/

Election à la CCIR : Bruno Cohen, radié de sa liste commune avec Myriam Boullay, réagit !

10 min de lecture
8

L’élection aura lieu en mai prochain et vient de vivre un nouveau rebondissement : on apprend que Bruno Cohen, qui le 7 mars dernier, avait annoncé sa liste « commune » avec Myriam Boullay, a été radié de ladite liste.

Bruno Cohen expliquait il y a encore 10 jours, que cette liste commune avait été bâtie entre UNION PEI et BÂTISSONS LA REUNION avec Myriam BOULAY car ils se considéraient comme « deux opposants au système mafieux instauré par PATEL depuis 2010.Nous devons changer de paradigme économique afin de créer un nouvel élan positif ;
Nous devons en finir avec une CCI Réunion corrompue, au service de l’intérêt particulier au détriment de l’intérêt général »

Alors que s’est il passé hier pour qu’il en soit subitement radié de ce projet?

Autant le dire, ça n’a rien à voir avec l’entente des deux dirigeants. Echaudée par l’inéligibilité du précédent président Ibrahim Patel, la préfecture et sa commission a scrupuleusement vérifié le profil de chaque candidat et a émis des réserves sur celle de Bruno Cohen, au travers de ses sociétés photovoltaïques.

Myriam Boullay ne tient pas à ce que pour x raisons, sa possible élection soit annulée, comme celle de Patel. Donc elle « prend acte » de la décision de la Commission préfectorale (CELE) et préfère que Bruno Cohen n’y figure pas.

A noter que Bruno Cohen a déjà engagé un recours en justice pour réintégrer l’ensemble de ses sociétés dans les collège Service Industrie sur la liste Boullay. La question est de savoir si son avocat parisien aura le temps de porter « le dossier » d’ici le scrutin du mois de mai.

Communiqué de Bruno COHEN

« La presse Réunionnaise s’est fait échos de « mon inéligibilité et ma radiation de la liste menée par Myriam BOULAY »

Il est utile de démentir les informations communiquées concernant notamment des procès-verbaux d’assemblées Générales de sociétés appartenant au Groupe SFER, leur permettant de voter pour les prochaines élections à la CCI de la Réunion (JIR du 29/03/2022). L’article du 29 mars indique que « la CELE aurait réclamé, via des mails adressés à chacune des nombreuses entreprises du Groupe de Bruno COHEN, de produire un procès-verbal d’assemblée générale annuelle. PV qui n’ont pas pu visiblement être rassemblés dans les temps » ;

Les sociétés du groupe SFER, dont je suis le représentant, ont été évincées des listes électorales par la Commission d’Etablissement des listes Electorales (CELE), pour m’empêcher de voter et d’être candidat aux prochaines élections des membres de la CCI de la Réunion, dont j’étais l’un des récents élus avant l’annulation des élections 2021 par le Tribunal Administratif.

La réalité est bien différente, puisque suite à l’annulation de ces élections :

  • –  Conformément à l’arrêté Préfectoral N° 423/SG/DCL du 4 mars 2022, les 925 Procès-verbaux d’assemblée Générales et 925 mandats ont été déposés la 10 mars 2022, auprès du Greffe du Tribunal Mixte de Commerce de SAINT-DENIS, qui en a accusé réception ;Et
  • –  Conformément à l’arrêté Préfectoral N° 527/SG/DCL du 17 mars 2022, les 925 Procès-verbaux d’assemblée Générales et 925 mandats ont à nouveau été déposés le 22 mars 2022, auprès du Secrétariat de la Commission d’Etablissement des Listes Electorales sise à la CCI de la Réunion à SAINT- DENIS, qui en a accusé réception.

La radiation par la CELE des sociétés que je dirige est une HONTE absolue et il y a matière à s’interroger sur l’impartialité de cette Commission.

Je vais bien évidemment contester cette décision injuste devant cette Commission et s’il le faut, devant la Juridiction compétente.
Ces manœuvres trompeuses ont déjà été tentées lors de ma candidature à l’élection des membres de la CCIR en 2016, et après rejet de ma contestation devant la CELE, le Tribunal d’Instance a rétabli toutes les sociétés du Groupe SFER dans leur droit.

Sous la pression de lobby occultes et de syndicats professionnels qui ne représentent qu’eux-mêmes, cette Commission fait manifestement une confusion entre les personnes morales du groupe SFER, actives depuis 14 ans et qui ont un droit de vote, et ma personne physique. Il peut y avoir interrogation sur mon éligibilité (Personne physique), mais en aucune façon sur la présence de toutes ces sociétés sur les listes électorales (Personnes morales), à moins de penser que des personnes ou des organisations aient fait pression pour mettre hors course ma candidature.

Près d’un millier de sociétés composent le Groupe SFER qui représente 20 % de la production d’énergie renouvelable de la Réunion, cette radiation des personnes morales du Groupe est une HONTE, sachant que nombre de sociétés actuellement inscrite sur les listes électorales sont, soit sans activité, soit en sommeil, ou purement et simplement liquidées.

Je peux comprendre qu’il y ait débat sur mon éligibilité, bien que la procédure qui me concerne, initialement devant le Tribunal de Commerce ne soit en aucune façon définitive puisqu’elle est toujours en cours devant la Cour de Cassation et que, conformément à l’article L. 713-1 du Code Commerce, tant qu’elle n’est pas définitive, toute décision de faillite personnelle ou interdiction de gérer, n’empêche pas d’être électeur et candidat pour ces élections.

Il est d’ailleurs rappelé que Monsieur Ibrahim PATEL avait pu se présenter comme co-listier aux dernières élections et être élu comme Président de la CCI alors qu’une condamnation pénale à son encontre, prononcée par la Cour d’Appel de SAINT DENIS, et pendante devant la Cour de Cassation, n’avait pas été considérée comme définitive.

La Préfecture de la Réunion a cautionné pendant 11 ans une mafia inculte à la tête de la CCIR, elle ne peut introniser une mafia occulte !

Le MEDEF et la CPME sont des nains syndicaux à la Réunion, ils ne représentent qu’eux-mêmes. Pour la tête de liste (Pascal PLANTE), la CCIR n’est qu’un tremplin à une carrière politique déjà amorcée en tant que Vice- Président de la Région.

Les chefs d’entreprises, les vrais, ceux qui se lèvent le matin pour gagner leur pain doivent boycotter ses politiciens avides de pouvoir. Ce ne sont pas des entrepreneurs, ce sont des vautours. Comme l’huile et le vinaigre, les chefs d’entreprise qui se lèvent tôt le matin ne peuvent se mélanger avec les politiciens qui vivent de nos impôts.

Entrepreneurs de la Réunion, je vous demande de boycotter la liste « Ensemble » de pascal PLANTE. Après 11 ans d’élus incultes, ne votez pas pour des candidats occultes, qui reprennent à peine 2 % des entreprises de la Réunion.

Yves Mont-Rouge

[email protected]
Téléphone : 0692 85 39 64

Article précédent

SIDACTION : l’association ASETIS recueille des dons de plus de 600 personnes en deux jours

Article suivant

Le « carnet de santé numérique » arrive aujourd’hui : les Réunionnais devront activer leur espace santé

Free Dom