normal, le temps de prendre ses marques et de bien la préparer surtout pour ne plus commettre les mêmes erreurs que l’ancienne équipe. Tout devait être nickel, tant sur la forme que sur le fond. On l’a constaté d’ailleurs, mercredi, lors des prises de parole des conseillers de la majorité. Wilfrid Bertile, Christian Annette, Karine Nabenesa, le député-Jean-Hugues Ratenon, Patrick Lebreton, Patrice Boulevard. Les rôles avaient savamment répartis. Chacun, dans son registre, a été percutant de par la force des mots, des arguments employés, la véracité des chiffres avancés.

Ils ont rappelé à juste titre que cette NRL inachevée, 10 ans après le lancement des travaux qui ont fait naître tant d’espoir, a fait de La Réunion « la risée du monde ». Bertile a rappelé la petite phrase cinglante de l’actuel ministre de l’Economie, Bruno Lemaire : « je crois qu’il n’y a rien de plus stupide que les routes qui ne mènent nulle part ». Bertile a rappelé que cette route qui n’est pas terminée est considérée comme «l’une des plus chères du monde : 133 millions d’euros le kilomètre ».

Patrick Lebreton répondant à Michel Vergoz (représentant de Didier Robert par procuration) veut bien aller « au fond » du dossier mais le 1er vice-président a surtout fait comprendre qu’il va devoir « aller aux fonds » aussi, histoire de faire comprendre que face à ce « gouffre financier » que représente la NRL et « qui va plomber une très grande partie de la politique à venir de la collectivité régionale », il lui faudra, coûte que coûte, aller trouver des « fonds » justement pour terminer ce projet de route en mer dont le chantier se trouve , pour l’instant, plutôt dans la mer…

Une route qui ne «va pas être payée par Didier Robert », dira-t-il toujours en réponse à Jean-Jacques Morel, qui avait précisé que « Didier Robert avait fait sauter le péage » initialement prévu par feu Paul Vergès. En réponse aussi à Michel Vergoz qui avait soutenu haut et fort que « le coût et l’option importaient peu aux Réunionnais qui veulent avant tout savoir quand i râle ça ». Autrement dit, quand est-ce qu’on va rouler sur la NRL… Ratenon, Bertile et Annette ont par ailleurs relevé que l’attribution des marchés de la NRL a fait l’objet d’enquêtes judiciaires de la part du PNF, parquet national financier de Paris (pas moins de 11 perquisitions à la pyramide et au domicile de l’ancien président), que « cette route la plus chère du monde mais non achevée se fait à la Réunion dans l’un des départements le plus pauvre du monde ».

Ils ont également mis en avant que cette route ou « chantier ruineux » est « l’enfant de l’Etat », voulu au début des années 2000 par le ministre des Transports Dominique Perben. Autrement dit, que l’Etat devra prendre sa part de responsabilité dans le financement de la partie restant à concrétiser. Christian Annette a surtout insisté sur « l’amateurisme » du maître d’œuvre (Egis) et celui du Maître d’ouvrage (La Région de Didier Robert et de Dominique Fournel anciennement délégué aux Grands Travaux) dans la gestion de chantier pharaonique, plus précisément dans les négociations avec les multinationales, lesquelles ont tourné en bourrique le Maître d’ouvrage. A écouter tout ce qui a été dit avant-hier, l’on peut en effet s’interroger sur le silence (complice ?) du maître d’œuvre et du maître d’ouvrage quant à l’attitude des multinationales qui ont un tant soit peu utilisé « notre île comme une pompe à fric ». Un peu comme si la Réunion était vraiment considérée comme un comptoir de la compagnie des Indes.

Bien sûr qu’il faut faire toute la lumière sur ce chantier, qu’il faut établir les responsabilités des uns et des autres dans ce « gâchis », y compris peut-être, outre la responsabilité politique, celle également administrative, des fonctionnaires de la Région, du service juridique, du service des « Grands Travaux » qui ont eu à gérer ce dossier. Il y a eu manifestement des légèretés qui font que la facture à payer s’annonce lourde. Je veux parler des contentieux de l’ordre de 900 millions d’euros. Les 90 recours déposés contre la NRL, recours émanant des associations mais également du groupement, ont-ils été gérés comme il se doit par les services habilités de la Région ? Pourquoi les élus délégués, y compris le président, ne se sont-ils pas bougés plus que ça pour tirer la sonnette d’alarme sur le précipice financier vers lequel a été conduite la collectivité via la gestion chaotique de ce chantier ? A ma connaissance, certains fonctionnaires qui officiaient au service juridique de la Région ont, depuis, plié bagage en direction des mairies et ils ont même pris du galon. Pendant ce temps, qui va payer la facture ?

Les attaques se sont focalisées, mercredi, sur Didier Robert. C’est de bonne guerre politique. Mais il faut savoir que ce projet de NRL remonte à l’époque de feu Vergès qui n’a pas pu le concrétiser car, en dépit des crédits votés dans le cadre des accords de Matignon 1, il avait priorisé le tram-train, comme l’a rappelé Michel Vergoz. A qui la faute du retard de la route du Littoral ? A Vergès (sans déranger son âme) qui n’avait rien prévu dans le schéma des carrières de 2010 ? Aux multinationales qui ont été incapables de faire ouvrir des carrières et d’aller chercher des roches massives comme il était prévu dans leur contrat ? A la Région de Didier Robert qui a mis la charrue avant les bœufs en lançant les travaux en 2014, juste avant les régionales de 2015, dans un but électoraliste sans même se soucier au préalable de l’existence ou non des matériaux nécessaires ? Wilfrid Bertile a parlé « d’une mesquine décision politique » ? A l’Etat ? Aux associations de défense de l’environnement ? A Thierry Robert, puis à Bruno Domen, les maires respectifs de Saint-Leu ? Aux transporteurs « amis de Didier Robert » qui ont fait pression pour obtenir une partie en digue et obtenir des marchés ? Aux fonctionnaires de la Région qui n’ont pas fait leur job ? Bref, aux auteurs des plus de 90 recours déposés contre ce chantier ?

L’objectif de la session « spéciale NRL » voulue par l’actuelle majorité était de faire toute la lumière sur ce chantier en panne. Certaines vérités ont été dites. Pour parler clairement, le but était de montrer à l’opinion publique que si la Région se retrouvait aujourd’hui dans une telle situation concernant ce dossier, c’était à cause d’une gestion politique calamiteuse de l’ancienne majorité. C’est fait ! Le but, c’était aussi de répertorier un certain nombre d’options possibles pour la finir. C’est fait ! Le but c’était enfin faire comprendre à l’Etat qu’il faudra impérativement mettre financièrement la main à la poche – pourquoi pas dans le cadre d’un « Matignon 3 » – pour terminer cette route. C’est fait !

Catherine Payet, la patronne de l’agence « Stratégies et Territoires » (une gentille dame, très compétente) que le service Com’ de la Région et les élus vont souvent croiser. C’est l’ancienne chef de cabinet de feu Paul Vergès à la Région. C’est elle qui a obtenu le marché com’ pour préparer la session plénière « spéciale NRL ». Elle sera à n’en pas douter souvent appelée pour travailler avec le cabinet en matière de stratégie en communication de la nouvelle majorité régionale. Didier Robert, lui, avait fait venir durant sa mandature, ses anciens camarades de l’EMPR (Ecole militaire).

Et maintenant, concrètement, on fait quoi ? Prochaine étape : procéder au raccordement Viaduc/RN Grande-Chaloupe fin 2022 et se mettre au boulot pour aller négocier l’aide financière de l’Etat en profitant de la campagne électorale de la présidentielle et renégocier avec les multinationales à propos des contentieux en attendant des expertises sur les solutions qui ont été publiquement exposées. Outre ses autres domaines de compétence, la nouvelle majorité a 7 ans pour agir et pour montrer aux Réunionnais, d’ici aux prochaines élections régionales, que « Bello l’a fait ». Et quand bien même, elle réussirait à terminer cette route avant la fin de la mandature, cela ne règlera pas pour autant la problématique du coma circulatoire dans l’île car, vous l’aurez compris, sans minorer le problème de sécurité qu’elle pose, la Nouvelle Route du Littoral n’est pas l’Alpha et l’Omega du problème de déplacement à La Réunion. On en reparlera à coups (coûts ?) sûrs dans les 7 années qui viennent.

Majorité régionale et législatives 2022 : « avec Selly, c’est Patrice ! »

Ou encore « Selly la division ». Les plaisanteries vont bon train mais en réalité les élus de la majorité régionale, notamment le député sortant Jean-Hugues Ratenon dans la 5ème circonscription, commencent à rire jaune. Je vous le disais dans l’édito de vendredi dernier, les réunions dites « des forces progressistes » ont repris à Saint-André. Rappelez-vous, elles avaient été initiées par Ratenon lui-même avant les régionales pour pousser Huguette Bello quand, dans le même temps, Gilbert Annette faisait tout pour placer Ericka Bareigts. Au final, les réunions n’ont pu mettre d’accord les deux camps de gauche avant le premier tour puisque Bello et Bareigts ont chacune conduit sa liste, avant de se retrouver au second tour. Visiblement, on ne change pas une équipe qui perd (en ne réussissant pas l’union au premier tour), et qui gagne (en faisant l’alliance au second tour) !

Les réunions ont ainsi repris depuis une semaine, mais cette fois, dans la perspective des législatives de 2022. Celle de lundi dernier à Saint-André relève presque du comique. Parmi les absents : Huguette Bello, Emmanuel Séraphin (PLR), Joé Bédier (UDSA), Gilbert Annette, Ericka Bareigts, Philippe Naillet (PS). C’est Salim-Nana Ibrahim (élu à Saint-Paul) qui a représenté le PS. Présents également autour de la table : le Progrès avec Harry Claude Morel (président), Patrick Lebreton (1er vice-président de Région et maire de Saint-Joseph) et son collaborateur Désiré Bagrette ; Banian avec Patrice Boulevart (le conseiller régional), le maire de Saint-Benoit Patrice Selly et son directeur de cabinet Jérémy Sheekmeira ; le PCR avec Maurice Gironcel (maire de Sainte-Suzanne et président de la Cinor) et son dir-cab Gilles Leperlier ; Présents également Claude Hoarau (Action Populaire de la Réunion) et Hervé Lauret, Jean-Hugues Ratenon, le député de la 5ème circonscription et Amandine Ramaye (vice-présidente de la Région et responsable de Rézistans 974).

Au menu de la discussion : les législatives. Ratenon lance la réunion, excuse les absents et introduit le sujet. Claude Hoarau dont le fils Fabrice est conseiller régional de la majorité se lance dans une grande explication stratégique dont la conclusion, en substances, est la suivante : « nous pouvons gagner au moins 6 des 7 circonscriptions de si nous sommes unis ». Il faut savoir que le mot d’ordre de la majorité régionale pour cette élection est on ne peut plus clair : « la prime au sortant » et si possible candidature unique.

Mais il y a un os. Patrice Selly ne partage pas l’optimisme de Claude Hoarau et ne s’aligne pas non plus sur la ligne établie par la majorité régionale. Il explique que Banian (Bâtir Notre Ile Ansamb ), son parti politique, a besoin de compter ses voix et que le mouvement – qui a implanté une nouvelle section à Sainte-Rose mercredi – sera de la compétition, y compris face au sortant, c’est-à-dire Ratenon. A Sainte-Rose vous disais-je Banian s’implante en essayant de faire exploser l’actuelle section PS à grand renfort paraît-il de PEC de la Cirest. La conseillère départementale socialiste, Amandine Hoareau, binôme de Bruno Robert (adjoint de Selly), est déjà passée dans l’autre camp, celui de Selly.

Rappelons que Banian fait à la fois partie de la majorité régionale de gauche (PLR/Progrès/PS/PCR) que de la majorité départementale de droite. « J’allais t’appeler mon cher camarade mais tu n’es pas un homme de gauche » lance alors Claude Hoarau à Patrice Selly lors de la réunion de lundi dernier à Saint-André. « Je suis de gauche mais mon parti n’est pas de gauche », réplique Selly qui, avec ses deux bonhommes, plient aussitôt bagage. Claude Hoarau laisse alors entendre qu’il ne viendra plus jamais discuter face à « cet homme ».

Ce qu’il faut retenir, c’est que l’union de la gauche ou des forces progressistes autour de Ratenon, comme l’aurait voulu Huguette Bello, porte-drapeau de la majorité régionale, est mal barrée. Banian organisera sa primaire d’ici à novembre prochain pour désigner son candidat dans la 5ème. Ce qui a fait dire lundi soir à certains élus présents que « Selly, l’avocat, est sans foi ni loi ». Ou encore « avec Selly, c’est Patrice » et « Selly la division ». Mais le président de Banian n’en a que faire de toutes ces moqueries. Il est dit par ailleurs que toujours dans la 5ème circonscription, celle de Ratenon, le PS pourrait pousser l’ancien maire de Sainte-Rose Bruno Mamindy-Pajany. Info ou intox ?

« Bèsement » à prévoir également, comme je l’écrivais la semaine dernière, dans la 6ème circonscription entre le PS (qui pourrait soutenir soit Monique Orphé, soit Eric Leung) et Karine Nabenesa, vice-présidente de la Région.

On reste dans la thématique de l’union ou de la désunion, pour vous annoncer la création d’un nouveau groupe au sein de l’opposition régionale. Il s’appelle « Le Cap » comme « Gardons le cap », slogan de Michel Fontaine aux municipales de 2020 et de ses candidats aux départementales et régionales de 2021. « Le Cap » à la Région est composée des deux élues de la majorité municipale saint-pierroise, à savoir Sandrine Aho Nienne et Denise Hoarau. La prise de parole bien que très courte de Sandrine Aho Nienne (moins de 2 minutes) dans le grand débat d’avant-hier sur la NRL en dit long sur le positionnement dudit groupe : « Exit toutes polémiques politiciennes, tous clivages, travaillons, Mme la présidente, dans l’intérêt général, dans l’intérêt des Réunionnais ». Message sudiste bien reçu du côté d’Huguette Bello qui a compris qu’elle n’aura pas de soucis avec les élus de Michel Fontaine et d’André Thien-Ah-Koon pour bien mener sa barque jusqu’en 2028.

J’ai commencé avec un Robert, je terminerai avec un autre Robert. Un Robert (Didier) qui s’en va (temporairement ?), un Robert (Thierry) qui revient. Ben oui, comme dirait la chanson : ça s’en va et ça revient… C’est la politique. Thierry Robert, qui était mon invité mardi dernier dans « Ça Koz Politique » sur Antenne Réunion et qui vous a annoncé la création de son nouveau parti politique « Le P.A.C.T. ». A ne pas confondre avec « Pact Réunion » qui s’occupe de la réhabilitation de l’habitat.

Son P.A.C.T. à lui veut dire « le Peuple Aux Commandes du Territoire ». A l’entendre causer, on comprend vite fait qu’il a pris ses distances avec Macron, qui l’avait lâché en 2018 lorsqu’il a été éjecté de l’Assemblée nationale par le Conseil Constitutionnel, qu’il demeure plus que jamais centriste, qu’il se prépare sans doute pour les législatives de 2022 si le peuple veut de nouveau de lui aux commandes de la 7ème circonscription et qu’il se prépare surtout pour les municipales de 2026 à Saint-Leu où l’envie de croiser le fer avec son ex ami Bruno Domen le démange comme pas possible. Il y pense tellement fort que cela s’entend à dix mètres de distance. Mais le « Thiery Robert nouveau » assure qu’il ne confondra plus vitesse et précipitation, qu’il attendra son heure non plus en criant sur tout ce qui bouge, mais en souriant à volonté, et qu’il ne dira plus en se dressant sur ses ergots « ti coq, mi viens pou ou là ! ».

Encore un petit mot de politique avant de vous quitter plus précisément sur la visite presque surprise de Mme Roselyne Bachelot, la ministre de la Culture qui, le temps d’un week-end bien ensoleillé, a déboulé chez nous pour« crase » un maloya avec la socialiste Ericka Bareigts, pour déjeuner avec quelques élus, pour manger des samoussas sans « gomme » son rouge à lèvres, et pour bat ‘ un caré dans 2-3 établissements dont le Conservatoire à Rayonnement Régional (voir article ci-contre sur notre site). Sans doute en a-t-elle profité pour rendre visite à son frère pharmacien installé dans l’île depuis quelques années déjà et aux amis de ce dernier qui auraient bien besoin d’un coup de pouce de la ministre de la Culture par les temps qui courent. Moi j’ai surtout retenu du passage de l’ancienne jupette de Chirac, aujourd’hui Macroniste du gouvernement Castex, ses tailleurs/pantalon dont certains en cuir, de couleurs violet, noir, et gros blanc qui tape à l’œil). C’est bientôt la Toussaint ! Il ne manquait plus que du orange… pour faire Halloween !

Y.M.

([email protected])

Yves Mont-Rouge

[email protected]
Téléphone : 0692 85 39 64

30 Commentaires

  1. Robert est un homme fini qu’on le veuille ou pas! La malédiction qu’il porte le suivra pendant longtemps car lu la place son famille, pour mettre 600 agents dehors.
    Mi prie pou lu matin midi soir pour que sa fin soit terrible! Sek lu la fé à Nou bon dié va rend à lu

    • Ha ha ha ha ,excellent ! Moin ,mi prie pour que la justice remonte à comment il a fait l acquisition de toutes ces villas aux Seychelles et hôtel à Madagascar…

    • Ou voit la paille dans yeux ou camarade mais ou voit,pas le tiens abruti, la réunion, ne pourra pas avancer trop,critiques, maloki ils ont mis melenchon à la région mais les réunionnais auront Pas d’autres choix que de voter MACRON, pour les présidentielles,si ils veulent cette terminé cette NRL parceque avec LFI zot lé mort enterré dernier dans,les sondages.

  2. Je n’imaginais pas la catastrophe de l’incompétence de l’ancienne majorité régionale aussi grande. Je suis tombé de ma chaise hier en le demandant comment on pouvait encore soutenir même par la pensée Didier et ses sbires.

  3. ki sa ça porte un pti bracelet dans son patt hihi…un jour ou l’autre va arriver…trop gourmand son gro gueul macatia…il devrait être exemplaire puisqu’il a fait une école militaire…hinhin lu la suivre son mentor sarko a lu aussi lu ça trapé et porté son pti bracelet…

  4. zordi un bougre franc maçon, voyages bat karé , fréquente rien ke Do moune par zot nom, un bougre coma i sa va côté père Pedro ou associations démunis aid ‘ lo pauvre ek clochard. té gars, tu planes grave, tu cherches un moyen pour te faire remarqué mais sauf que la justice i sa rattrap a ou avant. dis réunionnais combien out femme ek ou, out bene collaborateur proche , SOFER , nena l’hôtel partout, la case, l’appartement, location bonpé . si ou vé nou fé peter nou vien , nou néna de koi fé tremble et révolte lo pep réunionnais

  5. Un nouveau loup dans la 5éme circonscription :
    Le nouveau Maire de St-Benoit bien connu pour changer de camps et d’amis s’il le faut pour assoir sa soif de pouvoir. Après avoir trahi son mentor Jean-Claude FRUTEAU, dont il convoitait la place de Maire et évincé une éventuelle victoire du PS à St benoit, au risque de faire basculer la commune dans le giron de la Droite.
    Après une avoir eu le soutien des Sieurs Michel VERGOZ , Johnny PAYET etc, pour obtenir la Présidence de la CIREST, il les trahies lors des départemental, d’ailleurs par un jeu de dupe, il fait créé une section socialiste à St- Rose, par le biais d’Amandine HOAREAU, binôme de Bruno robert (adjoint du maire de St-Benoit) qui de ce fait apprends vite ses leçons en trahissant les électeurs socialistes St-Rosiens en rejoignant la section BANIAN de St-Rose.
    Il trahi Olivier HOARAEU pour les régionale, vas au PS après avoir trahi FRUTEAU.
    Il trahi RATENON qui à permis à ces candidats aux cantonales d’être élus.
    IL trahira les VIRAPOULÉ qui poussent BANIAN au législative, comme les autres
    Un nouveau assoiffé sur l’échiquier politique, on est mal barré à St-Benoit, dans la 5ème et à la Réunion

  6. SELLY ARRIVISTE EN POLITIQUE PASSÉ MAITRE EN TRAHISON…JE SUIS DE GAUCHE MAIS MON PARTI N EST PAS DE GAUCHE…(ON DIRAIT MACRON).AVEC SON BANIAN IL BENEFICIE DE L APPUIE DE TOUT LE MONDE QU IL TRAHI ENSUITE..IL VEUT FAIRE LA PEAU A VERGOZ,A HOAREAU ET RATENON SANS QUI SES POULAINS N AURAIENT PAS ÉTÉ ÉLUS AUX DÉPARTEMENTALES…UN VRAI CHEVAL FOU QUI PIÉTINE TOUT CE QUI BOUGE ..PÈRE MÈRE ET ENFANTS POURVU QUE CA BRILLE…UN REQUIN DAN’ BORD MER ST BENOÎT..

  7. Selly n’est ni de droite ni de gauche il n’a pas de parole RATENON à soutenu le candidat de selly au deuxième tours des cantonales
    Selly est veut le pouvoir partout saint benoit il a trahis fruteau
    Au régionale il devait partir avec Olivier hoareau mais sentant le vent tourné il est partis avec bareigt
    A la cirest il s’est associé avec vergoz pour avoir la présidence contre virapoule
    Ni de droite ni de gauche selly veut le pouvoir partout

  8. Je trouve que Montrouge a une analyse intéressante concernant la sortie de Didier Robert et son retour possible aux prochaines régionales. Ce ne sera pas le premier ni le dernier a faire sa traversée du désert avant de revenir en force pour reconquérir les cœurs et les nostalgiques. Vues les difficultés qui s’annoncent pour la majorité actuelle, il n’aura pas de mal à s’ériger en sauveur sur son cheval blanc et effectivement à finir par inaugurer la NRL ! Juste retour des choses ! Ce serait un comble… Cela étant dit, sur la RNL, si on veut refaire l’histoire, ce n’est ni la faute de Robert si le projet n’est pas terminé ni la faite de Verges si le Tram Train ne s’est pas fait mais les écolos quoiqu’on en dise y sont pour beaucoup. Comme la RNL, il a fallut refaire la DUP pour le tracé du Tram Train qui avait été retoqué pour sa variante en viaduc et son tracé haut. 1 an de perdu, ce qui a fait décalé le planning et retardé le projet jusqu’à passer à la trappe avec les élections régionales. Pareil pour la RNL et quelque soit l’exécutif en place, les problèmes auraient été les mêmes. Il est facile aujourd’hui d’accuser les uns ou les autres. Pendant ce temps là ce sont les majors qui se gavent et sèment la zizanie entre les reunionnais…

  9. Didier Robert n’a t il pas créé une fondation pour justifier le détournement de fond de la Spl rmr ? Il a du oublié … trop occupé par ses projets caritatifs . Que deviennent ses anciens élus ou élues ? Ils elles réfléchissent également ?

  10. mi entend partout SOFÈR Didier robert la rentrée la zeole aujourd’hui. mésié monrouge éclaire à nou Ti peuple d’en bas par un article siouplait – koi la arrive SOFÈR tampon? i dort la zeole vrément?

  11. Ben comment BEDIER. La amène un directeur juridique dans la mairie pou commande a nous, ben ça alors bientôt la mairie sera en faillite et la propulation i sava payé la

    • I sorte la région ça , réunionnais i sava payé pour RNL et ben Bédier le fort pou fait ça saint André, lave point vraiment un autre personne pour chef service de la mairie fallait rode in Moune la région ben le maire la le fort

  12. Très mauvais article partiel partial plein de rancœur comme toujours contre robert. Bien vous ne pourrez plus parler de lui et vous défouler. Vous allez comme nous tous réunionnais goûter avec bello. On va pas rire.et vous dites monsieur l’éditorialiste  » la véracité de chiffres  » non mais vous rigolez. Les chiffres vous les connaissez. Nabeneza et autre maire de Saint Joseph des experts . Vraiment. A pleurer

  13. Et maintenant, il faudrait le plaindre ce président de région? non mais vraiment! il fallait qu’il mette sous terre le tram, pour montrer qu’il était l’homme de la situation et aujourd’hui faut que nous on dises Amen? qu’il se retire du monde politique c’est une chose, mais qu’il ne revienne jamais c’est ce que je lui souhaite. les yeux plus gros que le ventre.

  14. monsieur le Rédacteur en chef, éclairez nous svp sur le chauffeur écroué de Didier ROBERT et frère de Bernard PICARDO.
    que se passe t-il Monsieur le rédacteur en chef? la population réunionnaise réclame des infos juteuses de FreedomOfficiel

  15. Laisser un commentaire, ce n’est pas une obligation. Se présenter à une élection, uninominal ou bien de liste (à la proportionnelle plus ou moins pondérée), peu importe, non plus…
    Pareil pour faire ou lire un édito, peu importe le sujet et/ou l’auteur ou l’auteure!, ce n’est une séquence obligée dans la vie…, enfin je crois.
    La France est un pays qui, en principe, a abandonné la royauté, la monarchie, pour un tout autre « système »: la démocratie, le pouvoir au peuple (grâce à ce qu’on appelle la représentation : exemple parlementaire bicaméral (mais on choisit une chambre, les 2 à la fois ça ce n’est possible : heureusement, parce que ça n’aurait pas dérangé les grands cumulards et petits faiseurs…). Et, une chose importante à rappeler : en 1789, on a enlevé (semble-t-il) les privilèges : tels que les emplois publics réservés : pour être plus précis : acter à la fin de l’Ancien régime !).
    Nous avons donc des institutions nationales et locales, et aussi des représentants de la population française au sein des institutions publiques européennes (UE, sans le RU…). Ce qu’il conviendrait de rappeler également, c’est l’État français qui commande, surveille, guide, encadre, parfois sanctionne, les collectivités locales, si elles sortent des clous, comme on dit…
    Dans ce qu’on appelle les champs d’intervention ou dit aussi champ de compétences (le qui fait quoi quand où comment pourquoi avec quels moyens etc.), là aussi c’est l’État qui donne le tempo, en vérité, l’État est le seul maître à bord dans notre pays : La RF.
    Cependant, et il faut le reconnaître, le cas des terres éparpillées partout sur le globe terrestre, les mers, les océans, la gouvernance, l’administration des outre-mer (françaises), ne s’opère pas de la même manière que de gérer un morceau de l’Hexagone : intrinsèquement liée à un Continent : L’Europe, ce dernier lui-même raccordé à d’autres immenses terres, sans compter que l’Afrique est à deux pas…(immigration constante depuis la nuit des temps…).
    Lorsque dans les années 2000, le gouvernement veut transférer une large partie du patrimoine public du réseau routier de statut national aux CL, pour des motivations que l’on devine aisément, l’esprit de cette loi reste pour la maintenance, l’entretien et l’exploitation de ces infrastructures routières… Cela n’avait JAMAIS été question d’en refaire ne serait-ce qu’un kilomètre, et donc dix ou 12 km…
    De surcroît, dans le cas très précis de la liaison routière terrestre entre les Communes de La Possession & Saint-Denis (le chef-lieu ! pour de convergence des plus gros flux de circulation), c’est seulement et uniquement à cause de la bêtise de l’État français (d’avoir opté pour l’implantation en pied de falaise friable dans les années 60 et 70! continuité de la responsabilité etc.). Si on avait été un brin intelligent et éclairé (pourtant tout ce gâchis était largement prévisible…), on aurait jamais construit cette route…là où elle se trouve encore en 2021…
    Selon moi, petit citoyen, administré insulaire, l’État aurait dû d’abord reconstruire (à vrai dire : construire ce qu’il a manqué failli en 1976!) cette liaison et peut-être ensuite envisagé de la confier à l’échelon local pour juste son exploitation, entretien et maintenance légère.
    Mais là encore, compte-tenu du milieu très préjudiciable et surtout parce que la DPM ne relève que de l’État (les eaux territoriales : ZEE), je ne pense pas que c’est à une région de mettre (forcé ou pas) la casquette de MOP sur sa petite tête (fiscalité locale sous pression !). D’ailleurs, il aura été nécessaire de sortir un artifice juridique (dérogation) pour autoriser la région à mettre ses engins et matériels de TP spéciaux dans l’eau salée..
    De surcroît, encore, tout l’amateurisme des 2 mandatures de mars 2010 à juin 2021, l’État a une très lourde responsabilité dans cette honte du siècle.
    La vraie raison de refaire cette route ne gît pas tant dans la mise en sécurité à cause des chutes de pierres (voire pan de falaise comme le 24 mars 2006), mais c’est parce que la RL est arrivée en fin de vie depuis quelques temps déjà !!! Que le galets tombe ou s’arrête de tomber pendant un 1 an ou 10 ans, l’État devrait abandonner cette route et en reconstruire une autre : mais ce n’est aux Réunionnais de payer pour sa bêtise de 1976

  16. Qu’est-ce qu’un marché public ? Qu’est-ce qu’un appel d’offres ouvert? In extenso, qu’est-ce que la commande publique en France ? Plus précisément , qu’est-ce qu’un contrat public de travaux? Quel est le rôle du donneur d’ordre (MOP)? Pourquoi la loi MOP existe? À quoi sert-elle ? Qu’est-ce qu’une maîtrise d’oeuvre privée (externalisée)? Où commence et se termine sa responsabilité de concepteur (équipe pluridisciplinaire !)? Qu’est-ce que l’immixtion dans les missions de maîtrise d’ouvrage ou inversement dans celles des missions normalisées de maîtrise d’oeuvre? Qu’est-ce qu’un cahier des charges ? Qu’est-ce qu’un DCE? Qu’est-ce qu’une période de consultation ? Qu’est-ce qu’une commission d’appels d’offres ? Qu’est-ce qu’une analyse des offres ? Qu’est-ce qu’un RC? Qu’est-ce qu’une attribution ? Qu’est-ce qu’une notification ? Qu’est-ce qu’un CT (disposant d’un agrément ministériel), un CSPS, un OPC, …? Qu’est-ce qu’un avenant à un contrat en cours d’exécution ? Qu’est-ce qu’une sujétion imprévue et surtout non imputable aux parties? Qu’est-ce qu’un dépassement d’un délai contractuel? Qu’est-ce qu’un ordre de service? Qu’est-ce qu’un marché à prix global et forfaitaire ? Qu’est-ce qu’un acte d’engagement ? Qu’est-ce qu’un CCAP, CCTP, CCAG travaux, CCAG PI, un fascicule technique, un DTU, etc.?
    Qu’est-ce qu’une réception des ouvrages (transfert des ouvrages, point de départ des garanties contractuelles, OPR, DGD, …)? Qu’est-ce qu’un soumissionnaire à une procédure d’AOO? Qu’est-ce qu’un devoir de conseil (au MO) d’une entreprise ?
    Qu’est-ce qu’un contrôle a posteriori du représentant de l’État ? Qu’est-ce qu’une défaillance d’entreprise ? Qu’est-ce qu’une résiliation aux torts exclusif du titulaire du contrat ? Qu’est-ce qu ‘une résiliation pour motif d’intérêt général ? Qu’est-ce qu’un attachement ? Qu’est-ce qu’une décision de poursuivre ?
    Qu’est-ce qu’un marché truqué ? Qu’est-ce que la corruption (active, passive, …)?
    Qu’est-ce qu’un scandale en matière de marché public?
    Qu’est-ce qu’un domaine public routier : inaliénable et imprescriptible ? Quelle est le rôle d’une assemblée délibérante (assemblée plénière), quel est la responsabilité d’une commission délibérante réduite (CPERMA)?, quelle est la responsabilité des commissions sectorielles ? Quelle est la responsabilité du comptable public ? Celle de l’ordonnateur ? Quel rôle joué le fonctionnaire ? Quelle est l’étendue de sa responsabilité (disciplinaire, civile, hiérarchique, financière, …)? Qu’est-ce qu’une étude de faisabilité ? Qu’est-ce qu’une étude d’impact? Qu’est-ce que la loi sur l’eau? Qu’est-ce que c’est la protection des milieux/environnement fermé ici? Qu’est-ce qu’une faute, une négligence, une incompétence avérée ? Qu’est-ce qu’un précontentieux? Qu’est-ce qu’un contentieux devant le juge de l’excès de pouvoir ? Qu’est-ce qu’une clause technique : exemple caractéristique mécanique, géologique, géotechnique d’un matériau rentrant dans la construction d’un ouvrage (digue?)? et cetera…
    Je crois utile de bien connaître les réponses adéquates à cette batterie d’interrogations (à ne pas confondre avec interrogatoire !), avant de venir « jouer » aux fins connaisseurs.
    Quand il y a eu le drame de Furiani, là on s’est posé beaucoup de questions, mais bien trop tard..
    Lorsque le terminal 2E s’est effondré…au bout de plusieurs années d’enquête, pathétique, on a conclu que les ouvrages se sont cassés parce que ce n’était pas assez « solides »…ici l’expert dit : « C’est normal que le acropodes bougent, se déplace, c’est à cause de la mer… Je ne sais pas s’il faut en rire ou pleurer ou bien arracher ses cheveux (pas les miens, mais les siens…)!

  17. MontRouge okip 1 pé le chauffeur disparu en France, celui la même qui a embauché sa 1ere femme, 2eme femme et toute sa famille à la region siouplait. okip un pé son l’hôtel, son gîte plaine des cafres, son bene loyer, terrain, villas, patrimoine. si Woui koné pas, na envoy en recommandé ek accisé reception

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

NRL : encore des centaines de millions d’euros à trouver pour la terminer en… 2028 !

Article suivant

Sainte-Marie bientôt placée sous tutelle de l’Etat ?

Free Dom