/

Dispositif « Petits-déjeuners » : une convention entre la Rectrice et le Maire de St-Pierre

7 min de lecture

Dans le cadre de la signature de la convention partenariale entre l’Académie de La Réunion et la Ville de Saint-Pierre sur le dispositif «Petits-déjeuners», Madame Chantal Manès-Bonnisseau, Rectrice, s’est rendu dans l’école Michel Debré (Basse Terre) ce vendredi 12 novembre 2021.

LE PROJET

Dans le cadre de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté, le Gouvernement a souhaité encourager et soutenir financièrement l’organisation de petits déjeuners à l’école, dans les territoires prioritaires.

L’Académie de La Réunion, qui est en charge du pilotage de la mesure pour notre territoire, a souhaité organiser, en concertation avec la Ville, la mise en œuvre du dispositif «Petits déjeuners» dans les écoles maternelles situées principalement dans les zones d’éducation prioritaire renforcée (REP+) mais également en Quartier Prioritaire de la Politique de la Ville (QPV).

Ce projet s’inscrit donc dans une démarche pédagogique et éducative portée conjointement par l’Éducation Nationale et la collectivité, via la signature d’une convention fixant les modalités de sa mise en œuvre. Les équipes éducatives assurent dans le cadre de cette première expérimentation la prise en charge des élèves concernés dès 8 heures. Bien entendu, ces équipes éducatives sont assistées par le personnel des restaurants scolaires, ainsi que par les ATSEM.

A ce titre, la Ville de Saint- Pierre s’est engagée à déployer cette mesure expérimentale auprès des petits Saint-Pierrois sur la première période de l’année scolaire 2021/2022, en proposant un petit déjeuner varié et équilibré, une fois par semaine, avec un démarrage le vendredi 17 septembre 2021.

LE PUBLIC CONCERNÉ

2960 élèves des écoles maternelles, répartis dans 18 écoles de la Ville bénéficient de ce petit déjeuner.

Le choix des élèves de maternelle s’explique par le fait que l’éducation nutritionnelle doit se faire dès le plus jeune âge. A La Réunion, les problèmes d’obésité concernent les enfants dès le plus jeune âge. Selon une enquête de l’ARS, 5% des enfants réunionnais de CM2 sont en surpoids et 8,4% sont obèses. En grande section de maternelle, 14,3% des enfants sont en surpoids et 5,7% sont obèses. L’éveil des consciences doit se faire dès le plus jeune âge car le problème de surpoids peut entraîner des pathologies bien plus importantes encore comme le diabète ou l’hypertension artérielle. Il faut donc une réelle éducation « au manger mieux ».

C’est pour cela qu’à travers ce petit déjeuner offert aux enfants de maternelles nous voulons introduire dès le plus jeune âge l’apprentissage au goût et à la découverte de nouvelles saveurs. Un petit-déjeuner équilibré influe de manière bénéfique sur le comportement de l’enfant. Les parents pourront de ce fait être incités à renouveler ce type de menus à la maison.

ORGANISATION DU PETIT-DÉJEUNER

Les modalités d’organisation : une fois par semaine, le vendredi à partir de 8H00.
Les élèves sont pris en charge par les enseignants et les parents d’élèves sont associés à ce moment pour apporter un soutien et une aide éventuelle à la classe.
Toute la logistique est prise en charge par la collectivité qui met à disposition son personnel pour la préparation du petit-déjeuner et aide au service.

LE BUDGET

Le budget consacré à cette expérimentation en outre-mer est de 2 € par petit-déjeuner et par enfant. Sur cette période, le budget s’élève à80136€.

Le petit déjeuner type se compose :

– d’un produit laitier
– d’une céréale
– de fruits
– de confiture/miel /chocolat selon disponibilités

Nous essayons de privilégier les fruits de saison et avons constaté que les enfants plébiscitaient les ananas et les melons.

BILAN A MI-PARCOURS

La collectivité a mis en place un groupe de travail réunissant les acteurs de l’éducation nationale, (circonscription, enseignants) les agents de la collectivité (personnel administratif, gérants de cantine) et des représentants de parents d’élèves.

Leur rôle est de faire remonter les informations et observations recueillies sur le terrain :

– accueil des enseignants, des enfants mais aussi des parents,

– prise en charge des enfants,

– variété des produits proposés…

Un comité de pilotage validera d’ici la fin de l’année la pertinence de cette action et les modalités de sa continuité.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Le sel de la Réunion s’expose aux Salines de Saint Leu

Article suivant

Cyrille Melchior : « La vaccination, un acte citoyen nécessaire pour une immunité collective »

Free Dom