Elections régionales : Karine Nabenesa a choisi la candidate Ericka Bareigts

9 min de lecture
6

L’une des principales opposantes de Didier Robert à la Région, « voire la meilleure », selon Gilbert Annette, a choisi d’apporter son soutien à la candidate socialiste Ericka Bareigts aux prochaines élections régionales. Karine Nabenesa qui avait été contactée par plusieurs candidats (es) potentiels (les) dont Huguette Bello a, après réflexion opté pour l’ancienne ministre des Outre-mers. Elle donc sera sur la liste que conduira Ericka Bareigts aux régionales des 7 et 13 juin prochains. Dans une interview qu’il a accordée à Yves Mont-Rouge, Karine Nabenesa explique les raisons de son choix politique et dresse un bilan de la mandature régionale qui s’achève.

Pourquoi Ericka Bareigts ?

Avant de vous répondre directement, je vais vous expliquer rapidement, si vous me le permettez, mon cheminement : je suis issue de la société civile et novice en politique, j’ai commencé un travail en 2015, en tant que conseillère régionale. Ce mandat s’achève. J’ai sans relâche assumé mon rôle dans l’opposition au sein de l’assemblée régionale et en commission permanente où je devenais trop gênante. Il est vrai qu’il y a eu beaucoup à dire… Avec humilité, je pense pouvoir dire qu’Huguette Bello et moi avons porté avec force et détermination la défense des intérêts des Réunionnais face aux errances de gestion du président de Région durant ces 6 dernières années. Sur des dossiers brûlants comme la taxe carburant précurseur du mouvement des gilets jaunes, la NRL (Nouvelle Route du Littoral), ou encore sur les dérives dans les SPL (Sociétés Publiques Locales) régionales qui ont conduit le président de Région devant les tribunaux, les réunionnais ont pu être éclairés et se rendre compte de mon travail à leurs côtés.

 Vous n’avez pas répondu à ma question ?

J’y arrive… Ce travail, comme je vous le disais, je souhaite le poursuivre, cette fois, je l’espère, au sein de la majorité. J’aurai souhaité une liste unie des forces progressistes dès le premier tour du scrutin…J’ai rencontré plusieurs candidats aux élections régionales. Parmi les propositions qui m’ont été faites, celles d’Huguette Belllo et d’Ericka Bareigts ont retenu toute mon attention. J’apprécie et j’ai beaucoup de respect pour Huguette Bello…Mais après une longue réflexion, j’ai choisi de soutenir la candidature d’Ericka Bareigts car je me retrouve davantage dans sa manière de travailler.

 « Ericka Bareitgs a l’avantage d’avoir déjà croisé le fer avec Didier Robert et de l’avoir déjà battu »

 J’apprécie cette capacité qu’elle a à co-construire avec les forces vives progressistes de sa famille politique, cela dans l’objectif commun d’un renouveau à la tête de la pyramide inversée. Ancienne ministre socialiste, femme de caractère, elle a déjà battu Didier Robert. Forte de cette dynamique, un autre choix, un autre logiciel, sera proposé aux Réunionnais pour construire une Région forte, crédible et  présente pour et aux côtés des Réunionnais.

 Vous êtes déléguée régionale de « Territoires de Progrès » (TDP), mouvement national présidé par Jean-Yves Le Drian, ministre de l’actuel gouvernement et donc proche du Président Macron. Vous êtes « Macron-compatible » du coup ?

 «Mon engagement en politique s’inscrit dans une volonté d’actions pour permettre l’évolution de certaines situations encore trop présentes à la Réunion qui me sont insupportables. Cela suppose d’être en capacité d’agir en cohérence avec mes valeurs et pas simplement être dans des schémas populistes qui, on le sait, n’ont que très peu fait avancer la Réunion.

Issue d’une famille modeste, l’école de la République a été mon salut. Portée par une ligne sociale démocrate progressiste que je retrouve dans TDP, je suis animée par la volonté de lutter contre toutes formes d’injustices et d’inégalités. Au delà des étiquettes, je m’attache à regarder les actes. Il y a, à droite comme à gauche, des femmes et des hommes politiques qui font beaucoup pour leur population.

 « TDP » sera-t-il également présent aux élections départementales ?

 Les élues TDP seront effectivement présentes aux élections départementales et/ou aux régionales. Des discussions sont bien avancées dans l’EST, le Nord et l’Ouest.

 Vous qui avez été l’une des principales opposantes à l’actuelle majorité régionale, quel bilan dressez de la mandature qui s’achève ?

 La situation à la Région est catastrophique. Un peu plus de 10 années viennent de s’écouler et pas moins de 15 milliards d’euros ont été injectés, dilapidés, à tort et à travers sans réellement traiter avec profondeur les problèmes majeurs de la Réunion.

15 milliards d’euros, et toujours pas de véritable transport en commun, toujours pas de réponse au traitement de nos déchets, toujours pas de politique économique véritablement ancrée sur le territoire capable de l’emploi local, toujours pas de politique d’orientation et d’accompagnement de nos jeunes vers des filières créatrices d’emploi …

Le compte n’y est pas. Durant ces années, le président de Région s’est contenté d’une politique de guichets à travers la distribution de chèques comme autant de pansements pour séduire ou courtiser la population ou les élus. Parmi les plus célèbres, le POP (Plan ordinateur portable), le bon continuité territoriale, les plans d’aides aux communes…. Ce qui est problématique alors qu’il est l’un des principaux acteurs de la Réunion, c’est son manque de vision et de cohérence. Ces volte-face sur les 2000 bus ou encore récemment sur Ileva ou encore l’aéroport sudiste de Pierrefonds, projets qu’il avait votés, puis enterrés. Projets qui, comme par hasard, trouvent depuis quelques semaines à nouveau grâce à ses yeux. Son comportement en dit long sur son incapacité à tenir une position évolutive selon la période électorale et sur sa parole publique. Il aura aggravé la situation financière de cette collectivité de par sa mauvaise gestion du chantier majeur de sa mandature à savoir la NRL. A quelques mois de la fin de son mandat, ce dossier qui fait la honte de la Réunion, en France et en Europe est toujours au point mort enlisé dans ses propres turpitudes. Il laissera comme héritage à sa succession à la pyramide inversée le lourd poids de son irresponsabilité dans le pilotage de ce chantier ».

Propos recueillis par Yves Mont-Rouge

6 Commentaires

  1. La soupe sera bonne avec le PS d’éricka

    Nous donnons un mandat à un(e) citoyen(ne) pour être député(e) –
    Il(elle) fait campagne pour être maire –
    Nous lui donnons mandat pour être maire –
    il (elle) fait campagne pour être président(e) de Région.
    Mais quand est-ce qu’ils (elles) font réellement le boulot pour lequel nous les avons élus(es) et du boulot pour traiter nos problèmes sociétaux, il y en a à saturation !

    • Bonne analyse, mais pourquoi voilà autant la Région ? Bon courage au successeur de Mr Robert pour finir la NRL en roche massive !! à moin qu’il soit réélu lol…
      Et qui à la commune de st denis si elle est élu? Mr Annette??

  2. Un vrai caméléon y change couleur au gres des branches attention a l’elagage ou au termites dans ce cas l’arbre tout entiere tombe

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

St Benoît examine ses orientations budgétaires (VIDEO)

Article suivant

Olivier Hoarau démissionne du PLR. Huguette Bello dénonce “une ambition personnelle”

Free Dom