/

Emmanuel Macron aux élus ultramarins présents à l’Elysée : « sachez que je vous aime »

30 min de lecture
14

Il y a ceux qui parlent de réelle prise de conscience des problèmes des régions ultra-marines et puis ceux, sans doute les plus grincheux, qui évoquent une « grosse séance de calinothérapie » de la part du Président de la République dans le cadre de la réunion de restitution du « libre bleu » relatif aux Assises de l’Outre-mer qui vient de s’achever ici à la salle des fêtes de l’Elysée en présence de la principale représentation politique et administrative des 11 territoires ultramarins. Sans oublier bien entendu d’une force présence de la représentation gouvernementale, ainsi que la commissaire européenne.

Il fait un soleil des iles ici à Paris, et sur la France hexagonale. Cette manifestation n’était retransmise en direct que sur la chaîne de France Ô. Les autres chaînes d’information ne « sont pas là ek ça » comme on dit chez nous. Entre les migrants venus d’Afrique, les questions européennes et surtout la Coupe du monde de football, leur programme est déjà tout fait. L’avenir des 2,7 millions des ultramarins ? Ce n’était manifestement pas la priorité des médias publics nationaux.

Mais revenons à la remise du « livre bleu » des Assises de l’outre-mer faite ce matin par la ministre Annick Girardin au chef de l’Etat. Une cérémonie animée par Stéphane Jobert. Parmi les élus de La Réunion présents à l’Elysée, nous avons aperçu les présidents des deux principales collectivités locales à savoir Didier Robert (Région) et Cyrille Melchior (Département), des élus départementaux (Daniel Gonthier, Alain Armand), certains maires comme Michel Fontaine (Saint-Pierre), Maurice Gironcel (Sainte-Suzanne), des parlementaires (Nathalie Bassire, Jean-Louis Lagourgue) et sans doute d’autres que nous n’avons pas aperçus. Au premier rang avait également pris place le préfet Amaury de Saint-Quentin.

Cette réunion de ce matin est le résultat de 8 mois de travail dont le coup d’envoi avait été donné par Emmanuel Macron en personne le 28 octobre 2017 à Cayenne en Guyane. Le but était de faire remonter les projets de chaque territoire où les attentes sont fortes en tenant compte de ses spécificités. Après avoir laissé la parole à chaque rapporteur, la ministre Annick Girardin a pris la parole pour expliquer le pourquoi de cette réunion : « créer du lien entre les régions ultramarines et la France hexagonale, redonner confiance dans l’action de la République et mettre en place une réelle dynamique ». La ministre a encore précisé que « ce livre bleu n’est pas un programme, c’est un livre qui nous engage et qui va définir la politique de nous allons mener. Il ne s’agira pas faire des annonces qui n’atterrissent pas, ni de prendre des décisions hors-sol. Ce livre bleu devra ouvrir le champ des possibles en levant les freins ». Annick Girardin a mis l’accent sur des mots comme « responsabilité, vision, envie, savoir-faire » tout en insistant sur la nécessité de se montrer « co-responsable pour co-construire ensemble ce chemin de la réussite ». Et la ministre d’ajouter : « tout ne sera pas réglé demain matin. Les Assises ne s’arrêtent pas aujourd’hui. Il s’agit bien de l’acte de naissance d’une nouvelle vision pour l’Outre-mer. Nous allons entretenir cette dynamique durant le quinquennat en restant en mode projets ».

Emmanuel Macron appelle à « la responsabilité partagée »

C’est le Président de la République qui a clôturé cette réunion destinée à l’Outre-mer. Mais avant d’énumérer les quatre principes ou priorités qui vont guider l’action du gouvernement jusqu’en 2022, il s’est arrêté dans chaque territoire durant son « odyssée ». Concernant La Réunion, il a rappelé que les priorités de l’Etat pouvaient se résumer ainsi : « achèvement de la Route du Littoral et développement du numérique, de l’agro-alimentaire, du tourisme et de la stratégie de la mer » :

Enfin, voici les quatre principes qui vont guider l’action du gouvernement « La bataille pour la création d’emploi, pour le développement de l’activité économique », « l’ancrage régional de chaque territoire », « la croissance verte et bleue » et « la différenciation ».

  • la bataille pour la création d’emplois : elle passera par une réforme des aides aux entreprises. Création d’un fond d’aides de 400 M€ pour les TPE, bataille des compétences (700 M€), structuration des filières économiques…
  • Ancrage régional : mettre en place une stratégie qui prenne en compte l’environnement géo-politique et géo-économique régional de chacun des territoires pour que le développement ne soit plus pensé uniquement entre les régions ultramarines et l’hexagone mais entre les territoires ultramarins et les bassins régionaux
  • Croissance bleue et verte : la France doit revendiquer une stratégie îlienne qui fait sa force dans le monde. Organisation d’un sommet des îles du monde en 2020 dans un des territoires ultramarins.
  • La différenciation : sur ce chapitre précisément, et en parlant de La Réunion, Emmanuel Macron a demandé aux élus réunionnais de ne pas « perdre du temps » ni gaspiller inutilement leur énergie sur cette question de révision constitutionnelle. « J’ai confiance en l’intelligence collective », a-t-il dit en expliquant « qu’il y a une voie pragmatique », « qu’on peut trouver une évolution constitutionnelle qui amène encore plus de liberté et d’opportunité. Le Président de la République qui a parlé de « modification de l’article 73 de la Constitution » croit à « l’adaptation des normes pour les collectivités qui le souhaitent dans des domaines comme le transport, les énergies, l’urbanisme, la santé… ». En clair, et comme l’avait fait la ministre Girardin juste avant lui, il a invité les élus à se mettre d’accord entre eux, à trouver le consensus nécessaire pour l’examen d’une telle réforme.

Emmanuel Macron a donné rendez-vous à tous les élus dans 18 mois (décembre 2019) au même endroit « pour refaire un point d’étape précis, voir ce qui a avancé et ce qui a bloqué ». Cette réunion d’aujourd’hui n’est donc pas une fin mais un début, « un point de cristallisation », « le début d’un engagement conjoint » et surtout « d’une responsabilité partagée ». C’est « la nouvelle philosophie » qui va guider la politique du gouvernement pour les régions ultramarines. Le Président de la République a surtout appelé les élus de chaque territoire à « travailler ensemble » en « mettant en avant l’intérêt collectif ». Il a pour résumer cité Diderot en disant : « vous aurez compris ce qu’il faudra lire là où je n’ai pas pu écrire : je vous aime ». En créole, cela donne : “mi aime zot tout’ et allé travaille ensemble”. On pourrait même rajouter : “arrèt mange zot fesses entre zot comme poules de France et pense un peu aux citoyens que la vote pou zot !”

Y.M.

Réactions

Le PCR : “la loi dite Egalité réelle définitivement enterrée”

Le Parti communiste réunionnais par la voix de Yvan Dejean a été le premier à réagir au discours d’Emmanuel Macron. “Tout d’abord, Le PCR note qu’Emmanuel Macron a enterré définitivement la loi dite « Egalité Réelle ». Le Chef de l’État a légitimé un certain nombre de constats connus et partagés, et mis en avant des concepts tels que la souveraineté alimen- taire, énergétique et la responsabilité. Après ce discours, pour le PCR, chacune et chacun se trouvent au pied du mur. Le PCR rappelle que pour sa part, il a déposé ses propositions dans un document intitulé « Plus de responsabilité pour plus d’autonomie » dans lequel il appelle les Réunionnaises et les Réunionnais à se retrouver d’urgence et sans exclusive pour rédiger un projet global le plus consensuel possible. Ce projet devra servir de base à la négociation avec le Gouvernement. Plus que jamais, construisons un projet réunionnais par les Réunionnais pour les Réunionnais”.

Jean Hugues Ratenon: ne rêvons pas…. il n’y aura pas de miracle

Jassisté ce jeudi 28 juin 2018, à l’Elysée, à la remise du « livre bleu » des Assises des Outre-Mer. 13 mois après l’arrivée de Emmanuel MACRON et de son équipe au pouvoir ; presque 9 mois après le lancement des travaux de ces Assises (04 octobre 2017), le Gouvernement a accouché des mesurettes. Sur le problème de la vie chère : le Président a affirmé que c’est la conséquence de la surrémunération ! Il n’y aura pas de politique pour la baisse des prix. Emmanuel MACRON est toujours dans plus d’économie et la baisse des revenus. Nous nous demandons l’augmentation du pouvoir d’achat par la baisse des prix et l’augmentation des revenus. Sur l’emploi : le Président se cantonne à faire croire que c’est la faute à un manque de formation ! Faux. Nous avons des milliers de jeunes hautement qualifiés et qui sont au chômage. Dire le contraire, c’est tromper la population. La  formation et l’apprentissage ne sont pas les seuls leviers. Quand il proclame que sa priorité c’est l’emploi, il s’empresse de rajouter mais pas dans la fonction publique. Ce qui voudrait dire qu’il risque d’avoir encore des suppressions d’emploi dans ce secteur déjà très malmené. Il mise tout sur le secteur concurrentiel. Nous, ce n’est pas notre vision. Enfin et c’est, peut-être, le seul point positif du discours du Chef l’Etat, c’est sa déclaration sur la réforme constitutionnelle. En reconnaissant à la Réunion le droit à la différenciation, le droit aux adaptations, le Gouvernement ne peut plus reculer sur la suppression de l’amendement Virapoullé. Nous attendons maintenant que le texte soit examiné en commission des affaires sociales et en séance publique. L’heure est plus que jamais à l’unité. Ne ratons pas ce rendez-vous.

Didier Robert: Emmanuel Macron réaffirme le plein soutien de l’Etat aux projets de la Région Réunion

« J’estime que ce qui a été proposé et présenté par Emmanuel Macron ce matin, va dans le droit fil  du projet de territoire que nous portons depuis plusieurs années.  C’est une grande satisfaction, car il y a au moins 4 sujets majeurs qui ont été abordés par le Président de la République. Le premier sujet est bien sûr celui lié à la réaffirmation du soutien et de l’engagement total du Président de La République à la politique des grands chantiers réunionnais et en particulier celui de la Nouvelle route du littoral. Un chantier aujourd’hui très avancé et engagé. Emmanuel MACRON a soutenu la pertinence et la nécessité de mener ce chantier à terme dans les meilleures conditions possibles. Cela dans l’intérêt de l’ensemble des Réunionnais.  Le second sujet abordé par le Président de La République et qui retient toute notre attention est celui de bien considérer l’entreprise au coeur du nouveau modèle économique de La Réunion, des entreprises que l’Etat s’engage demain à mieux accompagner avec les collectivités locales. Le Président de la République soutient les secteurs prioritaires de la Réunion. Il a ainsi confirmé que le développement du tourisme durable, celui des énergies renouvelables, des métiers du numérique, des filières de l’industrie alimentaire seront davantage soutenus. Troisième sujet de satisfaction suite à cette intervention présidentielle, celui de la volonté exprimée d’une plus grande ouverture à l’international des entreprises. Comment mieux permettre aux entreprises réunionnaises d’être présentes sur l’ensemble du bassin Océan indien? Il y a là encore des sujets pour lesquels nous pouvons très vite obtenir des résultats encore plus significatifs et qui profiteront directement à l’activité économique locale et à l’emploi pour les Réunionnais. C’est là encore un engagement très fort formulé par le Président de la République ce matin. Enfin je retiens sa volonté exprimée d’un retour de l’Etat sur le dispositif de la continuité territoriale. C’est un sujet auquel je suis très attaché pour l’ensemble des Réunionnais. Cela permet à des Réunionnais aujourd’hui de se déplacer de façon la plus simple possible sur tout le territoire national. Le fait que l’Etat revienne demain auprès de la Région Réunion dans le cadre de ce dispositif va nous permettre j’en suis persuadé de l’améliorer encore et de le rendre encore plus performant. Je veux pour les Réunionnais ce qu’il y a de meilleur, sur ce sujet comme tous les autres».

Huguette Bello:  des annonces et des silences

Un an après son arrivée à l’Élysée, le Président Emmanuel Macron a présenté aujourd’hui la feuille de route que son gouvernement entend suivre pour les Outre-mer. Très attendu, son discours de présentation des Assises a pris la forme d’un vaste panorama de mesures où la création d’emplois tient lieu de fil rouge. Avec des thèmes aussi variés que consensuels que l’éducation, les services publics, les TPE-PME, les énergies renouvelables, la biodiversité, la coopération régionale, etc. cette présentation a souvent donné lieu à des reprises de politiques existantes quand il ne s’agissait pas tout simplement de mesures de droit commun appliquées aux Outre-mer. Au total 27 mesures classées en quatre catégories avec une volonté affichée de prendre en compte la diversité des Outre-mer. Avec aussi, dans tout cela, un grand absent, notable et inquiétant : le social. De ce long voyage à travers les Outre-mer, le Président ne semble pas avoir pris la mesure de nos immenses difficultés sociales. Cette sous-estimation est grave. Avec plus de 40% des Réunionnais vivant sous le seuil de pauvreté, il ne s’agit pas là d’un fait marginal mais bien d’une réalité qui demande, elle aussi, des mesures appropriées. Peu d’annonces chiffrées et guère plus de moyens budgétaires ont été annoncées face à cette énumération de mesures. Là encore, les précisions sont attendues avec d’autant plus d’impatience que la surprenante déclaration du Président quant à l’impact de la sur rémunération sur le coût de la vie pourrait être une manière d’ouvrir la voie à la recherche de financements internes.

Stéphane Randrianarivelo: le Livre Bleu Une Ambition Pour La France des Outre-mer, Pour La Réunion !

S’il y a une phrase à retenir du Livre Bleu publié ce jour et issu des travaux des Assises de l’Outre-mer c’est bien celle-ci. Voilà l’esprit qui jalonne ce document de référence du quinquennat d’Emmanuel MACRON et qui a fait l’objet d’une consultation citoyenne et populaire. Qu’avons-nous relevé dans le Livre Bleu des propositions de nos militantes et de nos militants ? (Cf. Le Cahier Bleu des Marcheurs de LREM La Réunion). Que les Réunionnais aspirent à un épanouissement régional et international, ce que reconnaît dès son préambule le Livre Bleu (P.3 les ultramarins sont fiers de leurs territoires et pleinement conscients de ce qu’ils représentent dans leur bassin régional). Les 4 axes stratégiques proposés à la réflexion : territoires à vivre, territoires accompagnés, territoires pionniers, territoire d’influence et de rayonnement, et, les orientations de politique publique qui en découlent ne sont pas des listes à la Prévert d’actions désirables, il s’agit là d’arguments et de chiffrages sérieux qui permettront à La Réunion de tendre vers un modèle ultramarin de développement durable et équitable. En voulant accompagner et non préempter, l’Etat reconnaît également la nécessité aujourd’hui de prendre en considération la temporalité propre à notre territoire dans les contrats de projet de développement à venir ; ceux-ci seront calés sur une durée maximum de 6 ans. La société civile est appelée à prendre une plus grande part dans les décisions clés qui permettront de réaliser La Réunion de demain et nous sommes déterminé à LREM La Réunion à poursuivre le travail réalisé par les Assises de l’Outre-mer et à accompagner les chantiers d’aujourd’hui dans un esprit de renouveau.

Quelques actions concrètes à retenir pour l’ensemble des DOM :

  1. Des outils pour la transformation du territoire:
  • L’élaboration de plans et contrats de convergence et les 17 objectifs de développement durable.
  • – des contrats de convergence et de transformation (2019-2022) pour réaliser les priorités
  • Le fonds exceptionnel d’investissement abondé pour accompagner les projets locaux (500 M€ sur le quinquennat
  • Le déploiement de la BPI dans chaque territoire
  • Un nouveau dispositif d’intervention doté de 400M€ au soutien du développement économique
  • Des plates-formes d’ingénierie au sein des collectivités
  • La mise en œuvre du droit à la différenciation pour adapter les normes aux réalités territoriales
  • Une meilleure prise en compte des outre-mer dans le cadre européen : POSEI

Un engagement de l’ensemble du gouvernement:

  • 700 M€ pour les OM dans le cadre des plans d’investissement dans les compétences et l’expérimentation d’un contrat de professionnalisation adapté
  • 500 gendarmes et policiers supplémentaires
  • Un projet de loi pour les risques naturels OM
  • Une mobilisation renforcée contre les violences faites aux femmes
  • L’extension des programmes de réussite éducative
  • Un fonds dédié à la prévention en matière de santé
  • Un meilleur accompagnement des familles en cas d’évacuation sanitaire vers la France hexagonale
  • La création ou la labellisation de maisons « sport-santé »dans tous les territoires
  • 34 quartiers prioritaires bénéficiaires du nouveau programme national de renouvellement urbain et 13 centre-bourgs accompagnés dans le cadre de l’opération « cœur de ville »
  • De nouveaux engagements pour la mobilité des jeunes, des étudiants, des enseignants, des chefs d’entreprise, des chercheurs, des artistes.
  • Un fonds pour la biodiversité ultramarine.

En faveur de l’économie :

  • L’installation d’une mission nationale pour l’innovation et la French Tech OM
  • Une nouvelle approche agricole fondé sur l’alimentation et la bioéconomie
  • Un nouveau régime d’aides d’Etat en faveur de la construction de navires de pêche
  • La mise en place de filières de valorisations locales et régionales des déchets.
  • Une prolongation des aides fiscales à l’investissement jusqu’en 2015
  • Un dispositif unique de zone franche et des exonérations de charges simplifiées
  • Des Kbis obtenus plus rapidement (nous l’avions fortement appuyé)
  • Un engagement pour le désenclavement numérique
  • La création d’un conseil stratégique du tourisme OM et le soutien aux formations professionnelles dans les métiers du tourisme
  1. Des objectifs ambitieux :

Ex : Les prochaines programmations pluriannuelles de l’électricité (PPE)  acteront la transition vers des territoires 100% énergies renouvelables misant sur le développement de la biomasse, du photovoltaïque, de nouvelles solutions de stockage de l’énergie… Après la reconnaissance des spécificités locales bientôt inscrite dans la Constitution nous notons avec la présentation du Livre Bleu, un véritable tournant dans l’implication du gouvernement dans la reconnaissance de ses territoires ultramarins. Une implication non seulement financière mais surtout dans la reconnaissance de nos atouts. Cette liste non exhaustive de mesures pour les Outre-mer, c’est enfin du concret pour La Réunion, les réunionnais en avaient assez des discours, Le Gouvernement met tout en œuvre pour que nous soyons maîtres de notre destin.


14
Poster un Commentaire

avatar
12 Fils de commentaires
2 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
11 Auteurs du commentaire
Mme NOE 974LA MARSEILLAISEMiaime a zotARIEL LESSIVEJuin Auteurs de commentaires récents
plus récent plus ancien Le plus populaire
Free Dom
WordPress Video Lightbox