En politique aussi, l’amour peut donner des ailes…

34 min de lecture
47

Des promesses, rien que des promesses ! En plein confinement, l’année dernière, le gouvernement avait promis monts et merveilles : des emplois dans les hôpitaux, dans les écoles, des aides aux entreprises. Bref, de quoi bien boucher les yeux « do moune ». Quelques mois après le grand confinement, nombreux sont les hôpitaux où les infirmiers sont en grève pour dénoncer le manque de personnel. Pas plus tard qu’en début de semaine, chez nous, à la Réunion, des sages femmes ont elles aussi débrayé pour manifester contre le manque d’effectif. Ça c’est pour les hôpitaux. C’est pareil dans le domaine de l’éducation nationale où il est question de suppression de postes. La députée Nadia Ramassamy est montée au créneau hier pour tirer la sonnette d’alarme car le gouvernement projette en effet de supprimer 1800 postes. L’on se rappelle également que le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, s’était voulu plus que rassurant dans ses multiples prises de parole face au monde l’entreprise. Or, pas une semaine qui passe sans que des centaines de sociétés ne mettent la clé sous le paillasson, y compris évidemment dans notre île où, lors de la présentation de ses vœux à la presse, mardi dernier, Ibrahim Patel, président de la Chambre de commerce et d’industrie a eu du mal à cacher son pessimisme. « 2021 sera l’année de tous les dangers », a-t-il annoncé.

Espérons que celles et ceux qui assurent notre sécurité, l’une des fonctions régaliennes, ne seront pas concernés par les coupes budgétaires gouvernementales en cette période de crise sanitaire, car au vu de ces violences gratuites qui frappent partout, pas seulement dans la rue, mais également dans les cabinets médicaux ou dans les mairies, il y a de quoi s’inquiéter.

Là encore, chaque jour qui passe apporte son lot d’agressions de toutes sortes. On l’a vu en début de semaine du côté de Saint-André où un médecin, Jean-Marie Virapoullé pour ne pas le citer, a été roué de coups par un de ses patients atteint de troubles psychiatriques. Il s’est retrouvé à l’hosto, le bras gauche cassé et a dû subir une opération. Deux jours plus tard, en face de son cabinet, à la mairie cette fois, ce sont les secrétaires au cabinet du maire qui ont failli se prendre des ordinateurs sur la tête par un « détraqué » qui «  a tout bousillé ».

Bien plus terrible encore puisque là on touche à l’irrémédiable, c’est cette agression mortelle qui a eu lieu à Valence, hier, dans un bureau de Pôle Emploi où un individu a carrément tiré sur une employée avant d’en blesser grièvement une autre dans une société dont le bureau est situé pas loin du Pôle Emploi. Mais où va-t-on ? Face à un tel drame, tous les autres faits de violence (incivilités, cambriolages, vols…) deviennent presque dérisoires, même s’ils nous pourrissent la vie.

Que faire ? Mettre des militaires partout dans la ville ? Manifestement les caméras de surveillance ne suffisent pas. Monter des opérations coup de poing pour en mettre plein la vue ? Pourquoi pas ? C’est mieux que rien, mais il ne faudrait pas non plus que cela devienne un tantinet ridicule. Il faut agir, et le Procureur de la République a bien raison d’ordonner des interventions musclées. Mais à l’instar de ce qui s’est passé, hier après-midi à l’immeuble Saint-Jean à Bras-Panon, il faudrait faire gaffe à ne pas créer l’effet inverse. Vingt gendarmes, des policiers municipaux et une sous-préfète pour… (seulement) 10 petits pieds de zamal dans tout un immeuble. On ne peut pas dire que le bilan est mirifique. Une intervention d’une telle envergure aurait sans doute mérité une enquête un peu plus approfondie en amont. Mais faut pas désespérer. Et l’essentiel est de montrer que l’autorité judiciaire est bel et bien présente et que nul n’est au dessus des lois de la République.

La condamnation d’Olivier Rivière, 1er vice-président de la Région, peut-elle ébranler la pyramide inversée ?

Sans transition aucune, j’en arrive à la condamnation prononcée, hier par la Cour d’appel de Saint-Denis contre le maire de Saint-Philippe, Olivier Rivière, qui est aussi 1er vice-président de la Région, Pdg de Nexa (Agence régionale de développement d’investissement et d’innovation). Tout un programme ! Je parle du nom de cette société. C’est bizarre, mais plus c’est long, moins ça m’inspire confiance. C’est un avis très personnel. Je referme la parenthèse.

En première instance, Olivier Rivière avait été condamné à 6 mois de prison avec sursis et à 3 ans d’inéligibilité pour n’avoir pas tout déclaré – involontairement ? – au niveau de ses indemnités et également pour prise illégale d’intérêts. Autrement dit, il aurait oublié d’écrêter ses indemnités de plus de 11 000 €/mois, sans compter qu’il n’aurait pas respecter les règles d’urbanisme concernant la construction de sa villa. Hier en appel, la sanction s’est révélée plus lourde. Outre les 3 ans d’inéligibilité, la Cour d’Appel a requis à son encontre 12 mois de prison avec sursis (au lieu de 6 initialement) ainsi que le remboursement de 75 000 € à la Région et une amende de 20 000 €.

Renforcement des sanctions également à l’encontre de la conseillère départementale de Saint-Pierre, Marie-Paule Balaya pour avoir « sous-estimé » la valeur de son patrimoine immobilier (appartements, maisons, locaux professionnels). Elle a déclaré 1,2 M€ au lieu de 3 M€ selon la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP). Selon la défense, il semblerait que c’est son père qui aurait estimé la valeur du patrimoine. Cela dit, contrairement à Olivier Rivière où il s’agit d’argent public, ce qui est reproché à Mme Balaya c’est d’avoir omis de déclarer de l’argent qui reste, malgré tout, privé et issu de ses biens personnels et non de l’argent des contribuables. Verdict de la Cour d’Appel : 8 mois de prison avec sursis, amende de 40 000 € (au lieu de 10 000 €) et 3 ans d’inéligibilité. Tant pour Olivier Rivière que pour Marie-Paule Balaya, il leur reste encore la voie d’un troisième recours possible, à savoir la Cassation. Mais le mal est fait. Leur image est quelque peu ternie au sein de l’opinion publique.

S’il est fort probable que Mme Balaya n’avait plus de grande velléité politique – elle pourrait même bientôt démissionner de son mandat au Département d’après mes informations étant donné qu’elle n’a pas attendu de faire de la politique pour gagner de l’argent, je veux dire beaucoup d’argent – le cas d’Olivier Rivière serait tout autre, lui qui, contrairement à Mme Balaya, n’est pas héritier. Et puis, Olivier Rivière est le bras droit de Didier Robert à la Région. Sa déstabilisation au niveau judiciaire – même s’il demeure toujours présumé innocent tant que toutes les voies de recours ne seront pas épuisées – risque malgré tout, indirectement d’ébranler la pyramide et d’affaiblir politiquement Didier Robert aux prochaines élections. Lequel Didier Robert, bien que présumé innocent lui, devra également comparaître le 9 avril prochain pour quasiment les mêmes chefs d’inculpation, y compris des faits de concussion pour des sommes encore plus importantes. Pas moins de sept chefs d’inculpation. On peut donc supposer, je dis bien supposer que la sentence de la Cour d’Appel de Saint-Denis, hier, a inévitablement secoué la pyramide du Moufia. Ce qui fait dire à certains, aujourd’hui, dans le microcosme, que « l’avenir politique du président de Région dépend surtout du calendrier judiciaire ». En clair, le destin politique de Didier Robert se trouve entre les mains du Procureur de la République dont nombreux, au sein de la classe politique locale, se laisseraient – évidemment à tort – à penser qu’il aurait jusqu’à présent tout fait pour protéger le locataire de la pyramide. Eu égard au verdict prononcé par la Cour d’Appel, hier, difficile d’y voir une quelconque collusion entre la justice et la politique. Si la tendance reste la même dans les mois qui viennent, on en connaît qui ne doivent pas (ou plus) avoir le sommeil tranquille. Pour la simple raison que toute peine d’inéligibilité qui serait susceptible d’être prononcée aurait forcément des effets néfastes, pour ne pas dire électoralement négatifs sur la personne condamnée de par l’image renvoyée à l’opinion publique.

Tout est possible à droite, des leaders se préparent au cas où…

C’est justement en prenant en considération ce paramètre judiciaire (ou juridique) que certains commencent, en coulisses, à ébaucher des stratégies en vue des prochaines élections départementales mais surtout régionales. Tout peut être possible. Rien n’est figé. Les cartes ne sont pas encore distribuées. En revanche, elles ont déjà été sorties du paquet pour être rebattues.

La semaine dernière, j’ai évoqué l’option Melchior. Ça reste du domaine du plausible. En effet, hormis son côté un brin « bisounours », l’actuel patron du Département dispose de tous les atouts pour faire un bon président de Région. Sa gestion du conseil départemental ne peut que plaider en sa faveur. Sans compter que Paris, qui ne dispose d’aucun relais local, le regarde quasiment avec des yeux de Chimène. Objectivement, on ne peut pas en dire autant pour l’instant de son homologue de la Région qui a vu ses demandes financières complètement ratiboisées par Sébastien Lecornu, le ministre des Outre-mers, dans le cadre du Plan de relance.

Paris aurait-il déjà tourné une page ? Je vous ai parlé de Cyrille Melchior pour la droite et le centre, mais d’autres têtes de liste potentielles et non des moindres pourraient d’ici là sortir de l’ombre afin d’occuper les devants de la scène. En Politique aussi, l’amour peut donner des ailes, paraît-il. Et pourrait conduire à la mise en place d’un « espace de convergence » qui transcenderait ainsi la droite et la gauche. Le champ des possibles reste vaste et ouvert. Rien n’est encore fait d’autant que la date des élections n’a toujours pas été fixée. Mais les choses bougent, doucement mais sûrement.

Sans doute rien à voir avec tout ça, mais j’ai noté le retour tout récemment de Julien Hoarau, l’ancien dir-cab de Nassimah Dindar, puis de Cyrille Melchior au Département, aux côtés de Michel Fontaine. Il va désormais partager ses journées entre la mairie de Saint-Pierre et ses vaches, poules et canards. Un retour qui n’est pas passé inaperçu. L’édile de Saint-Pierre a recommencé à communiquer notamment sur le vaccin qu’il s’est fait faire le week-end dernier et l’agression dont Jean-Marie Virapoullé a été victime. Je vous le dis : l’amour, ça donne des ailes !

A propos de Virapoullé, rien à voir avec l’agression, bien entendu, on me dit que Laurent, l’autre fils de Jean-Paul, le cadet, bat la campagne sur Saint-André et que sa présence sur une liste aux prochaines régionales n’aurait rien d’une surprise. A suivre. Voilà pour la droite !

Que vous dire de plus sur ce qui se passe à gauche de ce que je vous ai déjà annoncé dans l’édito de la semaine dernière ? L’union devient de plus en plus impossible. On peut même dire qu’elle ne se fera pas. J’ai posé la question, hier, à Ericka Bareigts, la maire de Saint-Denis, lors de la présentation de ses vœux à la presse pour savoir si elle pourrait avoir d’autres ambitions électorales prochainement. Elle m’a répondu par une pirouette assez marrante d’ailleurs en disant avec un sourire un tantinet coquin, un air espiègle et un regard malicieux qui en disent long : « Les femmes ont un cerveau qui leur permet de faire beaucoup de choses en même temps… J’ai un âge jeune, je n’ai plus d’enfants à charge et mon mari est autonome ». En clair, elle est disponible et sera « engagée dans les départementales et les régionales ». Idem pour Huguette Bello qui n’a plus d’enfant à charge et dont le mari est autonome. A un petit détail près tout de même par rapport à Mme Bareigts. C’est qu’Huguette Bello a un âge certain.

Tout cela pour vous dire que, comme le cerveau qui comprend deux hémisphères, la gauche réunionnaise (composée des fameuses forces progressistes qui se sont encore réunies lundi dernier et se réuniront de nouveau aujourd’hui, vendredi) aura deux listes. De source sûre, on me laisse entendre, qu’à gauche, ça devrait bouger ce week-end et que la fracture devrait être confirmée entre le « clan » Annette-Bareigts et le « clan » Bello-La France Insoumise. Info ou intox ? Wait and see ! Quand je dis deux listes à gauche, je ne compte évidemment pas celle d’Olivier Hoarau, maire du Port et celle éventuellement de Patrick Lebreton, maire de Saint-Joseph. Ajoutez à cela celle, tendance écolo de Vanessa Miranville, maire de la Possession, vous l’aurez compris, chez les « progressistes », c’est un peu Bagdad ! « BANIAN », le parti de Patrice Selly devrait tenir son congrès très prochainement.

Crédit Photo : Page Facebook Ericka Bareigts

Saint-Louis : quand Mme la maire s’assoie sur la loi

Politique encore, je sais que ça relève du pléonasme, mais il se passe toujours quelque chose à Sainte-Marie. La démission du 2e adjoint, Rémy Lagourgue qui n’est autre que le fils du sénateur Jean-Louis Lagourgue, vient rajouter à la crise qui règne au sein de la majorité municipale depuis l’élection de Richard Nirlo, aujourd’hui en bisbille avec l’ancien maire de la commune, père de l’actuel conseiller départemental. Ce dernier ne « se sent plus bien dans ce schéma » municipal et a préféré prendre ses distances avec celui que d’aucuns qualifient de « maire fantôme ». Rémy Lagourgue a cependant pris soin de rappeler publiquement qu’il reste conseiller municipal et conseiller communautaire, qu’il va même racheter sa ligne téléphonique pour rester en contact avec les administrés, bref qu’il va continuer « à faire le job » mais plus avec Richard Nirlo, qui semble submerger par la fonction de maire au point de se réfugier en permanence à sa case, selon certains employés communaux. Selon nos informations, Nirlo et Jean-Louis Lagourgue ne pourront plus jamais se rabibocher. En dépit de l’union de façade affichée par l’équipe majoritaire lors d’une réunion à la Mare, hier soir, la question qui se pose aujourd’hui est de savoir si Nirlo va réellement pouvoir tenir jusqu’à la fin de son mandat en 2026 ou si sa majorité ne va pas se fissurer avant.

Politique toujours, à Saint-Louis, cette fois-ci où Mme la maire n’en fait qu’à sa tête en se payant même le luxe de s’asseoir sur la loi. Elle a reçu le 19 janvier dernier un courrier de Me Nathalie Marcon, avocate à Paris, pour lui demander de respecter le jugement du Tribunal administratif, lequel a ordonné à la commune de réintégrer ses clients et de leur verser les frais de justice auxquels ils ont droit. Me Marcon a également écrit, le même jour, au préfet de la Réunion en lui demandant de « mettre en demeure » la commune de Saint-Louis « et, si besoin, de mandater les sommes en cause ». Pendant que la centaine d’agents en CDD attendent d’être réintégrés conformément au jugement du TA, la maire Juliana M’Doihoma, également conseillère régionale, présidente du CDG (Centre de gestion), vice-présidente de la Civis et conseillère au cabinet du président de l’Université de la Réunion, a tenu une conférence de presse, hier, afin de présenter sa feuille de route pour Saint-Louis. Parmi ses projets, la création de la 25e commune de la Réunion, à savoir La Rivière.

Mais avant de regarder loin devant, il lui faudrait peut-être s’attarder un peu sur le présent, nettoyer un peu sa ville, remettre en état l’éclairage public etc… Il y a une dame de Saint-Louis qui m’a appelé, hier, pour me faire part d’un petit souci avec la mairie de Saint-Louis. En janvier 2019, elle a pris la gérance d’un snack situé à Pont Neuf (Roches Maigres). Elle paye 800 € par mois au propriétaire qui lui a loué son conteneur faisant office de snack. A force de solliciter un rdv auprès de la nouvelle équipe municipale, elle a été reçue par un conseiller municipal qui a lui conseillé d’arranger tout ça avec le propriétaire qui s’est endetté auprès de la municipalité en ne payant pas son emplacement depuis des mois. L’on croirait marcher sur la tête. La pauvre dame est dépitée. Entre la mairie qui n’a rien compris à son problème et le propriétaire qui la harcèle, elle ne sait plus où donner de la tête. A Saint-Louis toujours, il est dit que la municipalité aurait fait la sourde oreille en n’agissant pas alors qu’une voire plusieurs personnes travaillant à la cuisine centrale seraient auraient contracté le Coronavirus et continueraient à travailler.

On reste dans le Sud, juste à côté de Saint-Louis. C’est un retraité qui m’a adressé un coup de gueule non pas contre mes écrits mais contre le bruit occasionné par les motos. Et il tenait absolument à ce que j’écrive deux lignes dans l’édito du vendredi. J’habite à Saint-Pierre près du tribunal et la rue Archambaud est un lieu d’expérience pour « pousser «  leurs machines diaboliques à toutes heures. On parle beaucoup  et on écrit beaucoup sur les requins, certes c’est important; mais rien sur le bruit à la Réunion : les grosses sonos sur les plages et les motos voire les mobylettes .

Les hommes politiques et les hommes des médias semblent être sourds. Que se passe t-il ? Ce monde est-il devenu le monde de ceux qui font beaucoup de bruits pour exister jusqu’à rendre sourd ceux qui ne veulent que profiter de la nature et du silence ? ». Voilà, c’est fait.

Une coopérative agricole « mafieuse » et puissante, capable de museler certains médias

Je voudrais profiter de cet espace pour m’excuser auprès des nombreuses personnes qui, chaque semaine, me sollicitent pour me faire part de leurs problèmes, et pour leur dire surtout de ne pas se décourager, que j’essaye autant que faire se peut d’y répondre en sachant qu’une journée ne comporte que 24 heures… Il y a l’histoire de cet agent du Département qui travaillait dans un collège de Saint-André et qui ne comprend pas pourquoi la principale de l’établissement a changé les canons de la porte de son bureau et pourquoi il a été déplacé dans un collège de Bras-Fusil à Saint-Benoit. Serait-ce parce qu’il a fait campagne pour Sabrina Ramin aux dernières municipales à Saint-Benoit ? C’est ce qu’il pense, lui !

Il y a également l’histoire de ses agriculteurs, petits producteurs de fruits et légumes plumés ou plutôt « râpés » jusqu’aux os par une coopérative « mafieuse » selon eux et dont le patron serait protégé par des politiques et les « frangins ». Ces pauvres agriculteurs étaient tout contents d’avoir trouvé, l’année dernière, un soutien considérable via un journal local qui avait dénoncé haut et fort les dysfonctionnements de ladite coopérative jusqu’à la suspecter publiquement de « détourner » les fonds européens et autres subventions publiques à l’insu des petits producteurs de légumes. Mais depuis, c’est silence radio. Il n’y a plus de son, ni image. Le vide intersidéral. Une histoire de radis, sans doute !

Ça tombe bien, moi je n’aime pas les radis. Je ne devrais pas tarder bientôt à prendre le relais pour dénoncer cette « mafia » manifestement si puissante qu’elle a la capacité d’acheter la liberté d’une certaine presse. Je vous en dirai plus dans les semaines qui viennent

Un petit mot pour finir sur la Covid. Certains me diront sans doute que j’aurai dû commencer par ce sujet préoccupant, je vous le concède. Mais soyons honnêtes et reconnaissons que dans ce domaine, ça commence un peu à tourner en rond, hormis quelques bricoles ici et là, comme par exemple les deux mètres obligatoires (et non plus un mètre) au niveau de la distanciation sociale. Sauf dans le métro, dans les bus et les grandes surfaces qui restent difficilement contrôlables !

Au risque de me répéter toutes les semaines, c’est toujours hélas le pilotage à vue. Même le ministre de la Santé, Olivier Véran, a concédé que « le couvre-feu est utile mais pas suffisant ». La preuve, un couvre-feu a été mis en place à Mayotte, mais les chiffres ne font « qu’exploser » de semaine en semaine. Recourir au confinement ? Trois villes le sont depuis hier. Pensez-vous sincèrement que cela va changer la donne ! Un reconfinement en métropole ? Le gouvernement y pense semble-t-il de plus en plus sérieusement mais en gardant les écoles ouvertes… parce que les entreprises ont besoin de main d’œuvre, parce que, selon Jean-Michel Blanquer, ministre de l’éducation nationale, il y aurait pour les gamins moins de risque à choper le virus à l’école. Ah bon ! Moins de risque à le choper dans les transports en commun aussi, n’est-ce pas ! Dans les grandes surfaces également ! Ben voyons ! Quoi dire de plus ! Il ne nous reste plus qu’à prier pour que l’instauration depuis hier – comme je vous l’avais annoncé depuis vendredi dernier – des motifs impérieux pour les voyages puisse atténuer l’ampleur de la crise ! Bref, attendons que le Président de la République se décide à s’exprimer. Pour le moment, faut le comprendre, il ne sait pas quoi dire. Et comme le dit si bien le proverbe, ce n’est pas parce qu’on a rien à dire qu’il faut le faire savoir !

Y.M.

([email protected])


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.



47 Commentaires



  1. 11 000 euros d’Indemnités pour le maire de st Philippe.

    C’est un pognon dingue comme dirait l’autre. C’est bien à st philippe ou on a un nombre élevé de
    pauvres ?

    • Ce 1èr VP de la region et toutes ses casquettes / postes divers et variés la fé honte à lu. Lu qui aime soirées, cocktails, grands repas, voyages 1ere classe, cilaos ( hi hi hi) , se permet de prendre des salaires mirobolants alors que les saint philippois i crèvent la bouche ouverte. La condamne thierry robert pou les mêmes faits, en mars Nou descend’ dans la rue si li lé pas condamnée comme thierry robert. Deux poids deux mesures i existent pas, si i condam’ , i condamn toute pareil . Nou veille verdict là comme do lait sud’ feu

  2. Biensur que les affaires judiciaires de DR et ses compères sont ralenties volontairement. Si tel est le contraire, que le procureur le prouve en mettant tous ces dossiers sur la table et qu’ils, elles soient jugés rapidement !!!

    • 9 Avril 2021 = tous ensemble devant le tribunal judiciaire pour le spectacle des Musées régionaux. 1 homme = 1 mandat c’était pour couilloner les réunionnais. Le plus grand cumulard c’était lui et c’est lui ! ! !

  3. La majorité y existe déjà plus…”qui veut la paix prépare la guerre”….les sourires de façades hier à la mare en sont la preuve.

    • Moi qui croyais qu on en avait fini avec la dynastie ! L odeur du des billets attire Laurent Virapoullé, après là legine la région ? Non mais allo quoi?!

    • a li même nou veu! cause pou ou macro! out ventre lé vide ou pas assé plin! larg un frère pou allé avec l ‘autre! pass pi sa! saint andré sorte dans fénoir! un autre oui pou saint andré! un vrai zenfan lo peule! a ou allé crévé !fini manze dan zasiette jpv, pas gagne assé manze dans cet jmv et la ou vé l’autre frer! saint andré fini ek sa! sinon viv Bédier pou koi pas son garçon ou son fille si lé comme ça! un zenfan lo peuple nou vé !néna dan saint andré ,un vrai! assé nouri band riche si la têt lo povre quand i fo voté !

  4. Monsieur Monrouge bravo pour votre edito. Vous brocadez les politiques de tous bords, les dirigeants des institutions locales. Mais vous avez oublié un fait qui depuis quelques jours agite le petit monde sportif “la chasse au Procès Verbal Électoral” que s’est lancé monsieur Alex AUGUSTINE candidat malheureux à l’élection de la Ligue de Football de la Réunion. Une élection et proclamation de vote sans PV de la Commission Électorale chargée du déroulement du vote. Ce qui faut dire que cet oubli n’est pas une première. Autre élément important le président réélu Yves Etheve a à ses trousses une plainte d’harcelement moral et d’agression sexuel e envers une employée. Le journal l’équipe, média sportif national dans son enquête dit que 2 autres employées ont connu le même sort. Même si comme vous le dites si bien ce haut chef d’entreprise est à ce jour présumer innocent su’empeche une plainte d’agression sexuelle n’est pas anodine. En signe de solidarité envers ses femmes dont la difficile de prouver ces faits qui sont une souffrance il est temps que nos médias et la justice soient moins complétants avec ces sinistres personnages. Aussi puissants qu’ils sont.

  5. À ste marie les laches et les traites sont de sorties
    Les élus manquent cruellement de dignité la demi démission de Rémy lagourgue est un parfait exemple
    Jérôme alaguiry et Christophe chane liat devraient en faire autant. Messieurs un peu de courage démissionné totalement est rendez les indemnités que vous avez perçu depuis vôtre élection.
    Merci

  6. Après le père, le fils, après le fils, l’autre fils… et après ? kan son jabo lé plein avek la légine li pense a nou. Di a li allé fé zélection maurice.

  7. La honte pou band militants et zélus l’opposition saint andré ! ou sa i lé zot place ? cet i bataille pou virapoullé soit disant depuis longtemps. Après le père , le fils et l’autre fils. un jour va fé croir à zot le saint esprit ! rouve zot zié ! cé a force fé la politique comme ça que band domoun comme bédier i devient maire. La faute kisa ? Cet i fé croire. Apres i fini par gagne coup claque ! encore un fois l’innoncent pay pou lo coupable ! Bœuf i travail, cheval i mange ..politique jpv ça. La honte, quand le pouvoir i hante à ou ! rode rienk out famille !

  8. A Sainte marie tout le monde s’en fout et veut être calife à la place du calife et c’est tant mieux quand on a un maire bourricot qui ne dirige plus rien. Il semblerait que Jatob et Mario porno sont derrière cette manœuvre qui consiste à bien affaiblir Nirlo et faire disparaitre lagourgue de la vie politique pour avoir la voie libre dans les prochaines élections.

  9. YM ou yaim cose la commune les otres, agarde un peu la votre avant, ban élus zincapab, couyons, et en plus dangeré, ou fé croitre a moin un 1er adjointe y di allé casse compter dolo, et di gendarme voler la passé, té té té oussa nou la fini arrivé, rienc larzent y rode, fé ferme toutes l’association dans bras-panon pou kossa?marmailles la pi local pou fé catéchiste,
    La met a zot la pou travail pou le peupe oté, quand y gain pa , essaye pa…

  10. Quand ou voit le peu de militant jean marie la pou pleuré desu facebook sous band faux compte alors que zot meme la fin trahi le jean marie pour 2 3 kg legine ben le peu c’est band hypocrite y vend à zot partout repas légine repas grillade zot y rate pas rien n a point manger zot kaz ? zot la pou fais honte zot parti avant moucate z elus bedier occup zot parti zot le une honte pou zot meme la dignité zot la point ça zot ! Pou band famn le pas jolie

    • Inéligible pour Olivier Riviere en mars sinon Nou descend devant tribunal ; Didier robert ton
      Équipe te fragilise , de plus c’est ton 1èr vice président; fin de mandat catastrophique ; le peu vice président lé sous le coup de procédure judiciaire : patel, j l Lagourgue, Olivier Riviere, guy luc fontaine, FOURNEL. Comment i fé lo frère? Lé pas gadiamb out l’équipe Roberte

  11. Vive Laurent Virapoullé, un homme de coeur pour Saint André ! un élu de proximité ! enfin Saint André i retrouve la lumière Vive Laurent ! le Petit Laurent est arrivé !!! Vive Le Prince Laurent !!!!

  12. honte aux élus de sainte marie qui cautionne cette équipe de bras cassé.
    Il est encore temps de démissionner
    avant la tempête judiciaire qui va arriver dans quelques jours. Les saintes mariens méritent autres choses que Richard oui oui André dinausure dont la taille est grande avec une cervelle de fourmi.Soubadou lechat Jacob James clain gopal ils étaient tous dans l’opposition et aujourd’hui dans la majorité complotent pour prendre le pouvoir. Madame Billaud n’oublie pas que c’est J. Lagourde qui a fait se que vous êtes un peu reconnaissance svp DÉMISSIONNE

  13. honte aux élus de sainte marie qui cautionne cette équipe de bras cassé.
    Il est encore temps de démissionner
    avant la tempête judiciaire qui va arriver dans quelques jours. Les saintes mariens méritent autres choses que Richard oui oui André dinausure dont la taille est grande avec une cervelle de fourmi.Soubadou lechat Jacob James clain gopal ils étaient tous dans l’opposition et aujourd’hui dans la majorité complotent pour prendre le pouvoir. Madame Billaud n’oublie pas que c’est J. Lagourde qui a fait se que vous êtes un peu reconnaissance svp DÉMISSIONNE

  14. honte aux élus de sainte marie qui cautionne cette équipe de bras cassé.
    Il est encore temps de démissionner
    avant la tempête judiciaire qui va arriver dans quelques jours. Les saintes mariens méritent autres choses que Richard oui oui André dinausure dont la taille est grande avec une cervelle de fourmi.Soubadou lechat Jacob James clain gopal ils étaient tous dans l’opposition et aujourd’hui dans la majorité complotent pour prendre le pouvoir. Madame Billaud n’oublie pas que c’est J. Lagourde qui a fait se que vous êtes un peu reconnaissance svp DÉMISSIONNE

  15. Honte à ces élus incompétents de Sainte-Marie qui sont là que pour remplir leur poche. J’ai assisté à la commission de menus en présence de Mme Billaud… Et chère madame Billaud vos commentaires ne laissent aucun doute, vous méprisez les parents d’élèves de Sainte-Marie. Vous oubliez vite vos promesses de campagne à faire dormir debout la population de Sainte-Marie !!!

Free Dom
WordPress Video Lightbox