Échouement du navire Tresta Star – Point préfectoral

5 min de lecture

Depuis samedi 12 mars, c’est la société Five Ocean Salvage (FOS), mandatée par l’assureur du Tresta Star, qui a pris la suite de l’État dans le pilotage des entreprises réunionnaises de travaux maritimes engagées sur le Tresta Star.

Avancement des travaux

Le pompage des cales au moyen d’écrémeurs se poursuit afin de faire disparaître toute trace de carburant. Par ailleurs, certaines cales sont déjà en cours de nettoyage final au jet à haute pression. Depuis samedi, ce sont ainsi 6,5 m3 de fuel mélangé à de l’eau qui ont été extraits de l’épave par FOS.

Dans les aménagements intérieurs, le travail se porte maintenant sur l’étage supérieur du compartiment machine et sur le gaillard avant.

80 big bags ont été évacués du navire par la société FOS. On note une diminution du rythme des évacuations du fait de la moindre quantité de matière restant à extraire et se situant dans des zones plus difficiles d’accès.

Enlèvement d’un « capsule » du Tresta Star au Port de St-Pierre

État du navire

Le 15 mars, un nouveau morceau de coque a été arraché sous l’action de la houle correspondant à la cale la plus proche du château. Il en a résulté un léger déversement d’eau mazouteuse qui s’est rapidement disloqué. Une reconnaissance effectuée en hélicoptère a permis de constater l’entière dispersion de cet écoulement.

Diagnostic environnemental

Le bureau d’étude MAREX a remis un premier rapport d’investigation sous-marine des conséquences visibles de l’échouement du Tresta Star, les conclusions sont les suivantes :

  • S’agissant du site, le Tresta Star s’est échoué à un endroit de sensibilité relative compte tenu de la couverture corallienne très faible.
    Dans un rayon de 300 mètres environ autour du bateau, à une profondeur comprise entre 5 et 20 mètres, la couverture corallienne est faible (5-10%) et la sensibilité faible à moyenne.
  • S’agissant de l’impact de l’échouement sur le site où le navire s’est échoué, bien que n’ayant pas été échantillonné du fait de la houle, il y a inévitablement un impact sur la flore, même si la couverture corallienne est très faible.
  • S’agissant des conséquences des déversements d’eau mazouteuse, les plongeurs du bureau d’étude  MAREX constatent :

– l’absence d’impact loin du Tresta Star, à l’exclusion d’une petite nappe d’eau sale à 4.5 km au sud du navire.

– près du navire, peu de déchets à l’exception de l’ancre et de la chaîne. Présence toutefois d’une eau sale avec des petits morceaux, probablement d’hydrocarbure, qui flottent également entre deux eaux.
Ont également été observées flottant à 1 mètre de proximité du fond, 2 traînées de 10 à 20 de cm de fuel.

– Aucune trace de fuel sur le fond, les coraux ou autres organismes n’est au final observée dans cette étude qui ne comprenait ni l’analyse de l’eau, ni l’analyse de contamination dans la chaîne alimentaire.

Conclusion de l’étude :

Sur les 30 stations échantillonnées de Saint-Philippe à Sainte-Rose, pas d’impact direct constaté sur la faune et la flore malgré la présence d’eau sale, mélange d’eau de mer et d’hydrocarbure à proximité du navire et la présence de l’ancre et la chaîne sur une zone faiblement corallienne.

Consignes de sécurité

Il est rappelé que pour des raisons de sécurité, l’accès au site du navire est interdit par voie terrestre comme maritime.
Afin de ne pas entraver les opérations aériennes, le survol par drone est également interdit.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Drame samedi au Piton des Neiges : le sauteur en wingsuit était un sportif expérimenté

Article suivant

Un corps retrouvé dans le quartier Vauban

Free Dom